• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Alice

Alice

Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Enseignante en école maternelle, je suis particulièrement intéressée par les comportement humains, les problèmes de société(sexisme, racisme, violences) et les difficultés des consommateurs. Indépendante avant tout, je peux témoigner des zones sombres de l’enseignement et de l’éducation, ainsi que de la vie quotidienne en banlieue parisienne. Artiste dans l’âme, je fais des collages et des montages photos.
J’ai 55 ans.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/10/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 21 41
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Alice Alice 14 novembre 2007 12:03

    Hélène, je suis entièrement d’accord avec vous ! Vous soulevez un problème réel et très important. L’école maternelle a hélas bien changé depuis mes débuts. Et je pense qu’il faudrait faire des choix. La pédagogie qu’on nous impose est nulle en efficacité. Les évaluations sont destructrices pour les enfants et d’autant plus quand ils sont très jeunes. Les méthodes dites constructivistes imposées par les pédagogistes produisent l’effet opposé à celui qui en était attendu. Mais si les Etats-Unis - que nous copions pour tout et n’importe quoi - les ont laissé tomber, la France a elle pris des années de retard avant de réagir. Nous sommes assez peu nombreux à nous opposer à ces théories fumeuses car les injonctions pleuvent sur nos têtes, surtout à l’école primaire. Les formateurs des IUFM, décideurs de la pédagogie en France, ont acquis de hauts postes sans diplômes. Sur le plan universitaire, « Les Sciences de l’Education » sont la seule filière où les profs n’ont pas le même niveau que dans les autres orientations. C’est aberrant, mais ça tient ! L’on est en train de rattacher les IUFM à l’Université. Vaste arnaque sur le dos des enfants ! Mais je le répète, c’est trop facile de dire que les instituteurs sont responsables.Si, à mes débuts, la situation avait été telle qu’aujourd’hui, je n’aurais jamais exercé cette profession.


  • Alice Alice 28 octobre 2007 10:12

    J’ai aussi eu le regret de constater que les syndicats enseignants ne militent que pour des causes très politisées. Jamais il n’y a d’action en faveur des RASED (Réseaux d’Aide Spécialisée pour les Elèves en Difficulté)qui sont pourtant en net manque de personnel. De même, lorsque les « Enseignants Itinérants » ont été supprimés (l’an dernier), les actions ont été engagées par les personnes directement concernées ( bien sûr soutenues par les collègues avec lesquelles elles travaillaient) mais sans atteindre l’ampleur d’un mouvement qu’on aurait pu espérer s’il avait été repris par les syndicats. Chacun reste cloisonné dans un rôle dont il déborde rarement car les contraintes administratives sont de plus en plus lourdes. J’ai d’ailleurs remarqué que les parents n’avaient même pas dû savoir ce qui se passait. Quand l’Académie prend des décisions, elle ne demande l’avis de personne.Le personnel compétent et normalement rémunéré est actuellement utilisé pour le travail de paperasserie qui a beaucoup augmenté depuis la création des super MDPH ! Voilà la différence entre ce qu’on raconte dans les médias et ce qu’on vit sur le terrain.


  • Alice Alice 26 octobre 2007 23:09

    Merci FJB d’avoir compris tous les paramètres... Si j’ai un moyen de m’unir à tous ces combats, je suis prête à me rendre à une manifestation ou à m’engager d’une façon ou d’une autre... Envoyez-moi des infos par le biais d’A-V. Bien à vous.


  • Alice Alice 25 octobre 2007 10:02

    à Myriam,

    J’ai là encore l’impression que vous avez mal lu mon article. Je n’ai jamais vu dans le milieu où je travaille d’enfant autiste accompagné d’une personne compétente et encore moins rémunérée par les parents . Durant deux ans, il n’y a eu aucun autre adulte dans ma classe et durant deux ans une AVS Education Nationale, non formée, à mi-temps.POUR 30 ELEVES en milieu banal et 25 en ZEP.

    Quant à parler de train -train, on voit bien que vous n’êtes pas souvent restée une journée entière dans une classe maternelle.

    Il se trouve que j’étais une bonne ou très bonne enseignante selon les Inspecteurs avant d’avoir à gérer des élèves atteints de TED.Je ne suis ni formée ni assez solide pour assumer un travail loin de celui que j’exerçais. Ces situations m’ont mise en grande souffrance...et je ne suis pas la seule. Le nombre d’enseignants en arrêt de maladie à cause des conditions de travail va en augmentant. Puisque vous parlez de vos impôts, je vais insister : vous oubliez ce que nous coûtons à la Sécurité Sociale. Mais ce n’est pas la même caisse que l’Education Nationale, alors l’équilibre serait trop difficile à calculer. Je ne dis pas qu’il ne faut pas scolariser ces enfants différents . Mais je suis convaincue qu’il est nécessaire de le faire DANS DES CONDITIONS ADAPTEES, ce qui était théoriquement un engagement gouvernemental.

    Si je reste anonyme pour le moment, c’est parce que je n’ai pas en plus besoin d’être ennuyée par ma hiérarchie. Ce que je dis haut et fort ne plaît pas plus aux sous-fifres de l’état qu’aux parents concernés.

    Je pense que ce n’est pas une question de morale, comme il plaît à dire à certains, mais une question d’équilibre pour tous et dans tous les sens du terme.


  • Alice Alice 24 octobre 2007 21:53

    Merci Mango de votre témoignage « sur le terrain » et de votre soutien. J’ai d’ailleurs été, l’an dernier, essentiellement soutenue par des collègues de CLIS sur le Net et je vous en remercie toutes.D’ailleurs en écrivant ce dernier mot au féminin, je constate que les seules réponses encourageantes que j’ai reçues émanent de collègues femmes...

    Je ne « quitte » pas le métier mais je vais prendre une retraite anticipée. A l’époque où l’on parle de « régimes spéciaux de retraite », je me demande,au niveau de l’Education Nationale, si leur « spécialité » ne serait pas d’user les profs des écoles pour qu’ils coûtent encore moins cher. Quand on fait tout au rabais, on augmente les difficultés, on attise les haines ...et on règne encore. Mais combien de citoyens militent actuellemnt pour reconnaître légalement le vote blanc ?

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société






Palmarès