Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Qu’a donc découvert ce jeune de 15 ans avec des calculs sur les (...)

Qu’a donc découvert ce jeune de 15 ans avec des calculs sur les galaxies ?

Un gamin de 15 ans aurait déboulonné la statue d’Einstein. C’est ce qu’ont plus ou moins raconté quelques médias en quête de nouvelle spectaculaire. En vérité, cette histoire de génie de la physique est pour le moins bricolée car les faits sont têtus et contredisent la version de notre pravda journalistique oeuvrant au service de la grande démocratie française. Les choses sont beaucoup plus contrastées. Notre génie de la science n’a réalisé en fait qu’une prouesse algorithmique qui a permis d’interpréter quelques images fournies par trois années d’intenses collaborations entre astrophysiciens du monde et qui ont été validées par d’autres calculs. Cela dit, je ne me plaindrai aucunement qu’un jeune de 15 ans recruté comme stagiaire cosigne un article dans Nature et je souhaiterais que cette attention envers un stagiaire se généralise dans d’autres secteurs. Ce qui reste finalement, c’est cet article qui a été en une de Nature et en une des médias français parce qu’un jeune de 15 ans l’a cosigné, ce qui est un événement pittoresque qui n’engage aucune conclusion sur l’importance de l’article et d’ailleurs, chaque semaine, une découverte fait la une de Nature sans que les médias ne relayent l’info. Alors on va dire que c’est une étrange coïncidence car la découverte qui a été publiée mérite quand même qu’on s’y penche avec attention en laissant de côté le volet folklorique du jeune génie de 15 ans.

Pour rendre cette affaire plus qu’intéressante, il faut remonter à quelques événements de la science passée et tout particulièrement l’analyse du rayonnement du corps noir qui, s’écartant de la prévision fournie par le modèle théorique en vigueur (loi de Wien), incita le physicien Planck à formuler l’hypothèse de l’énergie quantifiée, ce qui entraîna le séisme épistémologique de la mécanique quantique. La découverte sur la galaxie Andromède publiée par Rodrigo Ibata et ses collaborateurs (dont son fils de 15 ans) recèle-t-elle une promesse de séisme épistémologique ou bien s’inscrit-elle dans une recherche de croisière ? Telle est la question qui est posée et à laquelle pour l’instant, les médias n’ont pas de réponse, pas plus que les scientifiques qui néanmoins savent qu’ils ont là quelque chose qui tranche avec les prévisions théoriques et qui n’était pas attendu bien que les précédentes observations l’aient anticipé avant que les calculs ne tranchent en faveur d’une phénoménologie des galaxies en contradiction avec les données prévues par la cosmologie relativiste. Ce qui a profondément troublé Ibata qui espérait en fait que les conclusions soient différentes, confirmant la validité du modèle consensuel. Et qui me trouble aussi car je crois comprendre que cet astrophysicien préfère voire confirmer les théories actuelles que d’être troublé par des faits non-conformes et pour le dire avec des termes très à la mode, des faits anormaux, en pleine présidence normale, ce qui est un scandale !

Maintenant, il va falloir exposer cette découverte et ma foi, je ne pourrais pas vous dire si c’est un séisme scientifique car mes compétences sont très restreintes, comme du reste la relativité. Si j’avais près de moi quelques astrophysiciens, je pourrais en dire plus mais ce n’est pas le cas alors je vais y aller de mon épistémologie de garage. La cosmologie d’Einstein porte sur notre univers assez proche et elle ne sera pas invalidée par cette découverte. Cette cosmologie a permis de faire des corrections d’orbite très précises, d’abord sur Mercure, puis de faire les corrections nécessaires pour que les GPS fonctionnent. Mais rien ne dit que cette théorie soit valide dans d’autres zones du cosmos et notamment la galaxie Andromède qui est la plus proche de notre propre galaxie connue comme voie lactée où figure notre soleil. C’est donc la galaxie qui se prête le mieux pour l’observation de phénomènes galactiques parmi lesquels les galaxies naines font l’objet de questions théoriques sur la genèse des systèmes d’étoiles et si on voulait tracer une comparaison, l’étude des galaxies équivaut aux investigations sur l’évolution des espèces. Comment se forment les galaxies et comment se transforment-elles ? L’étude menée par Ibata a simplement établi que les galaxies naines entourant Andromède et étendue sur une distance d’un million d’années-lumière sont en fait organisées en une structure et tournent autour d’Andromède, alors qu’on pensait qu’elles étaient indépendantes les unes des autres. Cette découverte est due principalement aux technologies d’observation utilisées. Et c’est ce qui peut l’inscrire comme un événement majeur en cosmologie, sous réserve qu’on puisse l’interpréter correctement (à l’instar du rayonnement du corps noir)

Et l’interprétation qui court serait que les galaxies désobéissent à la loi de la gravitation établie par Newton puis Einstein, ce qui est assez étonnant mais pas tant que ça. Cela fait quelques années que cette hypothèse est relayée par les astrophysiciens et sans doute mal formulée par la vulgarisation médiatique car rien ne dit que les galaxies soient hors de la gravitation mais tout simplement dans un espace où les calculs relativistes opérationnels dans notre environnement ne sont plus valides dans l’univers lointain. Ce qui nous invite à sortir de notre cosmocentrisme et laisse présager une seconde révolution copernicienne à l’échelle de l’univers. J’extrapole aux limites de l’épistémologie et peut-être irais-je encore plus loin en convoquant les hypothèses de Verlinde sur la gravitation comme force entropique et donc formellement structurante, ce qui colle assez bien avec les informations sur la structure de ces galaxies naines qui sont ordonnées et non pas aléatoires. Pour conclure rapidement, ces découvertes semblent indiquer la présence d’une puissance structurante universelle dont la cosmologie relativiste n’est qu’un cas restreint à notre milieu. Je ne pourrai pas argumenter plus mais je peux juste suggérer que cette découverte a peut-être un lien avec la question des origines de la vie. Autant dire que le séisme scientifique sera universel.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

103 réactions à cet article    


  • caramico 6 janvier 2013 12:34

    Il suffit d’être patient, dans 4 à 5 milliards d’années, elle fusionnera avec la nôtre, ya qu’à attendre.


    • Radix Radix 6 janvier 2013 14:01

      Bonjour Caramico

      Elle ne va pas vraiment fusionner mais entrer en collision, avant de continuer son chemin.
      Bon c’est sûr qu’elle va y laisser des plumes et la notre aussi.

      Les trous noir qui sont au centre des deux vont-ils aussi se percuter ou s’éviter ?

      Notre situation de banlieusard par rapport au centre galactique permettra-t-elle à la Terre d’éviter une collision avec un système solaire d’Andromède ? Ou allons-nous déménager et repartir avec Andromède ?

      Ces spéculations sont passionnantes autant qu’oiseuses puisque nul d’entre-nous n’en sera le témoin !

      Radix


    • caramico 7 janvier 2013 11:07

      Apparemment, dixit ceux qui savent, je me contente de répéter, de toutes façons la terre aura disparu à ce moment là englobée dans le soleil qui sera devenu une géante rouge ?


    • Denzo75018 6 janvier 2013 12:45

      La découverte de ce jeune homme Français est d’avoir modélisé via un langage spécifique des théories Astro-physiques et il ne faut pas lui enlever ce mérite. En revanche il n’a RIEN démontré et les hypothèses ou conclusions sur la théorie de la relativité ne relèvent pas de ses propos mais de ses pairs...Alors du calme...de grâce !!!


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 janvier 2013 14:08

        Pas tout à fait. Il a modélisé le mouvement des galaxies à partir de données empiriques mais c’est une sacrée prouesse qui me rappelle à quelques bons souvenirs puisqu’au même âge, j’avais trouvé un algorithme pour calculer pi (en inscrivant des polygones successifs dans un cercle) qui avait étonné mon prof agrégé qui elle, n’avait pas trouvé si bien que j’ai dû lui expliquer. Cela dit, mon algorithme ne présentait aucun intérêt puisque pi se calcule en faisant converger des suites.

        Les conclusions des travaux de Ibata et al. dépassent sans doute les théories actuelles des astrophysiciens. Je vais essayer d’en savoir plus


      • Shawford Shawford42 6 janvier 2013 14:11

        Hu hu, on dirait que je viens de vous couper l’herbe sous le pied par mon commentaire précédent, Monsieur Dugué ^^ !!!!!!


      • MKT 6 janvier 2013 12:51

        La connaissance de notre univers et notamment des galaxies lointaines est encore assez incertaine.


        Un astrophysicien propose une vision décapante et rugueuse dans son livre « le théorème du jardin ».

        C’est loin des visions limite Walt Disney qui nous sont servies habituellement.

        Il anime aussi un site : lacosmo.com

        Bien à vous.

        • Al West 6 janvier 2013 14:06

          Les médias se sont emparés de l’anecdote pour sortir du sensationnel - Depardieu n’a apparemment pas le monopole pour faire oublier la situation économique et sociale déplorable dans laquelle la France se trouve - mais on notera que le jeune prodige et son père sont apparus très humbles lors de leurs interventions.


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 janvier 2013 14:10

            C’est en effet anecdotique mais il y a derrière peut-être un séisme épistémologique


          • goc goc 6 janvier 2013 15:35

            Depardieu n’a apparemment pas le monopole pour faire oublier la situation économique et sociale

            Depardieu est comme un trou noir
            il attire la connerie humaine et leurs porte-paroles : les journalistes

            @ l’auteur

            merci pour l’article, au moins il a le mérite de replacer les choses


          • Shawford Shawford42 6 janvier 2013 14:09

            Notre génie de la science n’a réalisé en fait qu’une prouesse algorithmique qui a permis d’interpréter quelques images fournies par trois années d’intenses collaborations entre astrophysiciens du monde et qui ont été validées par d’autres calculs.


            Personne pour relever ça ? 
            M’enfin, Monsieur Dugué, vous avez pas l’impression de faire tout d’un coup oeuvre de corporatisme déplacé ?
            Vous seriez pas en train de dénier les prouesses de quel’qu’un de facto hors des sentiers peu lumineux d’un système sur lequel vous glosez à longueur d’AV ?
            Début d’année en très petite forme on dirait.

            • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 janvier 2013 14:12

              Vous n’y êtes pas. Je ne dénigre pas les prouesses d’un petit génie de la programmation. Je cherche juste à dégonfler le soufflet médiatique et la présentation du jeune homme comme un nouvel Einstein. Allez voir sur la toile ce qui s’écrit


            • Shawford Shawford42 6 janvier 2013 14:14

              Oki doki, rendez et rendons donc juste aux César ce qui est à chaque César smiley


              Bonne après midi.

            • nemo 6 janvier 2013 14:34

              " ... pas plus que les scientifiques qui néanmoins savent qu’ils ont là quelque chose qui tranche avec les prévisions théoriques et qui n’était pas attendu bien que les précédentes observations l’aient anticipé avant que les calculs ne tranchent en faveur d’une phénoménologie des galaxies en contradiction avec les données prévues par la cosmologie relativiste. "

              Une façon comme une autre de dire qu’ils sont complètement paumés...

              Les calculs basés sur la relativité et la loi d’attraction des masses sont erronés à 96%. L’invention de la ’’matière noire’’ et de ’’l’énergie sombre’’ est là pour remplir ce trou de 96% dans le résultat de leurs équations. Mais ça ne repose sur rien, c’est juste une nécessité (ou une cécité) mathématique.
              Pour que les équations fonctionnent encore, il faudrait que cette matière noire soit présente. Mais aucune observation ne révèle un quelconque indice de son existence. Elle devrait en outre avoir une densité atteignant 3 millions de tonnes au cm3  !.. Tout en restant invisible, imperceptible, transparente !.. Et ça ne choque personne.
              Un résultat délirant, plus qu’improbable, en contradiction avec les faits, c’est à dire que la où les instruments ne détectent rien c’est qu’il n’y a pas grand chose.

              On comprendra mieux le problème en remontant à son origine, avant 1920 lorsque Einstein construit sa théorie. Epoque où l’observation astronomique est encore balbutiante, par conséquent Einstein et ses contemporains n’ont aucune idée de l’importance des forces électro-magnétiques dans l’espace.
              Ces forces surpassent la gravité d’un facteur 10 puissance 39, des milliards de milliards de milliards de fois plus puissantes. Mais considérées en 1920 comme ’’négligeables’’ et ainsi toute la théorie de la relativité s’est bâtie sans inclure l’électricité ou le magnétisme comme forces universelles. De là un vide ’’inexplicable’’ et 96% d’énergie manquante.
              L’erreur paraît simple à concevoir, élémentaire, sauf que cela reverse et annihile presque un siècle de théories censées être le top de la recherche.

              Donc oui, vous aurez droit à un séisme scientifique, mais d’une ampleur qui vous surprendra.


              • BlackMatter 6 janvier 2013 19:16

                Non pas du tout.


                La matière noire pourrait correspondre à des wimps prévues par la supersymétrie. Plus exactement, il s’agirait de la particule supersymétrique la plus stable.

                Le message de nemo en particulier ses 3 millions de tonnes au cm3 n’a aucun sens. A quel pression, dans quelle condition ? Si on enlève le vide qui compose la matière normale, on peut déjà arriver à des densités énormes rien que pour la matière normal. Par exemple pour une étoile à neutron, on peut arriver à un milliard de tonne au cm3 alors que cette étoile est faites de matière ordinaire. Donc balancer des chiffres comme ça n’a aucun sens et surtout ne démontre rien.


              • ffi ffi 7 janvier 2013 13:22

                Et crois que des « wimbs prévus par la supersymétrie », qu’ôter « le vide de la matière » ça a plus de sens ?
                 
                Moi, ce que je vois, c’est que Newton introduit, et ça vient comme un cheveux sur la soupe, la masse du Soleil dans les lois de Kepler, alors que cette masse n’est pas mesurable, et qu’il s’en suit, à partir de cette hypothèse, toute une série de déductions aberrantes en terme d’estimation de masse.
                 
                Quelqu’un qui a une certaine intelligence, quand il constate qu’une hypothèse amène à des considération à l’opposé du bon sens, sait remettre en cause cette hypothèse.


              • Aleth Aleth 7 janvier 2013 14:08

                Supposons (oui je dis bien supposons... je sais avec des ’si’ on ferait beaucoup de choses, mais la question mérite à mon humble avis d’être posée)... supposons donc que les dimensions spatio-temporelles qui nous sont familières (car dans les théories cosmologiques il me semble bien que seules les 3 dimensions d’espace et celle du temps sont prises en compte - ?- même si elles ne forment qu’un tout in fine) ne soient qu’un échantillon parmi un ensemble plus vaste, à l’instar (pour la métaphore ou le parallèle) de l’échantillon électromagnétique auquel nos yeux sont adaptés sur l’ensemble (et bien plus vaste) de l’éventail EM.

                Les « anomalies » rencontrées lors de l’analyse des galaxies, amas de galaxies, super-amas de galaxies (plus l’échelle est grande plus l’effet est significatif) ou leurs interactions en rapport avec la gravitation (matière noire) ou l’accélération « anormale » de l’expansion cosmique (énergie sombre) ne pourraient-elles pas découler de l’influence de ces hypothétiques « dimensions » sur les nôtres (ou plutôt celles qui sont familières, admises ou prises en compte dans les calculs) ?

                Je rappelle que les ondes EM ont été découvertes assez tard relativement à l’Histoire des sciences (ou le petit échantillon allant du rouge au violet). Il n’est pas dénué de sens de supposer que notre portion ou densité vibratoire ne soit pas la référence ultime et absolue...(?) D’autant plus que la Théorie des Cordes voire Théorie M prend en compte jusqu’à 11 dimensions.

                Pour la « matière noire » par exemple, la gravitation pourrait avoir la capacité de passer outre ces densités vibratoires, interagissant avec la nôtre. Nous en déduisons à présent qu’il y a une « anomalie » car il n’y aurait pas assez de matière/particules/ondes suffisantes pour maintenir la cohésion au sein des galaxies, amas de galaxies, etc dans notre panorama « visible » et pour cause.

                Cette gravitation « en surplus » pourrait provenir de ces densités vibratoires adjacentes qu’il resterait à mettre en lumière (parce-qu’on ne regarde pas « là où il faut ») notre portion n’étant qu’un échantillon soumis en grande partie à leur influence (bon les termes sont peut-être inappropriés j’en conviens mais j’essaye d’expliquer comme je peux ma vision des choses avec mes petits moyens).

                (idem pour l’énergie sombre concernant l’influence, même si cette « anomalie » peut éventuellement s’avérer représenter le résultat dune erreur d’interprétation par l’observation.)

                Voilà c’était une simple supposition.

                En outre je rejoins nemo s’agissant de la force électro-magnétique laissée pour compte ou mise de côté dans les théories. En considérant la gravitation comme principale protagoniste des interactions cosmiques à grande échelle (à cause dit-on de l’influence à courte distance de la force EM) c’est peut-être faire une grossière erreur (je m’étais notamment interrogé quant à l’influence de cette découverte il y a quelques années - vue d’artiste - si cela concerne la Voie Lactée, ce schéma ne doit donc pas être unique. Quid des interactions sur l’ensemble d’une galaxie lorsqu’il est question de puissants rayons gamma - donc EM - s’étendant sur 25.000 années-lumière ? Et cette découverte est relativement récente. Qui sait ce qui sera découvert à l’avenir...).

                Certes la Relativité Générale a fonctionné via la seule gravitation et sans la force EM jusqu’ici (démonstrations et expérimentations à l’appui) mais jusqu’à un certain point (problème en-deça de l’horizon des évènements d’un trou noir ou concernant la matière noire ou l’énergie sombre). Certains astrophysiciens saupoudrent même la théorie d’une pseudo « constante cosmologique » pour colmater les failles, à défaut d’autre chose. La même erreur qu’a effectuée Einstein (erreur qu’il a regrettée toute sa vie même s’il l’a rectifiée par la suite, les équations se suffisaient à elles-mêmes) lorsque les modèles cosmologiques inadaptés d’alors (avant Hubble et d’autres) stipulaient que l’Univers était statique.

                La Relativité d’Einstein est à mon avis à l’image de la Théorie de la Gravitation de Newton, une théorie (plus ou moins) exacte mais jusqu’à un certain point ou référentiel. D’ailleurs ce n’est pas un hasard si elle ne fait pas bon ménage avec la Physique Quantique (qui a fait elle aussi ses preuves mais de la même manière jusqu’à un certain point). A mon sens les théories ou lois universelles doivent être « harmonieuses » et donc en adéquation les unes avec les autres. Soit l’une des deux théories est dans l’absolu en inadéquation avec les lois propres et intrinsèques de l’Univers... soit ce sont les deux.


              • ffi ffi 7 janvier 2013 14:52

                La force EM est en 1/r², comme la force de Newton.
                Le rayonnement dipolaire, lui, est carrément en 1/r... (mais il n’est pas sphérique et non isotrope...)
                 
                Donc, non, on ne peut pas dire que la Force électrique ait un rayon d’action plus petit que la Force de Newton.
                 
                Je pense que cela fait déjà un siècle que la science cherche des solutions très compliquées, à partir de concepts toujours mal définis (et en général contraire au bon sens...)
                 
                Donc si déjà la science revenait à une certaine simplicité, si déjà la science définissait ses concepts de manière non ambigüe, je crois que l’on y verrait plus clair. En effet, réfléchir à partir de concepts que l’on ne maîtrise pas, nous permet de faire toutes sortes d’approximations, ce qui autorise toute sorte de tripatouillages pour rattraper les erreurs de concepts théoriques...
                 
                Pour moi, le modèle de clarté, cela reste la science classique.
                On voit bien que, depuis, la science théorique patine.


              • BlackMatter 7 janvier 2013 16:23

                « Et crois que des « wimbs prévus par la supersymétrie », qu’ôter « le vide de la matière » ça a plus de sens ? »


                Si vous ne savez pas qu’un atome est constitué principalement de vide, je ne peux rien faire pour vous.

              • ffi ffi 7 janvier 2013 17:14

                Moi, je sais que je ne sais rien...
                 
                As-tu une photo de ce vide à me présenter ?
                Connais-tu au moins l’expérience qui est à l’origine de cette supposition ?


              • Aleth Aleth 7 janvier 2013 19:45

                « Donc, non, on ne peut pas dire que la Force électrique ait un rayon d’action plus petit que la Force de Newton. »

                Disons que sur les grandes distances, quelle que soit son intensité, la force électromagnétique n’entre pas en ligne de compte dans les calculs théoriques (il y a les magnétars et peut-être certains autres corps du bestiaire cosmique mais c’est négligeable jusque-là).

                « Pour moi, le modèle de clarté, cela reste la science classique. »

                Tu veux dire vers la fin du XIXe Siècle ? Lorsqu’on croyait avoir atteint la quintessence de la Physique ? ^^

                « On voit bien que, depuis, la science théorique patine. »

                Oh oui... et c’est bien malheureux et je ne suis pas ironique. Depuis le début du XXe Siècle, mise à part une compréhension accrue des phénomènes - et je pense surtout à la PQ car pour la Relativité ça n’a pas bougé d’un iota - ou la découverte de nouvelles particules que ce soit au niveau théorique ou expérimental... c’est le statu quo ! Alors Théorie M ? Gravitation quantique à boucles ? Aujourd’hui rien n’est moins sûr. Ou autre chose ? Il est grand temps qu’un nouveau génie arrive sur la scène et nous fasse découvrir une nouvelle « vision » de l’Univers et de ses caprices.

                « Si vous ne savez pas qu’un atome est constitué principalement de vide... »

                Même le vide le plus pur n’est pas vraiment vide... selon la Physique Quantique il y a constamment des créations de particules-antiparticules (« particules fantômes ») qui s’annihilent les unes les autres en l’espace du Temps de Planck il me semble.

                Quant au modèle atomique, disons que l’électron ou les électrons forme(nt) en quelque sorte une sorte de « nuage » autour du noyau. Il y a beaucoup d’interactions (photons) entre les deux. Donc oui avec le modèle de Bohr cela pouvait fonctionner cette idée de « vide » mais à présent c’est plus subtil que ça j’imagine. Puis comme le vide n’est pas vraiment vide de toute façon.


              • ffi ffi 7 janvier 2013 21:09

                Attention !
                Il est plus que jamais nécessaire de faire le tri entre :
                - ce qui est l’ordre de l’observation factuelle.
                - ce qui est de l’ordre de l’interprétation des faits.
                 
                Oui, je dis que la physique classique est un modèle de clarté, car elle repose sur des définitions précises et non ambigües, patiemment édifiées. La physique moderne n’a pas cette qualité.

                Je pense que c’est la suite logique des dérives du XIXème siècle : un singulier manque d’humilité face à nos connaissances.

                La physique moderne est le fruits de gens qui se croyaient géniaux et ont cru pouvoir tout révolutionner dans la précipitation. D’où son coté brouillon.


              • Rensk Rensk 6 janvier 2013 14:46

                @ Tous,

                Pas besoins d’un temps aussi long (4-5 milliards d’année) et que tout tourne dans le vide de l’espace autour d’un centre de gravité n’est pas un nouvelle information...

                Prenez-vous le temps de voir les astéroïdes dans notre propre système solaire, de 1980 à 2011 c’est assez « parlant »

                http://www.youtube.com/watch?annotation_id=annotation_79355&feature=iv&src_vid=S_d-gs0WoUw&v=ONUSP23cmAE


                • Gaetan de Passage Gaetan est passé 6 janvier 2013 15:17

                  Bon, je vais vous expliquer ... mais c’est la dernière fois, hein ?

                  Alors voilà :

                  1er acte : - il y a d’abord un papa astrophysicien qui fait un job classique d’observation des galaxies. Mais comme son job passionne aussi son fiston qui se débrouille bien en informatique, il le fait collaborer.
                  Son gamin bidouille alors un logiciel respectable pour un gars de 15 ans,, mais qui n’a rien d’extraordinaire et ne révolutionne absolument rien du tout.

                  2e acte : - ensuite, le papa, pour récompenser son fiston, le fait co-signer gentiment son article dans la revue Nature.

                  3e acte : la revue Nature sachant l’âge du fiston, met alors cette « prouesse » en avant pour vendre son papelard.

                  4e acte : d’autres types en mal de buzz répercutent le machin, dont certains le gonflent encore un peu. Et ainsi de buzzeur en buzzeur, ça finit par tomber sous les yeux de Mr Dugué.

                  5e acte : Mr Dugué fait alors lui aussi son buzz sur un site dont le boss est justement intéressé par les phénomènes de buzz, et donc il est publié.

                  6e acte : je vois ça, et ça me me fait rigoler, et donc je poste mon com’, parce qu’on est dimanche, et qu’il pleut et que je n’ai rien d’autre à fiche d’ici tantôt smiley

                  Conclusion : mais sur le fond, il n’y a RIEN là-dedans. Nib.

                  Là-dessus, salut, et bon dimanche !

                  • non667 6 janvier 2013 18:08

                    à gaëtan
                    cette découverte a peut-être un lien avec la question des origines de la vie.

                    dugué lyssenko rajoute une embrouille a son évolutionnisme ridicule !
                    il touche le fond mais creuse encore ! smiley smiley smiley


                  • hillaire45 7 janvier 2013 13:50

                    Monsieur Gaetan, vous avez un lien à nous donner ou êtes vous un intime de ces gens ? Cela serait mieux pour appuyer vos dires qui pourraient sinon passer pour abjectes !


                  • Gaetan de Passage Gaetan 7 janvier 2013 14:13

                    Voilà papa et son fiston

                    La prochaine fois, veuillez utiliser Google vous-même pour trouver des évidences.
                    Merci

                  • LayouRiver 7 janvier 2013 14:24

                    Désolé, il n’y a aucun lièvre de levé dans l’article contrairement à vos extrapolations condescendantes et dédaigneuses tout autant pour la famille Ibata que pour la famille scientifique , et vous inquiétez pas depuis trois jours je vais sur futura-sciences and co pour savoir ce qu’il en ressort exactement. 

                    Je ne me suis pas arrêté à la première d’actu de GG

                    Et bien il n’y a rien à redire à mérites bien évidemment relatifs du jeune homme.

                    Ah si, vous auriez peut être voulu qu’Einstein dessine ses équations entre deux succions de tétine ?

                    Pffffffffffffff

                    Bien à vous !

                  • Gaetan de Passage Gaetan 7 janvier 2013 14:53

                    Vous m’avez mal interprété, je pense.

                    Je ne m’attaquais pas à ces braves scientifiques qui ont fait là leur job tout-à-fait normalement. Car il n’y a rien à redire là.

                    C’est le « scoop » pour gogos que je dénonçais. Chose dont les scientifiques ne sont pas responsables. Ce sont les « buzzeurs » qui déconnent. Pas les scientifiques.


                  • LayouRiver 7 janvier 2013 15:03

                    En effet, je vous comprends bien.


                    Même vu sous cet angle, je n’en voudrais cependant pour ma part en rien à ceux qui sont chargés de faire la promotion de découvertes scientifiques, et donc dans ce cas là leur boulot a été bien fait, puisqu’il a été repris à foison par les buzzeurs professionnels

                    Ce sont eux qui ne font en effet leur beurre que sur du sensationnel au détriment du concret qui sont comme d’habitude blâmables, pour sûr.

                    Mais ma foi vu la conjonction découverte [peut être pas celle du siècle, quoi que, allez voir sur futura-sciences, elle est importante] / travail de famille / précocité du découvreur « bidouilleur », et bien ça vaut le détour.

                    Alors pourquoi crier au haro puisque pour une fois c’est pas pur du racoleur, de la niaiserie ou du salace ?

                    Je n’en ferai par contre pas plus un plat que ça, bonne après midi smiley


                  • Robert Biloute Robert Biloute 6 janvier 2013 15:25

                    En astro on est souvent dans le cas suivant :
                    Une observation ne colle pas avec les modélisations existantes :

                    1 - Soit on remet en cause les paramètres de la modélisation (sous-estimation d’un ingrédient, ajout de phénomènes ignorés jusque là, ajustement via d’autres mesures indépendantes...)
                    2 - Soit on remet en cause la physique fondamentale (les lois sous jacentes qui vont gouverner la modélisation)

                    Dans tous les domaines on peut rencontrer ça, mais en astro l’option 2 est toujours très tentante : toujours un doute que les lois physique déterminées à notre échelle fonctionne à l’identique aux échelles gargantuesques de l’astro + c’est plus vendeur.

                    Bref c’est un résultat inédit et difficile à expliquer, donc intéressant, mais il est sûrement bien trop tôt pour conclure quoique ce soit.


                    • Hermes Hermes 7 janvier 2013 15:37

                      Bonjour, une petite réflexion en deux étapes pour émerger de la sieste galactique :

                      1- on avait déjà un résultat inexplicable depui quelque temps : le disque des galaxies tourne trop uniformément (pas de perte de vitesse à l’extérieur). d’où théories de la métière noire etc
                      2- on a un nouveau résultat inédit : autour d’une galaxie il y a foule de petites galaxies sombres, loin loin, loin... (comme des glaxies « planètes » non lumineuses).

                      Si 2 explique 1 (l’extérieur de l’ensembe gravitationnel est bien plus éloigné que l’on pense), on se débaresserait de pas mal de théories compliquées pour expliquer 1. Mais celà risque de mettre pas mal de chercheurs à la paille....... mince.

                      Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse !

                      Bonne journée.


                    • BlackMatter 7 janvier 2013 16:40

                      Je vais vous répondre très franchement.

                      Je pense que la supersymétrie est la théorie qui répond le mieux à l’énigme de la matière noire.
                      Néanmoins, je pense qu’on ne peut pas écarter comme cela l’hypothèse d’objet standard sombre tel que des étoiles mortes ou des micro trou noirs. Sauf que si cela était le cas, ce type d’objet devrait faire écran à une partie du rayonnement des galaxies. Pour autant je ne suis pas un homme binaire. Ca n’est pas parce qu’un théorie a sans doute raison qu’une autre à forcément tord, à moins qu’elles soient complètement contradictoires. Ce que l’on peut reprocher aujourd’hui à certaines théories, c’est de vouloir avoir raison contre les autres alors que les choses sont sans doute plus compliquer que cela et peuvent même être un mixte de théories en concurrence.

                    • Hermes Hermes 7 janvier 2013 16:59

                      @BlackMatter

                      Voilà qui me convient bien, une approche raisonnable. Il ne faut s’interdire aucune hypothèse et ne pas s’accrocher à trop vouloir justifier une hypothèse, sinon la seule chose que l’on prouve c’est la possession de ses propres idées.

                       smiley mais si j’en juge par votre pseudo, on a trouvé la matière noire et c’est vous ?

                      Bonne soirée.


                    • Robert Biloute Robert Biloute 7 janvier 2013 21:52

                      @ hermes


                      on avait déjà un résultat inexplicable depui quelque temps 

                      [...]

                      Mais celà risque de mettre pas mal de chercheurs à la paille.


                      Justement, ce qui de mon point de vue force au sang froid face aux différentes annonces de ce genre, c’est qu’il n’y a pas seulement « un autre résultat inexplicable depuis quelques temps », mais bien un ensemble de résultats inexplicables, et ce depuis un bon bout de temps (le problème des courbes de rotation de galaxies a été remarqué par Zwicky dans les années 30, et pour ma part je dirais avant lui par Oort mais il n’est pas souvent cité et n’a pas poussé le raisonnement jusqu’au bout).

                      Concernant le problème de ’masse manquante’, des anomalies ont été repérées à toutes les échelles supérieures à l’échelle galactique (amas de galaxies, statistiques de répartition, fond diffus cosmologique..) et pour plusieurs méthodes de mesures (visible, X pour les amas, radio pour les courbes de rotation loin du centre galactique...).

                      Vu de l’intérieur, le domaine est secoué de révélations fracassantes à peu près tous les jours (jetez un oeil au site arxiv.org), ça force à la prise de recul.. + chaque nouveau problème, chaque nouvelle théorie doit trouver sa place dans une construction intellectuelle millénaire, peaufinée au cours du temps tantôt par révolution brutale, tantôt par correction pointilleuse et prudente.

                      Et vous savez quoi, un vrai chercheur ça ne l’emmerde pas vu que ça lui donne du boulot : le jour ou il n’y aura plus de problèmes, ma foi il n’y aura plus de chercheurs.


                    • tdelache 6 janvier 2013 15:59

                      A tous ceux qui s’attendrissent devant celui que les médias appellent volontiers « génie », soyez sérieux tout de même. N’en déplaise aux bien-pensants et aux mielleux.

                      Quand ce sont des fils de PDG qui deviennent directeurs dans la société de papa ou quand ce sont des fils de chanteurs qui deviennent chanteurs, tout le monde crie au scandale et au piston. Neil est un fils d’astrophysicien, il a forcément une prédisposition à aimer la physique, mais si son père était chômeur, m’est avis qu’il n’en serait pas là à être qualifié de « génie » par les journaux bien-pensants. Mais parce qu’il a une bonne tête d’intello, ça ne choque personne...

                      Pour rappel, le jeune Neil est cosignataire de l’article en question, parmi une dizaine de noms. Donc du calme hein, ce n’est pas LE découvreur du siècle. Il n’a pas cassé trois pattes à un canard.

                      Neil n’a pas tant de mérite que cela, sans lui retirer le mérite qu’il a eu d’écrire ces quelques lignes de code qui ont permis la découverte. Il raconte lui-même avoir eu la chance du débutant. C’est l’interprétation du résultat de Neil (interprétation qui, elle, a été faite par les chercheurs) qui conclut au résultat contredisant Einstein.

                      Dire que Neil est un « génie », c’est un peu comme si vous gagniez au Loto et que vous vous targuiez d’être riche par le fait que vous êtes quelqu’un de formidable...

                      Alors, certes, on préfère clairement ce garçon aux racailles de banlieue ou aux BEP branleurs de l’Education Nationale. Que ce jeune garçon fasse donc une prépa, une grande école et, là, son talent sera justement récompensé et rémunéré.

                      M’est avis que la presse a voulu faire du sensationnel, comme d’habitude.


                      • foufouille foufouille 6 janvier 2013 18:18

                        il est jaloux


                      • FritzTheCat FritzTheCat 6 janvier 2013 16:32

                        @L’auteur,

                        Merci pour vos articles (dont celui ci) comme toujours passionnants !


                        • foufouille foufouille 6 janvier 2013 18:16

                          La galaxie d’Andromède, également identifiée sous les numéros M31 et NGC 224, est une galaxie spirale située à environ 2,55 millions d’années-lumière du Soleil, dans la constellation d’Andromède.

                          ca dates un peu
                          2,55 millions


                          • nightwings nightwings 6 janvier 2013 19:54

                            question que je me suis posé en voyant l’article parlant de ce jeune homme et votre intervention, si ce n’était pas une preuve complémentaire de l’action de la matière noire ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès