• vendredi 25 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

anatole archibald

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 44 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Cet auteur n'a pas encore publié d'article

Derniers commentaires

  • Par anatole archibald (---.---.137.181) 29 mars 2012 12:44
    anatole archibald

    @ l’auteur

    Et si on transformait ce déficit récurrent en source, toute aussi récurrente et pérenne, de financement volontariste, d’actifs productifs, industriels entre autre, qui font défaut à notre économie.

    Avant d’aller plus en avant, une petite mise au point s’avère nécessaire. Il nous faut déterminer le taux de déficit rapporté au Budget Social. Avec les données de l’article (450/30 milliards) ce déficit ressort à 6,67%, arrondi à 7% pour faciliter la démonstration.

    De plus plus loin dans le commentaire on aborde 3 choses. La compensation, qui caractérise l’échange ’’Ticket Restaurant’’ contre €uro de la retenue à la source obligatoire. L’€uroFranc, nom que prends ici le ’’Ticket Restaurant’’ est créé sur le même principe que la monnaie bancaire. Le FSCHexagone pour Fonds Souverain Citoyen Hexagone, en charge de la gestion des fonds collectés en €uro. Fort de cette mise au point, on peut maintenant aborder la confection de la potion magique. Ya+ka s’en délecter de sa formule ’’magique’’.

    Pour combler un déficit, de manière totalement indolore, qui plus est, en dégageant des liquididés exclusivement dédiés à l’investissement productif, on procède alors à

    -un emprunt interne ’’Canada Dry’-ça ressemble à un emprunt mais ça n’en est pas un’’

    -auprès de tous ceux (particuliers et entreprises) qui vivent ou bénéficient du budget concerné

    -pour un montant égal au double de celui du déficit

    -au moyen d’une retenue à la source, lors de toute transactions faisant appel au dit budget, égale au double du taux établi ou prévisionnel de déficit

    -immédiatement compensé en totalité (100%) en €uroFrancs, monnaie ’’Canada Dry-ça ressemble à de la monnaie, même parité que l’€uro mais ça n’en est pas vraiment’’

    Techniquement, cela se serait traduit au Budget Social et il en aurrait été de même pour le budget de la Nation.

    Budget Social : 450 milliards d’€uro – Déficit établi : 30 milliards d’€uro – Taux établi du déficit : 7 % - Emprunt interne : 60 milliards d’€uro (2 fois 30 milliards montant du déficit constaté) – Taux de la retenue à la source : 14 % (2 fois 7% taux constaté du déficit)

    Les Incidences pour chaque bénéficiaire : Sur 100 €uro de prestation ou de revenu ou de salaire 14 €uro sont retenus et compensés dans la foulée par un reversement de 14 €uroFrancs équivalent €uro. Aucune perte de pouvoir d’achat à déplorer, l’emprunt (interne) est de fait remboursé.

    Les incidences au budget Social : L’emprunt interne génère une recette de 60 mia d’€uro dont -30 milliards viennent combler le déficit, à défaut de l’éradiquer

    -30 milliards d’€uro disponibles sont affectés au Fonds Souverain Citoyen Hexagone 2.

    les incidences pour les cotisants (entreprises et particuliers) : Aucune restriction sur les prestations (abrogation des franchises et forfaits) ni augmentations de cotisations (par contre réajustement à la baisse envisageable sans effets papillon pervers en retour)

    Les incidences sur l’investissement productif  : Le dispositif FSC Hexagone 2, exclusivement dédié à l’investissement productif, à disposition de tout un chacun (sans discrimination, ni restriction pour une création volontariste d’actifs productifs de Services/Industriels/Commerciaux), réceptionne la collecte en €uro (89,5 milliards bon an, mal an qd même) et participe à la réactivation, à la renaissance de l’ascenseur social.

    Les incidences sur la dette sociale souveraine : La compensation de l’emprunt interne ’’Canada Dry’’, dans l’instant et dans sa totalité, induit sa non existence même et in extenso celle de la charge. La création volontariste d’actifs productifs induit pour sa part, des ’’emploi-sources’’ de cotisations sociales supplémentaires, qui viennent, de concert avec le dispositif, consolider la protection sociale dans son autosuffisance financière.

    Et voilà c’est plié, nous revoilà avec une couverture maladie totalement rétablie dans sa vocation originelle, gratuité totale des soins et de l’hébergement. Mais bon, on est tellement loin d’un tel dénouement et en même temps pas si éloigné que ça, pour peu qu’on décide de se bouger. Nom di diu, di num di diu de mille millions de macarel d’inertie des masses, d’inertie du peuple.

  • Par anatole archibald (---.---.137.181) 28 mars 2012 21:58
    anatole archibald

    @l’auteur

    Non, je ne pense pas ses propositions absurdes. Pour ce faire, Il a une solution mais pas la meilleure à mon sens et probablement que quelqu’un d’autre a beaucoup mieux encore. L’important est de savoir la chose faisable, c’est prendre conscience que c’est possible.

    Je suis juste triste de constater que vous taxez d’utopique le remboursement à 100% des dépenses de santé qui plus est sans aggraver le déficit de la branche. Pareillement pour la retraite, partir à 60 ans à taux plein n’est pas impossible, tout dépends de la valeur du point. et 1700€uro par exemple pourra être le Revenu minimum décent garanti.

    Mais effectivement tant que l’on reste dans l’orthodoxie comptable, c’est impossible, mais pour peu que l’on s’en éloigne un peu, que l’on s’en délivre, tout redevient naturellement possible sans rien dénaturer.

    Quelqu’un a dit quelque chose dans ce style, ’’Heureux celui qui sait la chose impossible à réaliser, il n’ira pas délibérément à la catastrophe. Mais bienheureux celui qui ne sait pas la chose impossible à réaliser, parceque lui va déplacer les montagnes et ouvrir des horizons nouveaux’’ Je crois qu’il ne faut jamais l’oublier. Les limites de l’ impossible sont faites pour être repoussées.

    JLM est le seul parmi tous les candidats à vouloir briser le carcan qui nous brime et nous proposer l’espoir. Ariane a raison. Nul n’est parfait. Nous ne sommes pas dupes et on sait l’homme imparfait mais l’espoir en des jours meilleurs c’est lui.

  • Par anatole archibald (---.---.137.181) 28 mars 2012 18:06
    anatole archibald
    @ l’auteur

    Ce que j’aime chez Mélanchon, c’est la volonté de changer l’environnement global, c’est la dynamique du changement vers plus d’humanité, plus de partage, plus de solidarité, plus de tolérance qu’il vient d’impulser.

    Pour le coup, certaines de ses propositions des plus banales deviennent inaccessibles voire utopiques pour beaucoup, tellement les effets d’un discours élitiste, tenu depuis plus de 20 ans, normé et orienté ’’égoïsme’’, sont prégnants. C’est le cas du smic à 1700 €uro brut.

    Alors, pour reprendre les termes de JLM en personne, ’’macro-économiquement’’, le smic à 1700 €uro brut est parfaitement finançable. Certes, mais confronté a la dure loi du terrain, ce sera en effet au prix de dégâts collatéraux chez les plus fragiles (entreprises et individus). Tout comme le ’’Travailler plus, pour gagner plus’’, cher à Sarkozy et plébiscité par toute une frange intéressée de la population, a un coût (le déficit abyssal), que cette même frange d’ex-vernis va devoir, aujourd’hui, rémunérer rubis sur ongle.

    Alors, c’est vrai, JLM ne maîtrise pas totalement le ’’Know How’’. Néanmoins, ne vous réjouissez pas trop vite, vous auriez tort de penser que cela ne puisse se faire.

    A défaut de salaire à 1700 €uro, le Revenu Minimum Décent pour tous, au pouvoir d’achat de 1700 €uro (ou plus) plus facile à instaurer qui plus est à coût nul (aucune ponction fiscale ni prélèvement obligatoire supplémentaire), est un candidat des plus intéressants. Pour être complet ceci bien sur ne fait pas partie du programme officiel ni même officieux de JLM mais qui sait un jour peut être.

    Car, ici, on fait appel, non pas à la redistribution des prélèvements fiscaux et sociaux, mais à l’acquisition par tout un chacun d’un revenu complémentaire, à l’instar des ’’Ticket Restaurants’’, venant s’ajouter, voire remplacer celui dont on dispose, de sorte à bénéficier in fine d’un pouvoir d’achat de 1700 €uro.

    Un exemple ? Vous bénéficiez de 400 €uro de Rsa. Vous échangez 200 €uro contre l’équivalent de 1500 €uro en ticket Restaurant. Votre revenu s’élève alors à 1500 €uro-ticket restaurant auquel s’ajoute les 200 €uro que vous avez gardés soit un pouvoir d’achat de 1700 €uro.

    Ces €uro-ticket restaurant on va les rebaptiser €uroFranc. Vous affectez les 200 €uro collectés en échange des 1500 €uroFrancs, à une caisse commune à la disposition de tous pour créer les actifs productif de Service/Industriel/Commerciaux qui nous manque. On baptise cette caisse commune du doux nom de Fonds Souverain Citoyen Hexagone. Et voilà, l’ascenseur social se remet en route.

    Comment créer cet €uroFranc ? Tout simplement en reproduisant le principe de la création de monnaie bancaire. A la différence qu’ici, on s’appuie sur le budget de l’État, sur le Budget social, sur les actifs financés en €uro, sur les richesses crées avec les €uroFrancs, bref une création de qualité. Les €uroFrancs, non thésaurisable, ont une durée de vie limitée. Ils sont retirés du circuit à échéance alors même que les actifs financés en €uro perdurent et s’accumulent. Pour finir, l’€uroFrancs, n’est pas de la monnaie, c’est un produit électronique et numérique à caractère social, contrôlé par la Société Civile si seulement celle ci décidait enfin de se défaire de l’inertie ou elle se complaît.

    Et à partir de cet instant vous venez de sortir la France du marasme économique

    Pour juguler le déficit social et rembourser à 100% les dépenses de santé, vous instaurez un emprunt interne obligatoire dont le montant est le double du déficit prévisionnel ou avéré, retenu à la source lors de toute transaction impliquant le budget social et compensé immédiatement avec les €uroFrancs. Bilan, déficit jugulé, emprunt remboursé en €uroFrancs, affectation à la caisse commune de 50 % de l’emprunt et remboursement à 100 % des dépenses de santé. Les €uroFrancs investissent le marché.

    Idem la retraite, la valeur du point peut baisser, les cotisations peuvent baisser mais le pouvoir d’achat minimum de la retraite reste stable à 1700 €uro (ou plus).

    Idem pour le désendettement immédiat de la France. Le procédé est plus ardu à expliquer. On acquiers toutes les créances toxiques existantes à l’aide, non pas de la monnaie issue de la planche à billet comme le fait la BCE, mais avec une obligation subordonnée (pas de charge annuelle de la dette), perpétuelle (pas de date échéance pour le remboursement de la dette) dotées de tous les atours possibles et imaginables, de manière à la rendre très très sexy au yeux des investisseurs. Garanties et cautions solidaires de tous les acteurs (banques, entreprises, institutions, particuliers, États ...etc) impactés par les toxiques.

    JLM a raison dans ce qu’il propose même s’il ne maîtrise pas tout, l’essentiel est de savoir que c’est faisable sans casse ni douleur pour la société. Hormis les très riches qui non seulement gagneront moins mais en plus verront arriver des concurrents sur leur marché.

  • Par anatole archibald (---.---.137.181) 28 mars 2012 12:51
    anatole archibald

    @ mbdx33

    Votre effet domino tout joli, joli, c’est le prévisionnel d’un business plan. Plus il est joli, joli, plus vous aurez de chances de tomber un banquier … complaisant, (quoique en ce moment ils préfèrent la spéculation aux crédit entreprise, enfin bref).

    Le blêm ? C’est que le prévisionnel ne colle jamais avec le tableau de bord. Il faut toujours le remanier, souvent douloureusement. Parce que, lui, le banquier il peut et ne se gênera pas, pour réagir immédiatement ... pas le cas des électeurs.

    1700 €uro est certes finançable mais au détriment d’autres domaines qui en pâtiront, qui ne se gêneront pas à produire leur plus bel effet papillon. Nous sommes financièrement à flux tendu (bien plus encore avec la récession) et contrairement à ce que vous semblez croire il n’y a pas de réserve financière disponible ou piochez en toute impunité le financement. Les prélèvements obligatoires ne sont pas extensibles.

    D’autant que se conformer à l’orthodoxie comptable, comme vous faites, est un obstacle insurmontable pour migrer sans casse et sans douleur vers le changement légitime que vous préconisez.

    Car encore une fois, rien à foutre d’un salaire à 1700 €uro. Non, non et non.

    La France à besoin d’un revenu minimum décent de 1700 €uro net ... immédiatement et pour tous. Marre du favoritisme, on le vilipende chez les riches mais on s’en accommoderait pour les plus fragiles ? Ben oui, quid des bénéficiaires des revenus sociaux, quelqu’un pense un peu à eux ?

    Globalement si je partage vos aspirations seule la méthode pour leur donner vie diffère.

  • Par anatole archibald (---.---.137.181) 28 mars 2012 11:31
    anatole archibald

    @ Catar du 27 mars 17:45

    Le train de vie de l’État ? 91 milliards d’€uro ?
    Ce gaspillage serait donc le 1er budget de l’État ?
    Ils ont carburé à quoi, les énarques qui ont fait l’étude

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération