• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

anny paule

Ancien professeur de lettres modernes
Docteur en sciences de l’Education
Titulaire du Certificat international d’écologie humaine
Intéressée par "la marche du monde"

Tableau de bord

  • Premier article le 28/11/2007
  • Modérateur depuis le 29/03/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 520 60
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 3674 3296 378
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • anny paule 7 février 2015 16:59

    Les Grecs, ou du moins, le gouvernement Tsipras, ne veulent pas « mettre en oeuvre un programme d’extrême gauche », mais simplement de gauche et de bon sens. 

    Ce que vient de décider Junker est tout bonnement irresponsable, tout comme l’illustre son propos : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ».
    Nous le savions déjà, nous Français dépossédés de notre « NON » au TCE... Nous avons pris la mesure de la négation des Peuples et du déni de démocratie de cette Europe des technocrates et des financiers. La Grèce ouvrait une brèche dans cette forteresse et se donnait pour objectif d’offrir à son peuple le respect et la dignité... Très mal vu par les « pilotes » de cette Europe malade !
    Faudra-t-il que les peuples européens soient saignés à mort pour que cesse cette infamie ? Il reste encore trop de moutons frileux pour remettre les choses dans le bon sens. Notre « France, terre des arts, des armes et des lois » est bien loin de celle des Lumières... et il se pourrait que des canons se remettent à gronder pour régler bien des problèmes... comme l’histoire nous l’a appris ! 


  • anny paule 27 janvier 2015 17:55

    Cette alliance pourrait paraître contre nature... mais quand existe une urgence morale et sociale pour remettre en cause des politiques d’austérité ineptes et iniques, quand le fond de pensée de cette droite grecque vise à lutter contre ces politiques, même si elle est nationaliste, cela peut se justifier.

    Repensons à la composition politique groupale de ceux qui ont permis au CNR, chez nous, d’exister et de réussir des réformes salutaires... Ils étaient de tous bords mais avaient en commun le désir de justice sociale.
    Je ne sais ce que pourra en dire JL Mélenchon... mais, peut-être que s’il s’agit de RESISTER et de nous éviter de tomber dans la fosse de la troïka, ce type d’alliance n’est pas aussi incongru qu’il en a l’air... d’autant que le KKE (PC grec) totalement stalinien refuse toute alliance. 


  • anny paule 16 janvier 2015 17:36

    J’adhère à votre propos, à une exception près : non, la République ne se vit pas comme une religion.


    La République, dans son essence, c’est « la chose publique », théoriquement, elle appartient à tout le peuple, elle devrait être son incarnation... ce qu’elle n’est plus, hélas !
    Nous sommes dans un régime oligarchique et autoritaire dans lequel la vox populi n’a plus sa place.

    Quand la misère sociale s’étend, quand il n’y a plus d’espoir, les religions prennent le pas sur les « gouvernements ». Nous avions la paix sociale, la paix religieuse (grâce à notre principe républicain de laïcité, justement) tant qu’il y avait le plein emploi (ou presque), tant que l’école pouvait jouer un rôle « d’ascenseur social », mais en ces temps de déshérence morale et de crise interminable, chacun essaie de trouver sa solution pour échapper à l’angoisse du lendemain.
    Et ceux qui font l’opinion ont su, progressivement, désigner des boucs émissaires... Nous en sommes là, et nul ne peut se faire prophète, mais cet événement grave remet dangereusement en question le principe-même de la République. 


  • anny paule 16 janvier 2015 17:13

    Merci d’alimenter aussi brillamment notre réflexion ! En toute modestie, vous avez écrit ce que j’aurais aimé écrire !

    Comme vous, je me suis abstenue, dimanche tout en me torturant l’esprit sur mon choix. Une partie connue juste avant de la liste des participants m’a confortée dans ma décision, au même titre qu’une « invitation » personnelle de Cambadélis, arrivée sur mon ordinateur à 0 h 33, dans la nuit du 10 au 11 alors que je ne suis pas au PS, ou encore que ce slogan ait été le fait d’un publiciste !
    Mes craintes, en ce moment, se tournent vers la récupération qui en est faite !!!
     


  • anny paule 16 janvier 2015 16:49

    Malgré votre immense culture, BD, vous me semblez porter un jugement erroné su la laïcité.

     
    La laïcité, n’est ni l’athéisme, ni le matérialisme, mais l’acceptation de toutes les religions et croyances dans l’espace privé, (chacun a le droit de croire en un Dieu, quel qu’il soit, de pratiquer le culte de son choix dans des lieux spécifiques, tant que cela n’empiète pas sur le domaine public). La laïcité, correspond à l’espace public, neutre vis à vis de toutes les religions.
    Chacun peut choisir son appartenance, sa foi, sa forme de spiritualité tant qu’il ne fait pas de prosélytisme et n’ affiche pas de signes ostensibles liés à une quelconque appartenance religieuse.

    Cette laïcité, héritée des réflexions les Lumières, acquise lors de la révolution de 1789, a été un moyen de mettre fin à de nombreuses guerres de religion sur notre territoire. La loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, de 1905 semblait avoir définitivement réglé cette question.

    Ce sont plutôt les problèmes sociaux et sociétaux, le chômage organisé et voulu, le retour de la misère et de l’exclusion de certains de nos concitoyens qui ont réactivé le fait religieux.
     
    Pour moi, l’école publique reste un lieu de l’espace public et ne doit en aucun cas se mêler d’enseigner les religions. Que des cours d’histoire des religions, en tant que faits historiques, soient distribués en toute objectivité, à la limite, ce pourrait être un possible... Et encore ? Cela montrerait, peut-être que l’espace originel des trois religions monothéistes est un espace commun, que certains « personnages » s’y retrouvent conjugués avec des aspects différents et qu’il est vain de se battre pour des croyances.

    Par ailleurs, songeons aux « âges » de ces trois religions : nous ne manquerons pas d’évoquer les « Croisades » chrétiennes et de les confronter aux désordres liés à l’islamisme intégriste d’aujourd’hui. Le décalage dans le temps est le même... Peut-être existe-t-il de nouveaux « croisés » armés de toute la violence moderne pour le plus grand bénéfice de ceux qui vendent des armes ??? 
    Mais, disait Jaurès, « Le capitalisme apporte la guerre comme la nuée annonce l’orage ».

    Ne nous trompons pas de lutte : la nôtre devrait être celle de la « laïcité », en tant que neutralité, qu’objectivité, que respect d’autrui, et celle de la quête de justice sociale. Et cela semble mal parti !  
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès