Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Un satellite espion américain en perdition s’écrasera sur (...)

Un satellite espion américain en perdition s’écrasera sur Terre

L’armée américaine a perdu le contrôle d’un satellite, qui s’écrasera sur Terre entre fin février et début mars. L’information de source anonyme a été rendue publique samedi 26 janvier. Elle a été confirmée par le Pentagone.

La chose serait de la taille d’un autobus, pèserait près de 10 tonnes et pourrait contenir des matières dangereuses. Le lieu de la chute n’est pas déterminé. "Les agences gouvernementales concernées surveillent la situation", a annoncé Gordon Johndroe, porte-parole du National Security Council.

Le Congrès américain et les gouvernements étrangers seraient tenus constamment informés de la situation. Il a aussi été précisé que le retour sur Terre de ce satellite espion fragiliserait le secret-défense des Etats-Unis, d’autres pays étant susceptibles d’étudier les débris recueillis. Les caractéristiques de ces satellites, dont le prix unitaire dépasse le milliard de dollars, sont couvertes par le secret d’Etat.

Incohérences

satellite espion americain perdu Terre

Au sujet des éventuels dégâts que pourrait causer la chute du satellite américain, "la Terre étant couverte à 75 % de mers et d’océans, la probabilité de chute dans une zone peuplée est limitée", se défend l’administration. scientifiquement imparable ! Un peu succinct peut-être... Il faut signaler que la France possède un système radar, "Graves" de son petit nom, capable de détecter tout satellite en orbite basse. La France a d’ailleurs déjà officiellement menacé de révéler les positions d’une trentaine de satellites espions américains. Est-il possible que, dans cette affaire, aucune estimation du lieu de chute n’ait été réalisée ni aux Etats-Unis ni en France ni ailleurs ? Non. Le calcul est ardu et peu fiable, mais il existe et a sûrement déjà été fait. De plus, le secret défense américain ne vaut que pour les personnes y étant liées, ce qui n’est pas le cas des militaires français. Ne doutons pas que les autorités françaises nous informerons en temps voulu... un satellite qui s’écrase faisant plus de bruit qu’un nuage radioactif...

Au sujet d’une éventuelle destruction du satellite par un missile, aucune réponse officielle. Selon John E. Pike, directeur du site Globalsecurity.org, cette solution semble écartée car elle générerait trop de débris susceptibles d’entrer dans l’atmosphère. Pourtant, il fut un temps où Washington se montrait ferme et sans ambiguïté. En cas de conflit, les autorités américaines se réservaient le droit de détruire tout satellite ne portant pas le drapeau américain, en ciblant ouvertement le réseau européen Galileo. C’était il y a trois ans ! Cette solution ne semble aujourd’hui plus aussi triviale...

Petits conseils amicaux aux autorités américaines : demander un devis aux Français pour localiser le satellite et aux Chinois pour le détruire. La Chine a en effet réussi à détruire proprement un de ses propres satellites tombé en rade. Ça c’est passé le 11 janvier 2007 quelque part au-dessus de nos têtes. Et puis, à l’avenir, ne pourrait-on pas envoyer un satellite chargé de détruire les satellites en perdition ? Pour le devis, contacter EADS, mais il risque d’y avoir des retards...

Un satellite va s’écraser sur Terre... Et si Paco Rabane s’était juste trompé d’année ? ... Si c’est le cas, espérons qu’il se soit aussi trompé de lieu !

Quelques précédents...

- En 1978, un satellite espion russe poétiquement appelé Cosmos 954, doté d’un réacteur nucléaire, s’était écrasé dans une zone désertique du Grand Nord canadien.
- En 1983, son petit frère, Cosmos 1402, s’était désintégré dans l’atmosphère au-dessus de l’océan Indien, mais des traces de son plutonium avaient été détectées jusque que dans le nuage de poussière tombée sur l’Arkansas.
- En 1979, la station spatiale Skylab, gros machin de 78 tonnes abandonné par la Nasa, avait quitté son orbite. Ses débris étaient tombés dans l’océan Indien et sur une région reculée de l’ouest de l’Australie, sans causer de dégâts importants.
- En 2002, un satellite scientifique de 3 tonnes s’était désintégré dans l’atmosphère, ses débris étaient tombés sur le golfe Persique.

Les Mots ont un Sens


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • morice morice 6 février 2008 14:28

    S’il y en avait qu’un...

    http://www.cnes.fr/web/5425-moyens-dobservation.php

    http://www.drocourt-nature.com/index_fichiers/page39.htm

    http://www.astrosurf.com/luxorion/astronautique-debris.htm

     

    les pires : les "non déclarés"

    http://fr.novopress.info/?p=8572

    on aurait aimé quelque chose sur le système GRAVES dans votre papier !!! c’est directement relié !

    “Nous avons discuté des résultats de Graves avec nos collègues américains et avons mis l’accent sur des contradictions entre ce que nous avions détecté et ce qui est publié par le réseau de surveillance spatial US”, indique un responsable français du système radar. “Il nous a été répondu que ’si les informations n’étaient pas publiées dans le catalogue, c’est que ces objets n’existaient pas.’… Cependant il apparaît que certains de ces objets inexistants possèdent des panneaux solaires !”


    • aquad69 6 février 2008 15:11

      Bonjour Napakatbras,

      concernant les précédents, il faudrait aussi mentionner le cas de "ce qui" s’est écrasé dernièrement en Amérique du Sud, je crois (Pérou ?), l’année dernière ou celle d’avant.

      On a d’abord parlé d’un météorite, puis il y a eu quelques nouvelles de "maladies" ou de symptômes d’empoisonnement signalés chez les habitants de la zone, mais anecdotiques, très rès peu de bruit...

      Enfin, il y a eu en 2007 une ou deux chroniques discrètes qui racontaient que celà aurait correspondu aux débris d’un satellites américain dédié à la surveillance de l’Iran, et saboté par des militaires eux-même dans leur bras de fer avec l’administration civile actuelle...

      Toutes choses plus énormes les une que les autres, en vérité !

      Alors, où en est-on ? Celà n’a été ni confirmé, ni démenti, mais recouvert d’un silence total.

      Si quelqu’un avait des sources d’éléments là-dessus, sites, etc, merci d’avance de nous les faire passer, nous serions profondément intéressés...

      Cordialement Thierry

       

       

       

       


      • trou noir trou noir 6 février 2008 20:59

        un satellite militaire US ne nous tombe pas dessus tous les jours, mais vous avez omis un gros objet russe de taille raisonnable ’’précipé’’ dans l’ océan en 2001.

        En fait après une rentrée dans l’atmosphère, il n’y a pas grand chose à obtenir sauf quelques compositions de matériaux ’’stratégiques’’, avis aux chercheurs de trésors

        cf extrait de WIKI

        ’’Les quinze ans de voyage de la station spatiale russe finissent le 23 mars 2001, quand la station Mir rentre dans l’atmosphère terrestre près de Nadi (Fidji) et tombe dans l’océan du Pacifique Sud. Freinée par les couches denses de l’atmosphère, Mir fond et brûle en grande partie et le reste des matériaux (entre 20 et 25 tonnes) tombe en pluie dans l’océan.’’

        En fait après une rentrée dans l’atmosphère, il n’y a pas grand chose à obtenir sauf quelques échantillons de matériaux ’’stratégiques’’, avis aux chercheurs de trésors

        Il en va différemment d’une explosion de lanceur et de sa charge utile (satellite(s)) lors de la phase d’ascension.


        • grangeoisi 6 février 2008 22:46

          Ben Morice ! On vous a coupé l’herbe sous le pied. Pourtant quel danger ! Ha ! Ces américains, même sans leurs outils si sophistiqués que nous nous décrivez tant et tant, trouvent le moyen de nous emmerder avec leur poubelle de big brother. Tant pis Morice vous mets -1 sur ce coup ! Article suivant.


          • tvargentine.com lerma 6 février 2008 23:12

            Oui,il faut te cacher ,avec tout les articles anti-américain primaire que tu as écris,G BUSH veut te supprimer et maquiller son crime en accident en faisant écraser un satellite sur ta tête

            houlalalala


            • Personne 7 février 2008 12:07

              Concernant la destruction du satellite chinois, il semblerait qu’elle n’ait pas été si ’propre’ que ça. Extrait d’une dépêche AFP :

              "La destruction en janvier 2007 d’un vieux satellite météorologique par un missile balistique dans le cadre d’un essai anti-satellite effectué par Pékin a augmenté de 11% les risques de collision pour les satellites de surveillance de la Terre "Spot", a-t-il estimé. Le test, selon des sources canadiennes, aurait créé 1.500 pièces de débris en orbite."

               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès