Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Quand l’écran libérera l’écrit

Quand l’écran libérera l’écrit

ClipRead, un logiciel développé aux Etats-Unis, améliore la lisibilité des textes et facilite leur compréhension par les lecteurs. Il peut trouver sur Internet et les e-books, qui disposent d’une place illimitée, la condition de son développement.

« Le contenu Web devra être facile à lire, facile à explorer et facile à comprendre »
K. Zibell, 2000

Bien souvent, l’internaute ressent la lecture à l’écran comme une épreuve, si bien qu’il adopte diverses attitudes de contournement - sortie sur papier pour lecture off-line, balayage rapide – ou qu’il renonce. S’il ne peut rien changer à la manière dont les textes sont émis par d’innombrables plumitifs, il peut se demander à juste titre si tout a été fait pour améliorer son confort de réception (la lecture).

Contrairement au lecteur de papier qui ne peut rien changer à la présentation de textes figés pour l’éternité, le lecteur d’écrans pages web ou e-books voit s’ouvrir des possibilités infinies de mise en page ou de formatage. Malheureusement, chacun peut constater que la flexibilité du numérique est encore assez peu exploitée : les navigateurs permettent seulement de modifier la taille des caractères (très facilement avec Firefox, beaucoup moins avec Internet Explorer) ; le Cybook n’autorise que le changement de taille et de police, pas la lecture en colonnes.

Et si la lecture à l’écran n’était plus une punition ?

car elle prend
 beaucoup plus de place
 que la présentation classique.

Le logiciel (téléchargeable ici) n’existe encore qu’en anglais. La simulation française a été faite manuellement.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)


Réagissez à l'article

9 réactions à cet article


  • Halman Halman 19 février 2009 23:30

    La lecture sur écrans de livres électroniques, c’est comme tout, cela demande juste un peu d’habitude, il suffit juste de s’y mettre avant de décider que ce n’est pas pratique, fatiguant, illisible, etc.

    On apprend bien à lire sur papier dès l’école, alors pourquoi pas sur écran.

    Les tests faits avec des étudiants sur la concentration en lisant des textes à l’écran sont faussés uniquement à cause de cela.

    Faites l’expérience dans 20 ans avec des gens qui lisent sur écrans depuis l’enfance et les résultats seront bien plus mitigés, peut être même en faveur de l’écran à l’inverse d’aujourd’hui.

    Désolé de faire partie de ces gens étranges et hors normes pour qui lire un ereader sur pda ou ordinateur portable ne pose pas le moindre problème.

    Tellement plus sympa d’appuyer juste sur un bouton pour passer à la page suivante, de ne plus avoir à attendre que le train sorte du tunnel pour pouvoir lire à nouveau.

    Juste une question d’habitude, rien d’autre.


    • Halman Halman 19 février 2009 23:36

      Tous les jours je remarque que dans le bus les gens utilisent un pda, un téléphone portable pour jouer à Tetris ou aux echecs, mais pour lire ils sortent encore un livre papier.

      Alors qu’ils pourraient l’avoir sur le pda par un simple clic comme leur jeu ou leur agenda.

      Très curieux à notre époque de voir ce genre de paradoxes.


      • Halman Halman 19 février 2009 23:45

        Ce genre d’outils c’est comme tenir la main d’une secrétaire pour lui apprendre le double clic et le glisser déposer.

        Un logiciel pour apprendre à lire à l’écran comme on le fait sur papier naturellement.

        Hallucinant.



        • Plum’ 20 février 2009 00:31

          Il y a un frein qui est peu souvent évoqué : on lit mieux un texte sur un écran vertical que sur un écran horizontal. Or les industriels nous ont obligé à acheter des écrans de plus en plus large...


          • pointal pointal 20 février 2009 08:54

            ...passer à l’écran rotatif, et le mettre à la verticale.

            Ou simplement ajuster la fenêtre de lecture pour qu’elle présente la largeur voulue - A4 ou moins.


            De rien.


          • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 février 2009 09:26

            C’est sûr que c’est plus facile à lire, mais attention, le découpage différent du texte produit des effets de sens différents, d’autant qu’on ne sait pas bien comment les coupures sont "décidées" par le logiciel. Voyez la différence entre la poésie en vers et le texte en prose. Mais après tout ça peut ouvrir la voie à une autre façon d’écrire les textes, après tout...


            • eugène wermelinger eugène wermelinger 20 février 2009 17:32

              Bonjour Eric,

              Idée éventuellement intéressante.
               Surtout pour des textes assez concis.

              J’attends de voir un article plus long
               orchestré de cette façon.

              Le risque : texte très haut où l’on ne voit plus combien on a déjà avalé.

              à + 


              • Eric Lombard Eric Lombard 25 février 2009 11:29

                Quand on lit, on ne peut bien sûr pas s’arrêter de penser, et cela fait même partie de la lecture, car que serait-ce qu’une lecture qui ne ferait qu’enregistrer un texte à la manière d’une mémoire RAM.
                La pensée permet d’intégrer, de structurer, de mettre en relation ...
                Ce qu’il faut par contre, c’est une attitude d’ouverture, s’abstenir de juger, du moins hâtivement.

                Juger hâtivement, c’est ce qu’ont fait la plupart de ceux qui ont commenté cet article (et les quelques autres qui ont été publiés sur ce sujet) en condamnant cette innovation qui ne leur apportait rien. Sans envisager un instant que cette technique pourrait être utiles à d’autres qu’eux, bons ou très bons lecteurs.
                Une étude faite dans une école américaine, avec une classe témoin qui continuait à lire des textes compacts, en a montré tous les bénéfices : amélioration des résultats scolaires et de la "reading proficiency".
                Visual-Syntactic Text Formatting : A New Method to Enhance Online Reading


                • Eric Lombard Eric Lombard 25 février 2009 11:31

                  Quand on lit, on ne peut bien sûr pas s’arrêter de penser, et cela fait même partie de la lecture, car que serait-ce qu’une lecture qui ne ferait qu’enregistrer un texte à la manière d’une mémoire RAM.
                  La pensée permet d’intégrer, de structurer, de mettre en relation ...
                  Ce qu’il faut par contre, c’est une attitude d’ouverture, s’abstenir de juger, du moins hâtivement.

                  Juger hâtivement, c’est ce qu’ont fait la plupart de ceux qui ont commenté cet article (et les quelques autres qui ont été publiés sur ce sujet) en condamnant cette innovation qui ne leur apportait rien. Sans envisager un instant que cette technique pourrait être utiles à d’autres qu’eux, bons ou très bons lecteurs.
                  Une étude faite dans une école américaine, avec une classe témoin qui continuait à lire des textes compacts, en a montré tous les bénéfices : amélioration des résultats scolaires et de la "reading proficiency".
                  Visual-Syntactic Text Formatting : A New Method to Enhance Online Reading

                  Ajouter une réaction

                  Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                  Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                  FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès