• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Adrien

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Adrien 20 novembre 2007 23:32

    Vous êtes très consensuel, Neos.

    Vous regrettez - comme moi et beaucoup de membres d’agoravox - le déficit démocratique béant de l’Union européenne et vous déplorez de même le (dés)intérêt (car en réalité ils ont un intérêt à cela !) des représentants des peuples européens de cette question, alors même qu’ils sont les délégataires de la souveraineté des nations composant l’Union européenne.

    Pourtant, vous continuez à croire en elle alors qu’elle nous prive de souveraineté. Je ne vous comprends pas.

    L’Europe comme une démocratie « véritable », oui. Comme un gouvernement oligarchique (la technocratie) non. C’est pourtant ce qu’elle est.

    Vous croyez peut-être qu’on est obligé de passer par un état transitoire avant d’instaurer une véritable démocratie à l’échelle de l’Europe.

    Mais faire cela, c’est comme signer un chèque en blanc. Qui vous garantit que le(s) peuple(s) retrouveront leur souveraineté ?

    Rien. Nous aimerions le croire, les croire, mais en réalité : rien.


  • Adrien 20 novembre 2007 21:52

    @l’auteur

    Vous voulez vendre du rêve européen et de la démocratie transnationale en (dis)qualifiant tout attachement à la nation de nationalisme. Le nationalisme est un fanatisme, c’est vrai. Mais la Nation a beau ne pas être une idée « modernisée » par les discours des eurocrates et la propaganda médiatique , elle est une réalité. Elle est assimilable au peuple, comme source de l’autorité politique souveraine. Elle est la base de la démocratie.

    L’Europe que vous nous vendez, transnationale, ne respecte même pas la séparation des pouvoirs ( pouvoir d’adoption législatif appartenant au Conseil des ministres, qui n’est autre que l’émanation des exécutifs nationaux qui executeront les actes qu’ils ont eut même voté, pouvoir de proposition legislatif appartenant à une commission d’« experts » non élus, juges de la Cour « suprême » de justice européenne nommés par les exécutifs nationaux et indéfiniment renouvelables, parlement fantôche, etc).

    Avec votre idéologie technocratique, vous légitimez le viol du libre droit des peuples à disposer d’eux même. Vous les mettez sous tutelle. Pour moi, vous êtes loin de véhiculer une pensée démocrate quoique vous en disiez.

    Cela ne date pas d’hier, toute votre argumentation, Jean Monnet tenait la même. Mais ce père de l’Europe n’a jamais eu que faire de la souveraineté nationale.

    Une europe démocratique est possible, mais ce n’est certainement pas la voie qui est prise.

    Votre avis est me semble t il fort emblématique de celle des « élites eurocratiques » dominantes, qui pensent que les peuples sont ignares et qu’il faut tout faire à leur place pour leur bonheur. Mais en tenant des positions pareilles, vous n’êtes plus démocrates.

    Désolé d’avoir tenu ce ton courroucé, mais je ne peux pas vous laisser nous usurper notre souveraineté en tentant de nous persuader que vous faites le bien.

     smiley


  • Adrien 18 novembre 2007 21:32

    Il y a beaucoup trop de liquidités dans l’économie, trop d’argent en circulation sur les marchés financiers, et surtout sur les marchés « de dérivés ».

    Les chiffres sont à faire tourner la tête : le PIB mondial est de 48 000 milliards de dollars (http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_GDP_(nominal), mais l’argent en circulation sur les marchés dérivés était de 415 000 milliards de dollars (source banque des réglements internationaux : http://www.bis.org/statistics/otcder/dt1920a.pdf). La sphère des dérivés reprèsente en monnaie 8 fois celle de l’économie réelle mondiale !

    Il y a manifestement une bulle spéculative gigantissime sur les produits dérivés (Swaps, options, Warrants, etc.) qui n’a pas encore explosé, et qui aurait pu explosé durant la crise du subprime par le biais du marché des « dérivés de crédit » , lesquels étaient à court de liquidité, et heureusement pour ceux qui les géraient, banques et autres fonds d’investissements, les banques centrales ont injecté des liquidités s’élévant à des centaines de milliards d’euros pour leur venir en aide.

    Pour ceux qui sont sur ces marchés à terme, (comme l’auteur de l’article sans doute), une hausse des taux d’intérêt est tout sauf une bonne nouvelle. Puisqu’ils spéculent sur la valeur des taux d’intérêt, les taux de change et que cela nuit à leurs ancitipations.

    Je ne suis qu’un simple citoyen, mais je pense que l’auteur de l’article prêche pour sa paroisse, celle qui tire le plus parti de ses marchés de dérivés. A moins que vous ne me prouviez le contraire.

    Les hausses des taux d’intêret sont nécéssaires - au moins pour quelques années - pour réduire les liquidités dans l’économie.

    Mais ce ne sera pas facile. Le marché « SWAPS des taux d’intérêt » (lieu ou l’on s’échange du taux d’intérêt pour se prémunir d’une hausse des taux des banques centrales ou pour spéculer sur ceux ci) est dirigé par un oligopole d’investisseurs institutionnels (les plus grandes banques du monde). Ces derniers peuvent influencer les cours des taux SWAPS dans leurs intérêts (voir le livre : le Mur de l’Argent de François Morin).

    Les banques centrales (FED et BCE) ont des marges de manoeuvre plus réduites qu’elles ne le laissent croire.


  • Adrien 5 novembre 2007 22:01

    Pierre C,

    Je suis d’accord avec vous conçernant les députés. Qu’ils aient grâce à la procédure de co-décision étendue à de nouveaux domaines, un rôle plus important, j’en suis convaincu.

    Mais, pardonnez-moi, je regrette, je crois que ce n’est pas l’essentiel.

    Vous considerez qu’il faut passer inévitablement par cette étape de transition, où les éxécutifs nationaux réunis en conseil ont la quasi-totalité du pouvoir législatif tandis que le Parlement (qui a l’origine de l’Union n’était qu’une assemblée consultative) s’émancipera peu à peu et bénéficiera à terme du pouvoir législatif, qui devrait lui être échu légitimement . Je comprends bien ce point de vue, il fut le mien, mais je crois que c’est un pari trop risqué. Rien n’indique que cela se passera ainsi.

    Quant aux juges, les exécutifs les nomment et ils sont renouvelables indéfiniment. C’est catastrophique ! Ne le voyez vous pas ? Le pouvoir judiciaire à l’échelle européenne est dépéndant des éxécutifs nationaux !

    Je ne suis pas souverainiste, mais je crois dans la souveraineté de la Nation. Et je crois que c’est au(x) peuple(s) de décider de leur avenir, par la voie du référendum. En effet, les parlements nationaux ne sont que les dépositaires de la souveraineté nationale. Ils en sont en quelque sorte les « locataires », elle ne leur appartient pas. Ils ne peuvent pas décider de la céder à notre place. Avez vous déjà vu un locataire vendre la maison qu’il occupe ?

    PierreC, excusez-moi, je ne souhaite aucunement vous agresser, et la construction d’une démocratie européenne est un rêve que je partage, mais j’ai bien peur que telle qu’est faite l’Union européenne, elle soit un miroir aux allouettes.

    Et je ne parle même pas de la concurrence libre et non faussée, qui par la libéralisation des services va nous mettre tous en concurrence les uns les autres... smiley


  • Adrien 5 novembre 2007 21:45

    J’ai commis un lapsus, quand j’écrivais « Conseil de l’Europe », je parlais du « Conseil des ministres ». Le Conseil de l’Europe, c’est une institution tout à fait hors de l’Union Européenne :) Désolé. smiley







Palmarès