• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

alex

Docteur en économie, je suis plus particulièrement intéressé par les questions relatives à la pauvreté et au développement.
Je m’intéresse également aux problématiques concernant la démocratie, l’égalité et les libertés. Les nouvelles perspectives qu’offrent les TIC peuvent remettre en question les rapports entre ce triptyque, c’est notre devoir de citoyen de rester vigilant.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • alex 23 août 2007 11:14

    Je partage cette opinion. Pour ma part, le microcrédit ne peut servir de levier réellement efficace contre la pauvreté. Pourquoi ? Premièrement, qu’est-ce que la pauvreté ? En effet, il semble de nos jours que l’on s’accorde sur le fait que la pauvreté n’est pas simplement une question d’argent, de revenu mais également une question de conditions de vie, d’inclusion sociale, de satisfaction des besoins élémentaires ou encore la participation à la vie démocratique de la cité. Faire en sorte que par le versement d’un micro-crédit les intéressés sortent de l’état de pauvreté monétaire, ne garantit en rien qu’ils en fassent un usage leur permettant d’améliorer sensiblement les conditions de vie de leur famille. Il y a donc un problème de définition et au-delà, on ignore tout simplement la capcité individuelle à transformer cet apport monétaire en réelles conditions de vie.

    Deuxièmement, le micro-crédit, notamment dans les pays du Sud, sont des sommes dérisoires, qui ne permettent pas réellement de débuter une activité à partir de rien. De plus, le taux usurier est très élevé ce qui rend les intéressés dépendant des organismes préteurs et de leur activité.

    Enfin, les chiffres sur l’impact du micro-crédit sur la réduction de la pauvreté font débat.

    en somme, je pense que l’idée est louable car elle permet une émancipation des intéressés et une augmentation de l’espace des possibles pour ceux-ci, à condition que le micro-credit soit utilisé à bon escient et que les taux de remboursement restent crédibles.







Palmarès