Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Sommes-nous seuls dans l’univers ?

Sommes-nous seuls dans l’univers ?

Il s'agit d'une question aux répercussions scientifiques et philosophiques considérables. Nous venons de présenter les lvres de deux cosmologistes 1) qui défendent une thèse que beaucoup de personnes détestent entendre formuler mais qui paraît aujourd'hui, en l'état de la science, la seule recevable : il n'est pas possible aujourd'hui d'identifier, à quelque endroit de l'univers que l'on se place, hors la Terre, de formes de vie et encore moins de formes organiques complexes susceptibles de comportement intelligents. Ceci quelles que soient les définitions que l'on donne de la vie et de l'intelligence.

Cela ne veut pas dire que de telles formes n'existent pas ailleurs. Il est donc tout à fait conforme à l'esprit scientifique de chercher à les découvrir. Cette recherche, pour ouvrir les angles d'approche, peut tout-à-fait légitimement s'appuyer sur des définitions de la vie et de l'intelligence qui ne soient pas définies strictement par les modèles biologiques identifiés.

Un vaste courant de recherche s'appuie pour ce faire, comme nous allons le rappeler ci-dessous, sur les produits de la vie synthétique et de l'intelligence artificielle actuellement développés par des Terriens sur la Terre, autrement dit, rappelons-le, par des organismes biologiques, ceux des chercheurs des disciplines concernées. Mais, répétons-le, aussi intéressants que puissent être ces produits et schémas, il ne suffit pas de montrer qu'ils sont théoriquement concevables. Il faudrait démonter expérimentalement que des entités de même nature existent sur d'autres planètes ou à quelque endroit que ce soit de l'univers. A ce moment seulement, nous pourrons affirmer que nous ne sommes pas seuls dans l'univers.

Les super-Terres

Il est indéniable que la mise en évidence, qui se multiplie actuellement, de planètes extérieures au système solaire et susceptibles d'habiter des formes de vie telles que nous les connaissons encourage les spéculations. On en compte à la date de rédaction de cet article environ 700. Ces planètes sont encore beaucoup trop lointaines pour que les instruments actuels permettent de les observer avec suffisamment de précision. Néanmoins l'échéance se rapproche.

Selon l'astrophysicien Dimitar Sasselov 2) les planètes les plus favorables à la vie ne sont pas seulement celles qui dans l'ensemble sont comparable à la Terre. Il pense que ce que les astronomes désignent du terme de super-Terre le seraient bien plus encore. Ci contre une vue d'artiste représentant un système double de super-Terres orbitant autour d'un Soleil.

Il faut entendre par ce terme de super-Terre des planètes composées de roches et de glaces d'une taille pouvant être 10 fois celle de la Terre. Elles disposent d'une surface relativement réduite par rapport à leur masse, ce qui leur permet de conserver leur chaleur interne. Cette chaleur favorise les mouvements tectoniques tels que connus sur Terre. Ceux-ci préviennent l'excès d'émissions volcaniques susceptibles de générer des effets de serre catastrophiques comme sur notre voisine Venus. Enfin la quantité de glace d'eau qu'elles contiennent pourrait favoriser la constitution d'océans gigantesques, multipliant les chances de voir apparaître les formes de vie océaniques qui sur Terre,ont été les précurseurs de la vie organisée.

En effet, selon Sasselov, la température clémente de la surface, sur ces planètes, pourrait encourager la constitution de molécules géantes susceptibles avec le temps d'atteindre les concentrations nécessaires à l'émergence de la vie. Ceci ne veut pas dire qu'il s'agirait d'une vie biologique telle que présente sur la Terre.

L'auteur porte un grand intérêt aux perspectives évoquées en introduction de cet article, concernant sur Terre les expériences en plein développement de la vie synthétique. Nous avons par exemple signalé ici les essais réussis de Craig Venter pour créer une cellule synthétique 3) D'autres essais sont en cours ailleurs. Or, les planètes super-géantes pourraient offrir des conditions permettant, avec le temps et la multiplication en nombre quasiment illimité des essais, la production de membranes enfermant les molécules nécessaires aux fonctions vitales telles que nous les connaissons.

Il ne s'agirait pas d'une vie nécessairement semblable à la vie sur Terre, mais elle pourrait y ressembler. Il ne serait pas pour autant nécessaire d' imaginer des formes de vie totalement exotiques, telles que la Science Fiction se plait à le faire. Il est évident que les recherches sur la biologie synthétique intéressent fortement l'exobiologie, c'est-à-dire la recherche de vie extraterrestre. La Nasa par exemple y consacre certains crédits.

L'évolution biologique répond-elle à des déterminismes généraux ?

Ces formes de vie initialement monocellulaires pourraient-elles évoluer, comme sur Terre, afin de donner naissance à des organismes complexes susceptibles éventuellement d'intelligence et même de conscience de soi. Les biologistes et neurologistes évolutionnaires, sur ce point, et concernant les conditions régnant sur Terre, sont divisés. Comme le rappelle Michael Chorost 4), les uns ne voient aucune possibilité, dans le cadre de l'évolution darwinienne sur le mode Hasard et nécessité, pour que les aléas de l'évolution aient pu déterminer rigidement l'apparition d'espèces complexes et conscientes dont l'Homme actuel serait un représentant.

Différentes formes d'organismes sont apparues, certaines simples, d'autres complexes. La plupart ont disparu et ce ne fut que grâce à des circonstances favorables, n'étant en rien déterminées à l'avance, que les primates récents et les humains ont pu survivre. Il s'agit en gros de la thèse défendue par le regretté Stephen Jay Gould. Les deux cosmologistes cités dans la note 1 ci-dessous ont accumulé les preuves du fait que cette survie était si hautement improbable que l'on peut supposer sans grands risques, selon eux, qu'il s'est agi d'un phénomène unique dans la galaxie, sinon dans l'univers.

Mais une autre école de biologistes pensent que des lois plus générales, que l'on pourrait qualifier de structurales, sans imposer une évolution absolument déterministe vers la complexité (et la conscience), du moins en augmentent les probabilités d'occurrence. Sur Terre, comme éventuellement sur les planètes super-géantes évoqués précédemment, les phénomènes locaux étudiés par la thermodynamique sous le nom d'accroissement de la complexité par génération d'ordre à partir du désordre (systèmes en déséquilibre) ne peuvent que favoriser des niches d'accroissement de la complexité dont la vie et même l'intelligence pourraient être les produits. En terme d'évolution, du fait des contrainte de la sélection darwinienne, ceci se traduit sur Terre par ce que l'on nomme l'évolution convergente. On désigne ainsi l'apparition d'organes différents ayant les mêmes fonctions (par exemple entre le dauphin et le saurien fossile dit ichtyosaure - image) mais aussi l'affectation à des fonctions différentes d'organes identiques.

Ces contraintes ne veulent pas dire, aussi bien sur Terre que sur d'autres planètes, que la marche vers des complexités croissantes soit déterminée à l'avance 5). Disons qu'elle aurait autant, sinon plus de probabilités de survenir que l'enfermement dans des formes de moins en moins complexes. Ceci même en cas de catastrophes de grande ampleur. Si des formes complexes survivent aux catastrophex, les chances pour qu'elles redonnent naissance à des complexité accrues ne sont pas négligeables.

Nous pouvons donc conclure qu'il ne serait pas scientifique d'exclure a priori l'existence dans l'univers de formes de vie intelligentes, éventuellement très différentes de nous. C'est toute la question qu'exploite avec ferveur la science fiction. Mais encore une fois, tant que de telles formes n'ont pas été observées sur Terre et ailleurs dans l'univers, il n'est pas possible d'en faire des objets d'étude autres que relevant de la conjecture.


Notes
1) Alone in the Universe. Why our Planet is Unique par John Gribbin. http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2011/dec/gribbin.html
Voir aussi Le théorème du jardin par Christian Magnan http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2011/dec/theoremejardin.html
2) Dimitar Sasselov. How the hunt for alien worlds and artificial celles will revolutionize life on our planet, Basic Books 2011
3) Voir par exemple http://www.guardian.co.uk/science/2010/may/20/craig-venter-synthetic-life-form. Voir aussi sur le même sujet http://www.sciencemag.org/content/329/5987/52.abstract
4) Michael Chorost, The ascent of life. NewScientist, 21 janvier 2012, p. 35
5) Ceci contrairement à ce qu'affirme le promoteur contesté de la théorie constructale, Adrian Bejan, y compris dans son dernier ouvrage Design in Nature. How the constructal laws govern evolution 2011. Doubleday. Sur Béjan et plus généralement les théories de la morphogenèse, voir notre article de 2004 qui conserve toute son actualité : La morphogenèse http://www.automatesintelligents.com/echanges/2004/jan/morphogenese.html

Jean-Paul Baquiast 30/01/2012


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Absolute 31 janvier 2012 10:36

    Un article intéressant sur un sujet fascinant.

    Nous n’avons pas découvert de traces de vie extraterrestre mais nous n’avons exploré qu’un fragment ridicule avec des outils encore trop limités. Il est intéressant de constater que l’homme s’est toujours considéré comme le centre du monde et que progrès technique, permettant d’appréhender l’immensité de l’Univers a relativisé notre position au sein de ce système. Nous avons également constaté que la vie pouvait apparaître dans des conditions très rudes (organismes thermophiles) ce qui n’a pas manqué d’ébranler certaines convictions relatives aux conditions nécessaires à l’apparition de vie.

    L’apparition de la vie est, dans l’absolu, hautement improbable. Mais l’Univers a 13 milliards d’années et compte 100 milliards de galaxies qui contiennent chacune des dizaines voire des centaines de milliards d’étoiles autours desquelles gravitent potentiellement des planètes. L’apparition de la vie en plusieurs points de l’Univers ne peut clairement pas être négligée. Il est moins probable que cette vie existe simultanément en plusieurs points. Il est encore moins probable que cette vie soit douée d’intelligence. Cela ne semble toutefois pas impossible...

    Malheureusement nous n’auront jamais les moyens techniques de chercher la vie dans des galaxies éloignées de plusieurs milliards d’années lumière et qui s’éloignent toujours plus vite de notre voie lactée. Notre rayon d’action se limitera au mieux à la bulle locale, qui représente une infime partie de l’Univers.


    • Guyver Guyver 31 janvier 2012 15:34

      "Malheureusement nous n’auront jamais les moyens techniques de chercher la vie dans des galaxies éloignées de plusieurs milliards d’années lumière"

      Il ne faut jamais dire jamais. L’histoire est pleine d’inventions et de situations qui étaient préalablement impossibles. Disons juste que c’est fortement improbable, de notre vivant !


    • Galekal 31 janvier 2012 11:52

      J’apprécie en effet le terme de conjecture. Ce n’est à mon avis ni plus ni moins que de la pure conjecture, vu qu’il n’y a pour le moment rien de concrêt qui démontrerait ou infirmerait définitivement la possibilité d’une vie intelligente ailleurs dans l’univers.

      Le reste, c’est de la science fiction et des racontars d’ufologues. smiley


      • Guyver Guyver 31 janvier 2012 15:49

        Il est vrai qu’en dehors de la Terre, nous n’avons aucune information sur la présence ou l’absence de vie.
        Mais sur Terre, comme l’indique cet article, nous avons des indices sur le fonctionnement générale de la vie. L’évolution convergente (qui fait que deux espèces, même très différentes peuvent avoir des organes ou des formes semblables parce qu’elles vivent dans un milieu semblable) se base sur de nombreux exemples. Les ailes ont par exemple été « inventées » trois fois : les oiseaux, les chiroptères et les insectes volent, et leur ailes ont des points communs. Les poissons, les mammifères marins et les ancêtres des reptiles marins ont aussi des points commun.
        Donc la pression évolutive semble faire apparaître des formes à partir du hasard de la sélection naturelle. Nous sommes apparus, il n’est pas impossible que ce se soit produit ailleurs.

        Mais en effet, cela reste une conjecture. Mais pas de la science fiction : le raisonnement part d’observations réelles.


      • symbiosis symbiosis 31 janvier 2012 12:14

        Spéculation bourgeoise que celle de consacrer du temps et de l’argent à de telles hypothèses,


        • luluberlu luluberlu 1er février 2012 13:53

          La spéculation ougeoise est eaucoup plus néfaste dans d’autres domaines. Et la recherche peut être éminament révolutionnaire, en ce qui Nous concerne, les gavés de la planète.


        • Abou Antoun Abou Antoun 31 janvier 2012 12:35

          Bonjour et merci pour cet article intéressant.
          On peut bien sûr adopter le point de vue agnostique pour cette question aussi. Nos moyens actuels ne nous permettent ni de confirmer ni d’infirmer l"existence d’intelligence dans notre voisinage proche ou lointain au niveau de l’univers.
          Cependant, à la différence de l’existence de Dieu, je crois que nos moyens pourraient apporter une réponse à cette question. C’est une question qui m’apparait à notre portée proche ou lointaine.
          Toutefois l’espèce humaine est par nature anthropocentrique et géocentrique, nombriliste quoi ... Donc à chaque fois qu’on se prend à rêver d’une forme de vie extra-terrestre on la voit analogue à la notre. Les aliens ont des sortes de bras de jambes, une sorte de tête, etc. En général ils sont seulement plus moches, ce sont des humains ratés en quelque sorte. Je parle là du manque d’imagination des metteurs en scène de films de science fiction.
          Les scientifiques sont frappés du même mal. Ils cherchent à calculer la probabilité que l’on trouve ailleurs des conditions de température, de pression, de gravité voisines de notre planète, sous-entendant que la vie ne peut se développer que dans des conditions voisines. De la même façon on cherchera désespérément la présence d’eau et de carbone, comme si la matière ne pouvait s’organiser qu’en présence de ces éléments.
          Je pense, sans pouvoir justifier mon point de vue, que la vie peut se développer dans des conditions physiques radicalement différentes de celles que nous connaissons. Il reste bien sûr à tracer la frontière entre le monde vivant et le reste ce que nous avons déjà du mal à faire au niveau de notre planète (classification des virus).
          La Terre n’a en somme aucune raison d’être un endroit privilégié, c’est notre maison et c’est tout.

           


          • Guyver Guyver 31 janvier 2012 15:58

            Pour que la vie apparaisse, du moins une vie faite de matière solide et liquide, il faut que des liaisons chimiques covalentes puissent de maintenir assez longtemps, mais puissent aussi se défaire. C’est la base des réactions biochimiques : maintenir ou modifier les liaisons entre atomes.
            Pour cela, il faut des conditions de température particulières. On peut imaginer qu’un tout autre matériau que l’eau et les molécules carbonées puisse répondre à ce cahier des charges, dans quel cas un phénomène identique à la vie pourrait se produire.
            Mais on n’en connait pas à l’heure actuelle.


          • Abou Antoun Abou Antoun 31 janvier 2012 18:12

            Vous avez sans doute raison, je ne fais qu’exprimer une opinion sans justification.
            Cependant aussi longtemps qu’on prendra comme axiomes la vie sur terre, les dés seront pipés.


          • Nina888 1er février 2012 19:36

            Vous avez raison de dire que les dé son pipé si on prend l’axiome l’humanocentrisme ...
            Mais les aventages du corp hummain sont trés intérréssant mais il lui manque des choses intérréssante pour notre espèce , et l’humanocentrisme force les médecin à soigner des « maladie » génétique au lieu de voir ce que risque de faire ces maladies dans le futur quand elle sont dévelopée à la finalitée ....
            N’oublions pas que les annimaux évolue aussi en de nouvelle forme de vie ... que des chats évolue en etre semblable à l’homme mais en gardant un avantage qu’est l’appendice codal plus préensible est un exemple (cette evolution de cet annimal commence : il à des pouce et il commence à s’exprimer avec les autres espèces , talent assez humains en somme )
            Si nous evoluons avec les annimau le systeme politique Tau risque d’apparaitre , même s’il existe déja, c’est juste le systeme des castes indiènes ... mais ce systeme est juste aussi pourri que le notre , enfin tout les systemes sont pourri à leur façon , quand un systeme s’éffondre il risque de devenir son opposé directe et l’opposée directe du capitalisme c’est le National-communisme stalinien impérial (L’impérium de warhammer 40000 est l’exemple le plus représentatif de ce systeme) .

            Accepter la liberté génétique , c’est certe prendre un risque mais de ce risque peu naitre des races fabuleuses ...
            Et donc accepter des races extra-terrestres c’est faire un gros bras d’honneur aux rascisme ...


          • luluberlu luluberlu 31 janvier 2012 14:02

            Merci, de votre soin à notre éclairage,
            juste une remarque sur la prétension des sapiens, compte tenu de l’immensité des possibilité qu’a ce que l’on apelle la vie de s’exprimer dans la foultitude de galaxiesss qui emplissent notre univers en ce moment précis.....c’est quand même bon de chercher.


            • Taverne Taverne 31 janvier 2012 14:16

              Moi, je voudrais retourner sur ma planète. Je ne m’y ferai jamais à cette terre.


              • Aldous Aldous 31 janvier 2012 15:48

                Vous avez un permis de séjour ?

                Briiice appelle Claude, j’en tiens un qu’est pas en règle !


              • gaijin gaijin 31 janvier 2012 16:12

                euh ? c’est quand que l’évolution sur terre aboutira a une vie intelligente ?


              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 31 janvier 2012 17:17

                Bien sûr que nous ne sommes pas seuls dans l’univers. La preuve, il y a un Klingon à l’Elysée.


              • Nina888 7 mars 2012 03:35

                Vous etes méchant avec les Klingons, ils ont le sens de l’honneur eux .... C’est plutôt un Daleks (arf la planette des Dalek est Skaros ^^ drole de coïncidence ^^)


              • joelim joelim 31 janvier 2012 14:44

                Un des arguments relativement pertinents en faveur de la spécificité de la Terre en ce qui concerne la vie, stipule que l’influence de la lune a pu avoir eu un effet déterminant (marées etc.). Cette situation étant plutôt rare pour une planète etc...

                Mais cet argument est battu en brèche quand on constate que la vie existe au plus profond de l’écorce terrestre. Voir par exemple http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/oceanographie-1/d/le-plus-grand-ecosysteme-microbien-du-monde-se-cacherait-dans-la-croute-oceanique_36286/. Difficile d’y voir une influence de la lune...

                On retombe donc sur une question de probabilités avec un seul échantillon. C’est pourquoi on peut affirmer que la vie a de bonnes chances d’exister ailleurs, puisqu’il n’y a aucune raison connue et valable d’affirmer le contraire. Il y a des indices sérieux : acides aminés voyageant dans l’espace, grandes quantités d’eau détectées au loin dans l’espace, planètes rocheuses très courantes... Bien sûr on ne peut l’affirmer, ce n’est pas prouvé, mais rejeter sans raison valable cette hypothèse serait tout sauf scientifique.

                Ca vaut d’autant plus le coup de chercher qu’il est possible de le détecter de manière indirecte (spectrographie), par exemple des substances chimiques qui ne s’expliqueraient que par la présence de vie.

                Quand à la vie évoluée, on peut déjà remarquer l’existence de nombreuses convergences évolutives.

                Mais le plus important - et qui je pense doit nous inciter à opérer un changement épistémologique (abandon de l’« exceptionnalité » de la Terre) - est la découverte de vie ancienne à l’intérieur des roches. Ca fait un moment qu’on le sait mais l’homme a du mal à en tirer les conséquences probables (car alors, dans notre esprit anscestral nous ne serions pas l’exception dans laquelle on se complait, c-à-d les seuls fils du Dieu exigeant et vengeur créé par les religions...).

                La naissance de la vie sur Terre remonte très loin : on possède des fossiles de cyanobactéries (algues bleues) vieux de 3,5 milliards d’années (Précambrien). Ils ont été retrouvés en Australie, au sein de stromatolithes, des structures sédimentaires formées de lamelles calcaires empilées en mamelons ou en colonnes, parfois sur plusieurs milliers de mètres d’épaisseur, érigées actuellement par des communautés bactériennes (lien).

                Ceux qui réfutent la pertinence de l’hypothèse de la banalité de la vie dans l’Univers devraient commencer par expliquer en quoi ces constats seraient par principe non-généralisables. Et ensuite nous dire pourquoi on ne devrait pas chercher des traces de vie au loin par spectrographie.
                 


                • hopeless 31 janvier 2012 19:30
                  « ...et si la vie était avant tout spirituelle ? »

                  Très bonne question, c’est d’ailleurs ce qu’avance le bouddhisme lorsqu’il affirme que le monde est une « illusion ». Attention, il ne s’agit pas d’une « théorie » avancée par les bouddhistes, mais bien la constatation évidente qui s’impose à eux lorsqu’ils parviennent au cours de leur méditation, à désolidariser la perception des sens de l’interprétation qui en est faite par l’esprit, de manière automatique et inconsciente chez les gens normaux.

                  Il n’est pas impossible que ce genre d’idée ait déjà fait son chemin dans certains centres de recherche sous contrôle des militaires américains, et dans ce cas on comprendra facilement qu’ils (les militaires) feront le maximum pour que cela ne se sache pas. La théorie du big-bang, l’apparition de la vie sur d’autres planètes dans d’autres galaxies, tout ça est très bon pour brouiller les pistes, car ce ne sont pas des question fondamentales.


                • gaijin gaijin 1er février 2012 09:11

                  la science permet de répondre a la question comment
                  devant cette nouveauté l’humanité a réagit a la manière d’un préado devant une nouvelle game boy
                  les questions d’ordre spirituel de type : pour quoi ? et ou allons nous ? on été laissées de coté
                  a part par ceux dont la réponse est : avoir une rolex avant cinquante ans
                  ce qui fait qu’aujourd’hui ils dominent le monde .......


                • MUSAVULI MUSAVULI 31 janvier 2012 15:20

                  Bonjour l’auteur !

                  Votre article soulève une préoccupation récurrente pour tous ceux qui, comme moi, sont obsédés par le sentiment qu’un ou plusieurs « inconnus » partagent notre vaste habitat que représente l’univers. La science « officielle » martèle qu’il n’y a aucune preuve de l’existence d’une autre forme de vie, ni d’intelligence que la notre. Mais, tant que la même science ne pourra pas expliquer tous les phénomènes paranormaux, dont les apparitions d’OVNI (même si certaines sont, je l’admets, farfelues), il y aura toujours un doute sur l’inexistence d’une intelligence autre qu’humaine. Le témoignage de l’astronaute américain Edgar Mitchell peut difficilement laisser indifférent. (http://www.dailymotion.com/video/xc8pd3_l-astronaute-edgar-mitchell-nous-re_sport). Je ne suis pas un scientifique et je crois que cet astronaute n’est pas un plaisantin. Mais j’ai aussi une conviction plus terre-à-terre. Comme des milliards d’autres croyants à travers le monde (Catholiques, Musulmans, Bouddhistes, Juifs, Animistes,...) nous savons qu’il y a, quelque part, un Dieu, un Allah, Un Jéhovah, un Jésus,... Ce qui suffit à nous « persuader » qu’il n’y a pas que l« ’intelligence humaine ». La foi est en soi une forme d’aveu qu’il n’y a pas que « nous », modestes Humains. Et on est des milliards à le penser sur les cinq Continents. 

                  • Duke77 Duke77 31 janvier 2012 15:21

                    Bon article. Mais au lieu de chercher un contact à des années lumières, ils serait plus rapide de s’intéresser aux extra-terrestres qui nous tournent autour en permance : http://video.google.com/videoplay?docid=-4982859808236639562

                    Des militaires dont la carrière est terminée nous expliquent que des soucoupes volantes tournent autour des sites nucléaire depuis 50 ans et vont jusqu’à désactiver les ogives : http://www.youtube.com/watch?v=73ZiDEtVms8

                    Je crois que cela représente une première forme de contact : un conseil amical d’arrêter de produire des bombes en telle quantité que nous pouvons faire péter 100 fois la planète. Pas vous ? Quel meilleur message de la part d’une civilisation qui a évoluer plus que nous sans s’auto-détruire de nous inciter à arrêter de produire des bombes atomiques ?

                    Je dis ça je dis rien !...


                    • Aldous Aldous 31 janvier 2012 15:57

                      Une bonne préparation à la propagande pro-gouvernement mondial

                      Comme l’innénarable Micho Kaku

                      http://www.youtube.com/watch?v=zu0tNnsVQrk&feature=player_embedded# !


                    • SamAgora95 SamAgora95 31 janvier 2012 17:11

                      Si des extraterrestre nous visitent à mon avis il se foutent royalement de nos guerres et de nos bombes, un peu comme le cameraman d’un document animalier se fou du petit gnou qui va se faire bouffer par le lion.


                      Au contraire s’ils nous étudient ils ne se permettraient pas de contaminer le sujet de l’expérience, d’aucune manière et sous aucun prétexte, même moral.

                      A l’échelle de la galaxie la terre est de la taille d’un microbe. Qui s’est déjà soucié de la perte d’un microbe ? ou d’une fourmi ? qui sont pourtant composés de milliards de cellules.

                    • le libère-terre le libère-terre 31 janvier 2012 18:07

                      Tiens c’est « amusant » par contre... enfin façon de parler. En effet il y a des témoignages crédibles (dont des enregistrements militaires) qui sous tendent des phénomènes extraterrestres.

                      Bien qu’il soit difficile de conclure sur leur véritable nature, certains des auteurs sont très loin d’être des farfelus.

                      La science suppose qu’il est impossible vu les distances qu’on soit visité. Sauf quelle ne connait pas tout, et que les moyens qui sont à nos compétences ne nous permet pas d’imaginer comment cela serait possible. mais notre technologie est après tout très limitée, et ce jugement d’impossibilité est un peu hâtif.

                      Il existe peut-être des moyens qui ne sont pas de notre entendement, car nous se savons pas tout, notamment dans la physique quantique (je pense aux trous de ver et d’autres imaginés depuis).

                      J’affirme rien, ni dans un sens ni dans l’autre, mais il ne faut pas non plus faire l’autruche pétrie de certitudes en balayant d’un trait les témoignages crédibles.

                      En tout cas, quoique cela soit, d’où que cela vienne, ça parait intelligent et hors de notre monde. Ça c’est admis.Après chacun peut imaginer ce qu’il veut...


                    • joelim joelim 31 janvier 2012 18:08

                      Si des extraterrestre nous visitent à mon avis il se foutent royalement de nos guerres et de nos bombes, un peu comme le cameraman d’un document animalier se fou du petit gnou qui va se faire bouffer par le lion.

                      Ils doivent surtout nous prendre pour des sauvages, des fous incontrôlables capables d’envoyer des bombes pour un mot de travers, et prônant le culte du mensonge au travers de la communication médiatique et propagandiste...

                      Et s’ils s’apitoient sur les victimes (de toute sorte), ils doivent se dire que nous devons nous en sortir par nous-même. Et ils auraient raison : nous devons nous en sortir par nous-même ! 

                      Bon... c’est sûr qu’un petit coucou de leur part nous permettrait de franchir un cap (prise de conscience que nous formons un tout). Mais qui sait s’ils ne l’ont pas fait ? On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif...

                    • le libère-terre le libère-terre 31 janvier 2012 18:42

                      @samagora95 en particulièr mais pas que....

                      « Si des extraterrestre nous visitent à mon avis il se foutent royalement de nos guerres et de nos bombes »

                      Vu qu’on n’en a pas vu la « queue » d’un essayer de prendre contact et nous laisser dans la frustration, c’est qu’à l’évidence, ils ne cherchent pas notre contact...

                      Peut-être nous jugent-ils trop stupides ou trop émotifs pour mériter une rencontre, comme nous avec les grands singes, qu’on cherche à ne pas déranger quand on les observent...

                      Si réellement ils nous visitent, alors peut-être pensent-ils qu’on n’est ni prêt ni désireux de leur contact, allez-savoir...

                      Je crois (si ils existent) que la politique de non intervention leur commande de ne rien faire, pour ne pas nous influencer. En plus, ils savent qu’on est en train de foutre la planète en l’air. Nos guerre et notre bêtise doit les interpeler.

                      On se croit l’Espèce la plus intelligente de l’Univers, mais alors quel degré d’Évolution faudrait-il pour avoir les moyens de nous visiter ? J’imagine que cela aussi est en dehors de notre compréhension.

                      On doit être alors des primitifs, très primitifs pour eux, qui ont peut-être des milliards d’années en plus que nous...

                      Bref, on pourrait se faire petit... et modeste avec ça. C’est à mon avis une leçon qu’on n’est pas prêt à admettre, et les religions sont aussi des obstacles à une rencontre éventuelle, sans compter le pluralisme de nos différences et toutes nos autres disputes idéologiques.

                      Bref, on pourrait se déchirer à ce sujet, et il est possible qu’il ne veulent pas que cela n’arrive.

                      Maintenant, tout ceci n’est peut-être qu’une grosse conjoncture...

                      Ou alors encore, tout ceci est peut-être sans objet de leur part.

                      Ou alors ils sont au spectacle, d’attendre qu’on s’extermine tout seul sans avoir à le faire eux-même...

                      Bref, ils attendent... et peut-être qu’ils en ont marre et sont déjà parti... quoique à leur place, à invertir un voyage peut-être long quand même, même avec la technologie qu’il faut, j’attendrais la fin de l’histoire... par curiosité, la curiosité étant elle universelle je pense.

                      Bref, ils attendent, mais quoi ?


                    • Duke77 Duke77 31 janvier 2012 19:58

                      Mouai Sam, votre avis contre celui de dizaines de militaires de tous grades et tous pays qui expliquent que les ovnis s’intéressent au nucléaire, bizarrement je préfère pencher de l’autre côté que du tient ! lol

                      Vous avez vu cette conférence qui a été retransmise en direct sur CNN le 21 octobre 2010 à 20H30 ? Vous pensez que chaque intervenant est un escroc ?

                      Blague à part, beacoup de cameramen de documentaires animaliers doivent avoir une compassion pour le gnou lorsque le lion le saigne à la gorge. Enfin, ce sont des être humain comme les autres, la camera ne leur enlève pas leur sentiments ou alors c’est un effet secondaire qui m’aurait échappé. L’empathie existe chez beaucoup d’être humain pas chez vous ? Par contre, la raison peu nous laisser faire ce que la nature veut... Vous comprenez ?


                    • Duke77 Duke77 31 janvier 2012 20:08

                      @libère-terre, je ne pense pas qu’ils attendent. Je ne sais pas si vous avez vu « secret space vol.1 et 2 », mais à voir les vidéos de la NASA au cours des missions STS des navettes américaines (que l’on retrouve aisément sur youtube), certaines montrent clairement qu’ils sont très actifs et méthodiques voire organisés. ondistingue par exemple des alignement d’ovnis à la surface de l’atmosphère qui plongent les uns après les autres attendant leur tour. Peut-être sauvegardent-ils les différentes espèces de la planète au fur et à mesure que l’activité humaine les font disparaitre du globe. « Aujourd’hui, la biodiversité disparaît à un rythme 100 à 1 000 fois supérieur au rythme d’extinction naturelle. » source : http://www.noeconservation.org/index2.php?rub=1&srub=73&ssrub=73&goto=contenu

                      Peut-être nous manipulent-ils le cerveau et veulent-ils posséder notre âme. Peut-être sommes-nous juste un site touristique prisé dans notre galaxie : une espèce particulièrement en danger au milieu d’un biotope particulièrement riche que l’on détruit d’une façon hallucinante pour des espèces plus « sages ». etc etc.


                    • SamAgora95 SamAgora95 31 janvier 2012 21:04

                      @ Duke77


                      Lorsque je dis que le cameraman s’en fout, c’était dans le sens qu’il n’interviendra pas, malgré son empathie pour le gnou. Il doit faire avec.

                    • le libère-terre le libère-terre 8 février 2012 22:19

                      @duke77

                      au fait, oui... il y a bien une différence entre attendre et espionner...
                      sûr que dans ce cas...

                      Je crois que pour eux on ne vaut pas plus que des insectes question intelligence (sûr que ça va plaire à notre égo ce que je dis là).

                      je ne crois pas qu’ils s’intéressent à notre planète poubelle. Ils ont commencé le film et attendent la fin c’est tout !. (je sais pas la gueule du pop’corn au fait : peut-être qu’une lampe à bronzer suffirait !).

                      bonsoir.


                    • le libère-terre le libère-terre 31 janvier 2012 17:11

                      Merci pour cet intéressant article... Étant un lecteur assidu en sciences, j’en ai vu d’autres. Et tous ont un angle différent d’approche valables.

                      Par exemple, les travaux d’exobiologie ont un autre postula à considérer : la vie sur terre à pu apparaître non d’un seul tenant mais de plusieurs souches distinctes comme dans des grottes fermées par exemple, ou au fond des mers sur des sources chaudes.

                      La diversification elle même de la vie sur la planète a suivie des milieux biologiques très différents, ce qui n’a rien empêché, bien au contraire...

                      D’un point de vue mathématique, et statistique (dont je suis fan par ailleurs), le fait d’affirmer que nous puissions être seul est discutable, ce déterminisme donnerait presque raison aux créationnistes, car le 1/infini est proche de 0/infini. Or nous sommes, donc le zéro n’est pas admis. si le >=1 est alors obligatoire, 2/infini ou 3/infini n’a pas plus de sens non plus que 1. D’où une première remarque pour dire que je doute, mathématiquement, que déjà nous soyons seul, ou alors il faudrait une règle physique pour l’expliquer.

                      Donc je suis d’accord avec la conclusion : le scientifique se saurait exclure la vie universelle, même si elle n’est pas encore prouvée.

                      Dans le même temps, nous savons que la vie n’a pas venue d’une seule origine sur la terre, et qu’il existe (probablement) déjà des intra-terrestres, et qu’on voudrait bien vérifier si dans notre système solaire il y en aurait d’autres...

                      Pour le reste, L’univers a peut-être un but, qui est la complexité universelle : la complexité aléatoire (Kolmogorov) du chaos se lie à la complexité organisée (Bennett) propre à la vie. pour tendre de façon pyramidale vers un complexe des complexes qu’est notre propre existence. Vous le décrivez bien.

                      Cela a marché grâce à l’évolution des espèces, qui est une parfaite illustration d’une tendance possiblement inévitable, mais seulement quand certaines conditions sont réunies, la vie étant malgré tout très rare.

                      La vie peut-elle exister ailleurs ? Le fait qu’un nombre non négligeable de planètes nous ressemble (bon emplacement, bonne étoile, de l’eau possible car bonne température...) peut y contribuer.

                      Et là, pour une vie bactérienne, rien n’est exclu. Maintenant, la vie existerait très probablement qu’en environnement liquide. Mais pas forcément avec de l’eau... c’est ce qu’on voudrait vérifier avec le méthane liquide, par exemple. On sait déjà que sur notre terre, les environnements trop chauds ou trop froids, trop acides ou trop alcalins, avec ou sans oxygène, avec ou sans lumière, ne sont pas un problème. De là à dire que si la vie peut avoir déjà plusieurs départs sur terre, il serait moins insensé d’envisager ce « miracle » ailleurs (miracle qui n’est que de la science bien entendu).

                      Pour ce qui est de la forme possible, et de la ressemblance, en exobiologie, on a pour convention que certaines logiques tirés de l’évolution des espèces proposent un modèle de relative ressemblance dans la diversité, dans la mesure ou les conditions initiales sont identiques.

                      Et comme il est fort peu probable que cela soit le cas (masse, pression, lumière, température, composition des planètes), la vie y est forcément très différente, tout en ayant quelques règles vaguement identiques aux nôtres, mais bien parce que les lois sont universelles, et produisent certains effets cosmologiques identiques.

                      Il y a donc une causalité biologique certaine qui interroge l’esprit scientifique, bien au delà de la science même, au delà de notre univers. La vie est une énigme globale mathématique (principe d’émergence) et si le hasard semble intégré comme condition de l’émergence, ce qui permet par ailleurs la diversité biologique, l’émergence est peut-être nécessaire et fait partie du tout de l’univers, c’est à dire que la réciprocité est peut-être vraie.

                      En cela, l’émergence est nécessaire au hasard, et irait de paire. J’explique. Dans notre Univers, on pose que le système cosmologique n’est pas prédéterminé. Or, sans l’émergence, le déterministe pourrait être obligatoire, ce qui voudrait signifier que l’horizon des évènements est prévisible, et donc que la destiné existe (un karma en somme). Or le futur reste une conjoncture, fruit d’une mathématique qui intègre le hasard physique et celui les lois quantiques qui sous-tendent le visible de la physique. A la frontière, des deux, la flèche du temps et le principe d’émergence qui constitue un raccord biologique via la mathématique des systèmes complexes entre les deux physiques, et dont les paradoxes ont par exemple donnés l’histoire du chat de schrodinger... entre physique de la matière et physique des quantas.

                      Tout ça pour dire que, en effet, les lois du vivant ont une lecture possiblement universelle, qui soutiendrait que la vie reviendrait à une causalité plus générale que ce qui se passe uniquement et juste sur terre, et serait commandée de façon bien plus universelle...


                      • Gasty Gasty 31 janvier 2012 18:12

                        La question ne se pose pas en effet, la vrai question c’est comment on-t-il fait pour arriver jusqu’à nous ? Et puisqu’il sont parti en même temps que nous il y a 13,7 millards d’années et que nous homo sapiens n’avons pratiquement qu’une maitrise limité de l’univers, avons-nous donc fait un baroufle de tous les diables comparable à un quasar pour qu’ils nous repèrent ainsi ?

                        Ou alors ils viennent d’ailleurs.


                      • Gasty Gasty 31 janvier 2012 18:23

                        Ma réponse était imprégné par la présence d’un autre article paru ce jour. Voilà ce que c’est quand on se ballade dans l’agoravox, alors dans le vide sidéral qu’est-ce que ça doit etre !


                      • le libère-terre le libère-terre 31 janvier 2012 18:56

                        @gasty

                        « La question ne se pose pas en effet, la vrai question c’est comment on-t-il fait pour arriver jusqu’à nous ? »

                        Hé bien, si la vie était bien plus prolifique qu’on pense, au motif que l’univers est peut-être plus petit que l’on croit et qu’il y a de la redondance dans les étoiles... ils ont pu nous repérer...

                        Si la vie était assez répandue pour provenir de de notre propre galaxie, au motif que les dates de création des étoiles sont compatibles tout en autorisant un avance permettant la technologie avancée, (disons des milliards d’années), alors oui, peut-être qu’ils nous ont vu, ou qu’ils ont simplement vu « le passé » de notre étoile, supposant qu’en y faisant un saut quantique il y aurait quelque chose d’intéressant sur notre planète...

                        Car notre planète est très spéciale : il y a beaucoup d’eau (hydrogène).
                        peut-être...


                      • herbe herbe 31 janvier 2012 21:56

                        Stimulante réflexion.


                        Si on est pas seul, en tout cas, on sait comment les extraterrestres comptent smiley :


                        Et voici l’explication (extraite de l’article ci dessus) de la blague « toutes les bases sont des bases 10 » amusant et instructif :


                        • moebius 31 janvier 2012 22:36

                           en tout cas le clodo qui cloque en bas de chez moi me parait bien seul..


                          • teddy-bear teddy-bear 1er février 2012 01:42

                            Un sujet qui a le tort de poser la question d’une vie extraterrestres, en laissant penser qu’elle serait l’équivalente de la notre. Cette question-marronnier a trouvé sa réponse par la cosmologie et corroborée par Lamarck, Darwin et Monod. Toute la physique repose sur la théorie d’un big-bang et il est simple de concevoir que dans cette explosion les galaxies et planètes compte tenu de la gravitation universelle se sont répandues dans l’espace à des vitesse différentes d’où l’impossibilité d’une similitude avec la terre y compris le hasard. Un sujet vain qui ne débouche sur rien, car nous sommes les seuls de notre espèces dans l’espace. Par contre pourquoi pas une autre forme de vie, mais surtout pas des êtres étranges comme ceux que rencontrait Raël. ?


                            • teddy-bear teddy-bear 1er février 2012 01:56

                              Je n’avais pas tout lu les commentaires, mais je vois que les soucoupistes existent encore. Puisqu’on vous dit, messieurs, que ce « phénomène » est apparu au temps de la guerre froide pour des raisons politico-militaires. .A-t-on vu de ces engins au dessus de Berlin pendant la seconde guerre ?..Soyez raisonnables, rêvez à un monde meilleur et non a celui d’improbables visiteurs qui se déplacent avec un matériel aussi ringard qu’une soucoupe d’où l’on descendrait par une vulgaire échelle bien de chez nous..


                            • le libère-terre le libère-terre 8 février 2012 22:48

                              Pour info, (en tout cas moi) je ne suis pas un soucoupISTE mais un rationnel, qui adore les maths et la science. ceci dit, vos infos datent ! question math (à moins d’être scientologue ou créationniste) la vie est admise comme probable. tenez

                              ttp ://www.science-inter.com/EmergenceZwirnfr.pdf
                              http://www-archbac.u-psud.fr/labhome/pforterre/ActuOriginOfLife.html
                              http://noesis.revues.org/index1656.html

                              et je peux en donner plein encore... si vous aimez la science objective.

                              Et pour les soucoupes, les radars français et les pilotes militaires n’ont pas eu non plus la berlue, je vous l’assure... et bien plus récemment que vos infos.... ceci dit ça ne dit rien de ce que c’est réellement sinon que ça ne peut pas être un canulars en aucune façon. smiley

                              Enfin, la vie peut être suffisamment fréquente pour qu’elle vienne de notre propre galaxie et même de plus près encore, ce qui fait encore d’innombrable étoiles que vous ne sauriez compter même si elles avaient la taille d’un grain de sable et que vous deviez écumer un bac à sable... voire une plage entière (et là-dedans quelques unes avec une vie différente de la nôtre mais intelligente). et votre théorie ne tient pas dans ce cas, encore qu’elle ne soit pas forcément exacte au vu des avènements du boson de higgs, super cordes et compagnie...

                              bonsoir et sans rancune aucune, smiley cordialement.


                            • oj 1er février 2012 03:31

                              si l’objet de l’article est d’attendre une réponse alors je réponds qu’il y a peu de chance que nous soyons seuls.

                              Ce que nous apprenons sur terre montre que tous les cheminements sont utilisés pour complexifier sans cesse , la physique elle-meme en créant rapidement les 5 forces fondamentales puis la chimie principalement qui combine à l’emporte pièce.

                              Mais si l’on considère la compétition sans complaisance de la vie sur terre pendant plusieurs milliards d’années , on peut penser que la nature cherche une voie pour la plus performante forme de vie en cours ; a elle de s’y engouffrer, quant aux autres elles deviennent inutiles a ce grand projet,.
                              On peut alors imaginer que si d’autres voies sont en cours dans l’univers et plus en avance alors ... nous, nous sommes déjà périmés et appelés a disparaitre.

                              Selon d’autres scénarios, si notre réalité ne correspond a aucune réalité intrinsèque (si nous sommes le jeux d’une autre forme de vie ou de la meme forme de vie mais plus developpée (comme une simulation informatique) alors la question ne se pose même plus.

                              N’ayant pas de réponse scientifique , je peux toujours imaginer que l’univers est dieu en construction (comme les sites web !) il faut alors que son substrat se développe pour atteindre une forme d’intelligence exogene puis remplir l’univers de cette intelligence qui devient l’essence du dieu mature (apres je ne sais pas ce qu’il fait, il se dégonfle ? / contraction, car ca l’amuse ?)

                              De toute manière ces questions font peur a l’établissement car peuvent mener entre autres, au nihilisme , d’ou l’intérêt de couper court en appuyant que seuls les scientifiques peuvent en discuter de meme que seuls les experts peuvent decider devant les tribunaux (on a vu a Outreau) et que seuls les ténors de la politique peuvent faire des choix politique (comme pour le referendum sur la constitution) et moi, je ne suis bon qu’a acheter de la margarine et de la lessive, alors Dieu, l’Univers et les formes de vie.

                              Ce qui est sur est que je n’ai pas passé de contrat avec ce qui donne la vie, aussi je me trouve désengagé de toute obligation de respect ou continuation et comme dans le Docteur Folamour, je pourrais broyer toute cette vie sans que puisse naitre un reproche, voir un regret.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès