Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Recycler les plateformes pétrolières en lieu touristique

Recycler les plateformes pétrolières en lieu touristique

Loue pour vacances d’été grand 45 pièces. Plein mer, toute fonctionnalités. Situation idéale.

Eh oui, avec la fin annoncée (mais contestée) du pétrole, il va aussi falloir songer à débarasser les océans des nombreuses plateformes pétrolières l’énergie fossile. Les détruire et continuer à considérer l’océan comme un poubelles ? Les abandonner ? Les revendre à de riches extravagants ? Non, autant en faire un attrait touristique (ecogeek) !

Si quelques-uns ont déjà proposé de mettre des éoliennes sur les plateformes, au vu de leur position dans des lieux souvent très exposés aux vents (probablement trop par endroits), d’autres pensent pouvoir en faire une nouvelle attraction. Après tout, une chambre avc vue à 360 degrés sur l’Océan, ça peut tenter ceux qui veulent fuir l’activité et le bruit de la ville moderne.


En fait, c’est un concours sur le tourisme (http://www.radicalinnovationinhospitality.com/) qui a récompensé cette idée géniale. Car en plus de garder le principe précédent des éoliennes sur les plateformes, il y a aussi de quoi en faire des établissements et complexes hôteliers (environ 300 chambre pour le projet récompensé, un centre de conférence, un casino, une piscine sur le « toit » ). De quoi attirer les plus aventuriers. Cela dit, je me pose également la question du trajet continent-plateforme, et quelques part je crains là, ce ne soit plus très propre.

Plus sérieusement, cette initiative nous renvoit au débat sur le devenir ultime de ces géants d’acier qui a animé la communauté internationale dans les années 90 en opposant la Royal Dutch Shell et Greenpeace. Cette polémique avaient été intéressante à plus d’un titre puisque contre toutes attentes – et a contrario de nos convictions écologistes évidentes- elle avait montré que la solution défendue par Shell était plus écologique que celle défendue par Greenpeace. Un article de l’Express récapitule cette story qui a passionné le jeune homme que j’étais et m’a montré que le recul en toute chose était indispensable.

TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 30 mars 2009 16:25

    Hhmm...
    Les meilleurs centres off-shore sont d’anciennes plate-formes pétrolières.
    Ecologiquement, y’a du fric à se faire, comme d’hab.

    Je lance une souscription pour acheter une plate-forme. On la rebaptisera Freedom ou Paradise. J’offre un rendement de 3% l’an (hors impôts smiley ) aux souscripteurs.


    • plancherDesVaches 30 mars 2009 16:30

      Arf...
      Concurrence en bas de l’article : annonce Gogole.
      Fiché à la banque :
      Ouvrez un compte à l’étranger avec chéquier & CB : crédit accordé.


    • foufouille foufouille 30 mars 2009 16:34

      et pourquoi pas des "paradis" du net ?


      • jules simon 30 mars 2009 17:26

        L’idee peut effectivement paraitre belle mais je partage largement vos craintes sur la question du trajet continent-plateforme.
        De meme l’idee de mettre des eoliennes sur les plateformes c’est bien joli mais quid du transport de l’electricite produite ?
        Avecl’installation des eoliennes sur les plateformes et la creation d’un reseau electrique pour les relier aux consommateurs, cela risque de faire beaucoup de travaux....S’il s’agit de mettre des annees avant de pouvoir compenser en energie verte la depense d’energie necessaire a la realisation de tels chantiers mieux vaut oublier !
        Plutot que de se focaliser sur ce genre d’idees farfelues, mieux vaut travailler en partenariat avec les compagnies petrolieres pour envisager les solutions les plus propres possible.


        • Aerobar Films Aerobar Films 30 mars 2009 22:48

          Et pourquoi pas recycler les raffineries pour en faire des centres culturels modèle Beaubourg, pendant qu’on y est ?

          Une plateforme pétrolière, c’est sale, ca sent mauvais et ça donne le mal de mer comme tout objet flottant.

          Ceux qui s’imaginent qu’on peut les recycler en sites récréatifs n’y ont apparemment jamais mis les pieds.

          Cet article est paru deux jours trop tôt, sinon il eut été drôle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès