• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ajax421

gérant d'entreprise

Tableau de bord

  • Premier article le 29/06/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 2 69
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Ajax421 3 août 2009 19:35

    il y a quelqu’un ? ouh ouh, ohé...
    bon, je crois que le débat est clos...



  • Ajax421 23 juillet 2009 22:14

    Suite aux réactions de mon article, réponse aux messages.
    Mais qui veut défendre les pervers ???

    VOIR EN LIGNE :
    Texte
    Bonjour et merci à tous
     
    Je m’attendais à quelques réactions, je n’ai pas été déçu. Zen ne l’est pas tant que ça. Cette réaction « j’ai même entendu des parents appeler « pervers » un instit qui faisait travailler leur enfant en exigeant un minimum de tenue et d’attention en classe…Mais où va-t-on ?! » est un peu courte. Bien sûr ça n’a rien à voir avec ce que je dis dans mon papier sans prétention, mais peu importe, comme le dit un autre, mais à mon sujet, même si ce n’est pas très clair, crachez, il en restera toujours quelques chose. Plancher des vaches, lui a mieux choisi son pseudo qui trouve que la remarque de Zen est « bien vue »… 
    Zen reparle en fin de discussion, oui, il y a des pervers dans l’enseignement, « Des gens indignes d’enseigner, j’en ai connu aussi, de plus près que vous-même Comme j’ai connu des médecins indignes d’exercer, des patrons-voyous ». On s’en fout des patrons voyous DANS CETTE DISCUSSION. Bien sûr qu’il y a des patrons voyous… des flics ripous, c’est la principale « excuse » qui revient dans toute la discussion. C’est extraordinaire, ça, ça veut dire quoi au fond ??? que comme chez les paras, on a droit a un taux de casse ? (il parait d’ailleurs que c’est une légende)… Je hais les patrons voyous, les flics ripous, les banquiers qui nous piquent notre blé et s’en foutent plein les poches, au lieu de nous aider à financer nos entreprises, il financent leurs bateaux et leurs villas dans les iles.
     
    le Gus, je vous assure que je ne suis pas gérant d’une société de soutien scolaire. Je n’en ai pas les compétences. Je fais dans l’artisanat, le bois, mais peu importe. Là non plus ce n’est pas le sujet. On tente de noyer le poisson, c’est tout, c’est un peu juste. 
     
    John McLane, lui, trouve que le sujet devrait être traité plus sérieusement, je suis bien d’accord. Je n’avais pas l’impression de passer un examen ou de faire une thèse. Cela s’appelle un témoignage. S’il s’agit de lapalissades, cela veut dire qu’on est d’accord, qui ne serait pas d’accord avec des lapalissades ? Je ne vois pas ce que le nouveau Détective vient faire ici. Je n’ai pas fait d’enquête, j’ai vécu de près quelques événements, et je les raconte, et ça à l’air de provoquer plus de réactions d’enfants coléreux que de discussions entre adultes, d’accord ou pas d’accord, avec arguments. Qu’on m’explique pourquoi l’EN a tant de mal a faire le ménage avec un TOUT PETIT nombre d’enseignants qui seraient mieux ailleurs.
     
    Léon, … « Tu parles... Toute fonction d’autorité comporte des risques : celle de supérieur hiérarchique, de parent, de prof, de juge, de policier. » Je suis totalement d’accord. Et alors ? est-ce que vous trouvez normal que des flics soient ripoux, que des juges soient véreux ? ben oui, chef c’est normal, il y a des dégâts collatéraux … c’est certainement vrai qu’il y a des brebis galeuses ailleurs qu’à l’éducation nationale, je ne pense pas que ça excuse, ni les enseignants en question, ni l’attitude de l’institution ni les autres brebis qui couvrent leurs collègues ou subordonnés.
     
    Le Joker répond à Léon « Léon les profs sont aussi des parents ;-P Souffrent-ils d’une double tare ». Je n’ai pas parlé de profs. Mais je connais des profs qui changent aussi leurs enfants d’école, pour qu’il ne subisse pas un enseignant en particulier dont ils connaissent bien les méthodes …et les résultats. Bien sûr que les profs sont aussi des parents, et qu’ils subissent aussi l’école, mais ils connaissent mieux le système que les autres, et peuvent d’avantage protéger leurs gosses quand ils sont en difficultés relationnelles avec un enseignant, et je veux m’en tenir à ce seul problème.
     
    Proto me somme de donner mes sources sur le pourcentage de personnes atteintes de perversité. Je pourrais lui demandé des sources qui disent le contraire, mais ce n’est pas le cœur du débat. Mettez 0,1% si vous voulez, ça ne change rien pour l’enfant qui en est la victime. J’ai mis ce chiffre « moins de 1% » pour dire que je pense que le % est très faible, et d’ailleurs le problème devrait d’autant plus facilement être résolu… Mais peut être que Proto a des sources qui montrent le contraire ? il y aurait PLUS de 1% de pervers dans la population ? eh bien, il est encore plus pessimiste que moi…
     
    « très brouillon. Un sujet qui nécessite d’être traité sérieusement. » ça, ça sent à plein nez l’appréciation d’enseignant. Je l’accepte. J’espère que Lapa fera mieux que moi, une étude claire et documentée du problème. Je me contentais, comme le titre l’indique, de lancer un SOS. Je suppose qu’il corrigera mes fautes d’orthographe dans ce papier.
     
    « Oui sujet traité de façon délirante » dit Nephilim. Encore un prof qui se croit devant une copie ? Et il continue « et encore je me pose meme la question de la veracité, je vois bien Ajax avoir ses momes dans le Privé (s’il en a des momes) et se taper un petit delire de demonte du service public et plus precisement de l’ecole Publique ; du type :« ya tout plein de vilain pervers dans les ecoles » soyez vigilant...................bref ca fait pitier ce type d’article.Tiens Ajax de quoi alimenter tes delires looooooool
    Il paraitrait meme que des profs se drogue devant les enfants et meme que d’autres s’enfilent les uns apres les autres pour expliquer les cours de sexualités ; vite au secour !!à l’aide !! si qq’ un a des infos qu’il me les fasse passer. »
    Bon, s’il y en un qui fume la moquette, on sait qui c’est… je n’ai jamais parlé de chose comme ça, là, c’est du délire névrotique, pas de la perversité… Au fait, à part le cas où je n’avais pas le choix, tous mes enfants vont à l’école publique. Si, si… ça alors, ça change quoi ? sur le privé, je ne connais pas bien. J’ai asse apprécié le travail d’équipe d’après ce que j’ai pu voir, par contre, ma fille ne supportait absolument pas les gosses hyper bourgeois qui la fréquentait, et j’ai bien compris de quoi elle parlait quand j’ai assisté à une réunion de PE. Lol, vraiment.
     
    Le chat fait avancer le débat, en parlant de profs qui rentrent en cours la peur au ventre. Tout à fait d’accord. On a fait un système où les victimes sont des deux cotés, ok, mais est ce qu’on est dans un système « œil pour œil », un enfant détruit pour un prof déprimé ? vive l’équilibre ? le fait qu’il y ait autant de victimes profs qu’enfants, ça vous soulage ? Pas moi, loin de là.
     
    Poilagratter, salut. Je passerai sur les insultes. On est d’accord. Autant pour le fait qu’il vaut mieux prendre un coup de gueule ou une baffe, oui, ça peut partir, ça m’est arrivé avec mes enfants, je sais qu’il ne faut pas, je m’en suis voulu après, ça à du leur arriver 2 fois chacun, maximum. « Bien sûr que j’ai parfois eu des mots vifs ou moqueurs pour les enfants, mais jamais méprisants. » Tout est là, on n’est pas dans la perversité, on est dans un système d’éducation normale, ou ça frictionne de temps en temps, comme s’engueuler au boulot sur un point précis ne fait pas de vous un pervers. Mais 0 mépris. Voilà. Je pense par ailleurs que la diminution du nombre d’enseignant, la suppression des RASED, c’est une catastrophe. Bien sûr, comme cette idée idiote de mettre des caméras, ou des portiques pour détecter les armes, on y viendra, et c’est une CATASTROPHE. J’ai été pion, en internat et en externat, pour payer mes études. Rien ne peut remplacer un pion qui fait bien son boulot, voit s’il y a des petits trafics, des souffre douleurs, des quarantaines, des gens extérieurs à l’établissement. RIEN. Mais ne confondons pas tout, je ne parle pas de l’ensemble des problèmes de l’éducation nationale. Justes des enseignants qui prennent leur pied à faire souffrir des gosses et qui n’ont rien à faire à l’EN et qu’on ne sait pas, on ne veut pas retirer, quoi que vous en disiez. Vous savez qu’on cherche des directeurs d’école ? Quand on en a trouvé un, vous pensez qu’on va le jeter parce qu’il est « un peu » pervers ?
    Vous me rappelez Pasqua, de sinistre mémoire, qui a déclaré un jour « il n’y a pas plus de gens malhonnêtes dans la police qu’ailleurs » (je n’ai pas la source, je sais, mais je me le rappelle) en disant « Bien sûr que chez nous il y a, comme ailleurs, des tordus ». Je suis désolé, ce n’est pas normal. Comme dans la police, ce n’est pas normal qu’il y ait des voyous…
     
    Minidou, permettez moi de ne pas être d’accord avec vous. « Face à tout cela les tenants d’un retour à une autorité mythique d’un coté, de l’autre ceux d’une école à la carte inconciliable avec l’idéal d’instruction de masse » Je ne parle pas de solution pour l’école, je parle de l’éviction du système des pervers en contacts avec les enfants… c’est pas pareil, je ne sais pas quelle est la solution pour l’école, je dis qu’on n’arrête pas de parler de harcèlement moral dans l’entreprise, à juste titre, c’est inadmissible, mais ce serait admissible lorsqu’il s’agit d’un enseignant face à un enfant ? C’est la SEULE question que je voulais aborder, maladroitement et sans sources scientifiques.
    Lisa Sion 2 trouve que tout va bien, finalement à l’école « La vague de suicide en entreprise témoigne s’il en est du degré de harcèlement que subissent les plus dévoués ouvriers au dos rond, face à 1 seul % de vicieux pervers monsieur tout le monde. ». Et alors, parce qu’il y a des suicides en entreprise, c’est normal qu’il y en ait à l’école ? Vous connaissez le taux de suicides parmi les ado ? Certes, ce sont souvent des appels au secours, ça vient pas que de l’école, loin de là, mais il y a beaucoup de récidives, et ça peut se terminent par la mort, certains y arrivent. Plus 50 000 tentatives par an, c’est la 2ème source de mortalité chez les 15 -24 ans, après les accidents de la route, et on nous fait plus chier la-dessus que sur le suicide de nos enfants qui me parait infiniment plus grave (source DRES). Vous ne croyez pas qu’il y a un malaise ? Et dois-je le préciser, je ne suis pas un défenseur de l’entreprise privée y compris folle comme il y en a de plus en plus. Asinus, son pseudo lui va pas mal, n’a pas lu votre message, il se serait évité le sien.
    Logo 22 Encore un intellectuel sans doute « crachez crachez salissez il en restera toujours quelques chose tous pourris hein ? c’est ça ? les gérants d’entreprises sont tous exemplaires n’est ce pas ? aucun ne se risquerait à humilier.... ben voyons ! » et voila le tour de passe passe. Je parle au départ de « moins de 1% de la population » d’enseignants, comme de toute population et à l’arrivé, c’est devenu « tous pourris ». ben voyons, c’est le cas de le dire… Bien sûr qu’il y a autant de pervers chez les chefs d’entreprise, encore une fois, c’est pas le problème ici. Ca me rappelle quand mon père critiquait le Chili, du temps de Pinochet, et qu’on lui répondait « les communistes font pire au goulag »…
    Jujubes déplore que les parents demandent une entrevue à l’inspecteur… mais que fallait il faire ? Des tentatives de raisonner l’enseignant, il y en a eu bien sûr, oralement, seul, en groupe, par ses collègues… mais vous avez vraiment tenté de parler à un vrai PERVERS ? vous savez ce que c’est ? bien sûr qu’il faut commencer par parler, je vous garantis que ça a été fait. Mais après, quand ça retombe sur votre gosse, et que ça ne change rien, vous faites quoi ? Regardez un dictionnaire de psychiatrie, la conduite à tenir face à un pervers, lisez le bouquin de Marie-France Hirigoyen, le harcèlement moral au quotidien. Je ne pense pas que vous vous reconnaîtrez dans le portrait qu’elle fait du pervers…
    Abgeschiedenheit là, plus rien à dire, les bras m’en tombe… que fait le modérateur ???
    Retour de Zen : Je ne suis pas tendre vis à vis de l’institution et j’essaie de remettre le problème en situation cuturelle et politique C’est toute une histoire qui remonte aux années 70 et à la réforme Haby Une histoire à faire J’ai été souvent confronté à l’exacerbation agressive de parent qui n’admettaient pas que l’on impose des contraintes sociales et scolaires à leurs enfants et qui prenaient toute sanction légitime comme une agression-humiliation personnelle ». Quel changement de ton. Là, on est d’accord, sauf que l’histoire a été faite (par exemple http://michel.delord.free.fr/ une vraie mine d’or). Et elle va toujours dans le mauvais sens, on est d’accord. Fallait commencer par là.
    Léon, c’est lourd…. « Au-delà de quelques cas réels rarissimes qui peuvent effectivement poser de sérieux problèmes, l’essentiel des ces gémissements consiste à reporter sur les profs les carences éducatives dont les parents sont les premiers responsables », vous devriez faire de la psychothérapie je suis sûr en plus que ça rapporte plus que l’enseignement. C’est trop facile, les parents qui disent c’est la faute au prof, et les profs, c’est la faute aux parents… quand est ce qu’on arrête cette guerre des boutons ? En tous cas je faire le prof moi aussi en marquant « en progrès » on reconnaît « quelques cas réels rarissimes qui peuvent effectivement poser de sérieux problèmes » on est tout à fait d’accord. C’est tout ce que j’ai dit, en l’illustrant.
    Saxophone pour la fin… Je cite « si je comprend le désarroi d’un parent devant « l’incompétence pervers » de rares enseignants, de mon expérience j’ai rarement et je dirai même jamais constaté que « l’institution couvrait ces enseignants pervers » je dirai même que trop souvent elle tendance à la « lâcher » pour éviter les vagues médiatiques (je citerai tout simplement quelque cas que vous avez peut être en mémoire d’instit soupçonnés de « pédophilie » et qu’après enquête cela c’est révéler faux ...mais trop tard pour le présumé coupable ...Qui entre temps c’était suicidé....ou trop tard pour l’équilibre psychologique du suspecté....car on ne se relève jamais d’un telle accusation....surtout quant elle est fausse).... Le courage n’est jamais la caractéristique des organisations, l’EN en est un bon exemple. Mais si ce malheureux instit dont je me souviens bien était innocents, on a tous d’autres exemples à citer. J’en connais un (dans l’académie de Bordeaux) qui, à la suite d’une enquête, a été obliger d’admettre les faits de pédophilie. Il a été… déplacé. C’est tout. C’était il y a 15 ans. Et encore une fois, je n’ai jamais parlé de pédophilie dans mon papier, juste de petite perversité quotidienne…Et je suis pour que l’institution « lâche » les VRAIS coupables ; On a assez reproché aux évêques de ne pas l’avoir fait.
    Je n’ai pas cité tout le monde, les critiques sont assez répétitives. Merci à ceux qui m’on soutenu, Peepo, Traroth, André, Massaliote, Homosapiens, Oncle Archibald, Annie, Savouret, j’ai bien cru un moment être tout seul, et j’étais assez effondré par l’absence de nuance dans le propos, c’est pour ça que je ne réagissais pas. Je trouve réellement que ça a fait avancer le débat. J’en veux pour preuve les derniers messages de Zen (quelle évolution) et de Léon.
    P.-S.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Enseignement






Palmarès