• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Acarp47

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 5 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Acarp47 2 juillet 2009 20:33


    Les emplois étudiants sont en général des emplois de base. Ils sont donc formateurs quant à la hiérarchie et la dureté du travail.
    D’ailleurs les écoles d’ingénieur imposent des stages ouvriers en première année.
    Ne pas avoir fait d’emploi étudiant est une vraie faiblesse.

    Nous n’avons pas fréquenté les mêmes bancs ! A ma connaissance, les seules grandes écoles imposant des stages ouvriers sont les arts et métiers, l’école nationale des travaux publics et l’école des ponts et chaussées. Et encore, il n’est pas dit du tout qu’ils soient vraiment systématiques.

    Il faudra me trouver un cadre dirigeant sortant de Polytechnique, Centrale Paris, Mines de Paris, HEC, ESSEC, ESCP qui a déjà trempé ses mains ne serait-ce qu’une fois dans les poubelles d’un Mac Donald pour valider votre point. Peine perdue je vous l’assure, tout juste trouverez vous un ou deux contre-exemples vous confortant dans vos certitudes.
    Je n’ai jamais exercé d’emploi étudiant, et je n’ai jamais trouvé un seul recruteur pour me le reprocher. J’ai surtout conscience d’avoir une chance inouïe d’avoir pu me passer de travailler pour un petit chef minable exercant son autorité sur un pauvre jeune faisant des frittes pour payer ses études dont on lui dira plus tard qu’elles n’ont servi à rien. Et d’avoir pu garder mon temps pour me déveloper un esprit critique qui m’est probablement beaucoup plus profitable aujourd’hui.
    Dire qu’on n’apprend le travail que dans la difficulté et dans un cadre autoritaire est redoutablement faux. Celà permet tout au mieux de générer plus de frustration, plus de stress, plus de haine, et in fine de crétiniser un peu plus les masses, ce qui est bien le fond de ma démonstration. Les masses (en particulier les jeunes) sont peut être stupides (le mot est quand même fort), mais on les a quand même bien aidées !

    Lorsque l’on ouvre un poste, on evite les gens surqualifiés. Tout simplement on sait très bien qu’ils continueront à chercher une opportunité plus en adequation avec leurs diplomes et qu’ils sont là de façon purement alimentaire.

    Même avec un job « en adéquation avec mes diplômes » je le quitterais sans l’ombre d’une hésitation si je trouvais mieux ailleurs pour un meilleur salaire ! De la même façon que le libéralisme nous dit qu’aucun employé n’est irremplacable, ca marche aussi pour les employeurs. C’est le jeu, ca marche dans les deux sens. Un boulot de salarié est forcément « alimentaire », même au plus haut niveau. On n’est pas directeur financier, cadre, secrétaire ou ouvrier par passion mais par besoin. La dévotion à son employeur est morte avec l’apparition des concepts de licenciement et de travail précaire.

    Votre florilège n’en est pas un. L’entreprise à une logique à laquelle vous êtes étranger. c’est tout.
    La logique de l’entreprise que vous décrivez m’est complètement étrangère également, je vous rassure !
    Et pour fréquenter de très nombreux environements dans des groupes aux fortunes très diverses, on s’apperçoit que ceux qui traitent leurs employés de façon respectueuse sont de très loin ceux qui s’en sortent le mieux.



  • Acarp47 2 juillet 2009 19:52

    Qui vous a parlé d’argent ? Qui vous a traité de parasite ? Qui a dit que vous ne méritiez pas votre retraite ?



  • Acarp47 2 juillet 2009 18:24

    @Frédéric Alexandroff

    Je ne nie pas que la génération des 15-30 ans (pour faire large et nous englober tous les deux) ne montre des signes inquiétants de moutonite aigüe ! Je me contente de dire que c’est trop facile de dire que c’est uniquement de leur faute ! Ils s’adaptent à l’environnement qu’on a bien voulu leur donner.

    Quand on en a vu trop de la vie trop jeune, quand on est consciencieusement abandonné par les générations précédentes trop occupées à satisfaire leurs envies et leurs ambitions personnelles, quand on n’a pour seul refuge intellectuel que TF1 le soir en rentrant de l’école quand papa et maman sont au travail, quand l’injustice (sociale ET civile ET pénale) est vécue comme une banalité, quand la définition du bonheur est dictée par le catalogue de BMW et de Louis Vuitton, on devient un Homme mauvais. Tout simplement.

    Je vous renvoie à mon analogie du maçon qui hurle contre son propre mur parce qu’il penche. Pour avoir de bons murs, ne cherchons pas a faire de meilleures briques, essayons de faire de meilleurs architectes en premier lieu, puis de meilleurs maçons.

