Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Tarif social de l’internet : un sentiment de stagnation depuis Pierre (...)

Tarif social de l’internet : un sentiment de stagnation depuis Pierre Danon

La fracture numérique est un sujet qui me tient à coeur, pour connaître plusieurs personnes pour qui l’accès à l’internet n’est pas une réalité, mais un calcul dans un budget familial fortement mis sous pression avec la crise. Souvent, les Français se gargarisent de posséder un forfait ‘complet’ à 30 euros pour pouvoir regarder la télévision, téléphoner et surfer sur le web, et encore, ce prix fixe depuis des années a t-il bougé avec la hausse de la TVA (Le Figaro

 

tarif social internet fracture numérique pierre danon consommaction.png

Ainsi, les derniers chiffres donnent tout de même 26% de foyers français qui ne disposaient pas d’un ordinateur, et 40% de la population n’utilisant jamais l’informatique. Pire, 48% des foyers disposant de moins de 900€ par mois ont un ordinateur, toujours selon les études du Credoc.

La question du tarif social est donc celle qui doit permettre de faire accéder le plus grand nombre à des technologies devenues essentielles pour chercher un emploi dans un premier temps, mais aussi tout simplement se divertir, pouvoir trouver des biens et des services moins chers, etc...

pierre danon, tarif socialLe gouvernement avait donc cherché, en 2010, à lancer un « tarif social » de l’internet, pour pallier à cette fracture grandissante entre les connectés et non connectés. Historiquement, l’opérateur Numericable avait déjà mis en place un « Service universel numérique » en 2007, vendu aux bailleurs sociaux de plusieurs villes en France. Le PDG, Pierre Danon, avait ensuite répondu aux appels du gouvernement en proposant un tarif social de 9,99 euros par mois pour le « triple play ». Et, bientôt, à 4 euros, bien que ceci ne soit effectif que dans les zones cablées par l'opérateur.

Le tarif social devrait être plus accessible avec l’annonce en septembre par le gouvernement que l’opérateur Orange allait lui aussi s’y mettre, pour une offre sociale lancée dans les 6 mois mais à un tarif de 23 euros (maximum), ce qui reste tout de même cher. L'UFC Que Choisir n'avait d'ailleurs pas hésité à juger ce tarif "social" d'inaccessible.

Pour en savoir plus, je vous recommande cet agrégateur d’actualités sur « Fossés numériques, inclusion numérique », qui recense les principaux articles autour du sujet. 

Luc.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Asp Explorer Asp Explorer 8 décembre 2011 07:59

    A force de tarifs sociaux pour tout et n’importe quoi, on enlève tout intérêt au fait de gagner de l’argent. A quoi ça sert de se lever tôt pour aller bosser si on a un meilleur niveau de vie à rester chez soi, loyer, factures et bouffe payés, à attendre que tombe le RSA et la prime de Noël ?


    • Emmanuel Aguéra LeManu 8 décembre 2011 08:46

      Votre joli diagramme confirme la valeur de l’utilisation du numérique dans les couches moins défavorisées, utilisation (ou plutôt non-utilisation) qui est à la fois une cause et un effet de la paupérisation et de l’écart grandissant des inégalités sociales.

      Car plus on est pauvre moins on utilise le numérique et moins on utilise le numérique, plus on s’appauvrit. Ne serait-ce qu’en creusant l’écart avec les autres couches, et ce à la vitesse exponentielle qui est celle de l’évolution d’internet, et qui donne le tournis, n’est-ce pas M. Moore ?

      Un cercle vicieux donc, où une partie de la population est laissée pour compte, et même enfoncée un peu plus (je pense aux nombreux avantages à utiliser internet, qui permettent ou facilitent les démarches, ou les accélèrent, ou même baissent de prix de certaines autres, genre déclaration en ligne, annonces à pas cher, etc...).

      En cela votre papier montre que si le numérique est un thermomètre social, son evolution autant que son existence-même est un facteur d’inégalité sociale, aussi vrai que je suis au chômage demain matin si on m’enlève ma connexion ce soir : quoique je pense, les ordis sont aujourd’hui partie intégrante du moi social.

      Qu’il est drôle de voir Sarko et ses Olivennes (ddavsi) et Nègre (hadopi), ses Gabla (csa)et ses Alliot-Marie (loppsi) s’en prendre au web qui pourtant les protège d’une ’implosion sociale certaine ! Ces ignorants du numérique qui en sont encore à mesurer leur fortune en argent, certainement sous Excel, ne se rendent pas compte, c’est évident, du formidable impact d’internet et de son rôle dans la démerde quotidienne, et ça va d’acheter un tronçonneuse discount 4 fois (oui !) moins cher en ligne qu’en magasin, jusqu’à me faire économiser papier, essence, temps ou courriers de façon quotidienne, si ce n’est pas horaire...

      Je ne sais pas pour vous, mais combien crèveraient la dalle sans internet aujourd’hui ? Je sais, je sais... j’exagère... Mais pas tant !

      Messieurs qui nous gouvernez, l’éducation de tous par le numérique, du plus jeune au plus vieux, est le chaînon manquant : on ne peut pas, quand on est un décideur politique, même bling-bling-à-Rolex-&-Kärcher, à la fois prolonger les délais et même faire sauter des pénalité à l’heureux contribuable averti sans éduquer celui qui ne l’est pas. C’est une discrimination. Une de plus.

      L’état qui supprime des bureaux de poste doit les remplacer par l’accès au numérique, c’est une évidence sans laquelle son expansion ne sera qu’un déni d’intégration envers ces populations.

      Les gens qui nous gouvernent sont coupables de paupérisation par ignorance, feinte ou non.

      Ces gens sont des méchants idiots, il faut les virer (les remplacer par des ordis ? smiley En plus, les ordis, ça planque pas un portefeuille dans les paradis fiscaux en annonçant la rigueur dans celui des autres. Il crashes de tps en tps fois mais c’est pas un enculé, mon ordi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès