• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

gg

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • gg 21 mai 2007 16:55

    Le salut du PS au centre ?

    Cet article est vraiment trop orienté sur la politique politicienne et sur les personnalités. Mais comment pourrait il en être autrement lorsque le référent est julliard ? La politique c’est l’art de mettre des mots sur les conflits qui traversent la société et de proposer des solutions adaptées et acceptables par le plus grand nombre. Je vois bien que plutôt que proposer des réponses vous êtes comme beaucoup de commentateurs a nous seriner avec la social démocratie (dont il reste à faire la preuve qu’elle ait réussi cf Tony Blair) ou a vous interroger sur les possibles alliances à venir. C’est oublier les problèmes actuels qui vont de la crise climatique à la question de la répartition des richesses dont on voit tous ce qu’elle est aujourd’hui : tout pour les plus riches et le reste pour les autres.J’ai choisi ces deux questions parmi d’autres parce qu’on voit bien et assez clairement qu’elles mettent en cause profondément le mode de fonctionnement du capitalisme moderne. Avant de jeter ses livres de Marx à la poubelle peut être serait il utile de les relire a la lumière de ce qu’est devenu le monde. C’est effectivement par un effort de pensée que la gauche peut reprendre l’initiative dans la bataille des idées, bataille qu’elle a perdu lors de la dernière présidentielle. Mais peut on espérer gagner lorsqu’on n’a pas d’idées mais un catalogue de mesures toutes plus technocratiques les unes que les autres. CE qui reste clair c’est que ce n’est pas en empruntant les idées de l’adversaire que l’on fait triompher son camp.



  • gg 9 mai 2007 15:43

    Je trouve l’article et les commentaires intéressants dans ce qu’ils rélèvent en creux. François Bayrou n’est plus seul maitre de son destin. Son avenir dépend aujourd’hui de l’attitude de ses adversaires. La politique est un combat d’idée certes, mais surtrout un combat. L’idée d’une traversée du désert salutaire est romantique mais guère réaliste. Un homme politique qui veut se donner un destin national doit pouvoir compter sur des militants et des élus. Bayrou aura sans doute les militants mais il risque fort de lui manquer les élus. Quel espace pourra bien trouver le MD si l’UDF continue sa route avec l’aide de l’UMP comme cela s’annonce. D’autre part l’intérêt politique du PS n’est certainement pas de venir au secours de Bayrou, il va avoir beaucoup d’autres problèmes à gérer... La magnifique aventure du premier tour de la présidentielle reposait sur trop d’ambiguités qui aujourd’hui apparaissent au grand jour.







Palmarès