Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Qtrax : le bide ou le piège ?

Qtrax : le bide ou le piège ?

Qtrax est un logiciel de téléchargement gratuit légal et illimité qui vient d’être lancé en France après une présentation d’un coût d’un million de dollars lors du dernier Midem, le salon international du disque qui se tient chaque année à Cannes. Aligner une telle somme pour présenter un logiciel de téléchargement nécessite des moyens conséquents ou le soutien de sociétés disposant (pour l’instant) de ces moyens. Surtout quand on sait qu’un bon service de téléchargement de musique gratuit et illimité bénéficierait d’un énorme buzz sur internet rendant totalement inutile, voire dérisoire, tout action de promotion. Le regretté you.dj en est un très bon exemple. En effet, ce service d’écoute de musique à la demande s’est fait connaître en quelques semaines sans débourser un centime de promotion grâce au bouche-à-oreille sur internet.

Qtrax annonce un catalogue de 25 millions de titres soit environ quatre fois plus que le catalogue disponible sur iTunes. Qtrax annonce également des accords avec les principales majors du disque. En fait, au vu des annonces faites, Qtrax c’est cent fois mieux que Deezer et Lastfm réunies. Petits bémols, le téléchargement est gratuit et illimité, mais il faut télécharger et installer un logiciel sur son ordinateur, il faut obligatoirement utiliser le player dédié Song Bird, il faut regarder des publicités pour pouvoir écouter les titres téléchargés et il faut être connecté à internet pour écouter de la musique Qtrax.

Les contraintes sont à la limite de l’inacceptable, mais face à 25 millions de titres téléchargeables gratuitement, pourquoi pas. Ah ! j’oubliais, les titres téléchargés sont accompagnés de DRM ; DRM que tous les acteurs du monde musical, même les plus obtus, sont en train d’abandonner et qui empêchent toute recopie sur un baladeur numérique et accessoirement sur un autre ordinateur.

Après ce lancement tonitruant, les majors ont annoncé chacune leur tour ne pas avoir signé d’accord avec Qtrax ou pour certaines d’entre elles en être seulement au stade des pourparlers ; vous avez dit cacophonie ?

Le bide

Faisant fi de tout ce bruit, quelques courageux internautes ont testé le logiciel. Une fois installé, Qtrax scanne le disque à la recherche de mp3 afin de les partager en peer to peer. Est-ce que Qtrax est capable de distinguer les mp3 légaux des mp3 pirates. Si oui, que fait-il de ces informations. Ce qui est sûr, c’est que le catalogue de 25 millions de titres est constitué de titres se trouvant sur les disques des internautes et partagés en peer to peer plus ou moins à l’insu du plein gré des utilisateurs de Qtrax. Les courageux internautes continuent leurs tests et s’aperçoivent après maints reboots, maints réglages de Firewall, maints réglages du bloqueur de pub, du bloqueur de fenêtres publicitaires, que le téléchargement est totalement impossible. Par contre, les publicités s’affichent parfaitement et de manière continue.

Quelques jours après sa coûteuse présentation, Qtrax annonce que le lancement en France est reporté sine die !

On peut se poser plusieurs questions :

  • est-ce que les majors vont adhérer à ce service qui remet au goût du jour les DRM alors qu’elles sont en train d’abandonner les DRM ?
  • est-ce que le peer to peer est légal dans le cas de fichiers musicaux soumis aux droits d’auteur ? En effet, avec le peer to peer, c’est l’internaute qui met à disposition des mp3 alors qu’il n’en détient pas les droits.
  • si les majors donnent le droit de "peer to peeriser" certains titres, pourquoi utiliser un système qui impose de regarder de la publicité et qui impose son propre player mp3 alors qu’il y a d’autres très bons services de peer to peer ?
  • que fait Qtrax des listes de mp3 qu’il relève sur le disque de celui qui l’installe ?

Le piège

On peut aussi s’interroger sur le choix qu’a fait Qtrax d’installer un logiciel à l’heure où les applications internet sont capables de tout faire sans aucune installation sur l’ordinateur. A moins que ce choix ne soit dicté par la nécessité de moucharder les mp3 pirates trouvés sur les disques de l’utilisateur. Quelqu’un de méfiant pourrait même penser que certains acteurs musicaux confondent riposte graduée avec espionnage et dénonciation.

Alors, est-ce que Qtrax est un feu de paille qui a brûlé l’espace d’un Midem afin de montrer aux professionnels du disque que leur industrie n’est pas à bout de souffle et qu’elle a des solutions pour lutter contre l’effondrement des ventes ou alors est-ce que c’est un piège visant à coincer l’internaute qui aurait la naïveté d’utiliser ce logiciel ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • quotsa 12 février 2008 15:36

    merci pour cette information, je ne me risquerais pas à installer un tel logiciel, c’est sur et ni aucun autre tant qu’une solution acceptable dans le téléchargement légal n’aura pas recueilli mon assentiment !

    certaines télés arrivent bien à vivre de la pub mais pas les maisons de disques !


    • roOl roOl 12 février 2008 15:59

      Le peer to peer, c’est la radio d’aujourd’hui.

      Autrefois obligé de subir les programmes conçu pour lui, l’homo-internetus peut desormais choisir en fonctions de ses gouts et aspirations.

      Cette deliverance ne saurait en aucun cas etre remise en question, et le retour arriere n’est plus possible.

       

      Par contre, cette volonté d’immobilisme a tout prix par les acteurs de la profession (que ce soit les maisons de disques ou de production audiovisuelle) reste incomprehensible. Pourquoi ne pas reprendre le probleme dans l’autre sens, plutot que toujours sur le manque a gagner a cause des vilins pirates ? Pourquoi ne pas proposé un autre modele economique que celui proposé, avec l’aternative du proces ou du baton pour le contrevenant ?

       

      Si les majors avaient compris, elle verrait bien qu’internet est un outil de promotion incroyable et a moindre cout pour tout leur vivier artistique, et que proposer des choses non telechargeables (goodies, t-shirt, place de concert pour un album acheté...) en sus de leur CD/DVD serait probablement la clé.

       

       

      Ca fais de la peine que les soit disant acteurs du marché, tout ces entrepreneurs pleins de sous, tout ces chefs d’entreprise et leur legions de "conseils" ne soit pas foutu de voir clair dans l’economie actuelle et ses tendances.


      • Forest Ent Forest Ent 12 février 2008 17:02

        Il aurait été séant de linker les sites et blogs des malheureux testeurs volontaires.

        Sur le fond, ça a l’air d’être encore une bouse à DRM, pub et spies qui va direct à la poubelle.

        Dix ans après Napster, les offres légales sont toujours aussi affligeantes. Il faut attendre encore un peu la faillite de la RIAA, et puis on pourra commencer à s’intéresser au sujet. D’ici là, on aura peut-être le temps de voir les "radars" en service, s’ils vont très vite.


        • wesson wesson 12 février 2008 18:01

          D’accord pour QTrak, et sur le fait que il n’existe toujours pas d’offre légale interessante.

          Ce dernier point mérite d’ailleur l’attention. Les plus gros vendeurs de disques sont encore aujourd’hui les supermarchés, comme Wal Mart aux US, Carrefour ou Leclerc ou la FNAC en France. 

          Ces vendeurs n’aiment pas voir leur business model s’envoler au profit d’internet, où il est un peu tard pour prendre des positions - merci Itunes...

          Bref, tous ces joyeux revendeurs font leur possible pour que aucune offre légale interessante ne puisse exister par Internet. Cela inclut le chantage au déréférencement des titres de la major...

          Et tand que ce seront les plus grosses sources de revenus des majors, il n’y a aucune raison que cela change.Bref, l’offre légale interessante par internet, c’est pas encore pour demain.

           


        • jean-michel plisson jean-michel plisson 12 février 2008 18:46

          Il existe des offres légales de musique qui deviennent extrèmement intéressantes comme Deezer ou LastFM ou comme les offres de musiques proposées par les fournisseurs d’accès à internet. Bien sûr, l’offre intéressante et légale ne concerne que la musique en streaming. Mais, cela est quasiment suffisant car avec la musique en streaming, on peut écouter ce que l’on veut quand on veut et presque où l’on veut. En effet, avec les nouvelles solutions de mobilités comme les baladeurs numériques WiFi ou les clés 3G qui permettent de connecter à moindre frais des portables à Internet via le réseau téléphonique GSM, on peut maintent profiter du streaming en dehors de chez soi.

          De plus, les offres flirtant avec la légalité comme la recherche de mp3 sur Internet ou l’enregistrement de la musique diffusée en streaming n’ont jamais été aussi nombreuses.

          Alors, ce n’est pas la peine d’attendre. On peut dès aujourd’hui écouter ce que l’on veut légalement et gratuitement.

          Article sur Deezer : http://www.blog-du-net.net/article-15610081.html

          Article sur les offres de musique des FAI : http://www.blog-du-net.net/article-15803998.html

          Tous les articles de la catégorie musique du Blog du Net : http://www.blog-du-net.net/categorie-987316.html


        • Forest Ent Forest Ent 12 février 2008 20:25

          Bof. Le fond du problème, le financement, n’est pas résolu. La pub ne paye pas. Les prix des abonnements ne sont pas intéressants. Les catalogues ne sont pas à la hauteur.

          Et puis le streaming, quand mon RER passe dans un tunnel ...

          Tout ça comparé à la simplicité biblique napster+baladeur mp3...

          Dans le même temps, on paye de plus en plus de taxes sur les clés usb, les CD, les baladeurs, les disques durs, les téléphones, ...


        • jamesdu75 jamesdu75 12 février 2008 19:52

          Bon article et plein de bon commentaire.

          Aprés comme l’a dit je sais plus qui. Pour se mettre dans la légalité, il faut partir illegal, un peut comme Deezer.

          Forcement si tu vas voir Universal et tu dit j’ai un projet de plateforme audio, je voudrais qu’on signe unaccord, ils t’enveront chier. Alors que si tu reveniquent 500 000 telechargement par semaines ils te regardront d’une autre facon.


          • Mougeon Mougeon 14 février 2008 07:44

            9 Commentaires, 9 réactions...

            Il n’y a plus de doutes "Qtrax" c’est bien un gros BIDE en plus d’être un piège à cons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès