Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Prospective : Internet dans dix ans

Prospective : Internet dans dix ans

Internet a changé beaucoup de choses mais ne fait pas une révolution. En effet, les années charnières 1980-1990 ont vu la naissance des documents partagés sur Internet, des annuaires, moteurs de recherche... Ces temps « reculés », pourtant si proches, s’éloignent peu à peu, les modèles de rentabilité de ces "nouvelles industries" s’éclaircissent (difficilement) : financement par les annonceurs, par le contenu... Tout ceci ressemble à une activité économique classique, née d’une innovation technologique (révolutionnaire, quant à elle !) qui se développe, se structure, et par là, entraîne un progrès pour l’espèce humaine en termes de qualité de vie et de maîtrise de son environnement.

Internet a cependant ceci de particulier que chaque individu peut y être autant acteur que consommateur. Dans un sens plus général, je crois que toute technologie, entreprise, projet visant à relier les hommes est promu à un succès global, et participe d’une évolution plus générale de l’humanité. La relation à l’autre est une corde sensible, exploitée depuis bien longtemps déjà par de nombreuses filières lucratives (développement personnel, communication, rencontres...) L’homme est un animal social ! Le succès des réseaux sociaux le démontre (de nombreux réseaux sociaux de niche restent à exploiter !)

J’ai quant à moi l’intuition que l’Internet reviendra progressivement vers la philosophie de ses débuts : un réseau d’ordinateurs (ou plutôt fournisseurs de contenus) identifiés partageant des informations entre eux.

En effet, l’époque où l’on pouvait identifier les machines connectées (universités et chercheurs US) est bien entendu révolu ! Mais les évolutions des technologies matérielles et logicielles, la vulgarisation de l’informatique feront que peu à peu, chaque individu connecté sera doté de la connaissance nécessaire au contrôle de son contenu sur Internet. Il ne s’agira certainement pas «  d’ordinateurs connectés », cette notion laissera place à la notion de «  contenu » diffusé (de manière volontaire ou tacite) par des personnes, ou des groupes. Ces contenus seront organisés sous forme de données de toutes sortes, professionnelles, personnelles, cloisonnées ou non.

En sortant de chez vous, vous croisez votre voisin ou votre boucher, il en sera de même sur Internet, avec la particularité que vous pourrez très facilement les identifier comme tels s’ils le désirent, ou les voir comme des inconnus ; la notion de distance se diluera encore un peu plus, même si la géolocalisation permet d’interagir avec son environnement immédiat. Vous découvrirez des informations de toutes sortes, sur les sujets qui vous intéressent et qui intéressent les "groupes de fournisseurs & consommateurs de contenu" auxquels vous participez (de manière volontaire ou tacite, encore une fois). Avoir accès à des milliards de pages Web, quel pied ! Mais qu’est-ce que cela change pour moi ? Je veux accéder à ce qui est intéressant pour moi, ou est susceptible de l’être, et je veux (ou ne veux pas) montrer à quoi je m’intéresse (ou ne m’intéresse pas).

Les dérives du spam, des divulgations ou du commerce d’informations personnelles, la pollution du contenu « intéressant » du Web qui croît avec la croissance exponentielle des informations disponibles feront donc tendre vers une volonté de maîtrise du contenu, j’entends par là, la maîtrise aussi bien de son contenu personnel que du "contenu des possibles" (les informations qui sont susceptibles de m’intéresser). Si cette orientation se vérifie, elle sera peut-être imposée par les choix des utilisateurs (par les sites qu’ils visitent et les outils qui leur permettront la maîtrise de leurs « contenus »), à moins qu’elle ne soit anticipée par les poids lourds du marché Internet...

A quoi ressemblera internet dans dix ans ? Question vaste et pleine d’inconnues, soulevée par Daniel Kaplan (Université des CCI, 7-8 sept 2006). Analyse fort intéressante.

Serge Kpossou


Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • -noID- (---.---.80.97) 21 septembre 2006 14:31

    +1

    Voir à ce sujet le blog de Mr Jegourel :

    www.edgeminded.com

    Réjouissant...


  • Christian Jegourel Christian Jegourel 21 septembre 2006 18:04

    Merci pour une prospective dans dix je vous propose une nouvelle de fiction :

    http://edgeminded.over-blog.com/article-1962324.html


  • Antoine Diederick (---.---.182.59) 21 septembre 2006 21:35

    Mouais...perso, je rentre, chuis crevé, le boulot me pompe...je bouffe, je me lave rapido, j’me couche et je dors. Demain, je recommence... smiley


  • Rocla (---.---.37.134) 21 septembre 2006 11:12

    Très intéressant Monsieur Serge,

    Merci .

    Rocla


    • (---.---.162.15) 21 septembre 2006 12:22

      L’intérêt de cet article est qu’il ne délire pas sur des devenir extraordinaires, comme il est actuellement à la mode de le faire.

      Si je compare l’internet d’aujourd’hui à celui d’il y a 8 ans, qu’est-ce qui a vraiment changé ?

      — la généralisation du multimédia, c’était prévisible, sauf le téléphone et la télévision
      — la généralisation de la vente en ligne, c’était prévisible, enchères y comprises
      — l’arrivée du p2p, ça ce n’était guère prévisible

      Un autre angle de vue apparaît plus pertinent, l’analyse d’Internet en fonction de ses protocoles de transmission :
      — l’email a peu changé depuis sa création
      — le ftp a très peu changé
      — le web a évolué mais n’a pas eu de changement brusque important
      — le téléphone (voix par IP) est nouveau
      — la télévision est nouvelle, la vidéo à la demande aussi
      — le p2p est nouveau

      En analysant tout cela, je me dis que les révolutions arrivent par la création de nouveaux protocoles, bien plus que par l’évolution de ceux existants.

      Am.


      • -noID- (---.---.80.97) 21 septembre 2006 14:33

        LOL Mr (IP:xxx.x28.162.15)

        Vous auriez du aider les analystes lors de l’embellie de la bulle en 2000... smiley


      • corine (---.---.211.43) 21 septembre 2006 22:29

        C’est votre problème si voous surfer sur des pages médiocre, cela ne fait que refleter la médiocrité de vos préocupation. Internet en 10 ans est devenu une source intarrissable de connaissances philosophiques, scientifiques et techniques, et permet ainsi la diffusion des savoirs rapide et démocratique. Il suffit d’un clic pour lire le travail d’une thèse, accéder à des cours d’une incomparable qualité, et permet de discuter sur des forums autour d’idées passionnantes, avec courtoisie et intelligence... etc.. etc.. de quoi déjà occupper un etre humain pendant des sciecles... C’est cela internet, du moins la fenetre qu’on peut en avoir quand on n’est pas un sombre under-grounner comme la plupart des surfeurs... alors ne vous laissez pas disperser par le bruit (95% des sites internet sans interet) et vous ferez un autre bilan d’internet !


      • (---.---.162.15) 21 septembre 2006 23:31

        Corine, je ne vois pas le rapport entre ce que j’ai dit et le fait de surfer sur des pages médiocres.

        Je ne dis pas que le web (à ne pas confondre avec Internet) d’aujourd’hui est le même que celui d’il y a dix ans, il a bien sûr un contenu beaucoup plus riche. Je dis simplement qu’il est dans la continuité de celui d’il y a 10 ans et qu’on pouvait alors prévoir qu’on consulterait aujourd’hui des thèses et qu’on discuterait d’idées passionantes. D’ailleurs, bien avant le Web, il y avait des thèses sur Internet (via le FTP) et les forums de discussion Usenet existaient aussi, il n’était pas difficile de deviner que ça viendrait sur la Toile.

        Christian Jegourel avait une bonne idée de toute cette évolution dès 1993, moi je l’ai devinée fin 1995 et j’en étais sûr aux premiers jours de 1998 quand j’ai eu accès à Internet, et je trouvais que j’avais pas mal de retard...

        M’enfin, je viens de vous relire, je me demande si c’est à moi que vous répondez, je n’ai notamment pas laissé entendre que j’étais mécontent du « bilan d’Internet ». Comme vous, je trouve que c’est un formidable outil de culture populaire. Et c’est bien pour ça que c’est à défendre contre les attaques liberticides que l’on a connues ces derniers temps.

        Am.


      • (---.---.79.247) 21 septembre 2006 13:18

        C’est un article qui a été rédigé Il Y A dix ans ? j’imagine


        • philgri (---.---.156.30) 21 septembre 2006 13:41

          Personne n’a imaginé l’engouement du web !

          Il remet en cause l’infrastructure de notre société (économique, social, politique...) de jour en jour, alors nous risquons d’être surpris du résultat !

          Médecins en ligne, architectes en ligne, avocats en ligne, studio en ligne, bourse en ligne, concert en ligne, grandes surfaces en ligne, chômage en ligne, impôts en ligne, amendes en ligne... c’est déjà aujourd’hui ! alors demain ? ouf !

          Ordinateur jetable, chemises et lunettes informatisées, greffe de puces, robomatique, sans domicile virtuel, paradis artificiel, amour superficiel, politique archisuperficiel, frics megasuperficiel,..., mais j’irais toujours sur un trône avec ou sans chasse d’eau électronique !

          Ce n’est pas beau la vie ?

          Philgri


          • (---.---.162.15) 21 septembre 2006 14:46

            Comment ça, personne n’a imaginé l’engouement du Web ? Avant sa création (1993), certes, mais deux ans après il avait fait exploser Internet et on savait que ce n’était que le début. Rarement une nouvelle technologie n’a eu un démarrage aussi foudroyant.

            De plus, le Web repose sur un élément beaucoup plus ancien, le lien hypertexte, qui a mis longtemps à mûrir, mais dont on savait qu’il aurait des applications révolutionnaires.

            Am.


          • Christian Jegourel Christian Jegourel 21 septembre 2006 18:35

            Imaginé non mais anticipé OUI Je suis l’un des co-fondateurs du club de l’arche avec Billaut et nous avons écrit un rapport sur les nouvelles technologies en 1993. Nous parlions déjà de télétravail, de télémédecine, de réseaux de communication... et surtout de l’importance pour l’état de préparer cette évolution. Rapport remis à Nicolas Bazire dir cab de Balladur. Résultat néant et notre président actuel ,adepte du mulot, nous pont des initiatives comme quaero !


          • Christian Jegourel Christian Jegourel 21 septembre 2006 18:42

            Le problème c’est que l’on ne peut pas freiner car nous sommes en compétition avec d’autres pays qui eux font la course en tête. La vérité c’est que ces pays, les Etats Unis en tête ont anticipé ces phénomènes et préparé leurs industries. JE rappelle qu’en 1993 Bill Clinton avait annoncé les Information High Way et entamé un plan industriel. EN France à la même époque, Jacques Chirac parlait de taxer les ordinateurs parce qu’ils détruisaient de l’emploi ! Ce n’est pas faute d’avoir averti les pouvoirs publics sur ces évolutions mais nos hommes politiques ont été autistes. Ils ont tous faillis, de gauche comme de droite, à préparer la société française à ces bouleversements.


          • haina (---.---.23.129) 21 septembre 2006 14:34

            Dites ce que vous voulez dire. De maniere volontaire . Mais ne le dites pas tacitement, je n’entends rien. Dans dix ans une main mise sur les contenus ??


            • isabelle (---.---.82.111) 21 septembre 2006 15:15

              Je n’ai pas bien compris ce que vous vouliez dire non plus ; Internet est en train de changer beaucoup de choses me semble-t-il : c’est sur internet qu’on entrevoit le début du passage d’une société de type « du sommet vers la base » à une du type de la « base vers le haut ». C’est frappant pour la diffusion d’infos, d’opinions, de créativité ...


              • Serge 21 septembre 2006 15:33

                Internet change effectivement beaucoup de choses , un mouvement de fond qui voit la recherche web prendre une place de plus en plus importante dans nos écrans... et en dehors.

                Mon propos est de supposer, bien que n’ayant aucune boule de crystal, que nous allons vers une main mise sur le contenu comme le dit haina, mais pas forcement par qui l’ont croit : Utilisateurs, Specialistes de la recherche ? la bataille a commencé depuis les germes du www, L’enjeu, ou du moins l’un des principaux enjeux est à mon sens là. La maitrise des contenus auquels nous désirons accéder et la maitrise du contenu disponible sur nous ; Par maitrise je n’entends pas forcement contrôle, mais surtout de maitrise technologique... Il ya encore quelque années, disposer d’un site internet étaient pour certains de l’ordre de l’incongru, dans quelques années, qui se posera la question ou non de sa présence sur internet ? il y sera et celà sera naturel...

                Content de voir que cette question fait réagir... continuez !


                • Serge 21 septembre 2006 15:42

                  Dis-je le contraire ? relisez smiley


                  • goc (---.---.173.24) 21 septembre 2006 16:05

                    Internet a changé une chose, c’est qu’il a creer de nouvelles fractures sociales

                    il y a ceux qui ont l’internet via adsl, et puis les autres ceux qui n’ont que la version lente, pour eux, exit la plus part des sites interactifs, exit, les video et que dire de ceux qui n’ont pas internet ? pourront-ils avoir la derniere version de logiciel, voir pire, pourront-ils avoir le prochain vista ??

                    essayez de mettre a jour votre windows XP, sans internet !!

                    bref pour ces gens-là, c’est le cercle vicieux, pas d’internet, pas de progres, et pas de progres, pas d’internet

                    il faudrait quand meme qu’un jour nos hommes politiques, arretent de ramer sur la plage, et comprennent que favoriser la course au toujours plus, ne fait que des degats, surtout dans un pays (la france) qui a, depuis tres longtemps, ete exclue du gateau informatique

                    citez-moi un fabricant d’ordinateur 100% francais, un concepteur de grand logiciel international, un editeur d’Operating Systeme ?

                    aucun !!

                    alors au lieu de nous pousser a acheter toujours plus, au nom d’une frenesie a rester « in », nous ferions mieux de faire une pose, et de redefinir nos forces, et surtout nos vrais besoins

                    ps : je suis informaticien, je vis de mon travail, donc je sais (un peu) de quoi je parle


                    • Antoine Diederick (---.---.182.59) 22 septembre 2006 00:36

                      le problème c’est qu’Internet va nous rendre captifs au sens économique du terme et peut être mme plus...mais bon on verra !

                      Tout passe tout casse tout lasse...


                    • Dop (---.---.122.68) 23 septembre 2006 17:37

                      Infograme est un editeur de jeux-vidéo français. Leurs logiciel sont diffusée dans le monde entier

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Infogrames

                      Mais bon, c’est vrai qu’on est bien a la traine. Au moment des ’information high way’, on pronais le ... minitel arf arf arf


                    • Ikori (---.---.189.203) 21 septembre 2006 17:06

                      Internet a changé beaucoup de choses mais ne fait pas une résolution. En effet, la fin des années 80-début 90, a vu la naissance des documents partagés sur Internet, des annuaires, moteurs de recherches ? Ces temps « reculés » mais pourtant s...


                      • tartator (---.---.52.177) 22 septembre 2006 09:16

                        au train ou vont les choses, internet aura été canibalisé par les majors et le monde du fric d’ici dix ans...vecteur de liberté, de culture, de partage, il se corrompt depuis que le pognon y a mis son nez infect....par le passé, le foot véhiculait des valeurs physiques et morales, depuis que le fric est roi dans ce domaine, il draine dopage, corruption et richesses écoeurantes...le net en prend la voie, et les politicarts complices des puissants (dont la seule puissance réside dans le dieu pognon) confisquent cet outil de liberté...d’ailleurs, si celà devient une vaste galerie marchande, il n’y aura bientôt plus grand monde pour y surfer, une bonne partie d’entre eux ira croupir dans les prisons pour criminels du net, au côté des assassins et des violeurs, les autres renonceront, faute de trouver dans cet espace les richesses que quelques uns prétendent confisquer au nom du fric.


                        • Toto (---.---.66.110) 22 septembre 2006 16:40

                          Ce qui guette le plus comme danger internet c’est son contrôle par les états,dès que l’espace de liberté sera restreint son intéret sera divisé par 2 ou 3 ce ne sera plus qu’une banque de données censurée,ce qui est la tendance forte actuelle.De toute façon on a l’internet qu’on mérite c’est un reflet fidèle du monde tel qu’il est c’est à dire merveilleux et éffrayant...


                          • boyakacha (---.---.88.77) 3 octobre 2006 21:35

                            Quand on dit « le contenu d’aujourd’hui est plus riche que celui d’il y a 10 ans », on précise ses points de mesures, et on indique de combien il serait « plus riche ».

                            Autrement, c’est juste une affirmation non fondée.


                            • Imaginus (---.---.68.243) 8 octobre 2006 22:05

                              Je ne suis absolument pas d’accord avec cette vision futuriste d’internet.

                              Je pense tres sincerement que le Net actuel ne sera plus qu’une ramification globale de plusieurs dizaines de milliers de sous reseaux communiquant entre eux. Les raisons sont multiples tout comme l’interet d’un groupe a creer un reseau en commun. La technologie actuelle voit deja l’emergence de reseaux communautaire sans fil plus ou moins ouvert,plus ou moins difficile d’acces. C’est clairement la qu’est l’avenir.Une decentralisation massive et un internet à plusieurs niveaux. Les techniques de communication ne vont pas fondamentalement changer du tout au tout,au mieux se densifier et de plus en plus rapide.La mobilité sera certes accrue comme jamais et les systemes seront d’une puissances effarentes mais leur mode de fonctionnement divergera totalement des uns des autres meme si la technologie permettera une meilleur interconnexion.

                              Non l’avenir est aux groupes d’utilisateurs reliés entr eux avec des connexions exterieures securisées (WAN). Pas un internet mais des internets.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès