• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Alditas

Alditas

 Bonjour !
 Je suis né le 19 Janvier 1946 au Douar d’EL-MAIN(Bibans) - Départ.de Constantine et me nomme : AMAROUCHE Larbi dit Ahmed Salah ben Belkacem dit Kassa ben Lakhdar et de Chékerker Hadjila bent Slimane.
 J’avais été inscrit simultanément à l’école coranique de la Mosquée du Vendredi et à celle publique en langue française, le 01 Octobre 1952 en classe de 1ère et passe à celle de 2ème en 1954. Mes études étaient suspendues aprés que le siège de cette école se transforme en poste militaire.
 Le 01 Octobre 1957 je reprends le chemin de l’école jusqu’à l’obtention de mon CEPE le 13 Avril 1961.
 Le 15 Novembre 1965 j’étais recruté comme Moniteur hors-cadre à cette même école jusqu’au 05 Juillet 1966 fête de la jeunesse en guise de symbole pour prendre les vacances.
 Le 04 Séptembre 1967, j’étais admis à suivre un stage de commis-comptables au CFPA de Médéa et le réussis pour en être affécté le 26 Février 1968 à la CAM Méradi Lakhdar de BBA. J’obtiens une mutation au domaine autonome Boudiaf Abdelhafid le mois de Mars 1971 que je quitte le 31 Décembre 1972 pour être affécté à la CACG de BBA le 02 Janvier 1973 jusqu’au 03 Avril 1977.
 Je m’inscris au CNEC de Lyon en 1975 et obtiens mon CAP d’Aide-Comptable le 20 Mai 1982.
 Recruté à la BNA et démissionne le 30 Avril 1982 pour être recruté à la Saa le 02 Mai 1982 comme Rédacteur jusqu’au 15 Séptembre 1985. Le 20 du même mois, je fus réintégré à la BNA jusqu’au 15 Décembre 1988 pour aller travailler ensuite chez des comptables privés que sont Méssieurs Haddad et Saci. A nouveau, je retourne à la BNA jusqu’à ma prise de retraite le 01 Mars 2006.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 8 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Alditas Alditas 12 novembre 2008 08:34

     Bonjour !

     Ce que dit Monsieur Jacques ATTALI en commençant par une restrospéctive pour parler d’actualité avec ses projections sur l’avenir à quelques excéptions près peut être interprêté comme étant une vraie réalité vécue au quotidien.

     Seulement, il arrive qu’une critique formulée sur telle ou telle chose, tel ou tel sujet, lui en donne une certaine crédibilité pour s’installer. Effet boule de neige ou course au pouvoir oblige.

     Comme étude de cas par exemple, saisissons comme sujet : lutte contre les nuisances et les constructions anarchiques autour d’un village ou d’une ville. Eh bien ce phènomène finit par se faire à l’intérieur même d’une agglomération. Dans ce cas de figure favorisant l’intérêt des uns au détriment de la tranquillité des autres, sur quelle base sera-t-elle faite la vie en société ?

     La lutte contre le gaspillage : même chose. Démolir et refaire ce qui avait étè déjà réalisé pécédemmment. Le passage alternatif d’un système à un autre élimine-t-il le souci de prévention et de planification ? Que dire de la justice sociale ? Que veut signifier le terme : balancer et équilibrer un compte ?

     Dans ses interventions sur France 24, je suis Monsieur Jacques ATTALI qui parle à nous le public de télè-spéctateurs des neuf coeurs de l’humanité. Pas plus qu’avant hier seulement, en soulevant la question : " quelle leçon tirer du passé et du présent pour l’avenir ?," je lis un texte relatif à la récupération de tout par le coeur que je n’avais pu noter, compte tenu de la rapidité de la diffusion et que je ne retrouve pas dans le résumé de son livre ci-haut. Ce que je regrette beaucoup pour ma propre mémorisation car vraiment, c’est trés instructif et cultivant à la fois.

     Je propose donc à Agora Vox de faire jonction avec France 24 pour récupérer tout ça et le réécrire sur cette page consultable à tout moment. Voilà l’importance du fameux slogan de TV 5 : "lire un livre, c’est mieux que regarder à la télèvision."


  • Alditas Alditas 1er juillet 2008 23:44

     Bonsoir !

     Le devoir de mémoire et du souvenir c’est plus que bon, mais il va falloir faire associer les partenaires sociaux spécialistes pédagogues dans ce domaine à la fois éclaireur de l’avenir mais aussi sensible pour ne pas permettre ultérieurement de commettre des erreurs.

     La méthode Jules Férry adaptée aux réalités d’aujourd’hui reste la meilleure, car elle tient compte du juste milieu et dans des milieux justes, à mon avis.


  • Alditas Alditas 30 mai 2008 08:57

     Bonjour !

     Je ne vois pas mieux qu’un chasseur d’images voire de photographies à l’ancienne surtout filmant les ans que ne sont pas seulement les noms des mois, des jours et des saisons, mais aussi de leurs décors et de leurs acteurs à travers les différentes périodes de l’histoire qui secrétent leurs privilégiés sur fond de contextes et de conjonctures parfois faites d’interdictions et en d’autres moments par les moyens matériels et les manques de dispositions psychologiques ou d’inspirations.

     Ces villes et villages voire les quartiers qui ont enfanté des photographes comme ce genre de personne que représente Monsieur Henri Guérard ont une grande chance au regard d’autres endroits difficiles d’accés vivant dans l’isolement pour motifs de manques d’ouvertures dûs à d’innombrables facteurs télle que l’absence de moyens de communications eu égard à leurs situations géographiques dans des zones montagneuses et forestières difficiles d’accés. Non seulement beaucoup d’évènements ne sont pas enregistrés mais les mémoires de peu d’écrivants ne sont parfois pas accéptées à cause de l’absence des photos et de la culture légendaire qui les encadrent. Les hommes changent et ils aiment changer les choses parfois dans le bon sens et parfois non. Cela favorise des mensonges monstrueux lorsque tous les personnages d’une période disparaissent sans laiser de traces de quelque nature que ce soit. Et si un cliché se renverse lors de son épreuve de développement que se passera-t-il au niveau d’un méssage à transmettre aux autres dans les contrées lointaines ? Et si par exemple, un établissement scolaire porte la plaque "école" dans un village reculé d’un point géographique donné vivant dans l’annonymat et qu’un autre usager d’une contrée lontaine s’en accapare tout en changeant l’appélation réélle du lieu filmé sans indication de la source originelle que se passera-t-il ?

     Mon village natal "El-Maïn" en petite Kabylie des Bibans constitue un exemple type d’ étude de cas. et il n’est pas seul en son genre à vivre une telle situation notamment lorsqu’il s’agit de décrire les années d’avant 1950.

     Bravo pour les travaux d’enregistrements des ans éfféctués par Monsieur Henri Guérard, ces personnages proches de l’art du savoir, moins que de l’avoir et de certains pouvoirs si ce n’est seulement ceux de bien voir, choisir l’angle et cibler l’objéctif au bon moment. Il y a aussi les verbes protéger et conserver de si précieux documents autant que communiquer l’information. Donc Agora aussi mérite les remerciements de ses lécteurs sans oublier les alertes google et les news de windows Live Hotmail.


  • Alditas Alditas 21 février 2008 10:44

    Bonjour !

    C’est trés malheureux toutes ces multi-injustices qui sévissent partout dans le monde. Il ne peut être question de civilisations sans justices sociales dignes de ce nom. La justice sociale ne peut être rien d’autre qu’une école pour un enfant, un centre de formation, un collége, une université ou un emploi pour un jeune désoeuvré l’aidant à gagner sa vie honorablement et dignement, tout en lui donnant les outils nécéssaires à se faire prendre en charge lui-même par lui-même dans le cadre d’une saine gestion de soi, à même de l’amener à savoir se protéger et à se défendre en cas de nécéssité.

    Pour qui les civilisations sont-elles conçues ou élaborées si ce n’est pour les êtres humains à cause de leurs intélligences ? Si l’être humain parvient à drésser les fauves pourquoi ne parvient-il pas à faire instaurer des régles du jeu respéctables par tous dans des milieux et des environnements aussi différends soient-ils ? Je veux dire les vis-à-vis.

    Un parti politique, un syndicat ouvrier ou patronal, une association, un média, une police digne de ce nom, les appareils de justices, pour quelles missions sont-ils fondés ? Quel rôle joue l’académie des sciences humaines, scientifiques et téchnologiques si ce n’est d’intervenir pour équilibrer un peu les choses dans ces malaises et disputes de pouvoirs par cercles interposés ? Le fameux slogan : " il faut tout un village pour éduquer un enfant," veut dire quoi au juste ?

    Peut-on guérrir ces maux avec de la censure ? Peut-on dire que les communications telles que la faveur des journaux de la haine, du mépris, des propagandes tendancieuses monstrueuses et de la diffamation constituent un reméde adapté ? Qu’est-ce-qu’une neutralité dans le traitement d’une affaire scabreuse ? Les droits de l’homme sont-ils faits pour tous les hommes au même pied d’agalité ou simplement pour ceux ayant les grands "H" ?

    Les polices paralléles peuvent jouer leurs multiples jeux proféssionnels consciencieusement au sein de ces archés anarchiques paralléles à conditions que les investigations qu’elle doivent faire se fondent beaucoup plus sur des preuves palpables, tangibles pour élucider les vérités camouflées par les mensonges et non pas pour simplement de récolter des travaux selon un plafond fixé comme objéctif à réaliser dans le mois en contre-partie duquel se distribuent des promotions. Ce comportement reste extrêmement dangeureux pour les colléctivités toutes entières y compris des institutions sensibles qui perdent de leurs crédibilités. Et la corruption attractive ou poussive dans tout ça pour le plaisir volontaire de faire déraper quelqu’un par le biais des scénarios comment sera-t-elle traitée à bons escient, à l’exemple de ce maire qui s’auto-distribue des allocations chômages à lui-même en France ?

    Que dire alors des pays d’Afrique lorsque chez des nations se disant avancées vivent ces fléaux néfastes ?

    La Belgique est une étude de cas pouvant être valable pour tous les autres pays du monde.

     L.AS. AMAROUCHE

     alditas


  • Alditas Alditas 21 février 2008 10:32

    Bonjour !

    C’est trés malheureux toutes ces multi-injustices qui sévissent partout dans le monde. Il ne pet être question de civilisation sans justices sociales dignes de ce nom. La justice sociale ne peut ^tre rien d’autre qu’une école pour un enfant, un centre de formation, un collége, une université ou un emploi pour pour un jeune désoeuvré pour l’aider à gagner sa vie honorablement et dignement, tout en lui donnant les outils nécéssaires à se faire prendre en charge lui-même par lui-même dans le cadre d’une saine gestion de soi à même de l’amener à savoir se protéger et à se défendre en cas de nécéssité.

    Pour qui les civilisations sont-elles conçues ou élaborées si ce n’est pour les êtres humains à cause de leurs intélligences ? Si l’être humain parvient à drésser les fauves pourquoi ne parvient-il pas à faire instaurer des régles du jeu respéctables par tous dans des milieux et des environnements aussi différends soient-ils ?

    Un parti politique, un syndicat ouvrier ou patronal, une association, un média, une police digne de ce nom, les appareils de justices, pour quelles missions sont-ils fondés ? Quel rôle joue l’académie des sciences humaines, scientifiques et téchnologiques si ce n’est d’intervenir pour équilibrer un peu les choses dans ces malaises et disputes de pouvoirs par cercles interposés ? Le fameux slogan : " il faut tout un village pour éduquer un enfant," veut dire quoi au juste ?

    Peut-on guérrir ces maux avec de la censure ? Peut-on dire que les communications telles que la faveur des journaux de la haine, du mépris, des propagandes tendancieuses monstrueuses et de la diffamation constituent un reméde adapté ? Qu’est-ce-qu’une neutralité dans le traitement d’une affaire scabreuse ? Les droits de l’homme sont-ils faits pour tous les hommes au même pied d’agalité ou simplement pour ceux ayant les grands "H" ?

    La Belgique est une étude de cas pouvant être valable pour tous les autres pays du monde.

     L.AS. AMAROUCHE

     alditas







Palmarès