Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Riposte graduée : les militants UMP protestent contre le projet de (...)

Riposte graduée : les militants UMP protestent contre le projet de loi

Il n’y pas que dans les milieux gauchistes ou dans les communautés de pirates que l’on s’indigne du projet de loi Création et Internet et de la riposte graduée. A l’UMP aussi. Sur le blog officiel du parti, le projet de loi défendu par Christine Albanel fait l’unanimité. Contre lui.

Ça n’est un secret pour personne que Numerama s’oppose à la loi Création et Internet, plus vigoureusement encore que nous nous étions opposés en son temps à la loi DADVSI. Même si nous nous efforçons de développer des arguments cohérents sur les raisons fondamentales de s’opposer à la riposte graduée, ou sur les faits qui nous font craindre l’absence totale d’indépendance de la ministre de la Culture, certains n’hésitent pas à répéter que notre opposition ne reflète que les vues du petit groupe d’entre soi que nous sommes. Un groupuscule, comme dirait Christine Albanel. Dont acte.

Quid alors des militants UMP ? S’agit-il là aussi d’un groupuscule ?

Le dernier billet posté il y a cinq jours sur le blog officiel de l’UMP cherche à prendre la température des militants et des électeurs avant le début de l’examen par l’Assemblée Nationale du projet de loi Création et Internet. "Y a-t-il des limites à la « culture gratuite » ? Peut-on continuer à tout vidéo-streamer en toute impunité ? Pour un podcast anodin ... combien de victimes collatérales ? Donnez votre avis", interroge ainsi l’UMP sur son blog.

Elle ne sera pas déçue du résultat. A l’heure où nous écrivons ces lignes, 124 commentaires ont été validés et publiés par les équipes de modération de l’UMP. Sur l’ensemble, 114 commentaires sont explicitement opposés au projet de loi, 2 commentaires sont neutres ou hors-sujet, et 8 seulement y sont favorables.

En langage napoléonien, on appelle ça un plébiscite.

"Moi, ça fait 3 ans que je suis à l’UMP et je pensais ma famille politique beaucoup plus libérale", regrette par exemple Sylvain. "Je regrette qu’on ne soit pas plus audacieux et qu’on ne nous propose que cette loi inadaptée et rétrograde".

Un autre, JC Buche, va dans le même sens : "Sympathisant de l’UMP et en principe d’accord sur l’orientation prise par le gouvernement j’avoue être surpris par cette future loi sur le piratage. Je précise que j’ai 64 ans et pas vraiment porté sur la copie de musique, film ou autre. Bien évidement je suis d’accord pour lutter contre la copie illégale pour revente , mais là, je pense que cela est totalement inadapté, liberticide, et que en plus nous allons être ridicule".

"Doit-on engager tous les moyens possibles pour lutter contre une chimère ?", demande Metallizer. "Je ne comprends d’ailleurs pas comment un parti républicain comme l’UMP peut défendre un projet de loi qui rompt complètement le principe de la justice équitable et qui condamne sans aucune preuve solide !".

"A nos dirigeants, vous avez été élus par le peuple pour le protéger et non pas pour protéger des chefs d’entreprises qui vivent dans modèle économique en voie d’extinction", scande pour sa part Gilles.

"l’UMP devrait promouvoir l’innovation et les nouvelles technologies"

"Quand est ce que l’UMP deviendra un parti républicain respectant la démocratie ? Quand est ce l’UMP ne sera plus l’Union des Majors Périmés ?", signe encore "un citoyen".

"Cette loi est anti-libérale", s’indigne Kraouf, qui demande à l’UMP d’aller au bout de sa logique. "Assumons le libéralisme et donnons [aux maisons de disques] des planches de sapins et des pelles plutôt qu’un défibrillateur et des shots d’adrénaline".

On croit alors lire enfin l’avis d’un militant sympathisant du projet de loi lorsque Roman2112 écrit qu’il "est bien evident que la "culture gratuite" pourrait à terme nuire à la creation artistique". Mais c’est peine perdue. "Les maisons de disques sont aujourd’hui incapables d’accepter le fait qu’elles vont devoir s’adapter pour survivre, elles souhaitent simplement faire perdurer un mode de fonctionnement tres rentable", ajoute-t-il pour protester, lui aussi, contre un projet de loi "injustifié".

"Ne nous trompons pas de cible, le peuple n’est pas la cause des soucis de quelques privilégiés du monde la musique. Il faut chercher ailleurs", philosophe Lapidus.

"Je suis profondément déçu, l’UMP devrait promouvoir l’innovation et les nouvelles technologies plutôt que céder aux résistances au changement des lobbies en place", regrette Marc.

Lui-même auteur de livres, Vincent raconte qu’il "commercialise [ses] livres au format ebook sur Internet depuis 2005, avec succès"."Très faciles à copier, à diffuser, je n’ai jamais pensé y mettre quelque protection que ce soit", précise-t-il. "Libérez la culture, laissez-la donc s’exprimer : Internet a créé d’autres sources de revenus et si Luc Besson a peur d’Internet il n’a qu’à arrêter de produire des navets et vivre de ses rentes... Car c’est sûr que je n’irai pas payer 10 euros pour voir Taxi 375 !".

Dans un autre message, il assure qu’il a "voté à droite parce que la gauche me paraissait bien vieillotte, mais sur ce coup là, la droite me paraît plutôt ringarde. Si Hadopi passe, je vote à gauche aux prochaines élections !".


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 24 février 2009 11:24

    ... ne vous en faites pas, les députés UMP qui ne sont pas d’accord aujourd’hui, font leur Buzz et voterons comme un seul homme, demain !
    Leur liberté de conscience s’arrete à la porte du parti et à la perspective de candidature la prochaine fois.


    • HELIOS HELIOS 24 février 2009 11:48

      ... et puis, n’oublions pas, l’objectif réel de la loi, est de pouvoir installer un système de contrôle et de filtrage. Le reste n’est que du bruit tout autour. Quand on abrogera Hadopi ou son avatar, on inscrira, en echange, au grand soulagement de tous ceux qui n’ont pas compris, le filtrage des sites qui "streament", qui hebergent etc... tout ce qui ne plait pas au pouvoir en place.


      • patroc 24 février 2009 13:39

        A l’UMP, on vote pas, on obéit, content ou pas, pour rester dans la famille !.. Je pense comme Hélios, le but étant le filtrage du web, comme en Chine.. La licence globale était une excellente idée (et l’est encore !), juste et égalitaire pour les artistes, la plus simple à mettre en place techniquement, rendant chaque internaute libre devant le téléchargement légalisé... Mais non, les lobbys passent par là et nous voilà délinquants potentiels devant une loi purement répressive.. A l’image de ses gouvernants, d’ailleurs..


        • RilaX RilaX 24 février 2009 13:40

          une loi purement repressive et pas un kopek de plus pour les artistes !


        • RilaX RilaX 24 février 2009 16:27

          Sans compter ce qu’elle va nous couter. Vous imaginez s’ils appliquent leur projet d’envoyer 10.000 recommandés par jours ? Meme avec un prix de gros, ca fait des fortunes dépensé pour un résultat nul. Et le mieux c’est que beaucoup le crie a qui veux l’entedre, meme dans nos assemblé. Mais la ministre tel son predecesseur ne prete son oreille qu’au doux bruissement des lobbies de l’industrie de l’inculture.

          Navrant, encore une fois.


        • Mougeon Mougeon 24 février 2009 17:56

          Oui mais après avoir reçu sa lettre recommandée, l’internaute qui vient de se faire couper sa connexion Internet, va immédiatement se ruer à la FNAC pour acheter pleins de CD et DVD...

          Je suis persuadé que les "artistes" et ayant-droits vont regretter amèrement le vote de cette loi, quand ils vont constater que les ventes de leurs produits chuttent encore beaucoup plus vite qu’avant la loi HADOPI ( répression et internet.)


        • Deneb Deneb 25 février 2009 08:51

          l’Art a besoin de beaucoup de choses. D’abord de l’inspiration. Ensuite de l’enthousiasme, de la passion. Un peu de folie pour pimenter le tout. Une bonne dose de détachement et de remise en question permanente. Un sens aïgu de l’esthétisme. Sans oublier l’auto-dérision.

          Malheureusement, aucune de ces choses, on ne peut l’acheter, ni avec des kopeks, ni avec les roubles.


          • Deneb Deneb 24 février 2009 16:11

            Peut-être que la droite dirigeante est en train de se rendre compte que la loi est inapplicable et déjà dépassée. Alors il s’agitent sur place pour faire plaisir aux capitaines de l’industrie culturelle. Tout en sachant que la loi connaitra le même sort que la feu DADVSI.

            Je ne pense pas qu’ils soient bêtes au point de penser que l’économie de l’immatériel nécessite juste une couche de peinture. Il est aujourd’hui clair pour tout le monde qu’il faille une complète restructuration du rapport aux biens numériques. On se dirige donc tout droit vers l’idée de licence globale. Mais il y a une question que de plus en plus de gens se posent : l’etat doit-il financer la culture ? 

            Souvenons nous de l’URSS, où Staline finançait la "culture" d’un genre assez particulier : le soc-réalisme, la seule culture politiquement correcte dans cette dictature. Les artistes sincères n’avait plus d’autre choix que de se lancer dans le samizdat, au risque de se retrouver en fin fond de la Sibérie pour quelques décennies, aux camps de travaux forcés qui n’avaient pas grand chose à envier aux camps nazis. Si l’on veut eviter ce genre de dérive, l’Etat ne devrait pas se mêler de la culture, ni la financer.

            L’idée de la licence globale, bonne dans le contexte actuel, est à long terme encore plus dangereuse que la marchandisation de la culture - on risque de connaitre un art officiel, politiquement correct, subventionné mais stérile à coté de l’alternative opprimée mais fertile. Il faut donc aller au delà de la licence globale en exigeant un immatériel libre de tout attache mercantile et étatique.


            • Canine Canine 24 février 2009 17:14

              Le plus fascinant dans tous ça, c’est de se dire que la prochaine loi sera encore pire, tout en restant aussi inefficace. Dire qu’on paye des gens pour faire ça.


              • thomthom 24 février 2009 17:46

                excellent article ! merci


                • barbouse, KECK Mickaël barbouse 24 février 2009 17:58

                  ami pirate bonjour,

                  au dela du fait que les technologies rendant caduques ce projet de loi existent déja,

                  notamment les tunnel ipV6 où l’on rentre avec une ip ( internet protocol address) et on en ressort aléatoirement sur la toile avec un ip temporaire, extra territorialisée, aussi va trouver l’ip réel même si on scan les sites.

                  et les flux à double contenu crypté, où dans le même streaming, ou téléchargement, vous avez sur une lecture simple le film de vacances, légal, de la famille machin, et avec le logiciel adéquat, muni de la bonne clef de décodage, vous avez un autre film, piraté par exemple, issue du même contenu numérisé.

                  on assite avec ce projet a une vaine tentative pour pallier au dix ans de retard législatif habituel à la France face a la nouveauté du net et son évolution. 

                  De plus, c’est sans compter les fournisseurs de contenu étrangers qui en diffusant en zone francophones leur manga, japoniaiserie drama, film russe, télénovella, bollywood stories et autres joyeuseté pour le curieux, sur des sites "pirates",

                  et qui font parfois la culbute a peu de frais en pouvant ainsi démontrer aux acheteurs de contenu officiel pour la zone francophone que leur film, leur série, etc.. a trouver un public, il a été vu, télécharger, etc... x fois, avec tel buzz, et mettent a disposition d’achat la saison 1 bradé, et la saison 2 a négocier, etc...

                  C’est sans compter aussi pour les mangas, sur l’achat de produits dérivés, figurines, manga papier, poster, etc... via le net, issue de personnes qui sans le visionnage gratuit en ligne n’en aurai tout simplement jamais éprouvé l’envie. 

                  Certains mêmes pensent que sur les newsgroups, on trouve un choix de films qui étonnement pour les plus télécharger, ce retrouvent programmer sur les télévisions françaises deux semaines aprés. Façon de tester le potentiel de revisionnage de certain "produit culturel" sur un public test avant de les mettre en full dispo au grand public.

                  Il faut savoir pour l’anecdote, aussi, que la série "sous le soleil" a été particulièrement télécharger par le geek brésilien, pour qui cela a sembler le comble de l’exotisme...

                  l’attaque contre le streaming est une attaque contre l’avenir de la télévision hors événementielle et en direct, c’est le sursaut d’un fabriquant de k7 VHS face a l’arrivé du blue ray, et même si les politiques vont faire des discours pour rassurer le personnel des télévisions, etc.. desquelles ils dépendent en partie, c’est peine perdue, la télévision qui impose son contenu et son horaire est une technologie mourante. 

                  Et la création, la pub et le cinéma dans tout ça ? 

                  Force est de constater que de plus en plus le net fournis a des chanteur le moyen de se faire connaitre, et finalement rémunèrer pour les plus talentueux. 

                  Pour la pub, c’est bien simple, ce sont les entreprises qui vont changer de braquet, eux ils doivent impérativement être là où le consommateur regarde, et s’il regarde en streaming, alors ils calculerons leur contrat de placement marketing dans les films en négociant la possibilité de les diffusé en stream sur leur sites de marque ; ou d’inclure dans la vidéo en ligne des secondes de pubs. 

                  Cela va leur permettre plusieurs option, déja repensé les valeurs de leur marques en matière de mécénat et de valeur culturel a proposer, sortir pour partie de la dépendance aux médias classique en gérant, par leur sites et le web, une offre de contenu en ligne avec un public. 

                  inutile de vous dire qu’une marque comme coca cola diffusant chaque semaine l’épisode d’une série "phare" a l’américaine sur son site calmerai déja plus d’une diffusion télévisée classique en terme de conccurence. Avec un impact pour la marque que les suiveurs français auront encore une fois bien du mal a rattraper. 

                  Pour certain grand groupe, ce sera directement leur employés qui servirons de panel critique, et il achèterons ainsi des droits de diffusions en ligne pour diffusion gratuite, sans option de téléchargement, d’une durée déterminée. 

                  D’autres a moindre budget jouerons la carte de l’immédiateté, concert en live, pièce de théatre, stand up, etc.. mis en ligne direct sur le site de l’entreprise qui a jouer la mécène, etc...

                  La bonne nouvelle c’est qu’on retrouvera dans ce champs de possibilité les joies de l’expression culturelle vivante et instantée, même dénaturée par la virtualisation numérisée.

                  Quand au cinéma, qui lorgne déja vers le web 2.0 et le communautés en lignes, il finira par proposer des salles adaptés en location pour ces communautés,

                  partant du principe a juste titre que ce qui doit distinguer son offre des autres c’est la mise a dispostion d’espace de communion collective autour d’une même oeuvre culturelle et si possible, l’instantanéité mondiale de la sortie de tel film évènement, de tel concert ( et oui on finira par pouvoir danser au cinéma devant le live en direct du concert de ... en même temps que partout dans le monde)
                  proposant ainsi l’achat d’un espace de vie en direct fantasmée avec l’ensemble des membres de sa communauté virtuel.

                  voilà, donc quand vous regardez de pret, vous constatez que non seulement leur projet de loi est issue d’un cruel manque de connaissance du sujet en matière de prospective et d’évolution de la consommation culturel via l’ensemble de l’offre technologique, et je ne suis pas un spécialiste, loin de là, mais d’une option réthorique voulant rassuré des gens qui vivent de ou avec une technologie sur le déclin. Alors que ce qu’il faut c’est de l’audace, de l’audace, encore de l’audace.

                  amicalement, barbouse. 


                  • Mougeon Mougeon 24 février 2009 18:02


                    N’hésitéz pas à laisser un commentaire sur le blog de l’UMP.


                    http://blog-ump.typepad.fr/blog/2009/02/piratage-moi-non-plus-.html

                    Les messages ne semblent pas censurés, j’ai testé.

                    Mais par contre il faut attendre le lendemain pour voir son message ajouté.



                    • fredleborgne fredleborgne 24 février 2009 18:46

                      Sarko se bat plus pour ses copains que pour les restaurateurs : la TVA à 5,5 n’est toujours pas passée.

                      Mais si il se bat aussi contre les pirates, c’est parce qu’il a aussi refusé de faire passer les produits culturels à 5,5, et il faut bien que l’argent rentre, sauf que c’est une erreur de calcul en ce qui concerne cette loi, puisque Hadopi va couter 8 millions d’euros annuels à l’état français...


                      • 24 février 2009 23:12

                        ca va etre un bord*l ! (source zataz :)

                        Un ministre norvégien souhaite légaliser le Peer to Peer pour mieux contrôler le comportement fou des majors.

                        Bård Vegar Solhjell, ministre de l’Éducation nationale en Norvége, souhaiterait légaliser le partage illégal de fichiers. Une maniére de contrôler le comportement des majors. Le ministre indique sur son blog que cette légalisation serait un excellent moyen pour permettre à tous d’accèder à la culture. "Tout comme la radio et les cassettes n’ont pas tué l’industrie de la musique, il s’agit d’une revendication absurde que de dire que le partage de fichiers le fasse, explique Bård Vegar Solhjell sur son blog, L’industrie devrait rechercher un système permettant la rémunération des artistes et le confort des consommateurs."


                        • Emmanuel Aguéra LeManu 1er mars 2009 20:31

                          Ca me rappelle ça (NL)


                        • Emmanuel Aguéra LeManu 1er mars 2009 20:16

                          Je trouve plutôt rassurantes ces réactions de militants ump. Il semblerait que les 53% d’il y a deux ans d’effritent quelque peu. Quand nos dirigeants comprendront-ils les bénéfices du P2P sur les tissus économique et social de la société ? Quand ils seront morts, probablement, et remplacés par une génération en contact avac son temps.
                          Que de temps perdu en ces temps d’urgence...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès