Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Web puissance Nous

Web puissance Nous

Construisons un Web 2.0 qui soit une réponse aux défis de notre temps.

Nous assistons depuis quelques mois à une évolution majeure du Web communément appelée Web 2.0.
Les définitions se succèdent et les projets se bâtissent l’un derrière l’autre, qui tentent de tirer partie de cet extraordinaire réservoir de possibles qui s’est ouvert à nous. Nous aimerions tous être un acteur de cette nouvelle grande opportunité. Il n’est rien de plus légitime. Nous aimons tous l’Internet et sa déclinaison la plus commune, le Web. Nous aimerions y trouver chacun une place car souvent le monde professionnel plus "traditionnel" qui n’use pas de l’Internet nous ennuie et est le terrain de luttes de pouvoir stériles.

Si l’Internet, et le Web, est une formidable chance de travailler tout en se faisant plaisir, il ne faudrait pas la gâcher.
Les plus grands projets fondateurs et nourriciers du Web ont été et sont encore des initiatives porteuses d’une grande part de désintéressement. En date récente, citons Wikipédia, et le Web lui-même, une fois créé, il y a plus de vingt ans, fut légué sans brevet ni droit par son initiateur Tim Berners-Lee.
Qu’ensuite des entrepreneurs s’en inspirent et les adaptent avec plus ou moins de brio pour créer des services Web, c’est une chance supplémentaire d’ancrer l’Internet et le Web dans la vie quotidienne des individus.
Gardons à l’esprit cependant que l’Internet et le Web, qu’il soit 1.0 ou 2.0 ou 3.0, c’est un état d’esprit avant tout.
L’idéal serait que tout entrepreneur s’engageant dans le Web soit animé autant du désir d’entretenir et d’appliquer pour soi-même et ses salariés les valeurs sous-tendant le Web que de faire des profits. Ethique et profits ne sont pas incompatibles pour peu qu’on le veuille.

L’Internet et le Web sont d’abord une vision avant d’être une invention  : ils nous parlent d’interconnection non pas seulement entre les machines mais entre les hommes. C’est un fait aujourd’hui que les individus partagent par ordinateurs interposés et il semble que cela est fait pour durer et s’accroître. Le Web 2.0 emmène le partage un cran au dessus avant qu’un Web 3.0 ne le fasse davantage encore.
Maintenant c’est à nous de donner au mot partage le sens que nous souhaitons lui donner. La technologie du Web aussi ajax soit-elle ne peut le faire pour nous.
Souhaitons-nous simplement que ce partage soit celui de données informatiques, aussi élaborées soient-elles, ou celui d’une volonté de construire en plus quelque chose de neuf qui ait des retombés bénéfiques pour tous ?
Le Web n’est pas imperméable aux défis de notre temps. Bien au contraire il peut en être un acteur décisif. Il est une opportunité unique qu’il nous appartient d’utiliser à bon escient.
C’est pourquoi au-delà des clivages, des intentions, des positions qu’elles soient d’ordre économique, politique ou culturel, si nous nous réclamons de l’Internet ou si simplement nous l’utilisons avec satisfaction, nous avons le choix, pour ne pas employer le terme "devoir" qui pourrait en effrayer plus d’un, de construire un Web 2.0 puis un Web 3.0 qui soient une réponse aux défis de notre temps et que nous pourrons être fiers de léguer à nos enfants.

Si la définition du Web 2.0 n’est pas totalement arrêtée à ce jour, c’est qu’elle dépend encore de ce que nous en ferons. Faisons qu’elle soit la plus belle possible.

Construisons un Web 2.0 qui soit un Web puissance 2, un Web puissance Nous.

Boris Perchat


Moyenne des avis sur cet article :  2.73/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Arkangel (---.---.30.215) 19 décembre 2006 21:07

    Je fais une saut de version je suis deja au web38.1 rc4 !arretez votre flanc avec votre web 2.0 ca fini par saouler.


    • borisperchat borisperchat 19 décembre 2006 21:45

      Je vous remercie d’intervenir Arkangel smiley Par contre je n’ai pas compris ce qui vous gêne dans le concept web 2.0 car vous n’avez pas développer votre remarque. Si vous voulez manifester votre scepticisme sur le choix de l’intitulé 2.0 je vous rejoins volontier. Affubler le web d’un numéro de version est plutôt réducteur. Il se passe pourtant quelque chose sur le web, disons une évolution, un saut qualitatif, qu’il faut bien cristalliser par un terme. Peut être avez vous un autre terme à soumettre ? Si par contre vous n’êtes pas d’accord avec le constat de fond qui veut qu’une nouvelle vague -là encore ce ne sont que des mots rassurez vous- impacte le web et le modifie en profondeur, je serais encore plus ravi d’entendre votre analyse... car vous aurez remarquez ce qu’il y a de formidable avec le web c’est que vous allez pouvoir me répondre, argumenter, en dehors de toute contrainte d’espace temps. Le web c’est du partage en tout liberté. Prenez alors le temps de rédiger une réponse argumentée ! Ne gardez pas pour vous votre vision qui sans aucun doute participera à enrichir celle des autres. BorisPerchat


    • rock.marshall41 (---.---.47.157) 19 décembre 2006 21:34

      Le 5ième pouvoir, prochainement la fusion froide & les moteurs à eau.


      • minijack minijack 4 janvier 2007 17:00

        Fusion froide, moteur à eau, 5ème pouvoir ?...

        Alléchant !

        J’y ajouterai libération de la gravité. Mais il ne faut pas rêver...

         smiley


      • Arkangel (---.---.30.215) 19 décembre 2006 23:46

        Message un peu laconique je le concois ;) Je n’ai aucun talent d’ecriture et je me perds vite.Soit Vous etes un vieux briscard du web tout comme moi hehe. La mise a disposition et le partage etait deja present des le debut. Je sors du contexte purement web, puisqu’a l’epoque c’etait les BBS et gopher. Ce a quoi j’assiste aujourd’hui n’est pour moi qu’une evolution logique mais le nouveau Buzz me fais furieusement penser a la bulle internet. Je me souviens de mygale, puis rachat et rerachat et finalement l’esprit a fini par disparaitre. A quoi assiste t-on ? Au meme phenomene, prenons u-tube et flickr, meme topo, ca s’envole et pof rachat. Du coup le contenu se vide ( plaintes , droits d’auteurs , faut pas facher les annonceurs) Le contenu collaboratifs, wikipedia ok, mais meme lui commence a prendre des coups de butoirs. Et le pire du pire a mon gout ce qu’on appel blog. l’appelation blog me fait bondir , rien d’autre que du site perso aux facilites de creation. Mais la facilite de creation ne cree pas la qualite. N’importe quel neuneu( desole du terme ) , peu creer son site perso et alors ? quel interet de voir les photos du petit dernier ? aucun. Loin de moi l’idee de vouloir un web elitiste. Mais on assiste a un phenomene deja evoque (par je ne sais plus qui, ca date desole) a l’epoque des PHPnuke et similaires , une uniformisation. S’en vient AJAX , rien d’autre que l’utilisation de techno, java et xhtml deja existante. Je n’ai aucune nostalgie du bon vieux web a la papa avec vi ou notepad mais les effets de modes me saoulent. Je devrais en rire , de voir les medias foncer tete baisser comme a l’epoque de la bubulle ou l’on nous faisais des reportages et l’eloge des entreprenautes ( ben tiens il est passe ou ce terme d’ailleurs ?) avec des concepts plus bidons les uns que les autres et des leves de fonds monstrueuses. Mais non je n’y arrive pas. Je suis aigri finalement ;) et me bas contre du vent mais tant pis

        Je n’ai aucun terme a coller sur l’evolution du web et pourquoi donc vouloir poser des etiquettes ?


        • borisperchat borisperchat 20 décembre 2006 22:47

          @ Arkangel

          Je vous remercie Arkangel. Puisque vous avez répondu à mon invitation je me dois d’y réagir en retour. smiley

          Pour ma part je n’ai pas connu le BBS qui permettait déjà en son temps le partage d’ordinateur à ordinateur et notamment de fichiers. J’ai démarré directement par le web en 1995 au temps des connexions très bas débit. On parlait des Autoroutes de l’Information et de cyberculture.

          Vous avez totalement raison de dire que le web aujourd’hui fut-il nommé web 2.0 ou non a toujours permis la mise à disposition et le partage et qu’en soit nous assistons à une évolution logique de ce qui existait déjà. Ceci étant dit vous conviendrez qu’il y a une accélération, un saut d’évolution depuis quelque mois qui est en train de revisiter totalement le web. Cela ne veut pas dire que le web change fondamentalement. Non disons que les mêmes caractéristiques qui le définissent depuis le début sont portées à un nouveau stade. Nous vivons un saut qualitatif. Après que nous l’affublions d’un « 2.0 » n’est qu’un travers de l’humain qui cherche toujours à coller des étiquettes sur ce qu’il observe smiley

          En fait il se pourrait que le web soit entré dans un nouveau cycle s’apparentant au précédent. C’est un peu comme les saisons. Le printemps vient de s’installer dans le web une nouvelle fois comme dans les années 2000 et de nouvelles pousses émergent qui vont croîtrent à grande vitesse. Certaines pousses donneront des belles fleurs d’autres non et ensuite certaines encore seront taillées à l’automne.

          Concernant les blogs là aussi vous avez raison ils ne sont pas sans nous rappeler les sites perso qui se sont multipliés au début du web mais ils en sont une version plus élaborée, plus mature. Les sites perso avaient un intérêt capital et peu importe s’ils ont disparus depuis. Ils ont d’abord été une expérience unique pour leurs auteurs. Certains même ont fini par se détacher du lot et ont comblé leurs lecteurs. Beaucoup de blogs vont disparaître sans doute aussi à terme mais là encore, en attendant, c’est une expérience capitale qui va capter encore davantage d’individus à la nébuleuse web et va donc forcément l’enrichir. Sites perso et blogs nous montrent surtout que les individus ont envie désormais d’émettre de l’information et ne plus se contenter de la consommer. Après vous ne pouvez pas porter de jugement sur la qualité de cette information. Chacun s’y essaye à sa façon. Ce qui compte c’est le processus.

          On a longtemps voulu dans le milieu professionnel nous cantonner au CV et maintenant il y a le blog qui à sa façon peut servir de CV nouvelle génération. Je pense que c’est un progrès notable en ce qui me concerne. Regardez mon blog s’il n’y a -pour l’instant- quasi personne qui le commente, il n’en reste pas moins visité même modestement et me permet de toucher des personnes qui ont des préoccupations proches des miennes. Ensuite il permettra à un éventuel recruteur de me découvrir plus globalement que ne le fait le CV. Vous pourrez en lire plus ici à ce sujet.

          Ensuite éloigner le web des intentions marketing et commerciales est utopique. Cela ne veut pas dire qu’il va se revêtir d’une seule couche marchande. Il faut voir que la sphère marchande sait se faire entendre et fait le nécessaire pour occuper le devant de la scène... elle fait du bruit et est entreprenante par nature. Parfois il est vrai avec des débordements et des effets de styles plus ou moins douteux. Cela fait partie d’elle... (pour le moment ?). Il n’en reste pas moins que les initiatives « désintéressées » tel Wikipédia tiennent le haut du pavé. Ensuite la sphère marchande suit et comme je le pense et le dit dans mon texte « Web puissance nous » participe à consolider le web. Elle est utile et il faut composer avec ses débordements. C’est bien aussi de jouer les poils à gratter comme vous le faite Arkangel car ainsi elle se rappellera qu’elle n’est pas le centre du web... qui d’ailleurs n’est en principe occupé par personne puisqu’il n’existe pas smiley

          Oui le web est précieux et fort heureusement il n’appartient à personne. Il se déploie une nouvelle fois. Rien n’est gagné cependant. Il me semble, et c’est pourquoi j’ai écris ce texte, qu’il serait profitable aux internautes d’aujourd’hui et de demain que le web ne soit pas un monde qui se contente de faire son buzz dans son coin. L’erreur serait de croire qu’il est coupé du monde traditionnel. Il est vrai qu’il est porteur d’un paradigme nouveau mais celui-ci n’a pas ses racines dans le web en tant que tel mais dans l’humain. Le web pour le web ne sert à rien. Il nous faut un web au service de l’humain et de la planète. Un web durable ? Un web responsable à côté de la sphère marchande. Cependant comme tout ce qui est « à côté » nous risquons de voir des conflits naître. Un rapport de force entre une sphère marchande et non marchande n’est pas souhaitable. L’idéal serait donc que la sphère du web marchand intègre des valeurs, une éthique calquée sur le paradigme qui est à la base du web. Est-ce que les entreprises web 2.0 s’inquiète d’être des modèles de participation en intégrant en leur sein par exemple un management participatif à destination de ses salariés ? Une entreprise qui se lance dans le web 2.0 en se contentant de mettre en place un service web aussi ajax soit-il mais sans apporter un progrès humain d’une quelconque manière que ce soit en interne ou en externe me paraît être en décalage avec l’esprit du web. Elle pourrait déjà commencer par appliquer pour soi ce qu’elle préconise.


        • Jean-Pierre An Alré (---.---.28.89) 20 décembre 2006 00:01

          Naaaaaan vous êtes trop injuste, le Web 2.0 c’est la plus belle chose qui soit arrivée à l’humanité.

          Bientôt on comptera trois temps dans l’histoire de l’humanité :
          - Avant l’écriture, la préhistoire
          - Le temps de l’écriture.
          - L’après Web 2.0.

          Pour un peu je me demanderais si les arriérés qui ne comprennent pas l’intérêt du Web 2.0 n’appartiennent pas à un malheureux chainon manquant qui serait resté bloqué entre l’homo erectus et l’homo webiswebis smiley


          • (---.---.240.116) 20 décembre 2006 08:15

            Construisons un Web 2.0 qui soit une réponse aux défis de notre temps (...)
            L ?idéal serait que tout entrepreneur s ?engageant dans le Web soit animé autant du désir d ?entretenir et d ?appliquer pour soi-même et ses salariés les valeurs sous-tendant le Web que de faire des profits. Ethique et profits ne sont pas incompatibles pour peu qu ?on le veuille.
            L ?Internet et le Web sont d ?abord une vision avant d ?être une invention : ils nous parlent d ?interconnection non pas seulement entre les machines mais entre les hommes. C ?est un fait aujourd ?hui que les individus partagent par ordinateurs interposés et il semble que cela est fait pour durer et s ?accroître. Le Web 2.0 emmène le partage un cran au dessus avant qu ?un Web 3.0 ne le fasse davantage encore.


            • Elementaire (---.---.130.101) 8 janvier 2007 00:06

              Quelle horreur que ce « web 2.0 », inventé de toutes pièces par des pigistes en mal d’inspiration. De vieux concepts recyclés, de nouveaux mots à la mode.

              Et la différence ? Un internet toujours plus commercial, et des gens qui prétendent s’arroger le monopole de la communication.

              Le retour du repli communautaire sur des forums phpBB qui se vautrent à la moindre faille (qui se propage évidemment comme un feu de forêt).

              Le web 3.0, ça sera quoi ? Le retour d’IRC et d’Usenet, et virer les neuneux hors du temple ?

              Ou bien la carte d’identité gérée par la trinité « Microsoft/Verizon/gendarmerie nationale » et le bourrage d’urne virtuelles ?

              Par pitié, assez d’articles qui n’en sont pas, et qui ne se justifient que par l’amour que porte l’auteur à sa prose lourde et pénible.

              Merci pour nous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès