• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ADEL

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 39 0
1 mois 0 4 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • ADEL 5 août 11:27
    Tout comme la personnalité historique de feu M. Mohamed Boudiaf, celle de feu M. Redha Malek, a connu 2 vies, ou plutôt 2 tranches de vies, l’une illustre d’avant l’indépendance, l’autre mêlée, directement ou indirectement volontairement ou non, d’une responsabilité morale et politique, qu’on le veuille ou non, à des mains salies par le sang des morts innocents et des disparus sans avoir commis de crimes ou délits, de familles détruites par ce faire,etc.
    Un politique, qui plus est, ayant une expérience éprouvée dans la vie et la résistance à l’oppression et à l’injustice exercées contre les petites gens et à la dignité de quelque homme que ce soit, se doit avant tout :
    __ avoir cultivé en soi de la clairvoyance politique pour les évènements présents et à venir, et savoir toujours s’en tenir dans une position qui lui permet de jouer le levier de la recherche rapide d’une issue à la paix dans les différends entre compatriotes, quel que soient la gravité et la complexité des évènements et des situations historiques.
    __ avoir été vacciné contre l’appel du koursi en général, et pire encore à l’appel d’un pouvoir illégitime et dictatorial, quel qu’il soit. 
    M. Ait-ahmed et feu M. Abdelhamid Mehri, bien que d’obédience idéologiques éloignées l’un de l’autre, ont pu se rapprocher en ce sens, et auraient eu plus de poids dans leurs initiatives s’ils avaient été épaulés par plusieurs statures historiques d’avant l’indépendance, comme celles de feu MM. Boudiaf et Redha Malek.
    Le pays aurait épargné la vie à la plus grande partie des 200 000 morts, moins de dérapages policiers et de personnes disparues, moins de familles disloquées à jamais, moins d’animosité et de haine collectives gratuites entre compatriotes et moins de destruction d’ infrastructures.  



  • ADEL 27 juillet 17:38

    « La libération de Mossoul permet d’éradiquer définitivement Daech ».Il me semble qu’il faut nuancer ce jugement.

    Certes DAECH en tant qu’entité étatique informelle peut être entièrement défait.N’empèche que les forces résiduelles de cet ex-Etat (informel) continuent à exister un certain moment plus ou moins long, et leur stratégie de guerre va être translatée en des actes terroristes « à la Quaida », c-à-d ponctuelles et ciblées.

    En Algérie, 1er pays de l’expérience de terrorisme islamiste ; celui-ci avait , à son apogée, déclaré certains territoires du pays sous son contrôle militaire, socio-économique et culturel. L’ANP, appuyée des milices civiles de légitime défense et de patriotes et de collaboration de la population en matière de renseignement, avait arrêté cette évolution de territoire sous contrôle du terrorisme.A la 2ème moitié de l’année 1998, ce type de déploiement territorial du terrorisme avait été complètement défait.

    Mais n’empèche qu’à ce jour, le terrorisme résiduel persiste et frappe encore, bien que de plus en plus, en trés faible ampleur. 

    Ceci dit, il faut reconnaître que celui qui veut se renseigner sérieusement sur les politiques et les stratégies mondiales, internationales et régionales sur le proche et moyen-orient doit attentivement écouter le chef du hizbullah pour être édifié productivement sur la prospective de cette houleuse région.Houleuse parce que toujours visée par une coalition de mercenaires fils de la région, d’israel et de l’occident pour qu’elle soit toujours divisée, affaiblie et à la portée des forces militaires d’israel, et par ricochet la recherche de tous moyens et stratagèmes en vue de la suprématie du couple Israel-Arabie Saoudite dans la région.

    Il faut considérer que c’est un analyste et stratège politique qui parle , et non plus un chef de mouvement populaire ou un chef religieux.






  • ADEL 25 juillet 01:45
    De par une haine anti-arabe profonde pratiquée par les sionistes ashkénazes, la discrimination ne se limitait pas seulement aux arabes, mais s’élargissait aussi, d’une autre manière moins extremiste et voyante , aux juifs à locuteur arabophone comme il est le cas des juifs séfarades misrahim.



  • ADEL 24 juillet 14:39
    Israel est l’effet-miroir de la doctrine nazie de l’espace vital aryen et le produit d’une « manipulation génétique intéressée et sanguinaire » de l’histoire
    Israel, c’est le nom d’une conjonction et manipulation stratégique de facteurs historiques et idéologiques ayant conflué ensemble dans la 1ère moitié du siècle dernier
    __* Le mouvement nationalitaire sioniste apparu vers la fin de la 2ème moitié du 19è siècle, et devenant de plus en plus actif et visible au seuil du 20ème siècle
    __*Le dépéçage du monde arabe suite à la mort de « l’homme malade » qu’était l’empire ottoman et la suppression du régime « Califat Ottoman » par Ataturk
    __* Mise en application des accords de sykes-picot de partage du proche et moyen-orient entre les puissances occidentales colonialistes, et création de l’Arabie saoudite et des autres principautés de la péninsule arabique par la suite
    __*Le jeu de la diplomatie britannique par son annonce en plein 1ère guerre mondiale en 1917 de la création d’un « foyer national juif »
    __* Les accords secrets des chefs du mouvement sioniste de l’époque appuyé par les banquiers d’affaires la famille des banksters Rothschild (tant les affaires interlopes étaient naturelles pour eux) avec le régime nazi pour faire déverser sur logistique nazie les juifs allemands en Palestine
    __* La Shoah et ses cortèges de la diaspora par la suite
    __* Le totalitarisme soviétique stalinien antisémite qui a été parmi les premiers pays a avoir déversé méthodiquement des milliers de soi-disant juifs sur le nouvel état sioniste israel érigé dans le sang en 1948
    __*La guerre froide et l’enjeu géo-stratégique et militaire de mettre sous sa poche Israel pour vassaliser tout le proche et moyen-orient.
    __*Sortie définitive des USA de son« isolationnisme doctrinal » et enclenchement de son jeu de puissance d’empire géopolitique et économico-industriel vorace en besoins d’énergie bon marché ; le moyen orient commençant à être de par ses réserves prouvées, un producteur principal en hydrocarbures fossiles.
    Il était clair que de par cette « manipulation génétique intéressée et sanguinaire » de l’histoire, il en sortirait un monstre confondant lâchété, compromission et puissance, et marqué a tout jamais par la discrimination raciale et religieuse et la haine gratuite des damnés que sont les palestiniens et les arabo-musulmans.

    L’idéologie politique officielle d’Israel est le sionisme.
    Le sionisme est une idéologie raciste et népotiste à l’égard de tout non juif et appelant le colonialisme.
    Israel, c’est aussi l’élève ayant dépassé le maître dans la mise en oeuvre de la doctrine hitlérienne de la question de « l’espace vital aryen », envers les palestiniens et les pays arabes qui lui sont frontaliers ; le« Grand israel » de la doctrine sioniste s’abreuve de cette immonde source idéologique. 

    C’est pas par haine des juifs que l’ONU à la majorité de ses membres avait considéré dans les années 1970, le sionisme comme du racisme en général et celui anti-palestinien et anti-arabe en particulier, et comme une idéologie du colonialisme le plus abject.
    Tant l’Etat d’israel a été créé en 1947 par l’onu sur initiative des pays colonialistes la dominant et l’urss de staline, tous foncièrement antisémites et voulant se débarasser de leurs juifs ; que la résolution de 1975 de l’ONU avait apparenté le sionisme à du racisme et du colonialisme et a été par la suite annulée sur lobbying américain par la corruptibilité et le chantage de plusieurs pays membres votants de l’assemblée générale.

    Il était dans la logique des choses et de par les accointances idéologiques et des politiques menées envers ceux des habitants de leurs pays qui ne sont pas considérés comme des citoyens, Israel a été le seul pays a avoir entretenu des relations denses affectueuses et de confiance de collaboration de tous ordres diplomatiques, économiques, financiers, scientifiques, technologiques et militaires avec l’Afrique du sud du temps de la politique abjecte de discrimination raciale qu’était l’Apartheid.

    Le formatage scientifique et systématique des esprits par une propagande continue à maillage ininterrompu dans tous les secteurs de l’influence sociale et cognitive d’un occident en crise de conscience, malheureusement hypocrite, depuis l’holocauste commis par un auteur clairement identifié.
    Hypocrite, parce qu’il fallait pour réparer justement cet ignoble acte de le faire sur le dos des bourreaux, et dégager un espace en plein allemagne pour être affecté à la nouvelle entité nationale Israel.
    La Palestine n’a rien à voir de près ou de loin avec l’holocauste. La palestine où vivaient en parfaite communion un peuple millénaire avec toutes ses composantes ethniques :, arabes, hébreux et même des européens arrivés par la suite, et religieuses : musulmans, juifs et chrétiens.
    L’antisionisme n’est pas l’antijudaisme ou l’antisémitisme, c’est justement et concrètement de l’ anticolonialisme et de l‘antiracisme.Et qu’il est du devoir de l’humanité (non-hypocrite) de combattre ce dangereux fléau pour la stabilité de la région du proche et moyen-orient que du monde. 
    N’oublions pas qu’Israel a été créé sur fond de grand terrorisme perpétré systématiquement et à grande échelle par la Hagana et d’autres organisations criminelles ; et ça rappelle aujourd’hui les agissements des hordes criminelles islamistes de DAECH. 

    Israel est un pays raciste, colonialiste, et tout comme l’Arabie saoudite, mais en plus soft et subtilité de déploiement d’une modernité institutionnelle de façade, un pays non pas directement mais médiatement théocratique à démocratie oligarchique, où seuls qui sont considérés comme faisant partie du « peuple élu » peuvent prétendre à être dans la gouvernance véritable de ce pays.
    A ce jour, Israel n’est pas un pays démocratique, il est « démocratique » à la manière d’Athènes l’antique. Démocratie entre ceux reconnus libres citoyens d’Athènes, les autres c’est des esclaves ou des métèques à rabaisser pour les seconds au niveau 0 du parking et les premiers au niveau undergroud de l’abîme.

    Israel et ses soutiens parmi les pays qui comptent dans ce monde d’aujourd’hui, ses lobbies en occident et ailleurs font l’impossible pour masquer cet état de fait par une propagande et un matraquage continus envers les opinions publiques.
    Ils utilisent des politiques multimédia structurées et intégrées de conditionnement des esprits et de corruption des élites aux fins de propager qu’Israel est un pays démocratique, qui n’a rien ni avec la discrimination anti-palestinienne et arabe ni avec les politiques de colonisation.
    Dés qu’il s’agit de discuter d’Israel, la grande majorité des medias occidentaux, acquis tout de go à la glorification d’une cause injuste, distillent alors des biais, des fake news et des informations à dribble et feinte, et ce pour toujours masquer à l’opinion publique l’ignominie du grand crime historique, qu’est la création de l’entité sioniste appelée Israel en plein terre palestinienne. 



  • ADEL 22 juillet 22:58

    La statistique dont à besoin l’ingénierie d’aujourd’hui, à savoir du complexe est la statistique non-linéaire.Et là le travail principal est la modélisation ; et celle-ci requiert un travail synergique entre l’utilisateur connaisseur du domaine étudié et le statisticien.Une fois défini les paramètres du modèle qui est une étape fondamentale de formalisation de la problématique, une seconde étape difficile intervient, à savoir la collecte des données à prendre en considération et la délimitation de leur champ d’espace.

    Et ces 2 étapes terminées, l’apport du statisticien devient déterminant en ce sens, qu’en homme de science et d’expérience éprouvée dans les techniques et les pratiques de la statistique, il va choisir la (ou les) méthode(s) d’estimation idoine(s) et efficace(s) compatible(s) avec les paramètres retenus et la qualité de la délimitation de l’espace de données arrêtée .Reste alors la dernière étape qui est le contrôle de précision des estimateurs. Et la boucle de ce travail est rétroactive pour cause d’amélioration continue des solutions.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès