• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ANNIE

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • ANNIE 12 août 2014 12:42

    Je préfère le terme de travailleuses du sexe à celui de prostituées car je trouve le terme moins stigmatisant pour les personnes qui exercent cette activité.

    La plupart des travailleuses du sexe ne craignent pas d’être reconduites à la frontière car elle sont issues de l’espace Schengen et peuvent librement séjourner 3 mois en France. Et une majorité d’entre elle ne reste pas en France car la vie y est trop chère elle préfèrent faire des aller retour entre leur pays d’origine et la France. Cette loi va surtout développer les sex tour ou city tour.

    A Paris, la brigade chargée de la répression de la traite des êtres humains compte une trentaine de policiers. La brigade de répression du proxénétisme de la préfecture de police de Paris compte une cinquantaine de policiers pour l’ensemble de l’agglomération et son voisinage Ces effectifs et ces moyens sont déjà insuffisants. La chasse aux mafias et proxénètes ne devrait-elle pas être privilégiée sur la chasse aux clients ?



  • ANNIE 12 août 2014 11:47

    Je préfère le terme de travailleuse du sexe à celui de prostituée car je trouve le terme moins stigmatisant pour les personnes qui exerce cette activité.




  • ANNIE 11 août 2014 18:13

     il faut bien reconnaître que la prostitution touche principalement, à une majorité tristement écrasante, les femmes. En France, en Europe, dans le monde, les personnes prostituées sont surtout des femmes.

    Il y a 20% d’homme ou de transgenre qui se prostituent en France. C’est loin d’être négligeable.

    « Cela ne semble gêner personne pour un poumon ou le corps en général, et personne ne crie au scandale liberticide parce qu’on ne peut vendre son bras ou sa peau. Mais tout d’un coup, l’on voudrait qu’une autre partie du corps, le vagin, les seins ou le pénis deviennent des choses, comme détachables du corps ? »

    Les travailleuses du sexe ne vendent pas leur corps, les clients ne prélèvent aucun organe. Elles offrent des services sexuels.

     « d’autant que le délit de racolage passif était quasiment impossible à constituer, donc doublement inutile ».

    Le délit de pénalisation des clients sera encore plus difficile à constituer. Les travailleuses du sexe proposerons des massages tantriques et les passes se feront dans des chambre d’hôtel et appartements. Il sera quasiment impossible pour la police de prouver qu’il y a eu rapport sexuel et échange d’argent. La police n’a pas le droit de perquisition pour délit punit par une amende.

     La proposition de loi de sur la pénalisation des clients sera tout aussi inutile que le délit de racolage passif.

    Les associations d’aide aux personnes prostituées ne pourrons que très difficilement entrer en contact avec les travailleuse du sexe qui auront désertées les trottoirs.

    Cela va isoler encore plus les travailleuse du sexe et rendre leur activité encore plus dangereuse et cela fera prospérer le business des proxénètes qui assureront toute la logistique aux travailleuses du sexe ( chambre hôtel, appartement, site internet...).








Palmarès