• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Al de Bx

Al de Bx

Vice-Président d’Alternative Libérale
Co-Directeur de l’Université Libérale

Membre respo d’Alternative libérale, à la députation juin 2007 (33-05)
chef d’entreprise
Economie-Philosophie-Sociologie-Liberté-Libéralisme éthique grand angle-Humanisme-Exobioécologie-Politique-Ethnologie
Ecrivain, essayiste, poète et peintre
Faisons ensemble la liberté, la Liberté fera le reste ; pour un esprit libre
Libéral, ni socialiste, ni conservateur, je prône une socièté de liberté, une démocratie véritable, une justice au service des citoyens et une prospérité partagée.
Libéral-fédérateur
Bien librement vôtre,

Tableau de bord

  • Premier article le 24/09/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 7 45
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Al de Bx Al de Bx 26 septembre 2008 00:43

    Interscope bonjour, comme je l’expliquais sur un commentaire plus haut en réponse à Foufouille, une entreprise nait, mais meurt, tout comme nous l’essentiel c’est de pouvoir la faire vivre le plus longtemps pour ce faire le chef d’entreprise (arrivé comme tel, car il faut un bon moment...) doit être le premier vendeur de celle-ci. Par ailleurs il peut aussi la vendre, et l’intèrêt, il la vend au moment ou elle est forte (en général, concerne les PME). Pour le reste il y a entreprise et entreprise, car la fourchette d’activités est énorme, vous ne pouvez pas comparer un gars qui fait des pizza dans un combi, avec un gars qui fait du développement de logiciel..etc. et pourtant ils peuvent foirés tous les deux, je suis assez d’accord sur le cliché de confondre caisse et portefeuille, cela dur qu’un temps, surtout depuis dix ans, l’ expert-comptable intervient assez rapidement pour ce trop rapide embourgeoisement, mais l’homme et son besoin d’estime (selon la pyramide de Maslow). Dans les années fin 70, j’en ais vu avec des cartes de visite de PDG s’octroyant des émoluments conséquents. Si c’est pour prétendre à une évolution rapide, du boost ok, mais si c’est pour le paraître, cela ne dure. Mais encore une fois chacun est libre de ses choix, de son investissement dans le respect d’autrui (le problème est plus délicat quand celui -ci a du personnel, impliqué)
    Question motivation , vous avez raison, tout est dans l’art du management, et là il y a plusieurs écoles. Le manager (que je suis d’ailleurs, été) sera toujours le responsable du comportement général de ses salariés, et surtout de ses cadres et dirigeants, qui doivent si délégation de pouvoir suivre la philosophie du manager, parfois décidé en commun. Ce dernier supervisant sa maîtrise, ses cadres.



  • Al de Bx Al de Bx 26 septembre 2008 00:09

    Je pense pas qu’il faille en faire généralité, certes il y a des gens patrons, mais aussi employés qui sont plus dans une orientation populiste, plutôt sectaire, dire qu’ils sont de droite, sans doute, pour moi ce sont des conservateurs, et ils sont des deux co^tés. Il était plus interessant dans un temps déjà bien reculé de voir les chefs d’entreprises (non des patrons) et des ouvriers se respecter , se dire bonjour, manger ensemble, s’engueler quand il le fallait....Mais c’était un autre temps beaucoup moins populiste mais plus populaire. Notre VIP Nicolas, l’avait bien compris au moment des présidentielles, c’est le vote populiste qui lui a fait pencher la balance, les communistes s’en sont trouvés quelque peu étonné.



  • Al de Bx Al de Bx 25 septembre 2008 23:56

    Merci Foufouille de tes commentaires, la mode bof, oui tant mieux c’est le marché du moment, mais que l’idée soit simpliste ou géniale et entre les deux il y a beaucoup, une entreprise naît, mais meurt, ce dont pas mal de gens ne comprennent pas toujours, car en simplifiant les choses comme tu l’énonce clairement, il y a des phénomènes de mode (encore que tout est relatif, puisque que là on se dirige sur des sociètés de service, un manque cruel en France d’ailleurs).
    La notion du prix excessif est aussi une notion du marché, de la concurrence, de l’offre et de la demande ; mais cela peut être révisable si le patron est assez intelligent pour le faire, et il doit car autrement il ne peut continuer guère longtemps son activité.
    Tu reviens sur l’artisan, certes tu as raison, mais s’il y avait une plus grande libre concurrence soit que l’artisanat se soit densifié sur tous les secteurs, c’est à dire plus d’artisans, cela permettrait, et de part le client de faire son choix, et par conséquence écarter les brebis galeuses, les prix en seraient aussi diminués, soit tout bénef pour le client et satisfait. Cela est aussi valable pour n’importe quelle entreprise, la libre concurrence maîtrisée sans privilège de toutes sortes (corruption, Etat, aides, Subv...) c’est la Liberté retrouvée pour tous ; Le prix se régule automatiquement avec cet état de fait, aussi n’oublions pas l’homme, ses qualités professionnelles et relationnelles (contact/clients).
    En ce qui concerne l’insertion, bravo je l’avais pas soupçonné, mais qu’il prend le marché je n’en suis pas si sûr, mais se serait noble que cela puisse se faire humainement pour des personnes qui n’ont pas eut la chance, la maturité de réussir, ou tout simplement reçu d’éducation et formation adéquate. Pour ce faire notre socièté devrait les former beaucoup mieux et c’est pas l’Etat uniquement qui puisse le faire, de nos jours, c’est parfois de la grande supercherie de leur faire croire qu’ils ont un boulot et une compétence , mal géré c’est une nouvelle trappe à la pauvreté, il faut y faire très attention.



  • Al de Bx Al de Bx 24 septembre 2008 17:18

    @ Capt’ain Haddock, ici c’est Tintin, non je plaisante, un peu de modération, je comprends votre humeur, mais revenons tous d’ailleurs sur ce délicat sujet, sur cette sorte d’injustice sociale, rentrée dans les moeurs depuis déjà beaucoup de génération. En effet quand on est chef d’entreprise, créateurs de richesse et d’emploi, nous sommes perçus comme des exploiteurs, des voleurs, cela est très dommageable pour la confiance, beaucoup de gens confondent aussi en économie ( à l’école les bases de l’éco n’est pas étudiées ou très orientées) le capitalisme et le mercantilisme (celui auquel nous vivons avec les subprimes) Bon courage et merci de vos commentaires mais revenons si vous le voulez bien sur cet article svp.



  • Al de Bx Al de Bx 24 septembre 2008 16:54

    @tss, la réaction courtoise que vous avez avec Haddock semble quelque peu partisane, c’est votre droit. Cependant avec des contractictions, comment se fait-il que votre père ne fréquentait pas ce milieu et vous enfant/ado...encore moins je présume, vous puissiez écrire par la suite que "la mentalité du milieu...trop à droite"
    n’est-ce pas là un préjugé, encore une fois chacun est libre de pensée, mais ne doit en aucun cas juger ou en donner le cliché d’une profession sur une tendance de tel ou tel positionnement ? et "qu’en définitive vous en connaissez bien le dit milieu" c’est ce dont vous subodorez. Des patrons, chef, prof lib. artisan...il y a des bons et des moins bons, et puisque vous susurrez le terme de clivage droite ou gauche, ils y en a de tous les bords. Là n’est pas la question. Ayez le parti pris de la Liberté, l’esprit ouvert et non un parti pris lié à la pensée unique d’un autre siècle. De nos jours le socialisme évolue ou plutôt le socialiste évolu. A bien des articles même des leaders s’entrouvent à la porte du libéralisme politique, tels Delanoé, Bockel, Attali, etc. Exprimez votre désir de liberté propre et non celle apparentée en une forme collectiviste.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Société






Palmarès