• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

adk

adk

Sur le plan strictement technique, sociologique, je suis un exclu. Mais il y a exclu et exclu. Personnellement j’adore cette existence d’exclu. C’est l’intégration qui me paraît un fait douteux, arbitraire. Difficile de résumer une vie d’exclu bien remplie. Cela ne ressemble pas à grand chose de connu. Chômeur de longue durée, j’ai écrit et diffusé mon propre petit journal Le plumitif philosophe, dans les files de pointage du chômage de Saint-Gilles à Bruxelles, pendant dix ans. Ce journal était tellement mal écrit que beaucoup de gens l’ont trouvé sympa. Les chômeurs cessant de devoir aller pointer, j’ai mis un terme à sa publication. Je continue à faire des investigations. N’arrivant pas à me faire à l’idée que la vérité est impossible à dire, j’essaie d’écrire un livre sur le Congo.
Licencié en Philosophie, à force de ne rien comprendre à la philosophie, je n’ai plus cessé d’en faire.
De fait, je pense qu’une vraie révolution est nécessaire. Je ne vois pas d’autre possibilité. Le problème, ce sont les révolutionnaires, qui n’ont pas compris grand chose à ce problème.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • adk adk 5 septembre 2014 17:46

    L’ONU ne se déploiera jamais là où vous voulez, parce qu’elle n’aurai jamais le mandat de le faire. par contre, elle continuera à soutenir les forces d’invasion, en ne bougeant pas. en n’intervenant pas, mais en empêchant le Congo et les Farc de réagir, sous prétexte d’imposer un statu quo. Cela n’a tout simulent aucun sens. Cela signifie qu’un statu quo n’empêche pas des invasions de se produire. Ce que l’ONU empêche c’est de résister à ces invasions. 




  • adk adk 5 septembre 2014 10:59

    Les sujets qui préoccupent le peuple belge sont ils abordés en profondeur, et les sujets qui préoccupent le peuple français, sont ils abordés en profondeur, et les sujets qui préoccupent le peuple américain… 

    Le Congo qui a un budget de 15 milliards de dollars est en guerre avec le USA qui, dans ce pays, sont à la base, sinon co-responsables d’un génocide, dont toute la puissance de leur propagande et de leur diplomatie sert à nier l’existence, pour forcer la population à travailler pour deux fois rien dans des conditions inhumaines pour ses entreprises. Ce même pays met des millions de noirs en prison aux USA. pour les forcer à travailler également.
    Le budget des USA est de 25000 milliards de dollars.
    Ils sont l’allié des Français qui contrôlent Jeune Afrique et l’essentiel de la presse internationale francophone destinée à l’Afrique. Et qui ont un budget de 2700 milliards environ.

    Voilà le sujet qui préoccupe les Congolais. Et pas seulement les Congolais. Beaucoup d’Américains, de Belges et de Français aussi. Et le fait que leur pays intervient constamment en Afrique de toutes sortes de façons. Comme si les dirigeants Congolais intervenaient aux U.S.A., en belgique ou en France, et s’occupaient tout régenter dans ces pays.
    Mais les gouvernements belge, français et américain s’en moquent et se servent d’un tas de gens qui sont bien contents de pouvoir vendre leur cerveau et leur âme pour se tailler une petite réputation dans le lanterneau du petit monde du journalisme ou des intellectuels en vue dans ce monde de misère et de chômage pour publier des démentis et pour parler d’autre chose, en particulier pour critiquer les dirigeants congolais et autres dans les médias qui se moquent du monde également.
    Au lieu de tenir compte de ces préoccupations, les gouvernements belges, américain et français et autres, poursuivent la même stratégie génocidaire comme à la fin du 19ème siècle quand ils massacraient des Philippins, des Congolais déjà et bien d’autres, massivement, dans le but d’exploiter leur force de travail, en se moquant du monde, s’imaginant être au dessus de tous les règles existantes et n’avoir de compte à rendre à personne, alors que tous ont soi-disant des comptes à leur rendre..
    Exiger d’une multitude de gouvernements pris à la gorge de toutes les façons de rendre des comptes, voilà ce que ces fameux démocrates croient bon de faire depuis des lustres.. 

    Recommander à l’ONU de surveiller la frontière Est du Congo voilà bien le plus grand manque de préoccupation, et la pire inconséquence, menaçant l’existence et l’intégrité du Congo. Comme son président, la seule chose à espérer, et à demander, à faire valoir, c’est le départ de l’ONU, qui, depuis des décennies sert les intérêts des transnationales, soutient parfois ouvertement les mouvements génocidaires et criminels téléguidés par les puissances susdites qui s’en prennent à la population, couvre leurs exactions, désarmant les groupes d’autodéfense de cette dernière, et sert à critiquer les dirigeants congolais. C’est aussi une plus grande indépendance des FARDC et un meilleur soutien à cette armée.

    Je ne peux que déplorer le soutien apporté à cette stratégie néocoloniale par une partie de la diaspora congolaise. 



  • adk adk 28 novembre 2006 19:57

    sur un plan théorique, on pourrait peut-être se servir de la législation et attaquer Clearstream et les accusateurs de D. R. pour association de malfaiteurs. d’autre part, à condition d’être capable de défendre le point de vue qu l’état, c’est toi, c’est moi, c’est tout le monde, on pourrait même se servir de la législation antiterroriste. au fond, ces gens vident l’état de sa substance... ce n’est qu’une idée.



  • adk adk 28 novembre 2006 19:35

    vingt ans, que dis-je trente ans que j’écris en moyenne cinq heures par jour, souvent dix et parfois quinze. à force, on découvre des trucs, des manières de faire, on attrape parfois un tour de main, comme on dit. mais certains sujets restent hors de notre portée. ils échappent à notre maîtrise pour toutes sortes de raisons. ainsi dire que le juge Bruguère s’efforce de déstabiliser un état dont la population vient de vivre un génocide, non seulement pour protéger des criminels, mais pour leur permettre d’en organiser un autre, dans un autre état dont la population vient d’en vivre un également, ne sert pas à grand chose. la vérité est du côté des gros moyens matériels et financiers, des gouvernements qui ont une flotte et des avions. pourtant c’est la vérité. sur le strict plan de la vérité, le juge Bruguère est un affabulateur de grand talent. la sorte de puzzle qui nous est offert par Denis R., s’appuie expressément sur des récits qui font état de faits concrets. une telle construction nécessite un rapport extrêmement maîtrisé à l’écriture. chaque récit éclaire l’autre, et les trois récits ensemble forment bien plus que la sommation de faits comme telle qu’ils racontent. le lecteur qui n’a pas le cerveau ravagé par des préjugés trouvera même du plaisir à le lire.

    je n’ai plus le courage de mettre des majuscules.







Palmarès