Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Pourquoi certains attentats font mouche

Pourquoi certains attentats font mouche

Une remarquable étude menée sur huit pays dont l’Espagne, l’Angleterre, la France et les Etats-Unis, s’est penchée sur la question.

Dans « Underlying Reasons for Success and Failure of Terrorist Attacks : Selected Case Studies », Edward McCleskey, Diana McCord, Jennifer Leetz et John Markey, chercheurs au Homeland Security Institute, ont analysé en profondeur huit cas d’attentats terroristes commis dans les transports aériens et ferroviaires de plusieurs pays.

Mes synthèses et commentaires du document source éviteront tout jugement moral, toute théorie "conspirationniste", tout discours partisan ou dénonciateur et toute dérive raciste ou xénophobe. Les lignes suivantes porteront donc exclusivement sur les facteurs intrinsèques (techniques, opérationnels, stratégiques) de réussite ou d’échec d’une opération terroriste. Peu importe son origine ou ses conclusions, cette étude du ministère américain à la Sécurité intérieure me semble contenir de précieuses informations pour toute personne s’intéressant au fait terroriste.

Réagir à ce qui va se passer ?

Les quatre chercheurs insistent sur quelques points déjà connus : les terroristes étant très rarement surpris lors de l’exécution de leur opération, un savant continuum entre intelligence, investigation et gestion des urgences en amont, et protection des cibles potentielles en aval, augmente drastiquement les chances d’intercepter un attentat dans sa phase de préparation ou de pré-exécution. Les colossaux investissements financiers, technologiques et humains dans la « vigisurveillance » (contrôles d’identité, frontières cybersécurisées, patrouilles militaro-policières, vidéosurveillance, protection de sites, alertes oranges, etc.) ne peuvent donc à eux seuls suffire : les organisations terroristes étant suffisamment ingénieuses et préparées pour contourner voire surpasser ces contre-mesures de dernière ligne.

A défaut d’établir un profil type ou d’anticiper un attentat, le partage vertical et horizontal d’informations entre tous les services de renseignements et de polices permet très souvent de reconstituer un puzzle terroriste avec justesse et rapidité. Dans ces domaines, de nombreux pays européens comme le Royaume-Uni, la France, l’Italie et l’Espagne font nettement mieux à leurs échelles nationales que les Etats-Unis où règnent de séculaires rivalités entre FBI, CIA et NSA. Durablement ou régulièrement confrontés sur leurs sols à des mouvances terroristes - IRA, Action directe, attentats à la bombe à Paris dans les années 80-90, Brigades rouges, ETA, etc. - les Etats précités ont probablement subi une pression positive à la synergie inter-services. Malheureusement, dans les sphères internationales du renseignement, le protectionnisme informationnel n’est suspendu qu’à de rares occasions.

Le rôle d’une police de proximité est également déterminant : en plus d’être bien formée, celle-ci doit se montrer aussi proche que réconfortante aux yeux des habitants alors plus enclins à lui transmettre quelque activité suspecte. Comparativement aux nations européennes, l’immensité du territoire américain est peu propice à la mise en place d’une police de proximité, mission qui ne pourrait de toute façon être assignée efficacement à plusieurs policiers de district ou shérifs de comté, parcourant chaque jour plus de distances que leurs homologues outre-Atlantique en une semaine. De plus, l’urbanisme et le mode de vie des métropoles américaines favorisent un anonymat de loin plus poussé que dans les grandes villes européennes, maintes études en sociologie et en criminologie l’ayant déjà ardemment démontré.

Entre Puerta del Sol et White Hall

L’architecture ouverte et étendue du chemin de fer constitue sa première vulnérabilité. Dans les grandes agglomérations, le surnombre de stations et de voyageurs complique la surveillance et démultiplie les opportunités terroristes, idem pour l’absence complète de surveillance dans les zones faiblement peuplées. Les passagers du métro ou du train empruntent celui-ci tant pour sa ponctualité, sa régularité que pour sa fluidité. Des contrôles légers ou soutenus auraient à long terme de nuisibles conséquences sur les activités professionnelles, commerciales et touristiques, et ce, bien plus qu’une grève dure de plusieurs semaines. En plus de concentrer le souffle d’une explosion, la nature souterraine du métro ne facilite guère l’accès des secours et provoque de nombreuses victimes secondaires (personnes piétinées, asphyxiées ou brûlées). A cause de ses énormes failles fondamentales, le transport ferroviaire est une cible de choix pour les terroristes.

Cette agrégation de facteurs explique en grande partie la réussite des attentats ferroviaires du 11 mars 2004 à Madrid. Les terroristes profitèrent d’une heure matinale de grande affluence pour placer leurs explosifs (cachés dans des sacs à dos) dans des wagons, qu’ils télécommandèrent quasi-simultanément avec des téléphones mobiles. Impact tactique élevé : 191 morts et plus de 1 500 blessés. Impact opérationnel faible : l’économie, le tourisme et les transports ibériques ne subirent aucune paralysie. A court terme, l’impact stratégique fut énorme  : trois jours après l’attentat, l’avantage électoral d’une droite confortablement établie bascula au profit d’une gauche pourtant donnée moribonde par les sondages. Il le fut beaucoup moins sur le long terme : « habituées » au terrorisme de l’ETA, la société et les institutions espagnoles firent preuve de résilience et continuèrent «  de vivre normalement  ».

NB  : J’ai volontairement emprunté le concept de « résilience dans la défense antiterroriste » à Joseph Henrotin, politologue belge spécialisé dans les questions de défense et de sécurité.

Les mêmes facteurs s’appliquent aux attentats du 7 juin 2005 dans le tube londonien et dans un double deck bus à une heure matinale de grande affluence. Les quatre terroristes firent preuve d’une certaine dextérité dans l’exécution de leur opération : les bombes furent détonées par intervalles de 50 secondes. Il est probable que l’un des kamikazes ait rencontré des « difficultés opérationnelles ou techniques » le forçant à installer son explosif dans le bus et à le déclencher une heure après celles de ses complices.

Plutôt habituées aux bombes retardées ou télécommandées de l’IRA, les autorités britanniques firent face à leurs premières attaques-suicides, commises en cercle très restreint par des nationaux n’ayant aucun passé terroriste. Les omniprésentes caméras de surveillance dans la ville de Londres (plus de 500 000 dont la moitié en circuit fermé) n’ont point dissuadé les terroristes et encore moins permis de les intercepter. Leur rôle fut malgré tout prépondérant pour reconstituer la phase d’exécution de l’attentat.

Toutefois, le MI-5 disposait de quelques informations sur plusieurs déplacements vers le Pakistan d’un kamikaze et de sa commande d’un logiciel de cryptage auprès d’un expert en cybersécurité. Pourquoi ces données furent-elles si peu exploitables ? Au Royaume-Uni, les agences de cybersécurité sont inondées de requêtes d’entreprises, d’universités et de centres de recherche, qui comptent de nombreux salariés, étudiants, professeurs et chercheurs d’origine indo-pakistanaise. En outre, dans les communautés issues d’Asie centrale, la notion de famille est beaucoup plus élargie que celle occidentale, justifiant des voyages réguliers vers les terres natales. Cet exemple révèle amplement que la lutte antiterroriste doit certes intégrer des facteurs socioculturels élargis, mais ne peut verser dans « un balayage » discriminatoire - souvent perçu comme un « réajustement d’efficacité » - qui pénaliserait lourdement son « fine tuning », a fortiori dans une nation traditionnellement et fortement multi-ethnique.

L’impact tactique des attentats fut élevé : 52 morts et 700 blessés. L’onde de choc médiatique fut amplifiée par la diffusion dans les médias et sur le net de milliers de scènes de chaos photophonées ou visiophonées par des témoins sur des lieux proches ou éloignés des explosions, au point qu’on évoque « the first bomb attacks 2.0 ». L’impact opérationnel fut modéré : à Londres, les transports urbains et la livraison postale ne furent interrompus qu’une heure le jour de l’attaque. Aujourd’hui encore, tout porte à penser que l’impact stratégique fut élevé. De nombreux sondages démontrent que les citoyens britanniques jugent « excessives » les mesures sécuritaires consécutives de leur gouvernement, férocement dénoncées par les associations des droits de l’homme : extension de 14 jours de la détention préventive ad nutum, vidéosurveillance et contrôles morphobiométriques appuyés, projet de loi sur une carte d’identité obligatoire, etc. Au royaume de Sa Majesté, la population semble plus résiliente que les autorités.

Le 21 juillet 2005 à l’heure du déjeuner, soit deux semaines après les premières attaques-suicides, une autre cellule terroriste usa d’un mode opératoire identique. L’un des kamikazes renonça au dernier moment, un autre fut neutralisé par des passagers, seuls les détonateurs des trois derniers explosèrent, brisant quelques vitres et causant plus de peur que de mal. L’enquête établira par la suite que le péroxyde d’hydrogène commercial utilisé par les cinq terroristes - nettement moins entraînés et moins disciplinés que les quatre précédents - n’était de toute façon pas assez concentré pour produire l’effet souhaité. Ces tentatives avortées furent néanmoins un sérieux pied de nez pour des services de sécurité pourtant en alerte maximale, démontrant l’inutilité d’un déploiement massif de forces et l’inefficacité des seules contre-mesures de dernière ligne même face à une opération de médiocre préparation.

Près de la Canebière

Premier vecteur de mondialisation humaine, le transport aérien est une cible politique, géopolitique, économique et médiatique. Explosif habilement dissimulé (bagage, équipement électronique, récipient banal, etc.), détournement de vol, missile anti-aérien portable (MANPADS) : les terroristes disposent de multiples modes opératoires pour s’en prendre à un avion commercial. Une fois le contrôle de l’appareil entre leurs mains, le sort des passagers et de l’équipage est complètement voué à leurs desiderata, a fortiori en vol où tout secours est absolument impossible.

La veille de Noël 1994 à l’aéroport d’Alger, se faisant passer pour des membres d’équipage, quatre pirates de l’air en armes s’introduisirent dans un A-300 de la compagnie Air France et procédèrent à un contrôle ténu des passeports des passagers. Ce qui leur permit d’identifier puis d’abattre un policier algérien, puis un diplomate vietnamien afin d’intimider les passagers, et enfin un cuisinier du consulat français local suite à de houleuses négociations avec les autorités algériennes concernant leur décollage. Ces dernières se proposèrent d’intervenir en force, mais craignant un surnombre de dommages collatéraux, l’Etat français opta pour un décollage vers Marseille avec une quantité limitée de carburant, contrairement aux exigences des terroristes qui maîtrisaient mal certaines notions aéronautiques (charge en kérosène, rayon d’action, etc.). A l’époque, les services français présupposèrent que les pirates effectueraient un vol-suicide vers la tour Eiffel, cible touristique hautement symbolique, ou feraient exploser le jet dans l’espace aérien hexagonal grâce aux vingt bâtons de dynamite qu’ils avaient embarqués.

Depuis les années 70, le gouvernement français avait créé et formé deux brigades anticriminelles et antiterroristes d’une efficacité internationalement reconnue  : le Raid (Recherche assistance intervention dissuasion) et le GIGN (Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale). En attendant le vol 8 969, des membres du GIGN s’entraînèrent à plusieurs reprises à bord d’un A-300 en tout point identique à l’aéroport de Marseille. Quelques heures après l’atterrissage, sous l’oeil des caméras de télévision, la brigade spéciale libéra les 173 passagers et neutralisa les quatre terroristes en moins de dix minutes.

Cet incident a révélé comment des terroristes expérimentés ont su contourner les mesures de sécurité sans la moindre interférence, infiltrer le personnel aéroportuaire, et ce, dans un environnement sécuritaire algérien jugé plutôt restrictif. Etape par étape, usant des pourparlers et des représailles sur le tarmac d’Alger, ils réussirent à lever tous les obstacles à leur départ et à rester maîtres à bord jusqu’à l’assaut final du GIGN à Marseille. Malgré d’innombrables inerties coopératives entre entre la France et l’Algérie, les commandos entrèrent en action suffisamment tôt pour que l’opération terroriste n’atteigne point sa phase de pré-exécution, annihilant de facto ses éventuels impacts tactiques, opérationnels et stratégiques.

Au-dessus de Manhattan

Ne ratez pas votre train de banlieue après votre atterrissage et demandez courtoisement un rafraîchissement à l’évanescente hôtesse de l’air avant de découvrir vous-même le chapitre le plus dense de cette étude.

Underlying Reasons for Success and Failure of Terrorist Attacks : Selected Case Studies (PDF). Edward McCleskey, Diana McCord, Jennifer Leetz et John Markey, Homeland Security Institute



Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • Charles Bwele Charles Bwele 21 mars 2008 11:04

    Aux lecteurs et à la rédaction de Agoravox,

    J’ai involontairement inséré une coquille au 2nd paragraphe de ma 3ème partie : "La veille de Noël 2004 à l’aéroport d’Alger" doit être remplacé par "La veille de Noël 1994 à l’aéroport d’Alger".

    Vous est-il possible de corriger cela ou après publication ? Vu la teneur de l’article, il est impératif de rectifier cela dès que possible.

    Je vous remercie infiniment d’avance.

     


    • yasunari yasunari 21 mars 2008 15:55

      @hihihihi

      TIMEO HOMINEM UNIUS LIBRI


    • NikeLaos NikeLaos 21 mars 2008 16:45

      Impressionnante video. Merci pour le lien hihihi. Je vois que la propagande n’est l’apanage d’aucun camp (sans mauvais jeu de mot).


    • dup 21 mars 2008 11:50

      Al Qaïda ? reste à prouver que cela existe ! tout ce que l’on sait c’est qu’on l’appelle pudiquement une nebuleuse. Et si c’était bidon ?

      http://www.dailymotion.com/video/x3qiv7_aaron-russo-sur-le-911-le-cfr-et-ro_politics

      moi aussi je peux revendiquer n’importe quoi après coup

       


      • Bretzel man 21 mars 2008 12:59

        Et si on n’avait jamais marché sur la Lune ? Et si la terre était plate.

        Exercez votre esprit de contradiction vis à vis du gvt qui vous prend 50% de ce que vous gagnez via les impots et la TVA, au lieu de faire de la géo-stratégie....

        Enfin ce n’est qu’un conseil..

        Bisous mon coeur.


      • faxtronic faxtronic 21 mars 2008 13:27

        C’est en effet une nebuleuse, mais qui federe un garnd nombre de groupuscule terroriste. mais ce n’est pas une organisation classique, mais un mouvement.


      • Philou017 Philou017 21 mars 2008 14:15

        "C’est en effet une nebuleuse, mais qui federe un garnd nombre de groupuscule terroriste. mais ce n’est pas une organisation classique, mais un mouvement."

        Effectivement, pas tres classique. C’est Ben Laden, qui, du fond de sa tombe, continue d’envoyer des messages pour menacer le pape, qui dirige tout.

        Il n’y a pas longtemps, j’avais compris que c’était un concept. Un concept en mouvement, alors ?


      • morice morice 21 mars 2008 11:52

         Il y a bien mieux que les attentats : les FAUX attentats.


        • TALL 21 mars 2008 12:20

          Mais "morice" n’est pas un pacifiste athée comme il le prétend depuis un an ici. C’est un islamiste qui fait ici son petit djihad sous forme de propagande voilée.

          Demandez lui donc d’écrire en son nom que le Prophète est un menteur et le Coran est faux, et dans 10 ans vous y êtes encore. Car un musulman ne peut pas blasphémer, et encore moins un fanatique.

          Par contre il a fait un article sur les curés pédophiles sans qu’on le lui demande. Et quand j’ai critiqué le Coran, il a directement sorti des extraits de la Bible pour contre-attaquer.

          Et après il vient dire qu’il est un athée respectueux des religions.

          Depuis le 9 mars que je le cuisine là-dessus, il a botté en touche dans + de 70 posts dont certains font + de 150 lignes. Mais toujours pas la moindre critique du Coran.

          Il a même écrit un article sur l’inexistence d’Al Qaïda. Pas moins.

          Enfin, il s’est encore trahi récemment en disant, sur le coup de la colère, qu’il a formé des jeunes au Coran. Et seuls les musulmans ont ce droit.


        • Bretzel man 21 mars 2008 12:32

          Merci Tal cela explique bcp de choses.

          Ca va être fun d’essayerd e démasquer ce type. J’aimerai voir la tête de Revelli quand on va lui montrer que son principal auteur es un fondamentaliste mulsuman... Ca va être grand.


        • nick 21 mars 2008 13:56

          et c’est reparti...si fallait croire tous ce que raconte Tall on est pas sorti de l’auberge...

          Tall, si tu veux je te l’achète ta sucette...tu veux quel parfum ?

          Si tu me sors des arguments qui tiennent la route démontrant l’islamisme de Morice je veux même bien t’acheter tout un paquet...

          Et je t’avoue que ce qui m’étonne chez toi c’est que tu es capable de commentaires on ne peut plus pertinent (cf article de ce jour sur "Spectre de 1929) comme de commentaires faisant état d’un acharnement injustifié que je ne peux que dénoncer.

           


        • TALL 21 mars 2008 14:34

          La différence nick, est dans ta tête : pour 1929, ça t’agrée, et pour morice, non.


        • nick 21 mars 2008 14:39

          non, pour 1929 c’est un commentaire raisonnable, pertinent, justifié...pour le reste c’est tout le contraire...


        • TALL 21 mars 2008 14:44

          Je ne continue pas ici, j’ai promis à Charlie.


        • nick 21 mars 2008 14:51

          ok j’arrête la aussi...juste pour te dire que ce n’est d’ailleurs pas une histoire d’agréer ou non...je suis la plupart du temps en total désaccord avec Morice quant au contenu de ses articles..c’est la chasse à l’homme que j’ai du mal à comprendre...

          Désolé à l’auteur..j’arrête là

          Très bon article au demeurant...


        • miwari miwari 21 mars 2008 19:10

          Pauvre débile, c’est comme cela que tu pratiques pour découvrir la religion des gens leurs demander d’insulter une religion, donc si je dis que la Torah (pardon d’avance pour l’offense) est un ramassis de connerie je suis quoi pour toi ?

          Un athée sans foi ni loi,  un  musulman fanatique ou un chrétien antisémite ?


        • TALL 21 mars 2008 20:00

          En commençant par "pauvre débile" ton post m’indique que toi, tu es musulman


        • miwari miwari 22 mars 2008 11:59

          Qui c’est ?

          Je préfère te laisser dans le doute mais vas-tu me demander d’insulter le Coran pour t’en assurer ?

          Un conseil d’amis, post intelligemment pour un débat contradictoire mais constructif même si a priori on ne partage pas les mêmes idées, qui sait il arrivera un jour peut être que l’on soit d’accord.

          Salutation


        • TALL 22 mars 2008 18:20

          Non, je te le demande pas puisque je le sais.


        • snoopy86 21 mars 2008 12:28

          @ Charles

          Bravo,

          Belle leçon de journalisme citoyen donnée à l’enturbanné fanatique de Tourcoing...

          Qui démontre que ce sujet n’est pas seulement matière à propagande.


          • Charles Bwele Charles Bwele 21 mars 2008 12:37

            @ tous

            Hormis les mouvances historiquement connus et précisément identifiés de l’ETA en Espagne-France, des Brigades Rouges en Italie, de l’IRA au Royaume-Uni et des attentats des 80-90’s déjà très connus par les lecteurs français, j’ai volontairement choisi de ne pas mentionner certains désignations - souvent trop polémiques à tort ou à raison  - afin que le lecteur se concentre sur les aspects purement techiques, tactiques et stratégiques des opérations terroristes évoquées.

            Par la suite, je laisse au lecteur la possibilité d’approfondir lui-même sa vision en parcourant l’étude source. J’espère que vous comprendrez.

            Amicalement 

             

             


            • TALL 21 mars 2008 12:40

              Oui, je vois, Charlie

              Tu ne veux pas transformer ton forum en pugilat, parce qu’avec ces gens-là, ça ne rate jamais évidemment. Preuve de leur pacifisme


            • TALL 21 mars 2008 12:41

              Bon, alors, je n’insisterai pas ici par sympathie pour toi.

              A +


            • Charles Bwele Charles Bwele 21 mars 2008 12:43

              Merci pour ta compréhension, Tall.


            • Charles Bwele Charles Bwele 21 mars 2008 13:07

              Puis-je demander à "certains" belligérants tiers désormais séculaires - qui s’identifieront rapidement j’en suis sûr  - de faire preuve de modération dans ces pages ? Je demande ceci humblement sans toutefois espérer contraindre votre libre expression.


            • Dégueuloir Dégueuloir 21 mars 2008 12:46

              le wtc est un sujet "vendeur" sur AV.......pour une bonne information,la vraie (malheureusement....)

              http://www.reopen911.info/

              Tous ce qu’on peut dire d’autre est superflu.....le lot habituel des septiques crétinisés vont s’en donner à coeur joie !!! Fausse élections en 2000,faux attentat en 2001,fausse réelection en 2004,mais vraies guerres en afganistan ,en Iraq et bientôt en Iran,et aussi vraie restriction des libertés aux USA (Patriot act 1 et 2)+ le reste,et maintenant crise économique majeure.......sur fond de tension internationale.....on est sacrement bien entouré !! dictateurs aux us ,en chine ,en russie,au moyen-orient (Israél ou arabe....)..,et un guignol à l’élysée......la mayonnaise va vite tourner au désastre....


              • Dégueuloir Dégueuloir 21 mars 2008 15:42

                Mon cher Charles Bwele,

                 Ton article m’a bien fait rire (jaune),puisse t-il rassurer les petits moutons crédules ! Mais la réalité est tout autre,je comprend parfaitement que certains se raccrochent mordicus à quelques explications officielles incohérentes et foireuses,car il s’agit ni plus ni moins que de préserver notre systéme complétement lézardé de toutes parts,nier l’évidence n’est qu’un sursis dans l’objectivité de comprendre réellement les faits,ne pas vouloir admettre l’inadmissible vous transforme en complice potentiel.....au même titre que certains politiques et médias,en France et ailleurs,continuez-donc d’alimenter les mensonges sans vous soucier du "lendemain",parfois on se réveille avec la "gueule de bois",mais aussi certains ne se réveillerons jamais,nous sommes réellement dans une période "d’inquisition"à l’image d’une certaine époque où il fallait être bougrement courageux de prétendre que la terre était ronde et qu’elle tournait autour du soleil......quelques personnages actuellement ont fait les frais de leur "hérésie"persistante.....la caravane passe et les chiens aboient,les imbéciles eux restent.....et les autruches se mettent la tête dans le sable !Je trouve ce spectacle totalement affligeant et même répugnant,je n’aurai jamais pu penser assister un jour à autant de mauvaise foi ou d’ignorance (ce qui revient au même pour moi) de la part de gens qui se prétendent intelligents , cultivés ,et bardés de diplomes éminents.......la cupidité emportera toutes nos valeurs,même les plus élémentaires...


              • morice morice 21 mars 2008 12:55

                 "Depuis le 9 mars que je le cuisine là-dessus, " partout, il le suit, le lampadaire. 


                • morice morice 21 mars 2008 12:56

                   "Ca va être fun d’essayerd e démasquer ce type. J’aimerai voir la tête de Revelli quand on va lui montrer que son principal auteur es un fondamentaliste mulsuman... Ca va être grand. dit l’autre !!! 

                  " ça va être drôle quand on va voir que TALL est bon pour l’hôpital psy. il ’est déjà là.

                • morice morice 21 mars 2008 13:00

                   Enfin, il s’est encore trahi récemment en disant, sur le coup de la colère, qu’il a formé des jeunes au Coran. Et seuls les musulmans ont ce droit". Comme tout prof de collège, TALL, et ils ne sont pas musulmans à ce que je sache bougre d’imbécile borné !!" Arrêtez de vous répandre partout sur vote obsession, vous POLLUEZ TOUT AGORAVOX !! qu’on fasse quelque chose, là !!


                • TALL 21 mars 2008 13:28

                  Un gros bisou


                • Bretzel man 21 mars 2008 14:29

                  Tall, t’as touché juste, il se fache.

                  Alors momo ? Tu es chez free ou neuf ? J’ai de spotos chez les deux, qu’on zieute un peu tes infos.


                • TALL 22 mars 2008 18:35

                  Alors que morice pourrait me discréditer, et même franchement me ridiculiser sur Avox, en une seule phrase blasphématoire qui prouverait qu’il n’est pas musulman ( comme je le claironne partout depuis 15 jours ).... et bien non, il préfère m’insulter à longueurs de posts, mais sans jamais blasphémer.

                  Et c’est d’autant + drôle que je lui ai promis de m’écraser en excuses ultra-plates s’il le faisait.

                  Mais non, morice est un grand gentleman. Il préfère entamer sa crédiblité plutôt que la mienne.

                  Merci morice, vous êtes trop bon.

                  Et en ce qui concerne son respect des religions ( autre motif invoqué ), voici son article sur les curés pédophiles

                  PS : désolé, Charlie, mais les jeunes islamistes qui squattent ce site m’ont replié + haut. Faut pas pousser non plus.


                • Le péripate Le péripate 21 mars 2008 13:14

                  Conclusion ?

                  Que la lutte contre le terrorisme est une affaire de police et de renseignements.

                  Que les moyens employés ressortent de l’artisanal et du bricolage, et que la "réussite" vient souvent de facteurs "chances".

                  Que probablement nous sommes à peu près démunis face à l’attaque "kamikase", et, donc, que si type d’attaque n’est pas plus fréquente, c’est que la volonté de l’ennemi est faible, ou sporadique, ou encore quasi inexistante.


                  • Castor 21 mars 2008 13:37

                    CE qui, j’imagine, signifie que les fanatiques sont à rechercher dans le camp des américains qui profitent de la terreur ainsi générée pour voter des budgets militaires démentiels ?

                    CQFD, bravo, beau boulot !


                  • Philou017 Philou017 21 mars 2008 13:42

                    Bien d’accord. Il y a des moyens d’éviter les attentats par les organismes de renseignements, qui peuvent les prévenir. Cependant, si un groupe était déterminé, je ne vois pas comment l’en empêcher. Cependant, le fait qu’il n’y eu que deux attentats en Europe en tout et pour tout est suspect, les deux dans deux pays qui cautionnaient "la guerre à la terreur"

                    En fait, si les attentats ont lieu, c’est que les gouvernements les cautionnent afin d’appuyer leur politique, comme à New York et à Londres. Je suis plus réservé sur Madrid, qui apparait comme une erreur de casting.

                    A Londres, le chef de la cellule "terroriste" était une taupe du MI6. Il y avait ce jour-là un exercice anti-terroriste d’ampleur couvrant Londres. Comme il y avait un exercice anti-terroriste à New-York.

                    Les incohérences s’accumulent à Londres, où des témoins ont parlé d’une explosion provenant d’en dessous des planchers et non pas des sacs à dos des "suspects".Etc, etc

                    Le terrorisme est une arme de manipulation principalement utilisée par les gouvernements, à leur bénéfice.

                    Triste réalité.

                    Voir notammment le livre de Wisnewski, avec notamment une enquête sur Londres mais aussi une autre surprenante sur la bande à baader et l’implication de services allemands.

                    La présentation du livre :

                    "Avec Les Dessous du terrorisme - Qui dirige le monde par la peur ?, Wisnewski jette un regard critique nouveau sur les coulisses de ce que politiciens et médias vendent quotidiennement aux simples citoyens dans le monde entier, comme la « guerre contre la terreur ».

                    Il expose ainsi son propos : « Ce livre défend la thèse que ce que nous apprenons tous les jours dans les nouvelles à propos du terrorisme n’est que l’enveloppe externe d’un coffre-fort qui recèle un trésor brûlant : les secrets de la terreur. Je prétends que cette enveloppe n’est rien d’autre que ce que qu’il faut faire savoir à la population, pour la pousser dans une direction politique déterminée. Mais il ne s’agit nullement de ce qu’elle doit savoir, et probablement pas non plus de ce qu’elle veut savoir. »

                    Depuis le 11 Septembre 2001, le monde est gouverné dans un climat constant de terreur et de crise : d’un côté, les terroristes, de l’autre, les appareils de sécurité qui les combattent vaillamment et ne parviennent pourtant pas à leur faire obstacle. Cette image que les médias et les politiques nous mettent constamment en tête est-elle vraiment juste ?

                    Wisnewski pose des questions percutantes : à qui profite le terrorisme ? À quoi sert-il ? D’où vient cette propagation soudaine et mondiale ? Est-ce vraiment un hasard qu’après la fin du conflit Est-Ouest et la suppression de l’ennemi ancien, un nouvel ennemi ait immédiatement surgi ?"


                  • Le péripate Le péripate 21 mars 2008 13:48

                    Castor ! Là, tu es de mauvaise foi ! Pour comprendre ce que tu affirmes, il aurait fallu que j’écrive, par exemple, la réussite d’un attentat étant toujours hors de portée du vulgum pecus, il ne peut s’agir que d’organisations très bien organisées disposant de beaucoup d’argent. Pour ce que j’ai écrit réellement, c’est plus haut.


                  • Philou017 Philou017 21 mars 2008 14:02

                    @Castor

                    " les fanatiques sont à rechercher dans le camp des américains qui profitent de la terreur ainsi générée pour voter des budgets militaires démentiels ?"

                    Vous voulez m’obliger à vous plusser ?


                  • Le péripate Le péripate 21 mars 2008 14:17

                    Mais, Castor, c’est vrai que l’on peut en conclure que la solution militaire est une mauvaise solution. De là à penser que ceux qui préconisent le militaire, ou se trompent lourdement, ou poursuivent d’autres buts, il y a un pas que l’on peut franchir, mais qui est hors du cadre de réflexion proposé par l’article.

                    NB. Passant rapidement devant l’ordinateur, je n’avais pas perçu le côté provoc de ta remarque...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès