• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aline

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 11 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Aline 6 février 2008 13:39

    LE MYTHE DE LA VACCINATION SALVATRICE

     

     Jacqueline LARDY

     

     

    Je deviens la énième victime anonyme de la politique sanitaire de masse, encouragée par l’Académie médicale et accréditée par les pouvoirs publics. Ces deux instances dominantes subodorent dans cette pratique un moyen de choix pour assurer, au nom du bien collectif, leur pouvoir sur une population craintive et donc crédule.

     

    Ainsi, les états les plus autoritaires d’Europe appliquent-ils, répression à l’appui, l’obligation vaccinale. Et la médecine la plus totalitaire impose-t-elle la soumission muette à ses décisions aussi arbitraires soient-elles. Et si, pour ne pas déroger à sa haute mission, elle se contente de tirer du bout de ses gants blancs les ficelles de la sanction, le blâme moral demeure son apanage.

     

    Mais cette politique sociale et sanitaire, habilement dirigée dans le sens d’un conditionnement de l’individu, je ne l’ai comprise que plus tard. Dépitée d’avoir été, non seulement trompée, mais ainsi poussée vers des formes graves de la maladie, je décidais de me documenter sur l’histoire des épidémies et des vaccinations. Alors, de cours de Fac en livres d’histoire, de dictionnaires en articles médicaux, prit forme le fruit de mes recherches. La forme d’une supercherie emballée dans un discours scientiste !

     

    Car jamais aucune preuve crédible n’a été apportée de l’efficacité de la pratique vaccinale. On a falsifié l’histoire pour faire concorder la récession des épidémies et l’introduction des vaccinations. On a interprété unilatéralement les phénomènes, on a effacé les échecs et les conséquences troublantes ; on a négligé les facteurs sociaux et hygiéniques, déterminants dans l’éradication des maladies pour proclamer haut et fort les mérites de la vaccination. Oui ; ainsi a-t-on agi ! Or, est-ce de cette façon que l’on prouve ? Où sont la rigueur et l’honnêteté scientifiques ?

    Mais qui parle de prouver ?

    Il ne s’agit pas de prouver : il faut faire croire ! Persuader la masse des gens de l’efficacité des interventions puis, en conséquence, de leur nécessité.

    Ainsi, l’oligarchie médicale usurpe-t-elle le droit de s’ériger en Sauveur suprême et unique, incarnation d’une « science » transcendantale. Elle se dresse en Sauveur généreux, qui connaît le mal et sait l’exorciser pour en préserver ses ouailles ; en Sauveur châtieur dont le glaive maladie siffle comme un fléau en folie au-dessus de la tête des candides et inflige dans les chairs les stigmates de la désobéissance punie. Gare à la brebis galeuse qui, à elle seule, peut réduire à néant l’œuvre de protection de l’humanité entière ! Haro, haro ! Là se niche le fléau !

     

    Elle trône enfin en Sauveur rédempteur qui rachète, par son art, les maux et péchés des humains infantilisés. Et elle s’en va prêchant, de l’officine de quartier à la cathédrale des ondes, exhortant à la foi les foules impressionnées par les miracles de ces thaumaturges en blouses blanches qui prétendent défier la Mort pour le salut de tous.

     

    Malgré leur volonté réelle de servir le malade, les médecins de la base, enfermés dans la structure hiérarchique de leur caste et façonnés par une idéologie réductionnelle, ne demeurent que les pantins de l’infernale machine étato-médicale dont les mobiles communs demeurent pouvoir et rentabilité.

     

    Combien de victimes pâtiront-elles de cette politique avant que ne soit remise en cause la pratique vaccinatoire ?

     

    Combien de malheurs le vaccin antivariolique a-t-il semé avant que soit envisagée, dans quelques mois, sa non obligation ?

     

    Et moi, petite oie, par mon conformisme grégaire à propos de ces interventions, j’ai offert aux substances étrangères inoculées la possibilité de jouer pleinement leur rôle de catalyseurs de destruction.

    Il me faudra, à l’avenir, être plus vigilante. Il est temps que je secoue la dangereuse emprise que les dogmes exercent sur moi !

    « L’aventure commence souvent au moment même où nos certitudes les plus tenaces en prennent dans l’aile. » ( Jacques Lanzmann, Fou de la Marche.)

     

     Jacqueline LARDY, « La griffe du Loup-Garou

     jacqueline.lardy@wanadoo.fr

     

     

    « Je possède les clés du coffre Santé. Je les ai maladroitement remises à d’autres, qui les ont perdues. » Jacqueline LARDY

     



  • Aline 28 décembre 2007 09:51

    Bonjour, Qu’y aurait-il à ajouter à ces citations graves et convergentes, sinon ce qu’écrivait Erich Fromm :

    Ce qui est trompeur par rapport à l’état d’esprit des différents membres de la société c’est la « VALIDATION CONSENSUELLE » de leurs concepts. On suppose naïvement que le fait que la majorité des gens partagent certaines idées ou sentiments est la preuve de la validité de ces idées ou sentiments. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité. La « validation consensuelle » n’a absolument aucun rapport avec la raison ou la santé mentale. Tout juste comme on peut parler d’une « folie à deux », il existe aussi « la folie de millions ». Le fait que des millions de personnes sont affublées des mêmes vices ne les rend par pour autant vertueuses. Le fait qu’elles acceptent quantité d’erreurs ne transforme pas les erreurs en vérités, et le fait que des millions de gens sont atteints des mêmes formes de pathologies mentales ne les rend pas pour autant saines d’esprit. » Erich FROMM, Escape from freedom )

    Si vous souhaitez vraiment un article, puis-je vous suggérer de lire celui du Dr Tim O’Shea : « LES PORTES DE LA PERCEPTION - POURQUOI LES AMERICAINS CROIENT PRATIQUEMENT N’IMPORTE QUOI » (www.thedoctorwithin.com ---« chapters ») ou les ouvrages suivants :
    - Qui décide de notre santé ? B.Cassou, M. Schiff Ed. Syros,1998
    - Des lobbies contre la santé. R.Lenglet, B.Topuz, Ed. Syros, 1998
    - Silence, on intoxique. André Aschiéri, 2005
    - Trust us, we’re experts- How industry manipulates science and gambles with your future, Sh. Rampton, J. Stauber, 2002.
    - Némésis médicale, l’expropriation de la santé, Ivan Illich, Seuil, 1975.

    Dans son article, le Dr Tim O’Shea explique :

    C’est véritablement une tâche épuisante et sans fin que d’expliquer et d’expliquer toujours comment la plupart des thèmes de ce qu’on pourrait appeler la sagesse conformiste sont engrammés dans la conscience populaire par les mille et un flashes informatifs quotidiens.

    Pour Stauber la pensée fondamentale de Bernays était celle-ci : « La manipulation scientifique de l’opinion publique est absolument nécessaire pour triompher du chaos et éviter les conflits dans une société démocratique. » (Trust us,p.42)

    Ces premiers manipulateurs de l’opinion se sont toujours présentés comme des serviteurs de l’humanité. La démocratie était trop bonne pour le peuple ; il fallait lui dire quoi penser, vu qu’il était incapable de penser rationnellement par lui-même. Voici un paragraphe sur la propagande de Bernays :

    « Ceux qui manipulent les mécanismes invisibles de la société constituent un gouvernement occulte qui est le véritable pouvoir dirigeant du pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont modelés, nos goûts sont formés, nos idées suggérées en grande partie par des hommes dont personne n’a jamais entendu parler. Il s’agit ici du résultat logique de l’organisation actuelle de la démocratie. C’est de cette manière que de vastes couches de population doivent coopérer si elles veulent vivre et fonctionner ensemble et sans trop de heurts. Dans presque chaque acte de la vie que ce soit dans les sphères politiques, dans les affaires, dans le social ou dans la manière dont nous envisageons l’éthique, nous sommes sous la coupe d’un petit nombre d’individus qui ont compris comment fonctionnent le mental humain et le comportement des masses. Ce sont ces gens mêmes qui tirent les ficelles et qui, ainsi contrôlent l’esprit du peuple. »

    Vision quelque peu différente de celle du Président des Etats-Unis , Thomas Jefferson ( auteur de la Déclaration d’Indépendance) qui déclarait : « Je ne connais pas de plus sûrs dépositaires de l’ultime pouvoir de la société que les gens eux-mêmes ; et si nous estimons qu’ils ne sont pas suffisamment éclairés pour exercer ce pouvoir avec sagesse, le remède n’est pas de le leur enlever, mais de les informer. »

    Les informer... Bernays pensait que seuls quelques individus possédaient une vision suffisamment claire de la « Big Picture » pour être dignes de remplir cette tâche sacrée. Bernays se croyait l’un de ces heureux élus. **************************************************************************

    Les textes ci-dessus émanant de plusieurs sources et exclusivement destinés à l’information ne peuvent en aucune manière être envisagés comme conseils, vérités absolues ou orientations sur le plan médical. Il incombe à tout un chacun de les utiliser comme il lui paraît le plus raisonnable et le plus utile. Il est important que cette information soit soumise au médecin qui a la confiance du lecteur pour une évaluation ou adaptation éventuelle à chaque cas. L’entière responsabilité de ces extraits appartient à leurs seuls auteurs



  • Aline 27 décembre 2007 10:31

    DEPUIS PLUS DE 200 ANS, DES MEDECINS, DES SCIENTIFIQUES, DES CHERCHEURS DENONCENT LE CARACTERE NON SCIENTIFIQUE DES VACCINATIONS, AINSI QUE L’OBLIGATION VACCINALE

    1794 -1800 - « Au XVIIIème siècle, par exemple, la mortalité était devenue si formidable, si effrayante, dans toute l’Europe qui avait adopté les pratiques vaccinales, qu’un cri universel de réprobation s’éleva contre ces coutumes, et que les gouvernements de Suède, de Prusse et d’Angleterre firent défense absolue d’inoculer la variole par la lancette, par les linges d’enfants, ou par les vaccins et peaux de brebis. Cela se passait de 1794 à 1800.(1)

    - En 1810 « The London Medical Observer » Vol. VI, 1810 publie l’histoire de 535 cas de variole après vaccination (E.McBean, 1957). En 1834, la loi rend la vaccination obligatoire en Prusse. La population est pratiquement vaccinée à 100%. Après 35 ans de vaccination obligatoire, une épidémie de variole entraîne le décès de 124.978 citoyens Prusses vaccinés et revaccinés ( Dr Hadwen W. M.D. Médaille d’Or de Médecine et de chirurgie.)- http://www.whale.to/v/hadwen.html)

    « Les échecs qui se multipliaient un peu partout suscitèrent les Congrès Internationaux de Médecins d’Eisenach (1872), de Paris (1880),de Cologne (1882), Berne (1883) et de Charleroi (1885) réunissant des praticiens du monde entier dénonçant le « caractère anti-scientifique », « la dégradante superstition scientifique,« la pratique superstitieuse » de la vaccination . « Nous sommes pris dans les filets d’une bévue gigantesque. Nous sommes les dupes d’un immense imposture » (1) Résumant les conclusions du Congrès de Cologne (1882), le Dr Haugton de Londres n’hésitait pas à déclarer : « Au nom de l’humanité, nous protestons contre cette corruption du sang de générations entières... » (1)

    1872 - 1885

    « Au Congrès de Charleroi (1885), le Dr VOGT exposa les péripéties de la lutte provoquée en Suisse par les antivaccinateurs contre la loi qui rendait cette pratique obligatoire, loi qui fut rejetée à une immense majorité, malgré les intrigues du corps médical de certains cantons de la Suisse Française, encore imbus des préjugés de l’Ecole de Pasteur... « Les données et les acquisitions de la médecine sont trop variables et trop aléatoires, pour que l’autorité civile se permette de trancher les questions controversées, et de contraindre les citoyens à adopter les solutions provisoires qu’elle préfère. » (Dr Vogt, 1885), (1)

    Au même Congrès de Charleroi (1885), le Dr Hubert BOENS déclarait : « , Oui, il y a des antivaccinateurs, il y en a toujours eu ; il y en aura aussi longtemps que les gouvernements et les administrations locales n’auront pas résolument déclaré que la vaccine, comme la saignée, comme toute médication thérapeutique, palliative ou préventive, qui s’adresse à l’individu exclusivement, doit être absolument libre et indépendante des caprices de la Faculté et de l’arbitraire des gouvernements....Les inoculations cholériques de Ferran, comme toutes les vaccinations imaginées par M. Pasteur, comme la vaccine de Jenner, ne sont que d’abominables mystifications hygiéniques qui ont déconsidéré la science et la pratique de l’art de guérir en décimant l’humanité pour enrichir les vaccinateurs ! »

    Toujours au même Congrès de Charleroi (1885), M. William Tebb évoque la pétition au Reichstag partie de la grande ville de Cologne et signée par 10.000 citoyens réclamant l’abolition de la tyrannie vaccinale imposée par la loi. Il évoque la devise belge de l’époque : « Ni les amendes, ni la prison ne peuvent empêcher la vaccine d’être un poison, et les lois de la vaccination une infamie ». - M. le Comte Zedwitz déclarera ensuite : « quant à moi, malgré que je me croie tenu par ma position, de donner l’exemple du respect des lois, je n’ai jamais pu m’empêcher de faire entendre les plus vives protestations contre la doctrine de l’intervention de l’Etat en matière médicale. L’Etat n’a pas le droit de contraindre qui que ce soit, directement ou indirectement, à subir contre sa volonté l’opération vaccinale ou toute autre pratique médicale... Si l’Etat s’arroge ce droit, il se rend coupable d’injustifiables abus d’autorité...L’Etat n’a pas plus le droit de forcer les citoyens à accepter ses médecins et leurs doctrines que ses prêtres et leurs dogmes... Je suis peiné de ce que les gouvernements se laissent persuader qu’ils doivent être les serviteurs soumis et obéissants de la science médicale, si variable encore et toujours incertaine, et qu’ils ne peuvent refuser de prêter leur concours autoritaire à ses prescriptions charlatanesques et arrogantes. » (1885), (1)

    Peu avant, en 1872 au Congrès des médecins d’Eisenach, le Conseiller de médecine Flinzer déclarait : « Comprenez-vous l’infamie d’une loi, disant à nous médecins : « Nous t’obligeons contre tes convictions scientifiques et contre les expériences contraires que tu as faites, à vacciner tes enfants. Tu n’as pas foi dans la vaccine, tu sais qu’elle peut tuer tes enfants ou les rendre infirmes, malsains, idiots, débiles ; et nous te forçons d’obéir, quand même tu voudrais courir le risque de payer les amendes une fois, deux fois, trois fois, et d’aller en prison !... » (1)

    « La superstition greffée sur la peur entretient ainsi la pratique la plus inhumaine « qu’un cerveau humain ait imaginée depuis l’origine de la civilisation... Nous « sommes les dupes d’une des plus immenses impostures. » 4 ème Congrès International des Médecins, Charleroi, 26,27 et 28 juillet 1885. (1)

    « Où reste l’intégrité de la personne ? Où reste le respect de l’individu, la dignité de l’esprit, la science, en face de doctrines obligatoires et infaillibles assorties de sanctions pénales ? Tout cela sent étrangement le totalitarisme. » Maître Frédéric HOFFET, Avocat au barreau de Strasbourg

    1954 Les précisions catégoriques de S.S. Pie XII représentent une condamnation sans appel des vaccinations obligatoires. Au cours de l’audience accordée aux médecins ayant participé au huitième Congrès de l’Association Médicale Mondiale à Rome, le 30 septembre 1954 , Pie XII déclare :

    « L’homme dans son être personnel, n’est pas ordonné en fin de compte à l’utilité de la société, mais au contraire, la communauté est là pour l’ homme... L’autorité publique détient sans doute une autorité directe et le droit de poser des exigences à l’activité des parties, MAIS EN AUCUN CAS ELLE NE PEUT DISPOSER DIRECTEMENT DE SON ETRE PHYSIQUE. Aussi, toute atteinte directe à son essence constitue un abus de compétence de l’autorité...QUANT A L’INTERET DU PATIENT, LE MEDECIN N’A PAS PLUS DE DROIT A INTERVENIR QUE LE PATIENT NE LUI EN CONCEDE ...Comme l’Etat ne détient pas ce droit direct de disposition, il ne peut donc pas le communiquer au médecin POUR QUELQUE MOTIF OU BUT QUE CE SOIT ». (2) Cette dernière précision, catégorique et absolue, semble bien être la condamnation sans appel des vaccinations obligatoires.

    1990

    Les programmes de vaccinations obligatoires constituent “une violation du Code de Nuremberg en ce sens qu’ils contraignent les individus à subir des traitements médicaux contre leur volonté ou à participer à ce qui pourrait être une vaste expérimentation sans consentement pleinement éclairé. » Dr Jane Orient, M.D.

    L’historien de la médecine, Harris L. COULTER, écrit en 1990 : « Nous estimons que 1000 bébés au minimum meurent chaque année de ce vaccin (DPT), alors que 12.000 enfants deviennent des handicapés à vie. H. Coulter ajoute : nos chiffres n’ont jamais été contestés par l’establishment médical...Ce programme se poursuit tous les jours, des centaines de bébés en parfaite santé sont ainsi transformés en êtres déficients : retardés mentaux, aveugles, sourds, épileptiques, infirmes, instables, futurs délinquants, criminels avérés. Tout ceci peut paraître terriblement exagéré ; il s’agit cependant de conclusions tout à fait sérieuses et modérées essentiellement basées sur les preuves accumulées dans les pages qui suivent... Toute vaccination est susceptible de provoquer une encéphalite légère ou grave... ...Si quelqu’ ennemi étranger avait infligé pareils dégâts au pays, une déclaration de guerre s’en serait immédiatement suivie... » (445 références bibliographiques ) . - L’historien poursuit : « QU’EST-CE LA POUR UNE « SCIENCE » QUI INFLIGE DES DEGATS NEUROLOGIQUES A PLUSIEURS CENTAINES DE MILLIERS D’ENFANTS CHAQUE ANNEE ? Il précise : Aujourd’hui, la société paye un lourd tribut en maladies et décès pour le monopole qui fut accordé à la profession médicale dans les années 1920. En fait, la situation ressemble singulièrement à celle de 1830, époque à laquelle les médecins avaient recours à la saignée, aux médicaments mercuriels et à la quinine, bien qu’ils en connaissaient le caractère intrinsèquement nocif. Ce sont précisément les mêmes arguments qui furent employés pour défendre ces thérapeutiques qui sont repris aujourd’hui : les bénéfices l’emportent sur les risques." H. Coulter ( 1990 ) (3)

    « Comment la relation-bénéfices/risques pourrait-elle être établie scientifiquement alors qu’il existe une sous-déclaration considérable des acccidents post-vaccinaux, que les vaccins n’ont jamais été testés quant à leurs potenteils cancérogène, mutagène et tératogène et que les conséquences à long terme des vaccinations n’ont jamais été étudiées ? » R. H.- « Les vaccinations en question ». Débat au Parlement Européen, 2002

    « Jamais aucune preuve crédible n’a été apportée de l’efficacité de la pratique vaccinale. On a falsifié l’histoire pour faire concorder la récession des épidémies et l’introduction des vaccinations. On a interprété unilatéralement les phénomènes, on a effacé les échecs et les conséquences troublantes ; on a négligé les facteurs sociaux et hygiéniques, déterminants dans l’éradication des ma ladies pour proclamer haut et fort les mérites de la vaccination. Oui, ainsi a-t-on agi ! Or, est-ce de cette façon que l’on prouve ? Où sont la rigueur et l’honnêteté scientifiques ? Mais qui parle de prouver ? Il ne s’agit pas de prouver : il faut faire croire ! » J.LARDY : La griffe du loup-garou,1997. « Alors que je travaillais dans un des plus anciens centres allemands pour les maladies respiratoires, Je tombai par hasard sur les dossiers des personnes qui étaient tombées malades au cours de la première épidémie de variole en Allemagne en 1947 ... On nous avait toujours dit que la vaccination antivariolique protégeait contre la variole. Maintenant, je pouvais vérifier, grâce aux dossiers et aux rapports, que ceux qui étaient tombés malades avaient bel et bien été vaccinés. Cette découverte me bouleversa. » Dr G.BUCHWALD, M.D.

    Au cours du Colloque organisé le 5 avril 2002 au PARLEMENT EUROPEEN « Les vaccinations en question » , le Pr. Bonnie DUNBAR (USA), Professeur de biologie moléculaire et cellulaire au Baylor College de Houston et expert en matière de vaccinations devait déclarer : « ... Bien que des milliards de dollars aient été dépensés pour développer ces vaccins, on notera que virtuellement aucun budget n’a été débloqué pour étudier les manifestations post-vaccinales indésirables : il y a donc de quoi s’inquiéter... En synthèse, il apparaît que nous ne disposons pas de données scientifiques et cliniques suffisantes pour évaluer la sécurité ou l’efficacité des vaccins. Tant que des études moléculaires rigoureuses et des recherches épidémiologiques ne seront pas menées à bien, il sera impossible d’évaluer les risques et les bénéfices de la plupart des vaccins. »

    2002

    Extrait de l’intervention du Député Européen Paul Lannoye au Colloque organisé le 05 avril 2002 au Parlement Européen à Bruxelles :

    La Commission Européenne a initié le projet EUVAX chargé d’établir un état des lieux comparatif des politiques d’immunisation au sein de l’Union Européenne... L’étude EUVAX constate notamment que les Etats membres n’ont pas défini formellement leurs programmes d’immunisation et que la promotion de l’immunisation vaccinale n’est pas basée sur une approche scientifique dans l’Union Européenne, sauf au Royaume-Uni. En outre , les schémas d’immunisation diffèrent largement d’un pays à l’autre, l’exemple de la vaccination anti-polio étant très révélateur à cet égard. Les contre-indications générales varient elles aussi d’un pays à l’autre, sans aucune base scientifique pour les justifier. En ce qui concerne la sécurité des vaccins (vaccine safety), la situation est particulièrement préoccupante.

    (Les vaccinations en question Ed. Frison-Roche, 2003.)

    BENEFICES/RISQUES

    « Les accidents causés par les vaccinations, écrit le Pr M.Georget ont été volontairement laissés dans l’ombre et quand certains ont été révélés, l’importance en a été minimisée. Aucune enquête épidémiologique d’envergure » n’a jamais été réalisée pour en connaître la fréquence. Par voie de conséquence, le rapport BENEFICES/RISQUES sur lequel s’appuient de nombreux auteurs pour dire qu’il faut continuer à vacciner malgré les accidents qu’ils décrivent, n’a jamais été établi, pas plus d’ailleurs que le rapport COUT/BENEFICE . » Ce constat terrifiant semble bien confirmé la le Dr Thomas Jefferson, Membre de la Commission chargée du Programme Européen pour la Sécurité et la Surveillance Vaccinale, mandaté par la Commission Européenne pour évaluer la sécurité des vaccins, qui, dans un discours sans précédent (Sunday Telegraph, 27/10/2002 ; The Informed Parent n°4 ) , reconnaissant que ce problème constitue le « Cendrillon » de la recherche en santé publique , souligne le manque flagrant d’études sérieuses sur la relation BENEFICES/RISQUES et le caractère « simplement inadéquat » (« simply inadequate ») de l’information disponible sur la sécurité des vaccins administrés de routine aux enfants !

    Ce sont essentiellement des motivations politiques qui justifient les procédures vaccinales. Ces dernières n’ont rien à voir avec la science. Les vaccinateurs ne pensent qu’à injecter quantités et quantités de vaccins sans se soucier des effets qu’ils peuvent produire . Dr V.SCHEIBNER

    2007

    « QUE VAUT EN EFFET UNE SCIENCE LIVREE AU DOGMATISME D’UN CLAN ET QUI NE CONSIDERE PLUS LE DOUTE COMME UN MOTEUR DU PROGRES ? Le mot « vaccin », en France est sacralisé. Nous en sommes encore à l’âge des guerres de religion, avec excommunication à la clé. Je dénonce ce terrorisme intellectuel et les connivences qui lui permettent de subsister. » Lucienne FOUCRAS, 2007

    « Pouvons-nous continuer à laisser faire n’importe quoi au nom d’une science qui est à vendre » et même, bien souvent vendue. » S.Simon « Notre système vaccinal fonctionne sans preuve scientifique » Dr Philippe Sturer

    « TOUS LES PAYS QUI RENDENT OBLIGATOIRE CET ACTE MEDICAL EXTREMEMENT INVASIF, QUI EST SANS REEL FONDEMENT SCIENTIFIQUE, ET DONT LES DANGERS ET L’INEFFICACITE SONT CONNUS, NE PEUVENT PLUS PRETETENDRE COMPTER PARMI LES PAYS LIBRES . » Dr V.SCHEIBNER ( 1993)

    « Vaccination is a monstrosity, a misbegotten offspring of error and ignorance ; and, being such, it should have no place in either hygiene or medicine....Believe not in vaccination, it is a world-wide delusion, an unscientific practice, a fatal superstition with consequences measured today by tears and sorrow without end. » -Carlo Ruta, Professor of Materia Medica at the University of Perugia, Italy « If you want the truth on vaccination you must go to those who are not making anything out of it. If doctors shot at the moon every time it was full as a preventive of measles and got a shilling for it, they would bring statistics to prove it was a most efficient practice, and that the population would be decimated if it were stopped. »---Dr Allinson

    (1) Dr P.E. Chèvrefils : Les vaccins, racket et poisons ? 1965 (2) Dr J.Kalmar , Maître Jean Eynard : Le procès des vaccinations obligatoires (3) Harris L. Coulter : Vaccination, social violence and criminality- The medical assault on the american brain, 1990.

    Les textes ci-dessus émanant de plusieurs sources et exclusivement destinés à l’information ne peuvent en aucune manière être envisagés comme conseils, vérités absolues ou orientations sur le plan médical. Il incombe à tout un chacun de les utiliser comme il lui paraît le plus raisonnable et le plus utile. Il est important que cette information soit soumise au médecin qui a la confiance du lecteur pour une évaluation ou adaptation éventuelle à chaque cas. L’entière responsabilité de ces extraits appartient à leurs seuls auteurs



  • Aline 20 décembre 2007 09:36

    DE LA SAINTE INQUISITION ...

    AU TOTALITARISME DE LA MEDECINE OCCIDENTALE

    « Le but des guerres n’est pas de gagner du terrain sur l’ennemi, mais de démolir physiquement les opposants. C’est ce qu’a fait Hitler en Pologne par exemple, en expliquant par la suite que c’était le seul moyen d’agrandir le territoire dont avaient besoin les Allemands. De tels raisonnements totalitaires sont habituels en matière de vaccination. Les vaccinalistes ne tolèrent aucune opposition et démolissent systématiquement ceux qui critiquent leurs pratiques hasardeuses. Comme les nazis, ils s’appuient sur une propagande qui monopolise tous les médias et qui martèle la peur dans les esprits. La grande majorité des pays démocratiques n’ont pas de lois d’obligation vaccinale, mais leur système médical, soutenu par des institutions gouvernementales, imposent les vaccinations grâce à des tactiques basées sur la peur de la maladie et les menaces d’ostracisme et d’isolement des opposants. Lors d’une émission de télévision en Australie, des vétérans américains de la guerre du golfe étaient interviewés : ils ont affirmé qu’ILS AVAIENT ETE VACCINES DE FORCE avec plus de 23 vaccins en deux semaines ; s’ils s’aventuraient à demander quels vaccins contenaient les seringues, plusieurs gaillards les ceinturaient. Il était évident que la plupart de ces vaccins n’avaient pas été testés auparavant. C’était là une expérimentation grandeur nature et donc une violation du CODE DE NUREMBERG qui proclame « qu’aucune expérimentation ne peut être menée si elle comporte A PRIORI un risque d’entraîner la mort ou un dommage quelconque » et qui condamnait « les crimes, la torture et autres atrocités commises au nom de la science médicale. ». En 1948, le médecin expert américain, Leo Alexander, qui témoigna au procès de Nuremberg, expliqua : « LE TROISIEME REICH A FAIT DE LA SCIENCE MEDICALE UN INSTRUMENT DE POUVOIR POLITIQUE , UN OUTIL FORMIDABLE , ESSENTIEL POUR LA MANIPULATION ET LE CONTROLE TOTALITAIRE . »

    D’après le Dr Viera SCHEIBNER, « Behavioural problems in childhood », Ch. 4, p.81-128. Version française : ALIS n°56 Mars-Mai 2007.

    UN CHOIX FONDAMENTAL Dr V.Scheibner Ph.D. « TOUS LES PAYS QUI RENDENT OBLIGATOIRE CET ACTE MEDICAL EXTREMEMENT INVASIF, QUI EST SANS REEL FONDEMENT SCIENTIFIQUE, ET DONT LES DANGERS ET L’INEFFICACITE SONT CONNUS, NE PEUVENT PLUS PRETENDRE COMPTER PARMI LES PAYS LIBRES . » Dr V.SCHEIBNER

    Si nous ne résistons pas à ces tendances de la médecine, nous risquons de courir tout droit vers une tyrannie dont les conséquences sont faciles à imaginer, comme par exemple l’emprisonnement des personnes désireuses d’exercer leurs droits démocratiques en optant pour le médecin de leur choix / des thérapies alternatives ou tout simplement aucun traitement. Le système n’a-t-il pas d’emblée une conception tordue de son rôle dans la société ? Au lieu de se considérer pour ce qu’il est véritablement, à savoir : au service de la population, il tend à s’en prétendre le maître. Exercer le pouvoir, terroriser le peuple. C’est le système qui veut prendre les décisions au sujet de notre santé et de celle de nos enfants et nous imposer une ligne de conduite dans d’autres domaines de la vie. En outre les gouvernements qui se prétendent démocratiques, n’hésitent pas à faire de la discrimination entre le système médical classique et le système alternatif. Au cours d’un meeting politique en Australie, le représentant du Ministre de la Santé précisa que son gouvernement ne maintiendrait pas deux systèmes de santé ; il ne précisa pas quel système il comptait soutenir. Je me suis donc décidée à lui écrire une lettre pour lui manifester mes inquiétudes par rapport à son discours. Je profitai de l’occasion pour lui préciser que 40% des australiens avaient recours aux médecines alternatives et que le coût de ces soins primaires s’élevait à 1 billion de dollars annuellement , alors que le coût des soins primaires de la médecine orthodoxe, choisis par 60% des australiens, s’élevait à 22 billions de dollars par an. J’ajoutai qu’au vu de cet état de choses le Ministre n’allait pas manquer de favoriser les médecines alternatives et leur donner toute la place qu’elles méritent dans notre société. Je précisai que c’était notre droit constitutionnel et démocratique de pouvoir disposer d’un réel choix en matière de soins de santé. Si notre gouvernement pense qu’il ne peut tolérer et respecter ce choix fondamental, cela revient à dire que nous devrions aussi supprimer le système parlementaire multipartite...Les Nazis ont aussi aboli les médecines alternatives... Les atrocités commises sous le régime Nazi sont parfaitement documentées. Hitler a également rendu la vaccination obligatoire. De terribles épidémies de diphtérie ont suivi...

    J’encourage tout un chacun à mettre les partisans de la vaccination au défi, à commencer par les Ministres de la santé. Il s’agit de les inviter sur un plateau de télévision à se soumettre publiquement à tous les vaccins injectés aux enfants. Ces vaccins seraient évidemment administrés par un médecin de notre choix pour être certain qu’ils recevraient bel et bien le vaccin et non une quelconque solution de remplacement (eau salée). Nous ne manquerions pas de suivre leurs réactions. Le fait de refuser ce défi serait le signe clair qu’ils admettent avoir peur de leur propre médecine, pour la simple et unique raison qu’ils en connaissent les dangers.

    Dr V.Scheibner : behavioural problems in childhood - The link to vaccination, p.260, 261. (Extraits)

    Le Dr Scheibner s’est elle-même exécutée et a mis au défi les pro-vaccinalistes australiens. Elle a proposé à un responsable de la santé de s’administrer lui-même publiquement certains vaccins. Un américain Jock Doubleday offre, lui, une somme de 75.000 dollars à tout médecin ou agent de firme pharmaceutique qui boira publiquement une mixture d’additifs des vaccins recommandés pour les enfants de 6 ans. A notre connaissance aucun de ces deux défis n’aurait, à ce jour, été relevé ! ************************************************************************

    Le 19 février 1999.

    Cher Editeur,

    SIMON CHAPMAN EST INVITE A S’ADMINISTRER LUI-MEME SA PROPRE MEDICATION

    Le 19 février 1999, le Medical Observer a publié un article de Simon Chapman dans lequel il lançait un défi au mouvement anti-vaccinaliste australien.

    Ma réponse à cet article provocateur est celle-ci :

    Si les vaccins représentent une telle bénédiction, j’invite Simon Chapman à se faire injecter sur un plateau de télévision, par un médecin de mon choix et en ma présence, tous les vaccins normalement injectés aux bébés, et dosés en fonction de son propre poids.

    Les vaccins qui devraient être administrés sont les suivants :

    · DtaP : 3 doses endéans les 4 mois · Hib : 3 doses endéans les 4 mois · OPV ou IPV (polio) : 3 doses endéans les 4 mois · Hép. B : 3 doses à un mois d’intervalle

    La prise de la première dose représente le mois 0.

    Le meilleur moyen de nous convaincre que les vaccins sont sûrs et efficaces est de voir Simon s’administrer lui-même sa propre médication.

    Après l’administration de chaque lot de vaccins, un médecin indépendant et moi-même vérifierions les réactions de Simon, de même que son état général. Les réactions long terme seraient observées pendant une période de 3 ans.

    Si vous ne publiez pas ma lettre et /ou si Simon n’accepte pas cette démonstration simple et sans danger, alors nous risquerions de penser que les vaccinateurs sont malhonnêtes et ont peur de leurs propres médications. En d’autres mots : faites la démonstration ou taisez-vous.

    Je publie cette proposition sur internet afin que tout le monde soit informé.

    Sincèrement vôtre,

    Dr Viera SCHEIBNER, PhD.

    A ce jour et selon les indications du webmaster, Simon Chapman ne s’est pas manifesté depuis le lancement de ce défi. Le site adresse le même défi à toute autre personne jouissant d’une quelconque autorité en matière de santé et qui encourage l’injection de ces substances chez les humains ou autres êtres vivants.

    **********************************************************************

    OFFRE DE 75.000 $ (dollars américains) ( Extrait du communiqué de Presse) A tout médecin ou agent de firme pharmaceutique qui boira publiquement une mixture d’additifs des vaccins recommandés pour les enfants de 6 ans.

    La mixture ne contiendra aucun virus ou bactérie (morts ou vivants), mais seulement les ingrédients (additifs) couramment utilisés pour les vaccins. Cette mixture comprendra les ingrédients suivants : thimerosal (dérivé mercuriel) éthylène glycol (antigel) phénol (désinfectant) formaldéhyde (conservateur et désinfectant), aluminium, benzethonium chloride. ( Au cas où, pour certains vaccins, le thimerosal aurait été supprimé, la version avec thimerosal serait utilisée.)

    La mixture sera préparée par Jock Doubleday, assisté de trois médecins qu’il aura personnellement choisis. La mixture sera aussi adaptée au poids de la personne.

    Pour prendre connaissance de tous les points et détails précis du contrat s’en référer à : http://www.spontaneouscreation.org/SC/$75,000VaccineOffer.htm

    Contact Jock Doubleday : <director@spontaneouscreation.org>

    Cette offre datée du 1er août 2006 ne comporte pas de date d’expiration. Elle pourrait cependant être remplacée par une nouvelle offre, comportant une somme plus importante.

    « Le rêve utopique des pro-vaccinalistes est de démontrer le caractère scientifique de leurs données. La réalité se situe en fait à l’extrême opposé. » Dr V.SCHEIBNER



  • Aline 19 décembre 2007 11:28

    LES MEDECINS, COMME LES PRETRES , SONT DIVISES SUR LEURS CROYANCES

    « Il me semble urgent que l’opinion publique prenne conscience des excès qui sont journellement commis au nom de la santé publique par certains partisans trop zélés d’une pratique discutable. La médecine est un sacerdoce dit-on. Qu’elle n’érige pas en dogmes ses croyances d’un moment ! Et que ses dévots, emportés par le mouvement de leurs convictions, cessent d’user de leur puissance pour imposer leur foi et leur loi à ceux qui les subissent ! Quand le fonctionnaire zélé imagine un règlement à la mesure de ses désirs, quand il use de l’autorité que lui confère sa position de serviteur de l’Etat pour le faire appliquer, il est grand temps que l’opinion s’émeuve...

    Je m’adresse à ceux qui ne refusent pas de voir, et, ne flétrissant que les excès, j’espère trouver des sympathies parmi les vaccinalistes les plus convaincus pour qui conviction n’est pas synonyme de fanatisme ou même d’intolérance... Il est faux - même si c’est commode - de prétendre que l’obligation des vaccinations est un problème de spécialistes : c’est avant tout un problème concernant les parents. Prétendre qu’ils ne peuvent faute de compétence, choisir ce qui convient à la santé de leurs enfants, c’est admettre qu’il faut avoir fait des études de théologie pour choisir sa religion. Les médecins, comme les prêtres, sont divisés sur leurs croyances. Les parents devraient, à notre avis, pouvoir opter librement, en leur âme et conscience, entre l’église médicale du pays et la chapelle de leur cœur. » Fernand DELARUE

    *************************************************************************

    Dans « PAROLES DE MEDECIN », Georges DUHAMEL déclare : « En médecine, la réserve d’inconnu, d’insoluble et d’illogique est inépuisable. » Aussi conseille-t-il aux servants de cette science inexacte de « ne pas l’enchaîner à des doctrines tyranniques » et de redouter « l’enivrement, la présomption. » Il n’en reste pas moins, écrit le Pr. Dr M. FERRU que « le dogmatisme est naturellement oppressif et que, comme toute tyrannie, il est entraîné à imposer sa doctrine ou sa loi. »

    ************************************************************************** « ...en déclarant : « si les faits ne cadrent pas avec la théorie, les faits ont tort », Einstein faisait preuve d’humour ; et cependant il exprimait les sentiments profonds de l’homme de science attaché à sa théorie.... ... La foi en un système de croyance collective se fonde sur un acte d’engagement affectif ; elle repousse le doute, le doute étant le mal......Si grossières que soient ces méthodes, elles ont vite fait d’imposer une vue du monde bornée et sectaire... J’avais des yeux pour voir, et un esprit conditionné pour éliminer ce qu’ils voyaient. Cette « censure intérieure » est plus sûre et plus efficace que n’importe quelle censure officielle. Cela m’aidait à surmonter mes doutes et à remodeler mes impressions dans la forme désirée... .Tous mes amis avaient une de ces trieuses automatiques dans le crâne... » Arthur Koestler : Génie et folie de l’homme- Le cheval dans la locomotive Calman-Levy, 1968.







Palmarès