    Bien à vous



  • Acarp47 2 juillet 2009 18:06

    Vu l’état de délabrement du PS, les gesticulations risibles du facteur de Neuilly, et le miroir aux alouettes de "l’écologie politique", je ne trouve rien de mieux que le tractophile du Bearn, désolé. Il est un grand propriétaire ? Je te répondrai que Rousseau et Karl Marx étaient des grands bourgeois (non sans une bonne dose de provoc’) !
    Et puis j’ai suffisamment fréquenté les milieux des diplômés des grandes écoles d’ingénieurs et de commerce tous formatés pour le concours de l’ENA pour avoir pris conscience que ce n’est pas avec ce type de cerveau qu’on est armé pour exercer la fonction suprême. Gouverner va plus loin que la simple application du bon sens qu’on nous inculque à Centrale, Polytechnique ou HEC ! Alors pitié, ne me donnez plus le choix entre des normaliens binoclards frustrés d’avoir pris des coups de pieds aux fesses à la maternelle (et qui se « vengent » sur la première secrétaire venue) ou des vendeurs de cuisines ayant dérivé vers l’ingénierie financière pour faire comme tom cruise pour présider à ma destinée. Donnez moi des philosophes lettrés bordel ! Des gens formés à réfléchir dans la globalité et pas des machines à résoudre les problèmes ! Laissons ca aux sous fifres des cabinets ministériels. Ils sont là pour ca

    Sinon sur le volet révolution, il y a selon moi un énorme fossé entre la conscience de la pourriture du monde et le fait d’être un révolutionnaire.

    Une leçon que nous donne l’histoire, c’est que les évolutions nous feront toujours avancer plus loin et mieux que les révolutions.

    Lors d’un voyage en Inde, je discutais avec un homme du succès chinois qui paraissait surpasser celui de l’Inde. Il me répondit que le tigre avait beau courir plus vite que l’éléphant, un simple arbuste suffisait à contrer sa course. Soyons des éléphants (rien a voir avec le PS !). L’inde est la plus vieille civilisation qui soit encore debout. Il y a probablement une raison à cela.

    Alors plutot que de voir les choses par le petit bout de la lorgnette en résolvant les problèmes au fur et a mesure qu’ils se posent et de façon indépendante dans l’espace et le temps (les jeunes ne respectent plus rien, il faut réformer le capitalisme, le nucléaire c’est mal, l’emploi c’était mieux avant, il faut réduire la dette publique, non mais c’est quoi un smartphone ? Etc, etc...), essayons de les résoudre dans leur ensemble. Les individus vont mal car leurs groupes sociaux vont mal, car la société est malade. Pas l’inverse.


  • Acarp47 2 juillet 2009 16:19

    Une question toute bête aux éclairés pourfendeurs de ces jeunes "lobotomisés, cyniques, conscients de vivre dans une société pourrie« et intoxiqués à coups »de programmes télévisuels débilitants, de bouffe infecte, de Coca-Cola et de Nutella«  : Qui est responsable de ce si regrettable état de fait ? Qui donc si ce n’est vous mêmes, les vieux (oh, pardon, les »seniors« ) ?
    Il me semble que TF1, le coca cola, la société de consommation et le mac do ont tout de même légèrement plus de 25 ans non ? Et le nutella n’arrive pas tout seul sur les tartines des enfants...
    Ceux qui se permettent de gerber piteusement sur la jeunesse qui se fond dans le libéralisme, en se gavant de mac do me font penser à un troupeau de maçons qui engueuleraient un mur pas droit.

    Alors oui, j’ai 28 ans (aie, 3 de trop), je vote bayrou, je mange du nutella tous les matins, j’aime bien me faire un mac do de temps en temps, j’ai travaillé dur pour obtenir un job bien payé dans un grand cabinet de conseil parisien, non pas par passion pour mes clients, mais parce qu’on m’a bien rabâché pendant 24 ans que faire de grandes études était un prérequis pour réussir sa vie dans notre société, et que toute tentative de s’écarter de ce chemin était vaine. Et pire que tout, je possède un smartphone ! J’en viens presque à me dire que je devrais me mettre à regarder secret story histoire de faire un acte de militantisme jeuniste.

    Ca ne m’empèche pas d’être clairvoyant sur l’absurdité et l’injustice profonde du monde que m’ont légué mes prédecesseurs et eux seuls. Ca ne m’empèche pas de voir à quel point cette société soit disant jeuniste laisse crever ses enfants, sans même leur donner un RMI, dans des mansardes insalubres à 500€ par mois pour passer des diplômes au rabais dont ils s’entendront plus tard dire qu’ils »ne remplacent pas l’expérience« .

    Alors à tous les Francis Cabrel de tous bords qui se lamentent en marmonnant dans leur barbe et en lisant leur relevé de PEA que »c’était mieux avant", essayez plutôt de faire votre auto critique. Essayez de comprendre à quel point vous avez vous même engendré le monstre dont vous regrettez la laideur par votre égoïsme et votre bêtise. Et de grace, essayez d’agir pour corriger le tir plutôt que de vous perdre en vagissement inutiles. Vendez vos actions TF1 !







Palmarès