• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

GB

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 61 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • GB 9 mai 2016 22:38

    Les directeurs surpayés ont autour d’eux des exemples qui ne les incitent pas à la modestie. L’ex-président de région, ami du premier ministre vient de se voir proposer un poste à 150000 €. Payé avec les impôts des smicards, majoritaires dans le pays, il va pouvoir faire le beau avec cent fois le Smic. Il n’a pourtant pas laissé un souvenir d’efficacité exceptionnelle dans la région. Il a des amis ça compense.

    Si Carlos Ghosn se compare à lui, il va penser qu’il est mal payé, et il aura raison. Renault et Nissan sont florissants, ils dégagent de gros bénéfices et emploient des milliers de gens. Combien va dégager de profits la nomination de l’ex-président ? Et surtout, à l’inverse de Ghosn, pourvu qu’il ne crée aucun emploi synonyme d’impôts supplémentaires. Ils alourdiraient un peu plus encore la réforme des régions qui ont diminuées en augmentant le nombres de fonctionnaires.


  • GB 11 avril 2016 00:35

    Bel article. Du pur Canard enchainé. ça ne révèle rien, mais ça soulage de voir qu’on est pas seul à s’apercevoir que les politiques mentent pour nous tromper et nous arnaquer.


  • GB 6 avril 2016 19:12

    L’article, intéressant, est quand même celui d’un doux rêveur. Depuis quand les journalistes font des révélations ? Ils reçoivent des subsides de l’Etat pour nous enfumer avec des faits divers. Les affaires citées ne viennent pas de journalistes mais de lanceurs d’alerte hors système. Le Médiator c’est le Dr Irène Frachon qui a dénoncé sa dangerosité et que les laboratoires Servier ont fait condamner. Aucun journaliste n’est monté au créneau pour la défendre. Et, malgré la condamnation, fruit d’une justice clairvoyante, elle a continué à poursuivre son combat pendant des années avant d’être entendue.

    L’amiante, dans notre beau pays, où toutes les institutions d’Etat ou privées sont payées par le peuple est un symbole. Depuis les années 1900 des constats de surmortalités ont dénoncé l’amiante. Mais, patronat et syndicats se sont entendus pour mettre une chape de plomb sur les cancers de l’amiante. Le patronat, bon prince a facilité les relations avec des primes confortables aux dirigeants syndicaux.

    L’EPR ce sont les antinucléaires qui ont révélé les failles des belles machines à empoisonner. Les journalistes, là encore ont pris le train en marche pour donner le change. S’il existait un vrai modèle d’information en France, il n’aurait pas besoin des aides d’Etat. Et pour mesurer la réalité des investigations de la presse écrite et audiovisuelle il n’y a qu’à écouter les uns et lire les autres pour s’apercevoir qu’ils servent tous la même soupe qui vient des agences de presses.


  • GB 20 décembre 2015 03:31

    Dans le système mafieux français il est bien difficile de trouver quelqu’un à qui on peut accorder confiance. Le FN, contrairement aux autres partis n’a jamais gouverné. Pourtant les opposants jugent ses propositions irréalistes en se gaussant d’expériences de terrain comme preuves justificatives.

    Les politiques ont une très haute idée de leurs faits d’arme. Quelques millions de chômeurs depuis plus de trente ne sont qu’un aléa passager mal géré par l’équipe précédente.

    Le FN ne pourra peut-être pas faire mieux mais pire, ça n’est pas possible. Et les ringards ont peur de ça. S’il arrivait à sortir le pays de la spirale infernale du chômage, tous les donneurs de leçons iraient gouter aux joies des contrôles ANPE de ceux qui ne recherchent pas de travail.

    Le système mafieux accueillerait bon nombre de ces génies qui ont mis en place le Crédit Lyonnais. Dans les années 80 il achetait des biens immobiliers très au-dessus de leurs valeurs qu’il prétendait vouloir revendre. On sait ce que ça a donné.

    Le Crédit Lyonnais, à l’honneur ces jours derniers, a magouillé avec la vente d’Adidas, entre autres. Tapie, qui n’est pas un enfant de cœur, était pourtant un nouveau-né face aux requins du Lyonnais.

    Il vient d’être condamné à rembourser 400 millions € par une justice indépendante. Une justice indépendante qui met plus de dix ans pour juger des magouilles politiques, mais qui condamne les manifestants d’Air France en quelques jours avec des preuves tirées par les cheveux.

    Depuis la démission forcée du juge Halphen les magistrats ont compris la leçon. Ils n’ont pas envie de contredire un ordre qui vient d’en haut. Ils seront seuls, aucun politique ne viendra défendre l’institution à travers l’attaque d’un magistrat. L’ex-président qui se gaussait des accusations qui ont pschitt à fait modifier la constitution pour échapper à ce pschitt qui l’a finalement rattrapé.

    Un article du Figaro du 10 décembre 2015 évoque  « l’Affaire Tapie Crédit Lyonnais ». Là encore, la justice indépendante s’est manifestée.

    Laurent Adamowicz : « J’étais au cœur de l’affaire Tapie-Crédit lyonnais »

    Il vient d’écrire un livre… Adidas - Bernard Tapie - les faits, juste les faits… Curieusement, la justice française n’a jamais cherché à entendre ce témoin capital…

    Pour les Américains cette opération ne sentait pas bon. Celle-ci ressemblait comme deux gouttes d’eau à l’affaire Executive Life… rachetée par le Crédit Lyonnais… en complète contravention avec la législation d’outre-Atlantique… Executive Life a coûté 750 millions € à l’Etat français après décision de la justice américaine.

    Dans quel état était Adidas ?...La banque le savait très bien… Adidas pourrait être estimé… à 1,7 milliards €. Le Lyonnais a fait une excellente opération… Il a gagné environ 418 millions €… Bernard Tapie…zéro ou à peu près


  • GB 8 décembre 2015 22:56

    La tarte à la crème des lobbies est une cuisine concoctée par les politiques et leurs entourages : journalistes, cinéma, publicistes, télévisions d’Etat et privée, tous les canards boiteux qui n’existeraient pas sans subventions, les sociétés d’Etat véritables gouffres financiers qui engloutissent des milliards en achetant des sociétés sans valeur (Areva) sans inquiéter les dirigeants. Les journalistes bien en cour payés à prix d’or pour des rapports qui finissent dans un tiroir. Les sociétés d’Etats où se transmettent les fromages aux enfants. La télévision a hérité de nombreux fils et filles de présentateurs.

    Les lobbyistes sont appelés par les politiques pour payer leurs caprices onéreux. Alors ils inventent des caches pour masquer les financements : des ronds-points par exemple. Mais il n’y a pas que ça. Si la France est toujours au premier rang pour des manifestations internationales ce n’est pas que pour le prestige. Chaque événement permet de masquer des arrangements dans la masse monétaire, qui n’est par ailleurs pas exposée au contrôle du citoyen. Le parlement européen de Strasbourg, bâtisse inutile offre des postes à nombre de profiteurs

    Pour les lobbies, les politiques sont plus un boulet qu’un avantage. Toutes les sommes misent à disposition  répercutées sur les produits nuisent à la compétitivité et à l’emploi. Quand ils disent ne pas savoir comment lutter contre le chômage, c’est une farce. Ils ne veulent rien lâcher, ils attendent le miracle hypothétique de la reprise. Et, si elle arrive, ça ne durera pas. Leurs appétits grandiront et tueront la poule aux œufs d’or.







Palmarès