Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Si Einstein s’est trompé, il n’y a pas d’ondes (...)

Si Einstein s’est trompé, il n’y a pas d’ondes gravitationnelles

Souvenez-vous il y a quelques mois. Des astrophysiciens annonçaient la découverte d’ondes gravitationnelles en interprétant les données fournies par le dispositif d’observation BICEP2. Ces ondes, prévues par la relativité générale d’Einstein, étaient censées indiquer les traces du big bang. Cette annonce a vite été suivie d’une controverse car l’interprétation des données n’allait pas de soi. Ces images assez floues peuvent très bien être causées par des éléments interférant. D’aucuns invoquent des poussières galactiques. Après l’annonce médiatique, les scientifiques auteurs de cette découverte viennent d’officialiser leurs travaux dans la « Physical Review » le 19 juin 2014, après avoir pris note des critiques formulées suite à la diffusion des travaux en prépublication sur les arXiv. Dans la version définitive, les auteurs sont un peu plus réservés. Ils maintiennent leur interprétation sur les ondes tout en précisant que ce résultat ne peut être tenu pour définitif et que des artefacts sont envisageables, comme cela arrive parfois dans les expériences scientifiques. C’est d’ailleurs l’un des principes méthodologiques essentiels de la science empirique qui se doit de bien vérifier que l’interprétation des données n’est pas faussée par une sorte de grain de sable logé dans les rouages de l’expérience.

Supposons par exemple que l’on veuille étudier la génération de radicaux libres par des réactifs. On utilise un spectromètre RPE et une molécule qui lorsqu’elle capte les radicaux, fournit à la machine un signal. Il faut néanmoins s’assurer que cette molécule n’interagit pas avec un des réactifs. Si c’est le cas, alors l’expérience est nulle. Il faut changer de molécule si c’est possible et refaire les contrôles. C’est de la routine pour un laboratoire. Par contre, en astrophysique, on ne peut pas envoyer un vaisseau dans les galaxies pour vérifier s’il y a ou pas des poussières galactiques. En l’état actuel des choses, l’existence des ondes n’est pas certaine et déjà, la polémique médiatique s’emballe. Chacun renvoyant la balle dans le camp adverse. Les physiciens reprochant aux médias de s’être emballés avec précipitation pour générer de l’événement scientifique. Les journalistes jugeant imprudente l’annonce prématurée de résultats sur ces ondes. J’aurais plutôt tendance à exonérer les physiciens, invitant les journalistes à se renseigner sur le fonctionnement de la science et à s’instruire pour causer intelligemment des affaires savantes.

Les ondes gravitationnelles sont prévues par la théorie d’Einstein. Dont la formulation se résume ainsi, (R, g) = T. Dans cette formule, R représente la courbure, g le tenseur de métrique décrivant l’espace-temps sous une forme dynamique et T représentant la matière. En calquant le raisonnement physique sur le fonctionnement théorique, l’onde gravitationnelle se comprend comme la perturbation occasionnée par T, la matière, sur g, la dynamique de l’espace temps. Cette onde se propage à la vitesse c mais elle ne s’identifie pas à l’onde électromagnétique de Maxwell. Car si c’était le cas, cette onde ne serait pas gravitationnelle mais électromagnétique. De toute façon, ne cherchez pas le champ EM dans l’équation d’Einstein, il n’y est pas. Par contre, ce champ existe dans la nature et nous permet de voir les objets dans la nature et l’univers. Et même d’être connectés aux diffuseurs satellitaires. En plus, le GPS fonctionne avec ce champ EM mais il faut faire deux corrections relativistes dont l’une nécessite d’employer l’équation (R, g) = T. Etrange puisque cette équation ne contient pas les photons et le champ EM. Mais n’oublions pas que cette équation inclut g et dans g, il y a t, le temps. Comme dans l’énergie du photon donnée par l’équation de Planck E = h. nu. Ou h est la constante d’action et nu la fréquence du photon (du temps inversé). Bref, si la matière influe sur le photon, c’est parce que cette matière influe sur le temps. Ce qui est le principe même de la relativité d’Einstein. Ou alors sur l’espace uniquement. Auquel cas il faudrait entrer dans des considérations assez ésotériques dans laquelle le temps relativiste est supprimé. En utilisant la dynamique des formes. Le socle de la physique semble se dérober. Et si la constante de Planck n’était pas tout à fait une constante ? C’est possible mais je crains qu’il n’y ait pas de moyen pour le savoir.

Revenons maintenant à l’équation (R, g) = T. Si l’on admet que l’effet de T sur g est une sorte d’artifice mathématique sans contrepartie physique au sens de la mécanique céleste, alors, il n’y a pas d’ondes gravitationnelles. Tout simplement parce que si la théorie permet de calculer des phénomènes, ceux-ci ne peuvent pas se produire car il n’y a pas de fondements physiques permettant à ces phénomènes d’exister. Ce qui signifierait qu’il n’y a aucun intérêt à les chercher excepté celui de ne jamais les trouver. Ce qui confirmerait la possibilité que Einstein se soit trompé dans la relativité, bien que cette théorie colle de près avec l’astronomie. Mais cette théorie ne colle peut-être pas avec la cosmologie. Les physiciens en décideront. Ce sont eux que vous devez croire et non pas le facétieux philosophe que je suis et qui donne un avis sans aucune légitimité de l’expert. Ce qui ne m’empêche pas d’être convaincu que l’hypothèse d’une erreur fondamentale dans la relativité générale est assez plausible et en creusant un peu, ou pourrait en savoir plus. Je souhaite une bonne pioche aux physiciens.

Ne vous tracassez pas avec ces ondes gravitationnelles. Le plus important maintenant, c’est de trouver un endroit à l’ombre et de se procurer une boisson fraîche avec des glaçons fabriqués grâce aux lois physiques de la thermodynamique qui en cet été, seront aussi utiles que l’équation d’Einstein et le GPS qui permet de diriger la voiture vers un lieu où l’on sert du pastis avec des glaçons.

Lien vers la Phys.Rev. http://journals.aps.org/prl/pdf/10....

à lire aussi

http://science21.blogs.courrierinte...

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

118 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 25 juin 2014 08:32

    Pour l’instant l’univers garde ses secrets..et c’est très bien ainsi...Arrêtons les divagations actuelles de certains « experts »..Notre cerveau est bien trop petit pour emmagasiner la provenance de toutes ces galaxies en provenance d’un big bang hypothétique (ou de combien de milliards de big bang..).


    • flesh flesh 25 juin 2014 13:23

      Je n’y connais presque rien, mais suis sûr d’une chose : ce n’est pas grâce à des claude-michel que nous visitons la planète Mars avec les yeux de nos robots.


    • claude-michel claude-michel 25 juin 2014 13:52

      Par flesh....bof.. !


    • flesh flesh 26 juin 2014 02:56

      bof toi-même. Tu ne craches sur ceux qui veulent découvrir. Avec des mecs comme toi on aurait même pas percuté la roue


    • Robert Biloute Robert Biloute 25 juin 2014 08:55

      prochaine étape les résultats de Planck en octobre/novembre, mais c’est pas dit qu’ils auront la sensibilité nécessaire malheureusement.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 juin 2014 14:45

        la prochaine étape, c’est dans la cosmologie quantique qu’elle va se dérouler. Il y aura bien un physicien théoricien pour expliquer que les ondes gravitationnelles n’existent pas. J’avoue que je n’ai pas trop cherché à savoir. Je sais à peu près où se trouve l’erreur ontologique de la physique moderne. C’est déjà pas mal.


      • Robert Biloute Robert Biloute 25 juin 2014 16:16

        ça je n’en sais rien, par contre je sais que planck doit sortir des données. A ma connaissance, on a encore rien trouvé de mieux pour faire de la science.


      • christophe nicolas christophe nicolas 25 juin 2014 09:25

        C’est intéressant, personnellement, je ne crois pas que le graviton de spin 2 existe et je pense que la gravité est un sous produit de l’électromagnétisme. 

        A mon avis, il peut donc exister des ondes gravitationnelles. Quand à la relativité d’Einstein, c’est une façon de voir le monde, pas de l’expliquer et cette façon est tautologique d’une certaine manière, c’est une boite noire. On ne peut pas dire que c’est faux mais c’est enfumant au possible, plus personne ne pige rien... 

        De toute façon, il faut réexaminer l’électromagnétisme avant, on a mis la charrue avant les boeufs.

        • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 juin 2014 10:26

          La gravité n’est certainement pas un produit de l’électromagnétisme Je crois qu’aucun physicien ne sait exactement ce qu’est la gravité Cela dit, il est possible que la physique se soit un peu perdue avec Maxwell. C’est sans doute à ce stade que Einstein se serait fourvoyé. Pour les ondes gravitationnelles, je n’ai qu’envoyé une hypothèse comme ballon d’essai, au cas où un physicien serait de passage.


        • CommunArt CommunArt 25 juin 2014 16:07

          @bernard dugué : article intéressant, merci.

          L’hypothèse d’« ondes gravitationnelles » ne ressemble-t-elle pas à une impasse du simple point de vue logique ?
          La gravité s’impose comme une force, il suffit de sauter à la corde pour s’en apercevoir, tandis que les ondes ne sauraient être autre chose que l’effet d’une force appliquée à un environnement qui leur permet de se propager, comme le caillou qui disperse en ondes l’énergie de sa chute à la surface de l’eau.
          Il est fort possible que la chaîne des causalités nous échappe encore un bon bout de temps, mais ça occupe smiley

        • ahtupic ahtupic 25 juin 2014 10:35

          En quête de sensationnalisme, les physiciens ont inventé la matière noire, l’énergie sombre, le boson de Higgs et probablement le bing-bang.


          • Robert Biloute Robert Biloute 25 juin 2014 10:39

            et aussi la conservation de l’énergie, ces bandes de fourbes.


          • lsga lsga 25 juin 2014 10:38

            Vous êtes quand même d’une mauvaise fois hallucinante. Vous refusez le statut d’ajout ad-hoc à la matière noire et à l’énergie noire, vous refusez d’admettre que la physique quantique puisse être interprétée comme une théorie sur notre connaissance de la physique, par contre, vous considérez la gravité comme une théorie ad-hoc au prétexte d’une conception mécaniste de l’Univers ????????

             
            C’est un peu du foutage de gueule quand même...
             
            Donc, vous dites :
            « Si l’on admet que l’effet de T sur g est une sorte d’artifice mathématique sans contrepartie physique au sens de la mécanique céleste, alors, il n’y a pas d’ondes gravitationnelles. »
             
            Alors, vous qui êtes un fanatique des éthers gravitique et luminique, je vous répondrais quand même ce que Newton lui-même répondait :
             
             
            L’équation de Newton, puis son expression dans le paradigme relativiste, est le fruit d’une observation, une loi corroborée. On a pas besoin de supposer un médium mécanique quelconque : on observe la gravité, on a pas besoin de faire de supposition ontologique métaphysique sur sa nature. L’ontologie n’est pas plus nécessaire à la physique que l’intuition aux mathématiques. 
             
            D’ailleurs, et c’était déjà un peu notre débat lors de votre dernier article, je vous rappelle que ce medium mécanique supposé était l’éther gravitique au 19ème siècle, et qu’il va devenir le continuum d’Espace-Temps dans la théorie relativiste (et arrêtez avec cette obsession juvénile d’Einstein qui n’a été que celui qui a apporté la touche finale à la théorie). L’énergie noire et la matière noire, comme les éthers gravitique et luminique, sont des ajouts ad-hoc à la théorie ; ce n’est certainement pas le cas de la gravité (ni au 19ème, ni aujourd’hui). 
             

             



            • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 juin 2014 10:47

              Vous avez un bagage de physique assez conséquent mais vous me prêtez des opinions que je n’ai pas explicitées. C’est vous qui êtes de mauvaise foi en déformant mes idées pour une polémique assez stérile du reste. Vous n’êtes pas très constructif mais si ce jeu peut vous faire du bien, tant mieux. J’espère que les lecteurs sauront à qui accorder crédit dans cette affaire pour l’instant non résolue.


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 juin 2014 10:58

              Je répond quand même à votre saillie bienvenue sur Newton, qui a inventé la cosmologie moderne en égarant les physiciens. Oui, la physique a besoin d’ontologie et réciproquement


            • foufouille foufouille 25 juin 2014 11:01

              "

               
              L’équation de Newton, puis son expression dans le paradigme relativiste, est le fruit d’une observation, une loi corroborée. On a pas besoin de supposer un médium mécanique quelconque : on observe la gravité, on a pas besoin de faire de supposition ontologique métaphysique sur sa nature"

              ben si. observer une chose ne définit pas sa nature.
              en physique, on cherche à comprendre et à utiliser ce qui nous entoure. on doit donc comprendre ce qu’est la gravité avant de l’utiliser


            • lsga lsga 25 juin 2014 11:34

              pas du tout foufouille. La physique ne répond pas à la question « qu’est-ce que c’est ? » mais à la question « comment ça marche ? ». 

               
              La question « qu’est-ce que c’est ? », c’est à dire la question ontologique, est la question philosophique, métaphysique, par excellence. C’est en effet le type de questions qui passionne l’auteur. 
               
              Cette scission entre l’ontologie et la physique, c’est Newton qui l’exprime clairement (le lien que j’ai posté au dessus), et très précisément sur la question de la gravité.
               
              Pour résumer le débat : 
               
              - D’un côté, il y avait les tenants de la vision mécaniste du monde. Pour eux, le monde n’était qu’une suite de causes/conséquences provoquées par les contacts entre des éléments. C’était la vision ontologique « normale » des sciences de l’époque
               
              - De l’autre, il y avait les spiritualistes et les tenants des forces invisibles occultes. C’était la vision ontologique « normale » des mystiques de l’époque.
               
              Or, Newton, en posant la loi de la gravité, se contente de formaliser une loi sans se soucier de ces débats philosophiques. La gravité s’applique de manière instantanée, et se produit entre les objets sans qu’il n’y ai besoin d’un médium. Les tenants de la vision mécaniste vont donc reprocher à Newton de réintroduire les sciences occultes et les forces spirituelles. Newton leur répond : Hypotheses Non Figo, ou : « la nature des choses, on s’en fou, nous on observe, on décrit, et on tire des lois »
               
              Puis, dans un second temps, à cause de l’acharnement des mécanistes, Newton va finir par céder et poser l’existence d’un « éther », medium de la gravité.
               
              Les mystiques de l’époque vont alors complètement délirer sur cet ajout adhoc, et c’est pour cela que dans les théories mystiques du 19ème vous trouvez l’éther à toutes les sauces (corps éthéré, monde éthéré, etc.). Ils réutiliseront également les faiblesses de la théorie d’alors sur l’électro-magnétisme et son côté spectaculaire pour raconter tout et n’importe quoi (d’où les « magnétiseurs »).
               
              Bernard Dugué est, d’habitude, un peu dans cette démarche (les frère Bogdanov aussi d’ailleurs). Il prend les limites du système actuel, ses ajouts adhoc (matière et énergie noire), pour cloquer toutes ses fumisteries mystiques. 
               
              Là, pour une fois, dans cet article, il limite bien l’interprétation possible des formules physiques.... mais... pour l’appliquer à la Gravité !
               
              Bref...



            • Hermes Hermes 25 juin 2014 11:38

              Bernard, il faudrait créer une nouvelle branche des connaissances : la philo-physique. Stricto sensu, la physique n’a pas besoin de l’ontologie.

              Il n’y a aucun mal à faire de la philo-physique, d’ailleurs beaucoup en font sans le savoir !

               smiley


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 juin 2014 11:42

              Hermès,

              La philosophie de la physique n’a pas besoin d’être créée, elle existe déjà. Passez sur mon blog, vous trouverez quelques présentations de livres sur ce sujet


            • lsga lsga 25 juin 2014 11:48

              oui, ou sur celui de Bitbol, qui est quand même d’un autre niveau (je pense que vous en conviendrez) :

               
              Dans l’aveuglante proximité du réelle, il commence par résumer TOUTES les approches philosophiques de la physique quantique avant d’expliquer la sienne.
               
              C’est donc très enrichissant, que l’on soit au final d’accord ou pas avec l’auteur.

            • foufouille foufouille 25 juin 2014 12:40

              « La physique ne répond pas à la question « qu’est-ce que c’est ? » mais à la question « comment ça marche ? ». »

              pas du tout. la physique essaye de comprendre les deux.
              on sait que la matière est composé de neutrons, électrons et protons. etc

              c’est comme la médecine, on essaye de comprendre


            • lsga lsga 25 juin 2014 12:47

              nope, la physique a d’abord expliquer le fonctionnement des réactions chimiques à l’aide des atomes (sans ne rien postuler sur leur nature), puis, elle a expliqué ces interactions chimiques par les particules composant les atomes (qui d’ailleurs, n’existent même plus vraiment en physique...)

               
              « la matière, c’est des atomes » n’est pas un énoncé physique, mais philosophique. C’est énoncé n’est pas formulé dans le cadre du paradigme physique. 
               
              « si vous prenez x moles de H2, y moles de I2, vous obtenez z moles de HI » est un énoncé physique. 

            • foufouille foufouille 25 juin 2014 18:57

              « puis, elle a expliqué ces interactions » chimiques ?

              gaga !


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 25 juin 2014 12:03

              Bonjour Bernard,
              vous qui vous attaquez aux plus solides fondateurs des secrets de la matière, quand vous pencherez vous sur le Boson de lsga 235 émissions en 5 jours... ?
              J’ai survolé le sujet, le mystère reste entier.
              Pour le pastis, mon avis est qu’il est bien meilleur sous un platane centenaire...allez à la votre !


              • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 12:53

                il y a un courant de Foucault qui nous traverse pour nous plaquer au sol. comme à la télé et comme avec « qui veut gagner des millions ».

                par contre le systeme terre, à partir du combustion, un mouvement, et un désquilibre.... pour dire que les riches sont plus riches et les pauvres plus pauvres.


                • Gasty Gasty 25 juin 2014 12:53

                  il n’y a que l’immobilisme ( dimension 1)qui est dépossédé ou se dépossède de toutes substances. Le mouvement (dimension 2) induit le temps ( dimension 3) qui engendre tout, gravité ou électromagnétisme en sont les conséquences.On a peut être oublié de prendre en compte le support.

                  ( C’est ma vision )


                  • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 13:42

                    pourquoi 24h en une journée,12 mois et 365 jours par ans ?c’est newton ?


                    • soi même 25 juin 2014 14:00

                      @ Bernard, vous n’avez as encore compris A E a raconter des blagues physiciennes !


                      • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 14:05

                        boson de higgs je m’attendais a une revolution rien qu’en com.
                        pour expliquer qu’ntre deux unité de mesure il y a une sorte déchirure des outils algébriques.


                        • jef88 jef88 25 juin 2014 14:34

                          j’ai pris une décision énergique :
                          le big bang n’existe pas !
                          pourquoi ?
                          - personne ne l’a vu
                          - c’est un faire valoir pour scientifiques en mal de renommée
                          - personne ne peut prouver son existence
                          - il est du domaine des hypothèses


                          • soi même 25 juin 2014 15:04

                            @ jef88, argument logique qui démonte le monisme scientisme qui ne peut pas sortir d’une causalité aberrante.
                            Toutes leurs hypothèses de l’infiniment petits en reflet de l’infinie grand n’est un paravent conceptuel de leurs incapacités à dépasser une vision strictement matériel des faits !


                          • Robert Biloute Robert Biloute 25 juin 2014 15:12

                            @ jef88, argument logique qui démonte le monisme scientisme qui ne peut pas sortir d’une causalité aberrante.
                            Toutes leurs hypothèses de l’infiniment petits en reflet de l’infinie grand n’est un paravent conceptuel de leurs incapacités à dépasser une vision strictement matériel des faits !

                            - aberrant : qui diffère de la normale. Vous pensez que la causalité n’est pas la norme ? Bon si vous n’êtes pas matérialiste, vous n’avez pas trop d’autres choix que de croire à l’existence d’effets sans cause, mais de là à dire que c’est la norme..

                            - l’infiniment petit en reflet de l’infiniment grand, ça fait longtemps qu’on en est sorti

                            - ce n’est pas une incapacité, c’est un choix


                          • soi même 25 juin 2014 17:30

                            c’est un choix absurde !


                          • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 14:43

                            peut on faire E=M3/4
                            avec le modele supermarché et le modele anpe par rdv ?


                            • Electric Electric 25 juin 2014 15:38

                              « Cette onde se propage à la vitesse c mais elle ne s’identifie pas à l’onde électromagnétique de Maxwell. Car si c’était le cas, cette onde ne serait pas gravitationnelle mais électromagnétique. De toute façon, ne cherchez pas le champ EM dans l’équation d’Einstein, il n’y est pas. Par contre, ce champ existe dans la nature et nous permet de voir les objets dans la nature et l’univers. »

                              Il y a des champs magnétiques dans tout l’univers, et donc FORCEMENT des courants électriques pour en assurer l’induction, mais ça ne figure dans aucune équation du modèle cosmologique standard qui de fait passe à côté de la force électrique 10 puissance 39 fois plus forte que la gravité. A l’échelle galactique, la gravité est une force ridicule qui ne prévaut pas sur les phénomènes observés. Ce sont les courants électriques dans le plasma qui drivent l’univers, des clusters de galaxies aux étoiles. Une étoile est la focale d’une décharge permanente d’électricité à l’image de la z-machine de Sandia.

                              Le Dr Antony Perratt du Los Alamos Laboratory a simulé avec succès sur de gros ordinateurs la formation d’une galaxie barrée à partir de deux courants électriques dits de Birkeland . Ses travaux sont soutenus tant par le Département de l’Energie, la National Science Foundation, le Los Alamos Lab, le trust Dupont, l’Air Force Office for Scientific Research.

                              http://plasmauniverse.info/galaxy.Peculiar.html

                              http://plasmauniverse.info/

                              Ses travaux ont été présentés à Capitol Hill en grande pompe :

                              http://plasmauniverse.info/Museum.Exhibits/HouseRep.html

                              Littérature scientifique (Hannes Alfven, prix Nobel de physique en 1970) :

                              http://plasmauniverse.info/papers-cosmology.html

                              Il est plus que tant d’abandonner cette physique exotique née de l’invention par Arthur Eddington du caractère entropique des étoiles et de sa propagation mathématique par Einstein à travers le continuum espace temps, les ondes gravitationnelles qui n’ont pas manqué de donner naissance à la matière noire d’abord, puis au big bang, puis aux trous noirs, puis à l’énergie noire.

                              Dans sa dernière conférence lors de la réunion des théoriciens interdisciplinaires de l’univers électrique, à Albuquerque le Dr Ed Dowdye (NASA) met à mort le « gravitationalisme » en montrant qu’il n’existe aucune relation entre lumière et gravité dans le vide spatial :

                              https://www.thunderbolts.info/wp/2014/06/06/dr-ed-dowdye-solar-gravitation-and-solar-plasma-wave-propagation-on-interaction-eu2014/

                              La thermodynamique ou la mécanique newtonienne ou la mécanique des fluides sont des grilles de lecture non opérationnelles pour décrire les phénomènes plasmatiques. Ce sont les lois de l’électromagnétisme et de l’électricité (Maxwell, Lorentz, convection de Marklund, courants de Birkeland, « doubles couches » dans le plasma de Hannes Alfven) qui dirigent l’univers observable.

                              L’espace n’est pas neutre électriquement et tous les corps ou objets stellaires sont chargés électriquement, de la terre, aux comètes, aux étoiles, aux galaxies, jusqu’au vivant, (travaux du Dr Georges Lakhovsky à la Salpêtrière ) :

                              http://www.histoireebook.com/index.php?category/L/Lakhovsky-Georges

                              https://www.thunderbolts.info/wp/

                              http://www.youtube.com/user/ThunderboltsProject

                              Ne sera-t-il pas temps de se plonger avec sérieux sur cette cosmologie qui fonctionne sans physique exotique ?

                              Evidemment, cela nécessiterait de remettre en cause tous les manuels de climatologie, géologie, sciences du vivant, mythologie, ...............


                              • Robert Biloute Robert Biloute 25 juin 2014 15:47

                                Vous trouvez que l’électromagnétisme n’est pas exotique ? Vous avez bien de la chance..


                              • Electric Electric 25 juin 2014 17:09

                                Planétologie appliquée, le cas de Mars, la planète scarifiée :

                                http://www.youtube.com/watch?v=tRV1e5_tB6Y&feature=player_profilepage

                                Pas une formule mathématique, mais des prédictions et des vérifications réalisées en laboratoire. L’électricité a totalement remanié Mars dans un évènement catastrophique qui n’a pas du durer plus de quelques heures, minutes, à l’image du canyon du Colorado sur Terre, des cratères lunaires, ....

                                http://www.thunderbolts.info/tpod/00subjectx.htm#Earth_Geology


                                • lsga lsga 25 juin 2014 17:18

                                  waoooo .... j’adore suivre toutes les théories un peu délirantes, et j’avoue que celle-ci m’avait échappée ! elle va devenir number one dans mon classement des théories totalement débiles !

                                   
                                  « From the smallest particle to the largest galactic formation, a web of electrical circuitry connects and unifies all of nature, organizing galaxies, energizing stars, giving birth to planets and, on our own world, controlling weather and animating biological organisms. There are no isolated islands in an electric universe.
                                   David Talbott and Wallace Thornhill, Thunderbolts of the Gods »
                                   
                                   smiley smiley smiley smiley
                                   
                                  un vieux reste du mysticisme du 19ème j’imagine....

                                • Electric Electric 25 juin 2014 17:27

                                  @Isga : du fond d’un trou noir, englué dans la matière noire, on n’y voit guère plus qu’au fond de la caverne de Platon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès