Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Un réseau social des objets

Un réseau social des objets

Qu'est ce que l'internet des objets ? Ce n'est déjà plus seulement l'interaction avec des objets au moyen de puces RFID ou d'ordres spécifiques transmis par un écran tactile. Il s'agit déjà des possibilités offertes par une intelligence, à partir de mesures. Car l'internet des objets est également la généralisation des capteurs. Le bulletin météo de demain, la détection des horaires de sommeil, les habitudes alimentaires, le rythme cardiaque, l’itinéraire quotidien à vélo, les médias appréciés en fonction de l'heure et des occasions. Ou même du programme professionnel de demain.

JPEG - 19.5 ko

Il faut comprendre ici « internet » comme l'inter-connexion d'appareils divers échangeant des informations, c'est à dire une collaboration sociale à différentes échelles. Cela implique une généralisation des informations, personnelles voire sensibles transitant sur les réseaux.

La communauté européenne estime qu'à l'horizon 2020 déjà plus de 50 milliards d'objets auront la capacité de dialoguer par internet.

En quoi cela va révolutionner la vie ?

Cela présuppose non pas que l'individu sera un acteur actif de l'internet, mais que sa vie sera composée de l'internet. L'autonomie sera à la fois facilitée par la maîtrise des données du quotidien tout en laissant une part significative des décisions à un ensemble d'automatismes.

Créer ces automatismes à travers un jeu conséquent de données mesurées mais variables demande également des algorithmes correspondants. Sandy Pentland, directeur du Laboratoire des dynamiques humaines du MIT, indiquait l’année dernière dans la revue The Edge que « nous ne pouvons plus compter sur des expériences de laboratoire pour comprendre les systèmes, mais nous appuyer sur des expériences provenant du monde réel ». Ainsi les entreprises fournissant les règles de fonctionnement des objets connectés auront également un intérêt à être capables de mieux appréhender le monde.

De tout cela, les points positifs sont assez vite identifiables. Tout ce qui est de valeur et rentable est concerné. La santé d'abord. Il n'est pas fou d'imaginer de vouloir être en forme au quotidien avec un suivi des activités sportives, de l'alimentation et de l’hygiène de vie adéquates. Ou de se voir prescrire un traitement préventif s'il est détecté une hausse de tension ou des problèmes cardiaques.

Les gains peuvent également se faire dans les économies, avec les lumières qui s’éteignent, le chauffage qui augmente quand vous approchez de votre domicile, une meilleure ventilation du domicile en fonction des pièces occupées, ou la détection des bonnes affaires en fonction des habitudes alimentaires et de l’état du réfrigérateur.

Mais ces avancées ne sont pas exemptes de dangers. La socialisation numérique volontaire de nos vies a mis en avant le problème de la propriété des données et de leurs usages. La mise en réseau de capteurs mesurant les paramètres du quotidien poussent encore plus loin ce danger, avec à terme une plus grande compréhension de nos habitudes. Cela requiert, comme le demande Sandy Pentland, une réflexion sur une nouvelle politique sur la protection des données des consommateurs.

Une industrie qui pousse.

En attendant les industriels innovent. Les acteurs majeurs sont de la partie. IBM a présenté cette année un boitier capable de gérer 13 millions de messages inter-objets par seconde, un début de protocole appelé MQTT permettant de normaliser le langage de ces échanges. Du coté matériel, Intel a présenté cette semaine son nouveau système embarqué Quark dédié a l'internet des objets et apportant une puissance de traitement non négligeable, équivalente aux ordinateurs du début du siècle.

Les grandes difficultés techniques que sont la puissance disponible et la définition d’un language permettant à tous ces objets de cohabiter sont en phase d’être résolus. L’internet des objets ne relève plus de la science fiction. Et c’est pourquoi promouvoir parmi les grandes orientations stratégiques le développement d’entreprises tournées sur l’internet des objets n’est pas denué d’intérêt.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • gogoRat gogoRat 6 octobre 2013 21:48

    Que l’on adhère ou non au ’concept’ ... il est maintenant en marche : il est donc pertinent et nécessaire de bien en prendre conscience.

     Première question :
     Qui produit, actuellement, les kilomètres de fils RFID ? ...

    ensuite :
     qui, en France, s’évertue à importer les produits tout faits de cette technologie, sans se préoccuper de démocratiser une appropriation française de la technologie elle-même ?
     De deux choses l’une :
     - si cette technologie est souhaitable pour les Français, il ne devraient pas attendre passivement et de façon suiviste que se développe une addiction technologique et consumériste supplémentaire pilotée ailleurs
     - si au contraire cela doit effrayer les Français, il est plus que temps d’en débattre !


    • bluemartini 7 octobre 2013 10:29

      Merci pour votre commentaire.

      Vous avez raison, l’urgence est d’en débattre.
      Par contre je ne vois pas comment on pourra en France repousser cette arrivée de produits car comme dans toute économie de marché le client est roi. Libre aux personnes d’acheter ou non. Le débat peut alors avoir comme vertu de faire ce que l’on a pas su faire avant l’arrivée des réseaux sociaux : éduquer. 

    • christophe nicolas christophe nicolas 17 octobre 2013 20:11

      C’est de la folie pure et toujours au nom de la santé. Le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions. Pourquoi faire cela ?

      Tout ce qui vous rend interdépendant sans vous apporter une réelle richesse humaine et gratuite n’a que peu d’intérêt.

      Le critère est : si cela s’arrête, pourrez vous le supporter ? si oui sans problème, ce n’est pas dangereux. Si cela vous interdit de changer de vie ou vous limite dans l’autonomie alors c’est piégeur.

      Il y a de multiples façon d’enlever la liberté, la pire s’appelle Faust. Vous avez le droit de revenir sur votre parole, toujours, toujours contrairement à ce que l’on veut vous faire croire. C’est un droit, c’est même un devoir, un courage, une rédemption si cela contredit l’esprit saint de Dieu.

      Même Dieu l’a fait, c’est l’histoire de Jonas dans la bible. Si Dieu l’a fait c’est pour montrer que vous, vous pouvez le faire en présentant à la face de ceux qui vous font des reproches le signe de Jonas.

      « Je ne savais pas tout » ou « les gens ont modifié leur comportement » ou « vous m’avez trompé intentionnellement pour me perdre ». Le Diable fait des contrats pour vous lier, Dieu, jamais, il fait la loi pour vivre en harmonie puis il montre l’exemple pour la rédemption, il fait parler ses élus à la fin des temps pour démasquer les contre vérités. Ceux qui vous flattent dans vos travers veulent votre ruine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

bluemartini


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès