Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Révolutions technologique : 10 tendances pour 2009 - 2019

Révolutions technologique : 10 tendances pour 2009 - 2019

Alors que la plupart de ce que les ingénieurs avaient prédit en 1999 était réalisé en 2008 (le plus long a venir a été l’internet sur téléphone mobile finalement rendu réellement utilisable par Apple), cet article présente les rêves des ingénieurs en 2009. Car même si la couverture médiatique est moindre, nul doute pourtant que ce qui se prépare va une fois de plus changer le monde.

Si j’ai identifié 10 tendances pour la décennie à venir, celles-ci se regroupent en réalité en 3 groupes distincts :

  • La révolution des systèmes massivement distribués. 
  • La mobilité, la connectivité partout. 
  • Les dématérialisations. 
Alors que les années 2000 ont été celles de la diffusion de techniques pour la plupart développées dans les années 1990, les années 2010 vont être celles de l’émergence de nouveaux paradigmes techniques. Mais du fait que les cadres dirigeants des entreprises sont aujourd’hui beaucoup plus sensibilisés aux nouvelles technologies que dans les années 1990, la diffusion de ces technologies nouvelles va se faire de façon beaucoup plus rapide. Et nos sociétés vont subir une nouvelle vague de transformations encore plus radicales que la précédente. 

Vers des super-systèmes distribués

Tendance 1 : Le cloud computing. 

Voir à ce sujet mon article : L’informatique dans les nuages

Mais pour résumer, le cloud computing consiste à rendre virtuel la puissance de calcul et le matériel et à rendre celui-ci accessible à tout le monde tout en facturant à la demande. Alors qu’aujourd’hui vous devez acheter et payer un serveur (capacité de calcul) quelque soit votre taux d’utilisation. 

La révolution est similaire à celle qu’a apporté la création de la "grille" (réseaux type EDF) au monde de l’électricité. Avant chaque usine construisait sa centrale électrique (très couteux) après, on se connectait au réseau et on payait le courant que l’on utilisait. 

La puissance de calcul informatique rentre dans cette étape de son développement et c’est tout le marché technologique qui va s’en trouver révolutionné. 
  
Tendance 2 : L’internet "exécutable". 

Peu après l’an 2000, Microsoft présentait sa vision de l’internet... Et vous parlait de ".Net" et des Web Services qui devaient révolutionner le monde. Il s’agissait derrière ce terme marketing de rendre des programmes informatique (les "services") accessibles à d’autres programmes via le web. 

Le démarrage de cette technologie a été long. Les normes étaient peu matures, et le marché de toute façon pas prêt. En 2008, les normes sont toujours aussi immatures (à tel point que l’on en est revenu à l’utilisation de REST)

Mais le marché lui devient de plus en plus mur. Facebook a largement popularisé l’utilisation de son "API" permettant à de nombreux développeurs d’interfacer leurs applications avec le célébre site. Et Amazon vous propose de déployer vos applications sur leur système de "cloud computing" et d’en facturer l’usage à la demande. Microsoft travaille sur un système similaire à celui d’Amazon. 

Devant ce foisonnement d’utilisation nul doute que les normes vont mûrir et que des standards efficaces vont finir par se créer. 

Tendance 3 : Le Web Sémantique

Actuellement le web est un réseau de contenu. C’est un ensemble de pages (ou plus exactement de documents) reliés entre eux par des liens. Vous, humain pouvez comprendre ce contenu. Mais un programme informatique serait désemparé. A moins que l’on sache faire comprendre à un programme les langues naturelles ce qui n’est pas le cas. 

Le web sémantique consiste à mettre en ligne des informations compréhensibles par des machines et les lier entre elles. Et l’idée est grâce à cela de permettre à des ordinateurs de réaliser de nombreux traitements et ce de façon automatique. Le web deviendrait alors une gigantesque base de connaissance utilisable par des programmes et cette base de connaissance, sans cesse croissante serait alors plus vaste que tout ce qui n’a jamais été tenté par les chercheurs en intelligence artificielle. 

C’est du moins la vision de Tim-Berners Lee créateur du web "classique". 

De toutes les tendances évoquées il s’agit de la plus incertaine tant le web sémantique est encore un sujet de recherche ouvert. De nombreux chercheurs si ils reconaissent la qualité des travaux restent dubitatifs sur la faisabilité du but final et ce autant pour des raisons techniques que sociales.

Mais si jamais la vision de Tim Berners Lee devait devenir réalité nous aurions alors fait un très grand pas vers la réalisation d’une intelligence artificielle et ce serait alors une avançée majeure pour l’humanité. 

Mais même si les plus grands espoirs devaient être déçus, le web sémantique apportera certainement des outils et des connaissances de grande valeur pour la poursuite de l’avançée technologique de l’humanité. 

Tendance 4 : Les bases de données partagées. 

Si le web sémantique est un terrain incertain, la mise en ligne de gigantesques bases de données et leur partage est une idée qui fait son chemin. Là encore, Amazon fait figure de pionnier, mais d’autres sociétés technologiques ont décidé d’investir ce terrain. 

L’idée est que chaque développeur d’application pourra soit en payant soit gratuitement (chaque propriétaire de bases de données choisira) accéder à des données dont l’accès est aujourd’hui fermé. Imaginez ainsi pouvoir avoir accès en un clin d’oeil aux bases de données de l’IGN, à la météo ou à l’ensemble des statistiques de l’INSEE (ou de n’importe quel bureau statistique dans le monde). Bien sûr cela est déja possible. Mais la plupart de ces accès nécéssitent aujourd’hui une procédure d’accord longue et coûteuse. Et il n’est pas possible de payer à l’usage, il faut directement débourser une grosse somme. C’est cette facilité d’utilisation qui va donner à tous les développeurs une capacité d’accès à des bases de données jusqu’ici réservées aux états ou aux grosses administrations. 

Couplés à l’internet exécutable et au cloud computing on voit ainsi se dessiner les futurs super-systèmes de demain. Des systèmes qui n’auront plus d’existence physique (ils seront physiquement distribués sur toute la planète) mais offriront une puissance aujourd’hui inimaginable. 

Et on pourrait bien avoir l’impression que ces systèmes sont "presques" devenus intelligents... 

Tendance 5 : L’intelligence émergente

Prenez votre cerveau. Aucun de ses synapses ne posséde individuellement d’intelligence. Pourtant le réseau qu’elles constituent est organisé de telle sorte qu’une intelligence émerge de ces interactions simples. 

Or, on commence à remarquer des choses intéressantes à l’aide de google. Une description d’un problème technique ou de symptomes médicaux finit souvent par renvoyer en premier lien .... une solution du problème ! Et parfois cette solution n’est pas triviale du tout. 

On est bien sûr pour l’instant très loin d’une véritable intelligence vu que l’analyse par l’humain reste nécéssaire. Si Google a souvent juste quand vous tapez des symptômes de maladie, l’avis d’un médecin reste pour l’instant indispensable. Mais les résultats obtenus dans ces domaines là et dans bien d’autres grâce aux données présentes sur le web ainsi qu’à l’exploitation de leur connexion a fait renaître les espoirs de réussir à créer une intelligence artificielle. 

Et si le web sémantique venait à tenir ses promesses, couplé aux autres tendances de cette section, il aura alors certainement la capacité de vous étonner par ses capacités à utiliser la plus grosse base de connaissance jamais assemblée par l’homme (le web dans son ensemble) et y trouver des réponses à des problèmes non triviaux. 

Si cela arrive, on aura sûrement pour la première fois l’impression de faire face à une machine intelligente. Certes ce ne sera pas encore une "véritable" intelligence artificielle mais cela sera un pas en avant qui ne manquera pas d’étonner. Les philosophes ne manqueront pas de refroidir les ardeurs mais en matière de diagnostic médical ou technologique, les systèmes proposés risquent d’être surprenants pour un utilisateur non averti. 

La mobilité et l’internet omniprésent

Tendance 6 : D’énormes progrès en matière de mobilité

Actuellement vous avez accès à Internet en situation de mobilité. Mais vous ne pouvez pas compter dessus. Même la 3G est loin de fonctionner partout et d’offrir des débits garantis. Durant la décénnie 2010, l’amélioration de la qualité de service de l’internet mobile va être la priorité des opérateurs. Et cela va se renforcer au fur et à mesure que de nouvelles applications vont rendre cet internet là indispensable pour la vie économique et sociale.

Ceci est un énorme travail d’infrastructure, un des derniers qui reste et sa bonne réalisation est nécéssaire aux deux chantiers qui vont suivre. 

Tendance 7 : La réalité augmentée pour tous. 

La réalité augmentée existe depuis longtemps .... pour les militaires. Derrière ce terme barbare se cache par exemple l’afficheur tête haute des avions de chasse. L’idée est que vous avez la réalité et que si vous regardez celle-ci au travers d’une vitre (votre pare-brise ou cockpit) ou de lunettes, vous pouvez rajouter des informations en transparence sur cette réalité.

De nombreuses sociétés travaillent actuellement à démocratiser ces systèmes pour le grand public. Parmi les premiéres applications envisagées, la possibilité de faire une meilleure interface pour GPS ou la réalisation de guides touristiques ou d’aides pour la visite de musées. (Un pilote a déja été réalisé à la cité des sciences et de l’industrie). 

A terme, il sera ainsi possible de supprimer complétement la signalisation routière (par exemple) et de la remplacer par une signalisation "virtuelle" ce qui sera un gain d’argent, une moindre consommation de matières premiéres, un gain de sécurité et permettra une reconfiguration rapide des indications en cas de travaux ou d’incidents. Cela permettra également de n’afficher pour un véhicule donné que les "panneaux" qui le concernent (et pas ceux spécifiques au poids lourds et caravanes) déchargeant ainsi d’autant les sens du conducteur.

Tendance 8 : L’internet des objets

Les progrès de l’électronique font qu’il n’est plus très coûteux d’intégrer un mini-ordinateur à un objet et de rendre celui-ci connectable à internet au travers d’une connexion wifi. 

Plusieurs exemples sont peut être déja entre vos mains :
  • Les téléphones IP qui se présentent comme des téléphones fixes normaux mais contiennent en réalité un système informatique complet fonctionnant sous Linux. 
  • La radio d’Orange qui se connecte en Wifi à votre Livebox. Elle ressemble à s’y méprendre à une radio "classique", sauf que ses programmes viennent d’internet. 
De plus en plus d’objets de la vie courante vont suivre cette tendance. Demain et jour après jour ! Le secteur de la domotique est ainsi en train de connaître une vraie révolution. 

Parmis les applications déja prévues comptons :
  • Le télérelevé des compteurs d’eau et d’électricité, permettant de ne plus avoir à déplacer quelqu’un. Cela permettra également aux gestionnaires de réseau de savoir en temps réel et de façon très précise ce qui se passe sur leur réseau, diminuant ainsi les pertes. 
  • La possibilité de contrôler à distance son chauffage ou sa climatisation. (Par exemple si on a oublié de le couper en partant le matin ou pour ne l’allumer que quelques dizaines de minutes quand on ne sait pas à quelle heure on rentre : Par exemple depuis son iPhone). 
Mais d’autres objets mobiles vont bien entendu venir se greffer, des feux de signalisation aux ascenseurs en passant par les escalators qui deviendront controlables à distance. Rapidement le réseau internet comprendra ainsi plus de machines que d’humains connectés. Et ces machines utiliseront largement l’internet mobile via la 3G (ou les protocoles à venir) pour se connecter au réseau. 

Les dématérialisations

Tendance 9 : La dématérialisation des actes juridiques, l’archivage légal. 

Le juridique reste un domaine ou le papier est roi. Pourtant cela occasionne des coûts gigantesque qu’il s’agisse de stocker, trier, retrouver, etc, ... Or, si la plupart des législations ont évolué en matière de signature électronique (parfois de façon très légère d’ailleurs) on ne peut que se désoler du fait que l’acte juridique n’est encore que très peu dématérialisé. 

Des travaux sont en cours pour progresser vers des normes d’archivage légal et il va s’agir d’un chantier très important de la décennie 2010. 

Au niveau social, cela occasionnera une très forte chute de l’usage du courrier postal traditionnel ainsi qu’une chute encore bien plus importante de la consommation de papier et de fournitures de bureau. 

La plupart des leaders du stockage informatique travaillent sur des solutions d’archivage légal et certains grands cabinets d’avocats d’affaires sont déja équipés de systèmes impressionnant. Le coût est pour l’instant un frein pour les petites structures mais cela va rapidement changer. Gageons aussi que le droit saura s’adapter pour faciliter l’usage de ces innovations. 

Les professions juridiques, un des derniers secteurs sous-informatisés vont ainsi connaître une véritable révolution qui va modifier le métier en profondeur. 

Tendance 10 : Le papier électronique

Le papier électronique est un écran offrant un confort de lecture similaire à celui du papier. Tout en ayant une consommation d’énergie très faible autorisant une économie pouvant atteindre plusieurs semaines. 

Le produit est déja commercialisé par Amazon (US uniquement) ainsi que par la société française Bookeen et des magazins commencent à commercialiser de tels livres. 

Alors que les capacités de production sont encore très faibles, les premiers chiffres de ventes sont très encourageants et laissent penser à un démarrage en flèche de cette technologie. Ainsi Amazon a vendu en 2008 plus de 500 000 Kindle soit de meilleures ventes que pour l’iPod lors de sa premiére année d’exploitation. Avec ces premiers résultats, on projette que 4% des ventes de livres d’Amazon soient dès 2010 des livres électroniques. 

La presse et le secteur de l’édition vont donc connaître une véritable révolution. 

Conclusions

La révolution technique loin de se ralentir s’accélère. Si on en parle moins c’est que l’industrie est actuellement dans une phase de recherche plus théorique. Mais le potentiel de ces recherches va rapidement se diffuser dans l’industrie et les services avec des retombées potentielles énormes que j’espére avoir réussi à vous faire partager. N’hésitez pas à vous documenter sur ces sujets, dans un monde qui change, être acteur du changement plutôt que spectateur est le meilleur moyen de gagner. Et une chose est sûre, il n’y aura pas de place pour le statu quo. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Halman Halman 21 février 2009 16:18

    Un bon point de la situation qui était à faire.

    Sauf que le téléphone mobile réellement rendu utilisable par Apple.

    Faut il en rire ?

    Pour le HUD dans les voitures cela a déjà été essayé sur des prototypes.

    La réaction des utilisateurs testeurs a été qu’on est trop occupés à lire les infos projetées sur le pare brise pour regarder la route.

    Mais alors comment font donc les pilotes de chasse ?

    En réalité avec l’habitude le pilote même s’il regarde loin sa cible ou le terrain en visuel, son cerveau entrainé et habitué enregistre en permanence sans qu’il en ait conscience les informations du HUD. Vitesse, altitude, accélérations, la carpette, le cap, le variomètre, l’incidence, les différentes mires des armes et cibles, l’horizon artificiel virtuel, les infos de navigations, d’alertes électroniques, les alertes d’agressions, les données des armes, les domaines de tir des missiles et du canon, etc.

    Avec juste un peu d’entrainement cela devient des automatismes.

    Comme pour le livre électronique, juste un peu d’habitude à prendre.

    Le problème avec l’usager lambda c’est qu’il a oublié qu’avec les nouvelles technologies il doit faire quand même un minimum d’effort d’apprentissage et d’adaptation. Que les nouvelles technologies ne remplacent pas les connexions neuronales qu’il doit établir lui même en y travaillant et en se concentrant un minimum.



    • foufouille foufouille 21 février 2009 16:39

      tu reves un peu bruxman
      tu as meme pas parler des poblemes possible
      ni des prix

      sinon bon article


      • Halman Halman 21 février 2009 18:09

        Celui qui m’a moinssé, j’aimerai qu’il m’explique comment peut il ne pas être d’accord avec des faits biens réels.

        Un réflexe de désaprobation automatique internetien je suppose.

        Parce que ce que j’ai écrit, ce sont des faits bien réels, pas des théories personnelles subjectives.


        • Tall 21 février 2009 19:18

          Un web sémantique vraiment efficace n’existera jamais. Et ce parce que la vraie compréhension des langages humains ( comme un interprète humain peut le faire ) passe par une insdispensable compréhension conceptuelle du monde, ce que personne n’est capable de programmer.
          La vrais solution sera la véritable IA en fait. Celle capable d’apprendre et comprendre tout, mieux et + vite que l’homme.
          Les experts vous diront que cette IA-là, on ne la verra pas avant 20-30 ans minimum, mais ils se trompent. Elle sera là bien avant 2020.


          • Tall 21 février 2009 22:14

            Moinsser un post pareil ??
            Mais ce sont vraiment des rats de fosse commune qui squattent ce site
            La lie de l’engeance humaine
            A vomir de bêtise, de lâcheté, de médiocrité et de méchanceté
            Beurk ! smiley


          • Le péripate Le péripate 22 février 2009 00:54

             On aimerait réagir, dire quelque chose.... mais on n’y connaît rien... smiley


            • plancherDesVaches 22 février 2009 04:12

              Bon, allez. Comme je suis ingénieur, je vais me dévouer.

              Point 1 : vous EXTERNALISEZ. C’est HYPER dangereux.
              En effet : la négociation et SURTOUT que vous vous reposiez sur un expert peut vous faire gagner de l’argent. Cet expert sera plus efficace car connaîtra mieux que vous la (les) fonctions que vous voulez externaliser et en optimisera les coûts.
              Point négatif : 1) vous perdez tout pouvoir de changer la prestation en cours de contrat (ou ça vous coûte une fortune) et surtout, 2) en fin de contrat, on fait quoi ? on change de prestataire... ? Arf, essayez, vous verrez ce que le changement d’habitudes, de procédures, de logiciels, de structures, de sécurités,...L’enfer.

              Point 2 : Haaaa... l’horreur !
              Le point 1 avec la dépendance à un fournisseur prend TOUTE sa valeur. Seuls les sociétés qui veulent vous capter diront qu’elles sont presque prêtes.

              Point 3 : offfffffffff... le délire.
              Principe de base de tout bon ingénieur : une information ne vaut d’être que si elle peut être retrouvée. C’est même valable dans l’IRL... Essayer de retrouver une paire de pompes quand le placard en contient une montagne....
              Pour retrouver une info, il faut une recherche par mot, mais aussi par famille et par fonction/caractéristiques. Les 2 moteurs actuels mondiaux recherchent par mot... Et c’est du commercial.

              Point 4 : Haaa.... ptrrrr
              Une base... ????
              Mais il faut qu’elle soit compréhensible par tous................
              Voyagez sur le site de l’INSEE avec sa classification, vous m’en direz des nouvelles.....

              Point 5 : gogole est intelligent................................ ;; ;; ;; j’en peux plus.....

              Point 6 : t’as même la télé dans le métro et les bouchons, quitte à te détruire les yeux sur un écran minuscule... A quel prix... Arg... je suis pas parisien... les boules......

              Point 7 : la tête haute, les doigts dans le.... AU SECOURS.....
              La réalité est comme un paquet de gadgets sur l’évolution des voitures : elle fait oublier qu’il faut regarder la route avant de discuter avec l’ordinateur ou... sa voisinne. (sauf dans les bouchons) (dans le métro, on discute pas)

              Point 8 : le frigo qui dit ce que tu dois manger......OuuuaaAAaaw, je le jette par la fenêtre.
              Quand aux systèmes d’extinction/allumage a distance, il coûtent largement plus cher que d’oublier 1fois/semaine. Vous calculerez pour montrer aux autres.

              Point 9 : vous vous avancez.
              La justice pourrait largement stocker en intranet sécurisé. Et d’ailleurs, apple a lancé un livre sur écran, il y a un paquet d’années, non... ????? Le flop. L’erreur. La nullité. Rien compris au film. Nuls complets.
              Il fallait qu’ils essaient, note.
              ON LIT UN LIVRE, PAS UN ECRAN. Si vous saviez ce qu’est un livre, vous le sauriez, note.
              La justice a donc besoin de papier, car le fait que ce soit couché sur papier permet de réfléchir. Ce que ne permet pas l’écran. Essayez, vous verrez.
              Hahaha.. le courrier postal...il a baissé depuis longtemps et reste maintenant stable.

              Point 10 : ... tiens, on voit le malaise entre papier et écran... (j’ai lu les points un par un, et cela a servi, on dirait...)
              On projette....on suppute et s’interroge. Si c’est encore un phénomène de mode geek, il y en a eu d’autres.
              Mais.... je vais quand même me renseigner, afin de savoir si ce moyen peut concurrencer mon bon GPS qui indique le bon hotel ou restaurant ou magasin, ou... tout ce qui aura payé la redevance pour avoir des clients.


              • plancherDesVaches 22 février 2009 04:33

                Bien évidemment, je ne suis pas ingé informaticien. Mais je me permet de critiquer un peu mes potes.
                CV partiel : héxadécimal, EAN13 (pour rigoler, mais ça sert) , language machine 16 bits dans le texte avec boucles imbriquées.
                Basic, TurboPascal, Html, OpenOfficeBase, microsoftAccess courants si la nécessité s’en fait sentir.

                Mais, l’informatique, rappelez-moi.... ça n’est qu’un outil, non ? Y’a pas un humain qui est au clavier... ???


              • LeGoJac 22 février 2009 19:35

                Bonjour plancherDesVaches,

                Les éléments qui suivent ne sont que des différences de point de vu, non des tentatives de dire que vous avez tort. Ce commentaire s’effectuant sur votre texte je ne parle ici que vos points et non ceux de l’article.

                Votre point 1 externalisation :
                Nous externalisons déjà beaucoup de choses essentielles. Notre sécurité, notre santé, la production et l’acheminement de notre nourriture, même l’information que nous recevons (internet peut aussi être considéré comme une "externalisation de nos guides de réflexion"). Ok je charrie un peu là.
                La société est de plus en plus interractive voilà tout.
                Cette tendance a effectivement ses revers dont je ne prendrai qu’un seul exemple, l’externalisation de ce que nous considérons comme nos richesses financières, les banques quoi. On a vu ce que ça a donné. Toutefois tous les points que j’ai cité ont leur revers que nous considérons chacun plus ou moins graves.

                Vos points 2,3,4,5 :
                L’analyse sémantique d’un texte est du domaine de l’intelligence articficielle et Gogole (je préfère moi aussi parler de Gogole) le fait de mieux en mieux. L’analyse d’image tient des réseaux neuronaux, c’est pire encore et pourtant c’est utilisé pour l’analyse météorologique des images satellites.

                Votre point 6 :
                Quand j’étais gosse avoir le téléphonne (fixe) chez soi était considéré comme un superflu. On voit ce que ça donne aujourd’hui. La demande en mobilité est telle qu’il existe maintenant plus d’abonnement mobiles que fixes. Cette tendance est d’évidence amenée à s’accentuer. Tous ceux que j’ai pu interroger sur ce sujet n’ont aucunnement l’impression que qui que ce soit leur ait mis de force un mobile dans les mains. C’est donc quelque part un besoin primaire qui ne peut qu’aller en s’accentuant. Bah c’est effectivement pas une grande nouveauté.

                Votre point 7 réalité augmentée :
                Nous y sommes déjà depuis bien longtemps rien qu’avec les phares de la voiture.
                L’article parle plutôt des évolutions technologiques applicables au domaine. Bon l’exemple de personnes hyper entraînées et en outre mises en retraite bien plus tôt que d’autre à cause de performances en baisse n’est peut être pas le meilleur mais il permet d’illustrer un potentiel.

                Votre point 8 le frigo qui dit ce qu’on doit manger :
                Bien d’accord avec vous et ce ne sera pas le cas pour le frigo.
                Le coût des technologies à distance me laisse toutefois pensif. Savez vous que bien des SDF (pas tous à la rue hein, leur domicile n’est seulement pas fixe) ont un tél portable ? A force de se faire héberger chez l’un ou l’autre, de squat en squat aussi, un tél mobile leur est très utile ne fût-ce que pour être joints par les services sociaux. Il n’y a pas si longtemps c’était un luxe. Bien des choses a priori coûteuses prennent un autre sens auprès d’autres personnes.

                Votre point 9 la justice :
                La justice est une "externalisation" sur laquelle chacun évaluera les apports et les dangers... que je ne détaillerai pas ici.

                Votre point 10 papier électronique :
                Les technologies visées dans l’article aboutiront dans quelques années à des matériaux à mémoire stable sans énergie dont le support sera proche voire peut-être identique au papier actuel. Leur reprogrammation pourra alors être envisagée comme nous le faisons aujourd’hui avec nos clefs USB.
                Pour l’instant c’est plutôt une ardoise magique qui effectivement n’a pas grand chose à voir avec un bouquin. Le bouquin lui n’a plus de pile que quand on s’endort dessus !

                Salutations cordiales


              • Ranjo 22 février 2009 10:05

                il y a quelques progres , un peu de telephonie mobile (pour parler ) , l’internet pour distribuer des connaissances et de l’information mais il il ya beaucoup de pipeau, d’applications inutiles et mêmes néfastes (flicage a grande echelle avec la rfid la biometrie et la geolocalisation).

                exemple de régression : on peut lire un document papier ou parchemin ecrit il y a 600 ans avec de l’encre et une plume et ses yeux , on ne peut plus lire les cassettes video 8mm prises avec un camescope il y a 20 ans (l’appareil pour le lire n’existe plus), les nouveaux support c’est encore mieux CD et DVD qui s’effacent au bout de 5ans , le blue ray ça sera 3 ans si tout va bien la generation d’apres de gadgets inutiles durée de vie du support 3 mois si le progrès continue a ce rythme !!!

                démateriation c’est sur ! progres a court treme peut etre, à long terme régression totale par perte des connaissances 
                 puisque les supports les plus fiable 40 ans d’esperence de vie !!!! 

                quand a l’interet de la 3G qui va etre aidée par le DVBH pour recevoir la TV sur les godmichets, c’est quasiment nul, peut etre conduire les 38 tonnes en regardant la tele et aliener un peu plus la population .

                 les exemples de votre révolution sont un peu tristounets .


                • LeGoJac 22 février 2009 10:55

                  Me suis créé un compte pour le coup smiley

                  Les 10 tendances citées sont celles qui sont, de mon point de vu, effectivement les plus reconnues et aussi les plus prometteuses de changement.
                  Les mises en oeuvre en exemples me paraissent toutefois souffrir du mal classique d’oubli des besoins industriels. Le frigo qui parle à internet, la connexion à sa chaudière, etc...

                  Je vois bien plus des connexions de chariots élévateurs, nacelles, camions, compteurs, etc... toutes choses qui ont déjà commencé mais qui seront étendues aux machines à café par exemple plutôt qu’aux frigo ménagers. Pour les chaudières industrielles par exemple c’est déjà aussi le cas mais par modem RTC actuellement. Quant aux conteneurs, alors là ce serait la révolution ! Et ce le sera j’en suis convaincu.

                  Le cloud computing aménera aussi une obligation de normes communes ne fût-ce que pour permettre des échanges réellement opérationnels. Et les normes plus utilisables sont forcément les normes publiques et sans brevet contraignant. Et elles existent presque toutes !
                  Que ce soit pour les formats de documents, les protocoles réseaux, les accès aux bases de données, tout est là. Manque maintenant ce qui tient de l’entente entre humains, c’est ce qui prendra quelques années et peut-être plus que les 10 ans présentés dans l’article.

                  Le "visio casque" pour conduire sa voiture entre à mon sens dans les mêmes focalisations sur l’usage individuel comme le frigo et la chaudière à la campagne. On oubli les charrettes, les vélos, les piétons, (les chats, les rats, les néléphants ?). En fait il me parait bien plus probable, en exploitant les technologies énoncées dans l’article, que les panneaux effectuent des affichages sur papier électronique, que ces affichages soient initiés à partir de leur position géographique (GPS) et de leur accès à une base de donnée les pilotant. Aussi on peut même envisager qu’ils préviennent eux même quand une voiture les fiche au sol d’une bise un peu brutale. Le papier électronique devra être rétroréfléchissant, ce ne sera donc pas forcément pile cette technologie là bien sûr.

                  Voir un panneau est une chose mais réduire sa vitesse en est une autre. Les GPS savent indiquer la limite de vitesse là où ils sont. Manque juste une connexion vers un régulateur de vitesse et c’est votre bagnole toute seul qui ne voudra pas aller plus vite ! Ah la saleté de bagnole... Nous les gars on n’a pas fini de vociférer au volant, la dimension "humaine" de la bagnole est préservée smiley
                  Cet exemple de la voiture permet d’illustrer la tendance qui fait que de dans... pas si longtemps pour le coup, nos machines commenceront à ne faire que ce qu’elles voudront. Comme les gosses, y aura plus moyen de les commander aaaah mais vous saaavez.

                  Enfin, et c’est surtout là que je crois sortir du quotidien actuel :
                  Le cloud computing exploitera la norme X11 au niveau de l’interface utilisateur. Pourquoi ? Parce que voilà je le pense comme ça toc.
                  X11 c’est la base des systèmes de fenêtres graphiques Unix, Linux, MacOSX, et autres (sauf windows qu’est pas capable de faire autre chose que brevetable). Seulement une norme gratuite et sans menace de procès est indispensable dans le cadre d’échanges planétaires. Windows est mal à cause cela.
                  X11 permet aussi une chose qui est étrangement peu publiée : Chaque fenêtre ouverte peut être issue d’un processus sur une machine différente. En clair votre outil bureautique sur un serveur internet quelque part, votre compta prof libérale sur un autre, etc. Sur Mac les process sont sur le Mac mais ce n’est pas obligatoire ! C’est seulement fait comme ça par manque de services sur les réseaux. Le dique dur n’est pas indispensable et c’est comme cela que X11 a été pensé au départ (il y a pfff des années, j’étais jeune à l’époque c’est tout dire). smiley
                  Allez je vais arrêter là dessus : les documents seront eux mêmes partageables en plus des données car ceux ci pourront être ouverts directement sur un serveur qui affichera directement le doc sur votre écran quels que soient vos outils bureautiques habituels (X11 toujours raaah oui je deviens obsédé).

                  Nan finalement je vous quitte pas sans mettre les jetons :
                  Votre état civil sera stocké à un endroit, pas deux non, un seul. C’est le serveur des carte grises qui viendra puiser dedans pour vous envoyer la prune et plus tard encore la prélever directement. L’EDF, la CAF, la sécu, les banques.. idem. Le changement d’adresse sera redoutablement efficace surtout si la déclaration de votre employeur suffira à la mettre à jour. Alors on a les chocottes ? Bein moi aussi vous savez, moi aussi.

                  Allez vous m’en voulez pas ? Bisous  ?



                  • Ranjo 22 février 2009 11:15

                    "Parmis les applications déja prévues comptons : (pour dans les 10 ans ?)

                    • La possibilité de contrôler à distance son chauffage ou sa climatisation. (Par exemple si on a oublié de le couper en partant le matin ou pour ne l’allumer que quelques dizaines de minutes quand on ne sait pas à quelle heure on rentre : Par exemple depuis son iPhone). "
                    Vous ne connaissez pas le codage DTMF , ca existe depuis plus de 20 ans ces applications , mais c’est fiable car pas il n’y a pas de systeme d’exploitation  et un minimum de lignes codée en assembleur, pas de serveur de foultitude d’intermediaires qui vont faire chuter le mtbf. et augmenter la probabilité de pannes

                    small is beautiful en matière de fiabilité

                    c’est vrai on ne peut pas commander le chauffage que l’on a oublié en manipulant son iphone tout en conduisant sa voiture ce qui est une veritable révolution  !

                    la technologie doit etre utilisées a bons escient trop de techno tue la techno et en particuliers les gadgets de geek .

                    des vrais progres du a la technologie exemple les lecteurs de glycemie  permettant de mieux doser les injections d’insuline et de retarder ou eviter des amputations et des deces.

                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès