Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Télévision : vers une révolution ?

Télévision : vers une révolution ?

Les chaînes françaises, dont certaines ont déjà quelques programmes en HD, annoncent un renforcement des grilles en émissions et films dans cette norme qui révolutionne le monde du petit écran. Petit ? A voir...

Loin du D2 Mac et de ses déboires

Plus de 100 chaînes Haute Définition diffusent aujourd’hui aux Etats-Unis, mais seule une chaîne d’essai émet avec deux programmes en Europe ! Quelques émissions en HD sont programmées sur les grandes chaînes européennes comme Pro Sieben, TF1 HD ou M6 HD, ainsi que le précurseur Canal+ HD, mais la véritable démocratisation de cette norme est à venir.

Il y a un peu moins d’une vingtaine d’années, le choix du D2 Mac comme étape intermédiaire à la HD n’avait pas permis une réelle implantation de cette norme qui connut un échec cuisant malgré les énormes moyens financiers et techniques mobilisés par l’Etat français, entre autres. Réservée à une élite, cette solution pénalisait le consommateur moyen. A cette époque, il n’y avait ni Canal satellite numérique, ni TPS, et les quelques privilégiés qui disposaient d’une installation parabolique devaient s’équiper d’un démodulateur D2 Mac dont le prix était très élevé. En outre, il fallait s’abonner aux quelques chaînes disponibles sur le vieux Télécom 8 degrés et les tarifs n’étaient pas donnés. Mais ce qui faisait reculer les prétendants, c’était surtout le manque de perspective du D2 Mac, qui n’emballait à l’époque que les Scandinaves. Rejetée par les Américains et les Japonais, cette norme, qui connut ses heures de gloire sur le coûteux et... inutile TDF à 19 degrés ouest (qui devait être la position orbitale de la révolution numérique française), fut petit à petit abandonnée au profit du DVB-Mpeg dont les perspectives semblaient plus sérieuses et qui présentait surtout des arguments autrement consistants pour le passage à la HD.

Des laboratoires à 1080i : le long parcours de la HD

Aujourd’hui que le standard est adopté au niveau européen et que le matériel est fabriqué par les industriels, on entre dans la phase de démarrage réel de la TVHD qui était jusque-là un simple projet, une expérience scientifique. Pour en arriver là, il a fallu traverser de longues et pénibles étapes, connaître des hauts et des débats, des réussites et des déboires.

Dès le début 1990, et alors que l’on n’était même pas passé à la réception satellite numérique, des études montraient toute la complexité de l’émergence de la télévision haute définition considérée comme un nouveau système à mettre en place. Ceux qui pensaient qu’il s’agissait de l’arrivée d’un simple nouveau produit se trompaient lourdement. Toute la chaîne allait être revisitée et transformée de fond en comble. Laurent Lacas, auteur d’une thèse écrite à cette époque - et citée toujours comme référence - précisait déjà les contours de cette « révolution ». Il écrivait :

« Si la télévision haute définition consistait simplement en un nouveau type de téléviseur, cette question ne se poserait même pas, ou, le cas échéant, on pourrait y répondre comme lorsque l’on évalue le potentiel d’un nouveau produit. Mais la TVHD n’est pas un produit ; c’est avant tout un nouveau système pour la production, la transmission et la réception des images télévisées. En tant que tel, elle a des implications d’une portée considérable non seulement pour le téléspectateur mais aussi pour toute une série de groupes économiques concernés par la création et la diffusion de programmes télévisés. Ces groupes seront affectés d’une manière passive et la réussite commerciale de la TVHD dès le départ ainsi que l’évolution de la technologie dépendront à un degré plus ou moins grand de leur intervention active et de leur coopération. Sans eux, la TVHD, en tant que produit de consommation, atteindra à peine les limites du laboratoire de développement. »

Comment se préparer à la haute définition ?


Au passage vers le numérique, nous étions subjugués par la netteté de la nouvelle image, qui n’avait rien à voir avec celle que nous recevions via les démodulateurs analogiques. Cette amélioration - perceptible déjà sur le fameux et controversé D2 Mac -, s’accompagnait aussi du passage au son numérique qui permettait de suivre des films et des émissions musicales en Dolby Surround. Mais, la télé haute définition, c’est encore plus beau, plus net, presque parfait. Si la définition habituelle des images est de 625 lignes, celle de la HD en compte presque le double, soit 1080. Il existe également un autre standard connu sous le nom de 720p (balayage progressif). Ainsi, grâce au doublement des lignes (il est prévu d’arriver à 1250 !), l’image offre un plus grand « piqué » grâce auquel des détails infimes seront perceptibles.

Quant au format d’image, la HD va donner ses lettres de noblesse au 16/9, qui a été promu par le D2 Mac avant d’être vulgarisé par le numérique et qui est appelé à connaître son réel épanouissement avec la haute définition ; notamment pour la diffusion de films de cinéma dont le format est proche du 16/9 et qui seront un véritable régal pour les yeux, loin des horreurs du « zoom » qui essayait de recadrer un film en cinémascope à l’intérieur de l’écran 4/3 !

Votre vieux téléviseur actuel à tube cathodique (à de très rares exceptions près) ne peut pas être utilisé pour recevoir des émissions en haute définition. Bien qu’il soit capable de prendre en charge des émissions numériques - compatibles avec la réception analogique via le récepteur satellite ou boiter TNT -, il lui est impossible de vous livrer des images HD. Si vous avez une installation par satellite numérique, vous pouvez par exemple vous mettre sur les fréquences des chaînes HD émettant en clair sur Hot Bird. Si le son est disponible, l’écran restera noir...

Pourtant, il existe de très rares marques qui commercialisent des téléviseurs à tube cathodique compatible avec la HD. Ils sont plus chers que les postes analogiques. Ce sont ceux que l’on appelle des téléviseurs numériques qui ont aussi la capacité de recevoir les émissions classiques.

Si l’on compte quelques écrans à tube cathodique (très rares et en voie de disparition), il faut savoir que l’immense majorité de ces télés numériques est composée d’écrans plasma ou LCD.

A signaler que, contrairement au Japon et aux Etats-Unis où les chaînes diffusant en haute définition justifient l’équipement des téléviseurs de tuners HD, la tendance en Europe est au boîtier externe ou décodeur haute définition qui pourra transformer les signaux reçus du satellite, du câble ou du réseau hertzien en émissions HD lisibles sur l’écran de la télé. Cela complique un peu plus la tâche des consommateurs qui ont généralement en horreur la multiplication des appareils et des connexions, mais une telle pratique se justifie par le passage progressif vers les technologies nouvelles dont les innovations incessantes bousculent nos habitudes de consommation et agressent nos bourses !

Il ne fait pas l’ombre d’un doute que lorsque tout le système sera maîtrisé, le téléviseur recevra tous les équipements dont l’intégration permettra de le transformer en un outil de communication hyperdéveloppé, capable, non seulement de recevoir la télé HD, la radio numérique en Dolby Surround, mais aussi Internet en haut débit, de la vidéo à la demande et d’autres services multiples qui vont de l’achat d’un billet d’avion au shopping en passant par la surveillance de son commerce via une webcam !

Aujourd’hui, les prix des téléviseurs HD et à écran plat baissent partout dans le monde. Ce n’est plus un luxe à la portée d’une petite minorité. Maintenant que l’on s’achemine vers la diffusion de programmes HD en permanence, comme l’a fait par exemple Canal+, il est possible de s’équiper sans se ruiner pour être parmi les premiers à bénéficier de cette inégalable innovation technologique qui va donner à la télévision une dimension nouvelle, comparable au passage à la couleur ou à la dernière révolution numérique. Mais, attention ! Il faut être vigilant au moment de l’achat, car l’on peut vous proposer n’importe quoi.

Les spécialistes nous disent que les téléviseurs HD et à très grand écran plat à quelques centaines d’euros, c’est pratiquement pour très bientôt. Pour ceux qui doivent changer leur vieux poste, il ne faut pas faire de choix intermédiaire. A ce niveau de prix, on ne va pas s’amuser à changer de poste tous les six mois.

Un terminal spécial

Pour recevoir la HD en mode satellite, il faut un support, mais aussi et surtout un récepteur spécifique. Ce type d’appareil n’est pas encore très courant, mais il ne tardera pas à devenir familier dès la prochaine année avec l’arrivée d’un nombre croissant de programmes HD. Pareil à un récepteur DVB habituel, le « démodulateur » HD a la particularité de traiter les signaux en MPEG-HD, standard qui n’est accessible que par satellite, car mobilisant une bande passante assez importante. Autant dire que ni la TNT, ni le câble ne peuvent convenir à ce signal. Reste qu’il est possible, pour des raisons de diffusion, de compresser les signaux HD en MPEG-2 à des débits de 15 à 25 Mbit/s.

Ce récepteur du futur est bourré d’innovations technologiques : il doit donc nécessairement recevoir des débits qui dépassent de loin ceux tolérés par les terminaux actuels afin de pouvoir restituer des images en 1080 lignes.
Reste le cryptage : sur ce plan-là, il n’y a pas en principe de gros problèmes puisque le décryptage intervient après la réception et le traitement du signal et se fera au niveau du lecteur à carte à puce intégrée. Il y aura autant de lecteurs que de procédés.
Il est évident qu’à ce niveau de prix, le terminal intègre tous les autres « plus » des appareils haut de gamme, comme une mémoire assez importante (un récepteur vendu actuellement possède un disque dur de 160 gigaoctets, capable d’enregistrer plus de 25 heures de programmes en haute définition et 130 en programmes standard). Ce récepteur haut de gamme possède également deux syntoniseurs, la fonction time travelmec (ou saut instantané), une sortie DVI, etc.

Si la norme de compression utilisée aujourd’hui par tous les diffuseurs numériques est le MPEG-2 (le seul bouquet qui continuait à exploiter le MPEG 1,5 - Orbit - s’est rallié au choix de la majorité), la nouvelle norme MPEG 4, née à peine en 2003, rappelons qu’après une longue période de réflexion, marquée par beaucoup de controverses, cette norme a été officiellement choisie par le gouvernement Raffarin fin mai 2005, en vue du passage de la TNT à la haute définition. De même, qu’elle s’adapte très bien à la nouvelle télévision sur téléphone mobile. Les premiers équipements en MPEG4-HD sont apparus en 2006.

La TVHD : 33 années d’histoire


1972 : La télévision publique japonaise NHK lance les recherches sur la future TVHD.

1974 : Des démonstrations sont effectuées en 1125 lignes au Japon.
1981 : La norme HiVision apparaît dans un salon professionnel tenu à Los Angeles. Ce système de production professionnel TVHD complet est en 1125 lignes 60 Hz.
1983 : En France le laboratoire TDF/France télécom (CCETT), met au point le système C-Mac Paquet qui repose sur un développement du D2 Mac, considéré à l’époque comme une étape vers la HD. Ce système est adopté par l’UE au moment où l’ASTC américaine évalue les systèmes propriétaires.
1986 : Alors que la défunte Sept commence à diffuser sur satellite, les systèmes TVHD sont présentés publiquement.

1988 : La norme HiVision devient Muse et passe au stade de la compatibilité avec le NTSC.
1990 : Premiers produits grand public TVHD à la norme Muse. Les USA abandonnent la compatibilité avec le NTSC.
1992 : Grande première à Albertville où les JO sont retransmis en TVHD par TDF en D2 Mac.
1993 : Coup dur pour le D2 Mac abandonné par Philips et Thomson.
1994 : La norme Muse est abandonnée par les Japonais
1995 : Définition des standards de TV numériques (SDTV et HDTV)
1997 : La FCC fait un geste pour encourager la TVHD. Elle offre les fréquences (habituellement payantes) pour diffuser simultanément en analogique et en numérique HD.
2003 : On compte déjà 2 millions de récepteurs HDTV aux USA.
2004 : Lancement de la chaîne Euro1080 en Europe.
2005 : Arrivée de quelques programmes en TVHD sur des chaînes européennes (retransmission d’événement important) et certaines d’entre elles annoncent des émissions régulières dans ce standard à la rentrée 2005.

2006 : La TNT française choisit le MPEG-4 pour le passage en haute définition.

Tube cathodique, LCD, Plasma ou Vidéo projecteur ?

>Tubes cathodiques

Les nouvelles technologies développées pour offrir un téléviseur du futur compatible avec la haute définition ont renvoyé les tubes cathodiques du XXe siècle au rang d’antiquité. Néanmoins, pour ceux qui continuent de préférer le tube cathodique et qui veulent passer à la TVHD, il existe quelques marques qui ont intégré la HD dans ce type d’appareil. Une sérieuse alternative pour ceux qui ne peuvent se payer les grands écrans plats LCD ou plasma.

En tout état de cause, on vante toujours sa luminosité et son contraste qui semblent être les points faibles des téléviseurs de la nouvelle génération. Néanmoins, les amateurs de home cinéma et de sensations fortes n’apprécieront pas les limites imposées à la taille de ces écrans qui ne dépassent pas généralement un mètre. En outre, un appareil de cette dimension est trop volumineux et prend de l’espace dans des appartements de plus en plus petits.

>LCD

Ces écrans qui commencent à envahir les messages publicitaires deviennent de plus en plus familiers. Ils n’ont que quelques centimètres d’épaisseur et peuvent être accrochés à un mur du salon comme un tableau. Mais ils restent chers et leur principal handicap par rapport au plasma est qu’ils ne peuvent atteindre de très grandes dimensions. On dit qu’ils ont une plus longue durée de vie que leurs concurrents. Mais il faut attendre pour voir...

Durée de vue : 50.000 heures

>Plasma

Ces écrans sont préférés par les amateurs de très grands écrans. Ils coûtent moins cher que les LCD mais connaissent quelques problèmes au niveau de l’image que les récentes améliorations essayent de corriger. Ainsi, on peut considérer que ce produit, sujet à de sérieux perfectionnements, voit son prix baisser, mais pas assez vite pour devenir incontournable dans les salons familiaux.

Durée de vie : 30.000 heures

> Les vidéoprojecteurs

Si le home cinéma a fait connaître le vidéoprojecteur, la haute définition va le populariser puisqu’il est le seul à offrir les très grands écrans qui rapprochent la télé du cinéma. L’image peut en effet atteindre les dimensions réelles d’une salle de cinéma, à condition toutefois de vérifier, à l’achat, qu’une telle projection n’altère pas la qualité de l’image. On vérifiera les ratios de contraste et les grandeurs d’image possibles sur les fiches techniques.

On choisira les petits appareils, de préférence silencieux, avec un recul acceptable et des lampes à longue durée de vie. Les technologies LCD et DLP permettent ces performances, tout en faisant baisser les prix. Quelle que soit la technologie choisie, il faut impérativement veiller à la compatibilité HD. Choisissez de préférence ceux qui offrent une résolution 1280 x 720.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • le mave 30 janvier 2007 12:55

    Un programme télé de merdre restera un programme télé de merdre,même en hd .

    C’est un peu comme en tout , je préfère le contenu au contenant

    (Pierre Dac rajouterait « lâchez le vite »)


    • Bob (---.---.67.173) 30 janvier 2007 13:58

      Parler de la télévision Haute Définition sans parler de la norme HDCP (http://www.formats-ouverts.org/blog/2005/08/18/497-votre-cable-ne-peut-pas-transferer-votre-film-et-votre-musique ) qui va nous empêcher d’enregistrer les films HD qui passent à la télé, je trouve ça un peu limite, surtout pour un article qui se veut technique.

      Concernant le Plasma, la qualité est peut-être meilleure, mais sa consommation électrique est comment dire assez vulgaire, c’est comme un 4x4 par rapport à une citadine si vous voyez ce que je veux dire. Perso j’attends les nouvelles générations d’écran LCD à LED, qui permettraient d’avoir de meilleurs rendus de couleurs pour une consommation moindre.


      • t-h (---.---.4.54) 30 janvier 2007 15:03

        Le plasma a aussi une plus courte durée de vie


      • Droopy (---.---.199.139) 30 janvier 2007 16:34

        Vu la médiocrité des programmes TV actuels, affligeante, la HD n’a d’avenir que couplée aux lecteurs DVD avec installation Home Cinéma. Regarder les présentateurs laver le cerveau de la ménagère de moins de 50 ans n’a aucun intérêt, en HD ou autre vu que là, personnellemnt mon poste est éteint. Et vu le prix des installations Home Cinéma ..... la HD n’est pas encore pour aujourd’hui.


        • maamar farah maamar farah 30 janvier 2007 17:09

          La norme HDCP vise essentiellement à empêcher le piratage. Effectivement, l’article aurait été plus complet avec des éléments sur cette norme dont on dit qu’elle est encouragée par les Majors. Mais cela nous mène à un débat qui concerne également les ordinateurs dont les écrans peuvent être utilisés pour voir des films en HD. Mais là, semble-t-il, il est plus difficile de protéger les contenus. C’est un sujet qui mérite d’être traité à part. Je compte l’aborder prochainement. Amitiés


        • Rdlm (---.---.114.107) 30 janvier 2007 19:09

          La HD c’est juste bon pour nous forcer à changer de tv (par une moins bien puisque tous les tests montre que les LCD et Plasma donne une moins bonne image que les cathodiques) !

          Et avec le numérique en plus de la télé, il faudra jeter ces K7 vidéos, DVD, et racheter des DVD blue ray....

          Et une fois que tout le monde sera en numérique, les chaines diffuseront avec des DRM empêchant tout enregistrement malgré qu’on nous ai vendu des TV avec disk dur... à la place il faudra payer pour voir un de funes qu’on avait en K7 depuis 20 ans...

          Bref, la grosse arnaque !!!


          • maamar farah maamar farah 30 janvier 2007 19:49

            Il est certain que les constructeurs sont les premiers bénéficiaires de telles innovations. Souvent, on les trouve aux premières lignes pour le financement des nouveaux projets.

            Il y a, assurément, une forte tendance à créer de nouveaux produits en vue de booster les ventes. Et pas seulement dans les produits audio-vidéo. Prenez le téléphone mobile. C’était, au départ, une révolution parqu’il nous permettait de communiquer sans fil grâce à un tout petit appareil ! Maintenant, nous en sommes à l’appareil photo, caméra vidéo,sms, navigateur internet, lecteur musical, MP3, MP4, TV sur mobile : à chaque fois, vous vous rendez compte que votre appareil est obsolète et qu’il faut en acheter un autre.

            Cependant, toute la question est de savoir, concernant la TVHD, si cette dernière offre un plus ou non à notre manière de voir la télé. Me basant sur ce qu’apporte, par exemple, le numérique, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas un mieux par rapport à l’analogique. La TVHD, c’est encore mieux. Et quant à savoir ce que nous ferons des K7, il est clair qu’elles ne serviront pas à grand’chose d’ici peu. Idem pour les VCD et peut-être même pour les DVD (ce sera plus long) puisque nous serons à l’ère du DVD blue ray... Et qui sait ce qu’il y aura après. J’ai lu quelque part que les Japonais préparent l’UHDTV, c’est-à-dire l’Ultra Haute Définition : la vision se rapprochera de la qualité offerte par l’oeil humain !

            Les objets qui nous entourent sont déclassés très rapidement par un extraordinaire développement technologique qui nous dépasse par ses progrès époustouflants. Nous avons mis la moitié d’un siècle à créer le microsillon et à l’améliorer. Ce disque vinyl qui nous a fait danser durant quelques décades, nous pensions qu’il était la forme la plus élaborée de stockage de sons ! Mais il y a eu la cassette audio, puis le CD, maintenant le DVD... Cet emballement, qui ne nous donne même pas le temps de souffler, pose des interrogations : jusqu’où iront-ils et jusqu’où pourrions-nous les suivre ?

            Le plus heureux étant, évidemment, celui qui flanque tout ce bric-à-brac par la fenêtre et s’en va travailler son jardin, dans une campagne traquille où il prendre le TEMPS de vivre...


            • bourgpat (---.---.105.232) 31 janvier 2007 10:14

              Vous parlez des avantages des disques hd par rapport aux dvd. Par contre vous oubliez qu’au départ du dvd peu de personnes ont été équipés d’un solution home cinéma leur permettant d’en profiter dans des conditions optimales. Combien de personnes ont regardé de dvd sur un vieux cathodique relié par péritel avec pour source sonore les hp de la télévision. Combien ont profité de leurs films en dvd sur un ordinateur présentant un meilleur écran mais souvent avec des enceintes de base.

              Le dvd à été un progrès dans la facilité de lecture des film. Il s’est aussi imposé car l’investissement de départ restait abordable. A l’achat d’un ordinateur, le lecteur de dvd a très vite été intégré. De même le coût des lecteurs est très rapidement descendu.

              Qu’apporte la lecture d’un disque hd sur un écran non hd par rapport à un dvd. Rien en qualité et plus de flicage de l’utilisateur. Comme pour le sacd ou le dvd audio, cela demande d’investir dans un ensemble de matériels assez haut de gamme pour avoir une différence visible pour le consommateur. Sur l’audio, vous parlez de la cassette en évolution du vinyl. Mais comme avec les MD, la cassette à surtout permis la vente de médias vierge et de moins de médias pré-enregistrés. Le cd à marché car il était moins fragile que le vinyl. Au niveau de la qualité, les audiophiles en discutent toujours car elle dépend aussi pour beaucoup de la qualité de l’installation audio (amplis, enceintes et cables).

              L’un des avantage est la capacité de stockage offerte par ces média qui permettrait aux amateur de séries de profiter de leur drogue sur moins de disques. Or même aujourd’hui, les dvd de séries ne sont pas remplis pour avoir un prix public qui n’effraie pas les consommateurs. Croyez vous qu’un producteur proposera toute une saison sur un disque à 30 euros, alors que déjà aujourd’hui ils vendent du plastique pour faire oublier le prix.


            • thirqual (---.---.158.81) 30 janvier 2007 23:32

              Parler de HD sans parler de pouvoir de résolution de l’oeil... la bonne blague.


              • Vince (---.---.197.241) 31 janvier 2007 00:59

                Tres bon article.

                Pour une fois que l’on y parle pas de politique... c’est rafraichissant. Merci.

                Sinon le plasma n’est il pas plus chere que le LCD ?


                • Christophe Sirchis (---.---.252.30) 31 janvier 2007 10:11

                  Merci pour votre synthèse qui me semble objective. Je voudrais ajouter mon point de vue sur quelques détails :

                  1°) Les premières démos de Sony que j’ai pu voir remontent à 1980. Le système était alors analogique et de très grande qualité. Sony montrait des essais tournés en vidéo montrés à la fois sur des moniteurs à tube et projetés par des vidéo-projecteurs tritubes. Le classique 625 Ligne ou 525, selon les pays prenait immédiatement un sérieux coup de vieux.

                  2°) Lors de la coupe du monde l’année dernière, nous avons remarqué une forte communication au sujet du démarrage de la HD sur des bouquets satellite payants. J’ai visité quelques pôles de démonstrations que j’ai estimés pittoyables. Si l’image pouvait parfois être presque meilleure sur les gros plans, dès que l’on avait affaire à une image plus complexe, le rendu faisait penser à un bidouillage de mauvaise compression sur PC. Cela provenait-il des écrans HD Ready (pas du tout ready pour afficher le signal HD), de la compression trop forte ? Rien en tout cas qui pouvait m’inciter à m’équiper. Le résultat était moins bon qu’un DVD 625 classique.

                  3°) Dans les années 94, 95, l’Union Européenne finançait des productions HD. Il fallait alors tourner avec les systèmes disponibles : interdiction d’utiliser le matériel HD japonais qui existait déjà, obligation de louer les systèmes 1250 Lignes de BTS (Bosch Television Systems) ou de la firme du Lobby Thompson appelée à l’époque Ex-Caméra. J’ai été chargé ces années là d’introduire le principe de capter les concerts d’un festival rock qui se tenait en France. Ce dernier présentant un panel annuel intéressant de ce qui se faisait en matière de musique pop à l’époque. Partant de l’idée qu’il fallait archiver de la meilleure façon possible, (si l’on n’avait pas filmé les Beatles au Shea Stadium en 35mm couleur en 1965, que resterait-il ?) j’ai défendu l’idée de capter correctement les concerts en vidéo HD ou en Super 16mm. J’ai donc été chargé de soumettre à la DG X de l’Union Européenne à Bruxelle, un dossier pour obtenir l’aide nécessaire au recours à ces technologies plus chères que la vidéo traditionnelle. J’ai hélas constaté l’ampleur du lobby qui alimentait quelques chaînes à l’époque : Supervision sur TDF en D2 Mac et quelques autres simplement en 16/9. Des producteurs gravitant autour d’Ex-Caméra se voyaient accordés tous les budgets pour des productions visiblement financées à 100% par ce système prévu à l’origine pour ne couvrir qu’une partie du surcoût lié à la HD. De pâles captations réalisées dans des cabarets ou petites salles étaient réalisées à 2 ou 3 caméras et 1 enregistreur pour être diffusées sur France Supervision à l’attention de quelques centaines de spectateurs équipés de cette HD expérimentale. Alors que je prévoyais de 8 à 11 caméras toutes enregistrées afin de constituer une base d’archive correcte qui permette de reconstituer un concert de festival comme il se doit, nous étions attaqués par Ex-Caméra qui tentait de convaincre mes employeurs de les laisser prendre en charge ces captations avec leurs moyens dérisoires et les bénéfices qu’ils espéraient, bien sur, en tirer. Nous avons donc abandonné l’idée de la HD, perdant du coup la possibilité d’archiver avec une grande qualité de très beaux concerts donnés par des artistes au sommet de leur gloire qui font aujourd’hui partie de l’histoire et donc certains ne se produisent plus de la même manière (ZZ Top... Bjork...David Bowie...). Nous sommes finalement revenu à la vidéo 4/3 classique, disposant de 8 à 11 caméras toutes enregistrées, le tout doublé de studio d’enregistrement mobiles du son. Certains de ces enregistrements ont été exploités avec succès sur DVD. Ils auraient pu constituer une base d’archive de grande valeur pour l’avenir, enregistrée en haute définition. Je déplore les dérives de l’Europe que j’ai pu constater lors de cette triste expérience.

                  4°) Quelques rares démos du DVD Blue Ray sur des écrans de meilleure qualité que j’ai pu entrevoir récemment laissent espérer une HD de meilleure qualité que celle transmise actuellement par les bouquets français.


                  • Helios (---.---.188.79) 3 février 2007 20:57

                    interressant, Interressant, merci...

                    Hélas, si toute cette belle technologie nous fait baver sur un « futur » radieux, il nous faut, hélas vite atterrir !

                    Voyons, par exemple, la télé numérique par satellite nous permet de belles images, en 625 lignes, n’est-ce pas ? sauf que, lorsqu’on met 12 canaux sur un transpondeur, le débit ne suit pas et l’image est « dégueu », bien pire qu’un vieux analogique hertzien. Verifiez, verifiez, sur le prochain grand prix de F1 par exemple, au mois de mars !

                    Les chaines et les diffuseurs se fichent éperdument de la qualité, du moment que le logo « Coca » est bien rendu, comme en général toutes les pubs.

                    Alors, quoi de neuf ?... ben,... de beaux ecrans, plats, qui tiennent moins de place, des lecteurs de dvd et une chaine audio de plus en plus agréables à utiliser et surtout, surtout, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est le futur « verrouillage » pour que la culture soit devenu une marchandise pour le grand bien de toutes les « majors ».

                    Comment vous faire passer la pilule ? simple, en vous faisant réver, comme d’habitude et comme n’importe quel marchand d’apartement en temps partagé en Espagne.


                    • l’équipe de LUXE.TV (---.---.246.2) 7 février 2007 16:48

                      Chers amateurs de HD,

                      Nous tenons à vous informer qu’une chaîne 100% HD native existe depuis le 23 juin 2006 : LUXE.TV.

                      LUXE.TV HD est disponible en clair 24h/24 via les satellites Eutelsat W3A et HotBird et sur TPS, Orange TV, DartyBox et Erenis.

                      LUXE.TV est une chaîne volontairement complémentaire qui permet de deguster ses reportages courts tous les jours à l’heure de votre choix et le week-end, LUXE.TV propose un Best-Of de ses programmes. Les thèmes developpés sont la gastronomie et l’hôtellerie, joaillerie et horlogerie, art de la maison, beauté et mode, avions, voitures & jets, art et artisanat...

                      Pour plus de précision, rdv sur www.luxe.tv

                      Bonne découverte, l’équipe de LUXE.TV


                      • Indochineman (---.---.220.129) 19 mars 2007 20:47

                        « Nous avons donc abandonné l’idée de la HD, perdant du coup la possibilité d’archiver avec une grande qualité de très beaux concerts donnés par des artistes au sommet de leur gloire qui font aujourd’hui partie de l’histoire et donc certains ne se produisent plus de la même manière (ZZ Top... Bjork...David Bowie...). »

                        Et indochine aussi ? smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès