Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Terminal Staline

Terminal Staline

Derrière des interfaces à la Minority Report, un cauchemar technologique et politique se met en place avec le consentement tacite des cybernautes. Dans la prochaine décennie, il sera trop tard pour faire volte-face.

FIISCalité progressive

Vers 2018, le net aura phacocyté quasiment tous les autres réseaux et médias : téléphonie, télévision, radio, presse, livres électroniques, géolocalisation, objets communicants, monétique, informatique diffuse, etc. Il sera à la fois l’infrastructure et la superstructure invisible des économies, des activités quotidiennes (banque, services, police, commerce, santé, éducation, culture, tourisme, transports, etc.) et des vies personnelles. Même l’Afrique sera de la partie, vu sa fantastique croissance dans internet et dans la téléphonie mobile.

Les offres quadruple play (internet, télévision, téléphonie fixe et mobile) annoncent une abolition prochaine des frontières entre télécoms, TV câble/satellite et internet. La pression concurrentielle conséquente provoque déjà une déflation sectorielle et une sévère compression des marges. Afin de survivre et d’accroître leur compétitivité, de nombreux groupes devront fusionner-absorber. Les multiples acquisitions de Rupert Murdoch - de BSkyB à Myspace - s’inscrivent dans cette tendance lourde de laquelle émergeront de colossaux fournisseurs-intégrateurs d’informations, de services et de communications (FIISC) offrant musique, jeux, bureautique, réseaux sociaux, e-mail, vidéo à la demande, visio-téléphonie IP, TV & radio numérique interactive, etc.

A titre d’exemple, Tencent est un FIISC en puissance : comptant plus de 120 millions d’abonnés, pesant 7 milliards de dollars et réalisant plus de 100 millions en profits trimestriels, cette firme chinoise s’apparente à une extraordinaire fusion de Yahoo !, de Youtube, de Myspace, de Second Life et de Vodafone. C’est en grande partie à cause de ses 80 % de parts de marché que les GYM (Google, Yahoo !, Microsoft) pataugent encore dans l’Empire du Milieu.

Que les clients changent de FIISC, et ils perdront de nombreux droits numériques. Qu’ils dérivent ou craquent quoi que ce soit, et ils seront expédiés pour plusieurs années dans le camp 404 des déconnectés. Depuis peu, nos amis français dégustent un avant-goût de cette amère gastronomie qui ferait tâche d’huile en Europe occidentale.

Cumulo-nimbus

Dans une décennie, les ordinateurs et les mobiles auront 100 à 200 fois plus de punch que ceux actuels. Les effets combinés de l’internet très haut débit et du « cloud computing » (informatique nuageuse) aidant, de plus en plus d’appareils seront des exosquelettes en ligne dotés d’une puissance sans cesse augmentée car massivement distribuée. Ainsi, l’exécution des logiciels et l’archivage des données se feront non pas sur le disque dur, mais sur un nuage de serveurs distants. Remplacée par des espaces virtuels de stockage, l’unité centrale sera vouée à une quasi-disparition ou sera confinée à certaines spécialités, les fonctions de réseau, d’affichage et de saisie faisant amplement l’affaire de l’utilisateur lambda.

A moins que l’industrie informatique n’accouche d’une énième sournoiserie technico-commerciale, il ne sera plus nécessaire d’acheter une bécane agressive et énergivore tous les trois ou quatre ans, la puissance applicative résidera dans « les nuages ». Les écologistes devraient s’en réjouir...

La bureautique en ligne de Google (Desktop, Docs) est un aperçu de cette informatique nuageuse, terre promise du stockage virtuel, des applications métiers et du travail collaboratif. C’est dans cette optique que la firme de Moutain View multiplie les datas centers et planche aux côtés de Apple sur un très possible « Goopple PC » (OS et/ou machine ?) entièrement dédié au cloud computing. Yahoo !, Amazon, et IBM ont également enfourché ce cheval de bataille. Microsoft qui a du souci à se faire, s’est aussi engouffré dans la brèche mais en restant très fidèle à son bureau Windows. Néanmoins, ces initiatives doivent être analysées bien au-delà de leurs horizons techniques et stratégiques.

Vivre connecté ou mourir

L’informatique nuageuse implique de nouveaux paradigmes et de nouveaux usages difficilement prévisibles avec justesse sur un très long terme. En 1998, combien d’entre nous auraient imaginé tenir leur blog multimédia depuis Calgary ou Nairobi grâce aux merveilles du Web 2.0 ?

Toutefois, on peut supposer que les FIISC élaboreront leurs plates-formes en ligne nuageusement distribuées, remarquablement conçues, uniformisées et proposées en packs tarifaires pour les terminaux de poche, de bureau et de salon. Les vétérans techno, les linuxiens et les geeks détesteront cette informatique-service, le grand public adorera parce que cela lui évitera de se prendre la tête. L’informatique-produit telle que nous la pratiquons aujourd’hui ne sera plus qu’une option que certains constructeurs, distributeurs ou FIISC n’hésiteraient pas à surtaxer.

En réalité, les consommateurs n’auront plus qu’un contrôle formaté et strictement encadré par les FIISC sur leurs terminaux et a fortiori sur leurs espaces personnels virtuels. A l’image de leurs ancêtres FAI, les cyclopes du multimédia diront à leurs clients « vos données personnelles sont en lieu sûr  », et ceux-ci boiront cette parole d’Evangile.

Contrôle formaté. Le modèle du superbe iPhone laisse présager l’avenir : d’une main de fer dans un gant de velours, Apple décide de ce que vous utilisez, écoutez, regardez et de comment vous le faites. Sus aux déviants : ils risquent le goulag sibérien des désactivés ! Ce « business fortress  » fascine plusieurs FIISC en herbe comme AT&T, AOL, News Corporation, NTT DoCoMo et Orange, pour ne citer qu’eux.

Espaces personnels marketisés. Le cas Facebook est une ébauche du futur : dans ce réseau social, le moindre octet dissimule une balise Argos de données personnelles, les marketeurs n’ont qu’à se baisser pour ramasser et mitrailler juste. La pomme ne tombant jamais loin de l’arbre Google, OpenSocial n’est guère plus confidentiel. Le modèle e-publicitaire étant le plus viable du net, l’inéluctable mercatisation des futurs espaces personnels virtuels mènera tout droit à une cybersurveillance généralisée, de loin plus sophistiquée qu’auparavant.

Version Tchéka

En effet, grâce à la bienveillance des FIISC, ces espaces personnels virtuels - en constante interaction avec notre mobile, notre ordinateur et notre media center  ! - seront littéralement des hubs personnels intelligents : boîtes e-mail, agendas, bloc-notes, centres d’intérêt, favoris multimédias, réseaux sociaux, paniers e-commerciaux, identifiants en ligne, historique tous azimuts (géolocalisations, finances, factures, web, vidéo, audio, chat, etc.). De gigantesques raffineries pour les agences cybermarketing et les renseignements généraux qui auront tant de talents à conjuguer.

Les états démocratiques comme tyranniques, riches comme pauvres, ont toujours voulu connaître, tout connaître de leurs administrés. Pourquoi se priveraient-ils dès lors que la technologie offre à peu de frais ce dont ils ont tant rêvé ? Point besoin d’une théorie du grand complot à la Fox Mulder-Jack Bauer : une dose de voyeurisme et une petite soif de contrôle suffisent largement. Les gouvernants seront d’autant plus habiles qu’ils parviendront à faire digérer la pilule sans effleurer la langue.

Aux Etats-Unis, le « 911 act » autorise NSA, Département de la Justice et FBI à farfouiller librement dans les réseaux et les serveurs opérant dans l’espace états-unien. Plus de 10 millions d’Américains furent constamment écoutés par ces mêmes institutions avec la contribution forcée de l’oligopolistique trio Verizon, AT&T et Qwest. Plus raffinée, l’Europe préfère flûte et clavecin aux clairon et tambour pour jouer la même symphonie.

Tout récemment, Google avait provoqué l’arrestation d’un innocent en fournissant une adresse IP erronée à la police indienne alors à la poursuite d’un individu ayant posté des images jugées blasphématoires du dieu Shiva. Dans leur féroce appétit oriental, Yahoo ! et Microsoft dénoncèrent électroniquement journalistes et dissidents aux autorités chinoises. Lors d’une audition au Congrès, le représentant démocrate Tom Lantos avait qualifié les GYM de « géants sur le plan financier, pygmées sur le plan moral ». Une insulte pour les peuples pygmées ? Ces incidents démontrent à quel point les FAI et les infomédiaires deviennent, indirectement ou volontairement, les complices de chasses aux sorcières.

Vu l’évolution plutôt maccarthyste des législations du Pacifique à l’Atlantique depuis le 11-Septembre, en 2018, le contrôle l’aura nettement emporté sur la confiance, l’hyper-surveillance sur la vie privée, l’ordre sur la liberté. Les sociétés cybernétisées seront-elles pour autant plus sûres ? Le net sera-t-il aussi lisse que les Etats et les firmes le souhaitent ? Evoquera-t-on avec nostalgie les années techno-libertaires 2000-2010 ?

Toutes ces réalités à peine masquées sont déjà en marche napoléonienne. Hormis quelques carrés prussiens, la majorité silencieuse des cybernautes aura été dissuadée par le contenu économique et surtout technique de ces enjeux. Si les effets secondaires de la révolution informationnelle devaient fusionner ultra-libéralisme et marxisme, il ne reste plus qu’à espérer que ces perspectives ne dépassent pas ces lignes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • alberto alberto 2 janvier 2008 10:22

    Happy New Year, Charles !

    Télépathes du monde entier, concentrez-vous et oubliez vos claviers : la Résistance commence aujourd’hui !

    Bonne Année à tous (ainsi qu’aux Autres...) !


    • Charles Bwele Charles Bwele 2 janvier 2008 10:29

      @ Alfredo, @ tous les Agoravoxiens,

      2008 sera un bon cru pour vous tous ! smiley smiley C’est ma ferme intuition qui vous le dit... smiley

      Amicalement


      • donino30 donino30 2 janvier 2008 12:21

        Bon article. Dérive inévitable de l’Internet, c’est le prix à payer de la véritable révolution des moeurs en cours depuis 10 ans. Ce prix est il trop cher ? Dans certains pays ça sera le cas, dans d’autres non. Pour certains, la justice et des organismes de type CNIL « puissance 10 » s’adapteront, avec d’énormes moyens provenant des internaues eux mêmes, désireux d’équiper un carré prussien puissant et performant pour les protéger. La France en fera t-elle partie ? L’emprise de la pensée étatique sur les mentalités y est telle que rien n’est moins sûr.


      • donino30 donino30 2 janvier 2008 12:23

        Bon article. Dérive inévitable de l’Internet, c’est le prix à payer de la véritable révolution des moeurs en cours depuis 10 ans. Ce prix est il trop cher ? Dans certains pays ça sera le cas, dans d’autres non. Pour certains, la justice et des organismes de type CNIL « puissance 10 » s’adapteront, avec d’énormes moyens provenant des internaues eux mêmes, désireux d’équiper un carré prussien puissant et performant pour les protéger. La France en fera t-elle partie ? L’emprise de la pensée étatique sur les mentalités y est telle que rien n’est moins sûr.


      • Charles Bwele Charles Bwele 2 janvier 2008 17:40

        @ Tous !

        Merci à tous. Excusez pour ma réaction un peu tardive, cos’ décalage horaire.Je tiendrais compte de vos suggestions et ferai certainement une suite à partir de la conclusion de ce billet. Sorry pour ceux qui l’ont trouvé trop technique,une petite déformation typique d’infographiste un peu trop dans son trip smiley. J’essayerais d’être nettement plus accessible par la suite. J’espère néanmoins que vous a pigé l’essentiel et c déjà énorme.

        Amicalement


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 janvier 2008 01:16

        @ Bwele : Intéressant, bien écrit... et probablement vrai. J’ai l’impression de voir la demo d’une série en gestation d’articles que je lirai avec plaisir.

        Pierre JC Allard


      • shahin 2 janvier 2008 11:31

        Article intéressant ? J’ai cliqué « Oui », mais il ne l’est pas.

        Quand vous dites « Le modèle du superbe iPhone laisse présager l’avenir : d’une main de fer dans un gant de velours, Apple décide .... » vous sautez à la conclusion sans expliquer ce qu’est le modèle de l’iPhone. Bref, vous écrivez pour des gens qui connaissent déjà la problématique. Or le but d’Agoravox n’est il pas d’informer ?

        Sinon c’est quoi le modèle de l’iPhone ?


        • Pug 2 janvier 2008 22:43

          Le velour : un design, des fonctionnalités avangardistes (quoique), de la fiabilité, du solide, une confiance, un suivi, une marque...

          La main de fer : obligation de souscrire un seul opérateur téléphonique, obligation de n’acheter que de l’équipement apple, obligation de n’acheter que de la musique apple, obligation de suivre apple... au prix apple.


        • Pascal 18 janvier 2008 00:30

           

          L’activation d’un telephone par ITune,
          la logique d’operateur unique comme : fabricant du matériel, éditeur des logiciels, fournisseurs des medias, bientot fournisseur de services a un sens plus large,
          l’impossibilité d’installer des logiciels non Apple (du moins sans hacker la bestiole).

          Les bureaux virtuels en ligne qui rapellent l’informatique centralisées permettent aux "organismes de controle" de ne pas avoir a hacker 100 Millions de PC, il suffit de demander gentiment à l’hebergeur d’installer un point d’accés, on l’appelera "filtre anti terrorisme" ou Carnivore.

          Tant que des loi nous protègent (cf "commission informatique et liberté") il y a un minimum de vie privé. Et dans les faits c’est plutot les spams et la masse de chose sans interet que nous produisons qui nous protegent en faisant d’énormes nuages de fumées. Car en aillant l’alibi de la Sécurité nationale tout est facile a mettre en oeuvre d’un point de vue technique en aillant accés aux installations des FAI.

          Bref, ce n’est pas forcement dramatique tant que nous restons dans le "droit chemin".

          Il reste a esperer que la définition du droit chemin ne deviendra pas trop restrictive dans l’avenir, dans ce cas nous trouverions plus dramatique ces intrusions dans toute nos communications, nos frigos, nos systemes de securité, nos portes d’entrée.... car IP V6 (ha, voila autre chose) va nous permettre de connecter a internet le moindre equipement electronique domestique.

          Demain soufflera le vent de demain, il soufflera peut etre un peut fort.


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 2 janvier 2008 12:08

          Bonjour Charles,

          Tous mes meilleurs voeux pour cette année 2008 et j’ose l’espérer, prolifique en articles de qualité comme celui d’aujourd’hui ! smiley


          • lauxile 2 janvier 2008 12:28

            Quelle complexité dans la terminologie utilisée ! Sans doute est-ce pour s’adresser uniquement à ceux que les NTIC ( Nouvelles Technologies de l’Information et des Communications ) ont déjà corrompus ?

            N’oublions pas qu’il n’y a jamais eu dans l’histoire d’innovation technologique qui n’ait pas fait peur à ses débuts ( poudre, automobile, radio, avion, fourchette, ... ). Lorsque l’écriture, au cours des siècles précédents, a envahi les vies de nos ancêtres, ces derniers ont sûrement eu la même réflexion : « Fichtre ! Il va falloir que nous apprenions tous à lire, et que nous nous équipions tous de stylos, sans quoi nous deviendrions des parias ».

            Esperons qu’avec le temps, les acteurs des NTIC sauront faire preuve de transparence, et surtout, resteront des partenaires facultatifs. Helas, ce n’est pas pour l’instant la voie qu’ils prennent : merci de nous l’avoir rappellé !


            • walid haïdar (---.---.172.39) 2 janvier 2008 23:32

              A Lauxille :

              Vous dites que que l’écriture qui se propageait avait posé la question de sa dangerosité vis à vis de ceux qui ne la maîtriseraient pas.

              Cependant, l’apprentissage et l’usage de la langue sous forme écrite connaissent justement des affinités avec des problèmes fondemmentaux d’inégalités et de privation (de facton) de droits. On sait bien que le pouvoir a toujours appartenu à ceux qui en maîtrisé les outils, et la langue est un outil de pouvoir. Et de fait, ces inégalités et ces privations de droits sont d’autant plus graves, que le niveau de promotion de l’éducation pour tous est faible.

              Aussi vos raisons d’être si optimiste souffrent de ce qu’il reste à savoir dans quelle mesure l’aspect mercantile et intégré de la toile-monde posera des problèmes de privation des libertés.

              A mon avis, l’article, très intéressant au demeurant, pose les choses de manière (volontairement ?) exagérément alarmiste.

              Car s’il on peut conjecturer ou envisager des perspectives de « fascisation » du réseau, il existe aussi beaucoup de place pour les contre pouvoirs organisés et adaptés aux nouvelles problématiques.

              On peut même avancer que cette nouvelle bataille pour la liberté pourrait créer un appel d’air pour que l’on se repose toutes les questions qui sous-tendent le combat pour les libertés.

              Lorsqu’on s’aperçoit à quel point le mot liberté a été réduit et mutilé (la liberté contemporaine hésite souvent entre le droit de faire tout et n’importe quoi, et le droit d’oppresser les plus faibles), on se dit que ça ne ferait pas de mal.


            • Ben Ouar y Villón Brisefer 2 janvier 2008 13:25

              Dommage que vous ne rentriez pas dans le détail de votre dernière interrogation « Si jamais les effets secondaires de la révolution informationnelle fusionnaient ultra-libéralisme et marxisme... » la plus intéressante de tout cet article déjà fort intéressant et sérieux. Pourriez-vous consacrer une suite dans cette perspective ? merci.


              • Pug 2 janvier 2008 20:42

                J’y ai pensé aussi... mais il y a matière dans ces quelques lignes à écrire un documentaire(-fiction ?) ou une nouvelle, et pourquoi pas un roman ! Mais c’est un article sur Agoravox smiley

                Vivement la suite smiley


              • Gandalf Tzecoatl 2 janvier 2008 14:15

                Evidemment qu’Internet finit par être controlé et conventionnel.

                On attend la révolution holographique.


                • Polaire 2 janvier 2008 14:47

                  effectivement cet article n’est pas à la portée de tous. Mais j’en ai tout de meme saisi l’essentiel. très interessant ; dans ce cas que suggerez vous, aux « utilisateurs lambda » comme vous dites, comme moi, qui effectivement seront pret à prendre le risque, séduit par le package et le discours ? merci de développer une suite, et bonne année !


                  • Pug 2 janvier 2008 22:35

                    Mais cette fois-ci nous touchons à la connaissance des individus dans le moindre détail et surtout à leur insu. Un rêve pour tout dirigeant de pays (dictateur de surcroit).

                    On connait déjà beaucoup de nous !

                    Dans les écoles, aujourd’hui, on met en place des systèmes biométrique pour les élèves pour évaluer les coûts rééls et accessoirement surveiller leur déplacement : c’est pour leur bien !

                    Et demain on va vérifier qu’ils mangent équilibré, ils seront badgés pour chaque plat : c’est pour leur bien !

                    Comme ils pourraient avoir des allergies, on va leur greffer une puce qui permettra de prévenir des maladies et suivre leur parcours médical : c’est pour leur bien !

                    Imaginez qu’ils soient malades au milieu de nulle part, il faudrait que cette greffe contienne une puce gps (ou galiléo) pour les retrouver au plus vite : c’est pour leur bien !

                    Pour notre bien déjà on nous protège « que » des terroristes à grand Echelon. La vidéo à tous les coins de rues va nous protéger de la petite délinquance, et comme on connaitra déjà les potentiels criminels, l’individu sera automatiquement reconnu grâce à sa puce RFID.

                    Mais nous sommes là dans les 5 ans à venir... c’est loin smiley

                    Aujourd’hui c’est plus basique : nous avons les réseaux sociaux où nous étalons notre vie privée, nos photos,... qui sont allègrement revendues à des entreprises[1]. Les régies publicitaires sur le net connaissent déjà vos habitudes : ces petits cookies qu’elles installent à chaque visite de site lui permettent de remonter au petit poucet que vous êtes. Vous lui avez laissé pleins de miettes qu’elles assimilent, croisent et « statistisent » : vous monsieur, vous allez changer de voiture prochainement. jJ vois que vous avez visité successivement Renault, Bmw et Audi. Ne seriez vous pas intéressé par un crédit auto par hasard ? Je vais vous faire parvenir un petit mail (un spam ? que nenni smiley), vous venez de laisser votre courriel dans ce forum si prisé par les fans de tuning ! Et vous madame, il me semble que vous attendez un enfant : vous venez de visiter ces dernières 48h 5 sites et 3 forums concernant les nouveaux nés, je connais déjà votre adresse. Je suis votre FAI, et je possède aussi une maison de presse qui produit « infos bébé », quelle chance !

                    Pour l’instant ce sont surtout les entreprises privées qui exploitent le filon. Certaines dictatures ont pris de l’avance sur le suivi individuel. Mais les autres pays dits démocratiques franchissent doucement mais surement le pas : les outils existent déjà, il suffit de croiser les informations ! ce n’est qu’une question d’organisation et donc de temps... et tout est pour notre bien smiley

                    Prises individuellement, ces techniques ne sont souvent pas très inquiétantes, mais lorsqu’elles sont toutes recoupées... brrr

                    [1] Extrait des mentions légales de « copains d’avant » : L’utilisateur accorde à Copains d’avant et à Benchmark Group une licence gracieuse, mondiale et définitive pour utiliser sur tous médias existants ou à venir, les informations qu’il aura déposées sur le site. Ceci inclut notamment la diffusion des photographies et informations déposées sur d’autres sites édités par Benchmark Group sur Internet, ou sur téléphone mobile.


                  • Internaute (---.---.73.68) 2 janvier 2008 15:22

                    Tout compte fait, je commence à regretter le pigeon voyageur. Même par satellite il est quasiment impossible de lire le petit billet accroché à sa cheville.

                    Je m’autorise à réver d’une autre solution. Le « Cloud computing » sera composé de logiciels dédiés s’exécutant sur des clefs USB ne laissant aucune trace sur le PC. Autour du réseau fixe et fliqué se développeront des communications privées cryptées et mouvantes, n’existant que le temps nécessaire. Ce sera la liberté par la furtivité. La même technologie qui nous rend esclave doit pouvoir être retournée contre les Etats et l’administration publique.

                    Vous auriez dû mentionner la nouvelle loi européenne en préparation et qui autorisera les polices à intégrer des logiciels espions dans les PC des particuliers, bien entendu pour la bonne cause (lutte contre le terrorisme, la pédophilie et tout le blablabla habituel des députés).


                    • TSS 2 janvier 2008 17:16

                      il est dommage qu’Orwell ne soit plus de ce monde pour voir la concretisation de ce qu’il avait predit !!

                      de la haut,il doit bien se marrer !!!


                      • (---.---.48.80) 5 janvier 2008 18:14

                        C’est plutot Huxley qui doit se marrer. On est beaucoup plus proche du meilleur des mondes que de 1984.


                      • Marsupilami Marsupilami 2 janvier 2008 17:19

                        @ Charles

                        Continue comme ça et ne te demande plus si tu as une bonne plume d’écrivain comme lors de ton premier essai en techno-fiction : tu l’as !


                        • Pug 2 janvier 2008 20:37

                          Je plussoie ! C’est effectivement un vrai plaisir à lire smiley


                        • Philgri (---.---.89.186) 2 janvier 2008 22:45

                          Hello, The Charles.

                          Bonnes Année à toi, et santé à toute ta famille...

                          Depuis un an, je continue à te suivre dans l’ombre, comme Forest et d’autres encore, bien que je mette des réserves sur la politique d’Agora... Free or not to free, il faut choisir... Maintenant !

                          Ces questions nous les avons déjà soulevés, il y a déjà plus 2 ans...

                          Ton écriture toujours plaisante et tes analyses pertinentes continuent à nous chauffer les neurones dans le bon sens du terme...

                          Voir clair en ces moments troubles demande un minimum de lucidité, d’honnêteté et entendre ce genre de discours ne peut qu’être bienfaiteurs...

                          Oui, ce qu’ils ont appelé Web 2 n’était qu’une tentative de récupération de la bande passante. Ce combat ne peut que s’envenimer cette année.

                          L’Open Source dérange et bouscule la donne. 2007 restera l’ année d’une réussite hors-norme pour la communauté du Libre. Tous les plus grands se sont cassés la binette devant cette logique qui a surmonté toutes les épreuves et les coups tordus avec brio.

                          2007 s’est annoncé chaud, 2008 s’annonce brûlant. Désolé de ne pas pouvoir vous annoncer de meilleures nouvelles.

                          La Liberté, restera qu’un concept utopique sur le réseau. L’Allemagne se bat. Nous, avec Oliviennes nous avons baissé les bras. Il nous faut compliquer la simplicité ! L’anonymat s’efface, la partouze peu commencer.

                          Incroyable devise par rapport à notre histoire, mais aussi par rapport à cet outil info qui n’a aucun sens s’il ne retrouve pas l’idée de son concept d’origine.

                          Pas uniquement celui des militaires il y a déjà 50 ans et qui n’ont jamais su quoi faire avec, mais surtout celui des étudiants qui ont su relier les facs du monde entier ! comble des combles, la RIAA leurs demandes des comptes...

                          Le réseau fête ses 25 ans cette année. Entre nous ce n’est pas très beau. Le Japon décroche. Et nous ? Nous n’allons pas tarder à le faire avec notre Sacem comme espion institutionnalisé !

                          Les flics et la justice privatisée, et des innocents piratent coupables de tous les maux, pour payer l’addition salée des injustices flagrantes et des échecs d’inadaptations du CAC 40.

                          J’en vomis, soulé par tant de bêtise. Notre monde n’est pas prêt. Il en est même très loin.

                          Personne n’attend personne. Alors Feu à volonté. Sans états d’âme. La cyberguerre mondialisée prend forme. Oubliez le meilleur, car le pire est déjà là !

                          À très bientôt, The Charles...


                          • Forest Ent Forest Ent 2 janvier 2008 23:14

                            Excellent article.

                            Et cette fois-ci, je ne discuterai pas de détails techniques : tout ce qui y est décrit est déjà techniquement possible aujourd’hui. Après, il reste à savoir si la société va accepter ça. Elle a l’air bien partie pour.


                            • toto (---.---.138.15) 3 janvier 2008 00:15

                              Est-ce vraiment intelligent de faire peur en imaginant ses propres limites comme celle des autres ?

                              Etes vous au courant que l’iPhone est déjà cracké pour en faire autre chose que ce qu’Appel décide ?

                              La diffussion de la peur est le premier des totalitarismes. Et comme le disait votre idole Staline, plus le mensonge est gros plus les gens le croit.

                              Vive l’ignorance et la peur.


                              • Toto (---.---.138.15) 3 janvier 2008 00:44

                                Moins d’une demi-heure pour supprimer mon précédent commentaire. Bravo au censeur. Il fallait préciser que seul les commentaires plein de louange était admis.

                                Vive staline et la gauche moralisatrice, bravo à l’ignorance et à la manipulation. Vous ne changerez jamais, mais on vous a reconnu et la lutte continue.


                                • Charles Bwele (---.---.209.14) 3 janvier 2008 01:32

                                  @ Toto,

                                  Aucun de vos commentaires n’a été supprimé, il est simplement probablement apparu plus haut ou plus bas dans la section commentaires selon votre heure de connexion et de reconnexion.

                                  Pourquoi d’ailleurs censurer un tel propos, il n’a rien d’incivique ou de méchant. smiley Amicalement.


                                  • Malraux Malraux 3 janvier 2008 03:20

                                    Très intéressant article, et sans doute malheureusement prophétique.

                                    Dommage qu’il soit gâché par l’utilisation de l’horrible néologisme « etatsuniens », que j’ai toujours vu écrit soit par des crypto staliniens tendance besancenot soit par des Lepenistes bon teint, qui partagent la même haine de principe vis à vis de l’Amérique.


                                    • Illiouchine 4 janvier 2008 03:58

                                      Tiens c’est vrai, j’avais jamais remarqué, mais en y pensant, c’est toujours les fachos qui utilisent ce mot là...


                                    • Popcorn (---.---.209.14) 4 janvier 2008 08:43

                                      @ Illyouchine

                                      T’as vu le nom et la gueule de l’auteur ? Pas vraiment le profil du facho smiley à fortiori si on lit la totalité de ses articles qui n’incitent pas vraiment à quelque haine que ce soit... smiley

                                      Laisse-moi rigoler un bon coup, Illyouchine...


                                    • TALL 3 janvier 2008 08:46

                                      Salut Charles,

                                      Tu as raison de mettre en garde puisque cette motivation de contrôle/surveillance est évidemment bien là, mais il y aura toujours une résistance à ça ( surtout pour le fric et autres infos vraiment confidentielles ) et je reste donc sceptique sur l’idée d’une généralisation de la gestion online de tout ce qu’on fait sur PC. Car contre quelle plus-value accepter une telle dépendance et un tel non-contrôle de ses données sensibles ? D’autant qu’avec les futures mram ( mémo + vite qu’une ram et non-volatile ) et la future circulation d’infos par voie optique au coeur des PC, leur puissance n’est pas près de stagner.

                                      Bon 2008 smiley


                                      • David Fayon David Fayon 4 janvier 2008 19:08

                                        Merci Charles pour cet article qui, avec ses références historiques, illustre quelques aspects importants du futur d’Internet. Ces prophéties se réaliseront pour la plupart avant 2018 avec le contrôle progressif des individus et les invasions publicitaires massivement ciblées.

                                        Il est vrai que les personnes non connectées, en marge de la nouvelle économie, seront marginalisées et délaissées par la société comme le sont aujourd’hui les SDF. Je pense néanmoins qu’il convient de raisonner par zones géographiques où les particularités culturelles, sociologiques, linguistiques et historiques ne permettent pas de laisser supposer une convergence aussi poussée. En Asie notamment en Chine et en Corée du Sud, Google n’est pas hégémonique parmi les moteurs de recherche. En ce qui concerne les PVD d’Afrique - qui pour les pays francophones pourraient par ailleurs constituer un levier de développement de la présence française sur le net -, même si le développement des téléphones portables est une aubaine, le scénario n’est valable que pour les 20 % de ses habitants les plus riches.

                                        Ce qu’il me paraît intéressant avec l’« informatique nuageuse », c’est que le network computer apparu trop tôt pourrait enfin trouver un intérêt à côté de la profusion d’équipements que les citoyens auront sur eux pour être en permanence connectés. Le luxe sera d’endosser passagèrement le rôle de personne non volontairement connectée (PNVC) pour jouir de la vie réelle.

                                        df-)


                                        • adryan barlet 6 janvier 2008 10:11

                                          Article passionnant mais pourquoi cette parano ? Les services secrets américains fouillent le web comme des malades pour trouver les « ennemis de la démocratie » et ont prouvé depuis longtemps leur monumentale incapacité à tirer quoique ce soit d’efficace. La base de données brutes que constituera tous ces hébergements de données personnelles sera inexploitable. J’ai fondé l’Académie d’Ignorance Comparative, en anglais ça donne : Comparative Ignorance Academy soit CIA... Bonne année adryan


                                          • LINUX 7 janvier 2008 10:33

                                            Bonjour, je suis fraîchement arrivé sur agora vox. L’article et les réactions suscitées démontrent clairement qu’il suffit de rassurer les gens en leur tenant un discours soporifique et en leur tapotant doucement l’épaule : ne vous inquiétez pas, nous sommes là pour vous aider, vous ne pouvez pas tout savoir, nous ferons tout pour que vous n’ayez qu’à appuyer sur ce petit bouton pour que tout se passe bien pour vous. Un des grands malheurs vient donc du fait que nous sommes enclins à une certaine forme de paresse et que cela profite à tous ceux qui ont soif de la jouissance du pouvoir car ce n’est même pas la soif d’argent qui est en cause mais le fait de pouvoir marcher sur le reste de l’humanité. Comme il a été dit quelque part : vive l’ignorance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès