Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Vive Galilei et Galileo

Vive Galilei et Galileo

Le projet Galileo vient de montrer qu’il pouvait réussir. Le GPS américain se verra bientôt relégué dans les articles gratuits mais moins performants. Enfin, un peu de fierté pour notre Europe.

Galilée serait fier d’avoir donné son nom à ce projet Galileo.

Galilei Galileo, astronome italien du XVIe siècle, s’est très vite passionné pour les mathématiques, et a quitté malgré tout l’université sans diplôme. Sa lunette de visée, il ne la braque pas vers la Terre, mais vers le ciel. Enseignant la théorie de Ptolémée, toujours admise, il remarque rapidement qu’elle ne tient pas, et imagine la Terre ainsi que les autres planètes comme satellites du soleil. L’Inquisition menace, et sa prudence ne peut rester la plus forte bien longtemps. L’hérésie est l’accusation lancée par les théologiens contre tous ceux qui adoptent la vision de Copernic. En 1632, l’abjuration de ses idées lui permettra de garder la vie. Voilà donc une belle revanche de l’histoire.

Le projet a vu son premier succès ce 28 décembre, lors du lancement du premier satellite sur son orbite, à 23 kilomètres d’altitude, ce qui va nous donner une autonomie dans le système de navigation, et renvoyer le GPS dans les mains de l’armée américaine.

Ce domaine stratégique va passer ainsi du militaire au commercial civil. La gestion du trafic aérien, des transports maritimes et de notre belle voiture va pouvoir se distinguer par la précision de ses résultats. L’investissement de 3,8 milliards d’euros et les deux ans de retard sur le projet initial ne vont pas longtemps peser dans les mémoires si le système répond aux objectifs de localiser un objet en temps réel au mètre près, et sur n’importe quel point du globe, et cela, avec la fiabilité et la continuité des services, qui n’étaient pas assurées par le système GPS, avec à son actif, la gratuité jusqu’ici.

Vingt ans de sagas, de tergiversations hostiles et de marchandages politico-industriels ont été les débuts de ce projet ambitieux, les Etats-Unis, en premier, se réservant le droit d’être les seuls pourvoyeurs d’un marché qui devait s’annoncer lucratif à la longue. Trouver l’argent et garder de fervents défenseurs ont été les points d’achoppement des Européens, très peu décidés à mettre la main à la poche.

Sur les 37 satellites prévus, ce premier satellite "démonstrateur", baptisé Glove-A (Galileo in orbit validation element), va pouvoir tester le futur système de positionnement européen. Cette phase de validation va être suivie par le déploiement de 4 satellites, pour garantir l’exactitude de la localisation, les stations au sol consolidant les résultats. En 2010, l’exploitation commerciale pourra commencer, et le grand public pourra jouir d’un service hautement précis pour se localiser. Deux milliards de clients, et plus de quatre fois la mise en retour sur investissement, sont au bout de ce tunnel du succès annoncé.

Quel projet enthousiasmant pour les jeunes d’aujourd’hui, en mal de vocation ! Quelle motivation pour eux de pouvoir trouver un secteur de pointe, en pleine expansion, et qui apportera des preuves tangibles que l’espace n’a pas été un gouffre à milliards, sans retombées visibles, et parfaitement utiles à tous les citoyens du monde.

Véritable révolution technologique, Galileo n’a pas dit son dernier mot au sujet des applications pratiques possibles. A côté des secteurs bien connus du transport, des télécommunications, de la navigation sur terre, sur mer et dans les airs, tout reste à inventer ; les appels de détresse permettront à qui aura payé sa "petite" compensation d’être secouru, plus question de se perdre ou de vouloir se fondre dans l’anonymat. La vie privée est un point sur lequel il faudra réfléchir et discuter. Mais il reste un peu de temps.

Si la coupe de la motivation des jeunes n’est pas pleine, que faut-il de plus ?

"Encouragez l’innovation. Le changement est notre force vitale, la stagnation notre glas." David Ogilvy

Colomb version 2006 : "Ciel"

(Sources : "L’Echo")


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • francis (---.---.103.111) 29 décembre 2005 11:01

    J’ai bientôt la soixantaine et je reste passionné par toutes les innovations qui peuvent être utiles à l’homme.Galileo, c’est l’Europe et d’autres pays qui s’unissent dans une réalisation qui fait vibrer les coeurs.D’abord parcequ’on s’affranchit d’une mainmise des Etats unis et de leur armée sur un des domaine de la communication,et ensuite du fait des applications phénoménales de ce système dans des domaines essentiels.Ancien policier je citerai notamment en matière de sécurité de personnes et des biens :plûtot que de s’alarmer avant l’heure d’un risque d’atteinte à la liberté individuelle d’aller et venir, je préfère me réjouir à l’idée que la grande criminalité a du soucis à se faire :que ce soit pour les véhicules de tous tonnages porteurs d’une puce, ou même les personnes qui pourront être retrouvée dans des délais très rapides.Et puis pour tous avec un simple téléphone portable qui aura un bouton rouge d’alerte...Galileo me fait rêver....à nouveau ! Merci


    • L'enfoiré L’enfoiré 29 décembre 2005 11:12

      A vous lire, je vois que l’on se comprend 5 sur 5. Dans les mêmes zones d’âges et les mêmes envies. Nous avons eu notre période de « gloire » dans notre profession. Comme je le disais dans l’article nous sommes au devant d’un projet tellement motivant pour les jeunes que ce serait vraiment gâcher beaucoup de chose que de ne pas sauter sur le train en marche. Tout est à faire en dehors de ce qu’on sait aujourd’hui. Il n’y a qu’à se lancer dans la bataille et enfin l’Europe ne sera plus appelée « la Vieille Europe » par certains ...


    • Caz’ (---.---.101.250) 29 décembre 2005 11:13

      Tout à fait d’accord, la réussite de ce tir est une grande nouvelle pour l’Europe, et démontre bien ce que celle-ci peut apporter à tous. Juste deux petites précisions : la constellation sera composé de 30 satellites (27 opérationnels et 3 en réserve), et leur orbite est à 23 000 Km d’altitude. Enfin, ce satellite (comme le suivant, lancé au printemps prochain) servant à valider les technologies employées, il faut espérer que tout se passe comme prévu


      • L'enfoiré L’enfoiré 2 janvier 2006 09:25

        En effet, 30 satellites et 23.000 kms sont bien les chiffres qu’il fallait lire.


      • (---.---.37.205) 29 décembre 2005 11:48

        Bonjour, je cherchais sur internet des informations d’études universitaires lorsque se suis tombé sur votre article. Je m’intéresse beaucoup à l’astronomie et aux nouvelles technologies. Je suit le projet Galileo depuis quelques années déjà et ça m’a beaucoup intéressé. J’ai 18 ans et l’année prochaine je veux aller à l’université... Quelle fut ma surprise en lisant cela :« Quel projet enthousiasmant pour les jeunes d’aujourd’hui, en mal de vocation ! » Je voulais savoir quels sont les études à suivre et quels métiers peut-on faire par la suite. Je vous remercie et félicitations pour cet article ! Claudio Soares


        • L'enfoiré L’enfoiré 29 décembre 2005 12:02

          Là, je sens que j’ai gagné ma journée... Comme vous avez pu le voir, je suis Belge. Hier, j’ai écouté à la radio RTBF1 un professeur de l’université de Liège qui parlait de ce fameux projet et de la matière qu’il enseignait en relation. Apparemment, des études d’ingénieurs sont celles qui correspondent le plus à ce genre de développement. Mais comme je l’ai dit, tout reste à faire et donc bon nombre de carrières seront touchées de près ou de loin. Renseignez-vous auprès des universités près de chez vous. C’est le seul conseil (incomplet) que je vous donnerez. Et, bon courage !


        • (---.---.37.205) 29 décembre 2005 12:28

          Merci beaucoup. En plus je compte aller étudier en Belgique (j’habite au Luxembourg) ! Quand je serai Ingénieur civil en informatique ou en physique je vous contacte ! :) Au revoir et encore merci.


          • Rolling (---.---.25.85) 29 décembre 2005 12:55

            Vous écrivez plus performant que le GPS... Je ne demande qu’à vous croire, mais j’aimerais savoir en quoi il est plus performant ??

            Merci


            • L'enfoiré L’enfoiré 29 décembre 2005 13:31

              A première vue pas beaucoup de performance en plus. Mais à y regarder de plus près en voici.
              - Technique, GPS, précision= 10m, Galileo, précision= 1m et peut-être moins une x tous les 30 satellites sur orbites qui ajouteront par simple trigino à cette précision.
              - GSP, américain et en plus militaire. Quand la 1ere guerre d’Irak, shut up. Plus de connection, plus d’aide dans la voiture pour se positionner.
              - Galileo, la sécurité maintenue de ce côté de l’atlantique par de ’bons petits européens’ bien motivés pour donner le service le meilleur. Le prix est une question qui s’érodera avec la fréquentation du service.

              Je suis sûr qu’un spécialiste pourrait donner d’autres avantages.


            • Rolling (---.---.28.69) 29 décembre 2005 16:50

              C’était juste pour savoir smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès