• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Antisthene

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Antisthene 8 mai 2012 09:26

    Excellent article. Un peu de rationalité au milieu du torrent de réactions passionnelles qu’on subit depuis trois jours, ça ne fait pas de mal.

    J’ajoute d’autres éléments :

    - en 2002, il y avait une loi qui tenait à peu près la route, et qui définissait à peu près le harcèlement, ce qui permettait aux tribunaux de récuser les accusations fantaisistes. Ce sont les associations qui se plaignent aujourd’hui (AVFT, etc.) qui ont fait pression pour que la loi soit vidée de sa substance. A cause d’elles, on a donc subi une loi inconsistante pendant dix ans. Ce qui est étonnant, ce n’est pas qu’il y ait abrogation, mais que celle-ci ne soit pas intervenue plus tôt !

    - combien d’hommes ont subi des procédures abusives, initiées par des femmes pour régler des comptes ou simplement attirer l’attention en jouant les victimes ? Combien d’hommes ont été abusivement condamnés ? Enfin, même s’ils ne l’ont pas été, combien ont été discrédités dans leur entreprise, dans leur milieu - combien ont sombré dans la dépression parce qu’ils ont subi de fausses accusations, auxquelles le public croit spontanément, et auxquelles il est très difficile de résister moralement ?

    - enfin, combien d’hommes sont eux-mêmes victimes de harcèlement et n’osent pas porter plainte par peur du ridicule, et parce que les associations font croire au public qu’il s’agit exclusivement d’un « droit des femmes » ? Quand les pouvoirs public lanceront-ils une campagne pour expliquer aux hommes victimes qu’eux aussi ont le droit de se défendre ?



  • Antisthene 24 octobre 2009 10:31

    Voici une autre réaction :

    Le Groupe d’études sur les sexismes (GES) proteste contre les propos tenus par Anne Lauvergeon, présidente d’Areva, au journal du soir de France 2, le 16 octobre 2009 :
     
    « A compétences égales, eh bien désolé, on choisira la femme ou bien on choisira la personne venant d’autre chose que le mâle blanc, pour être clair. »
     
    Ces propos constituent en effet la revendication d’une double discrimination à l’embauche, selon le sexe et selon la couleur de la peau, totalement en contradiction avec les lois en vigueur.

    Il importe désormais que les instances nationales en charge de l’égalité des droits entre les sexes interviennent auprès d’Areva pour vérifier si cette transgression affichée des lois correspond à une réalité, et agissent en conséquence. Faute de quoi la discrimination à l’embauche contre les hommes se trouvera légitimée dans le monde de l’entreprise.

    Le président, René Delamaire / g-e-s@laposte.net



  • Antisthene 20 juin 2009 11:26

    En complément à l’article :

    Toutes les références des enquêtes concernant les violences conjugales faites aux hommes se trouvent à http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?rubrique53

    Au point de vue bibliographique :
    L’homme battu. Sophie Torrent. Option Santé
    La cause des hommes. Patrick Guillot. Viamedias



  • Antisthene 18 avril 2009 23:19

    Il n’y a ni « transposition » ni « renversement », il y a un dévoilement progressif de choses qui ont été occultées pendant des décennies, à savoir les violences féminines contre les hommes ou les enfants. Domaines principaux de cette occultation : violence conjugale (dont nous parlons), inceste maternel, pédphilie féminine, aliénation parentale, mariages forcés, etc. C’est la méconnaissance (et non l’inexistence) de ces violences qui provoque l’étonnement, du moins de ceux qui ne les ont pas connues ou étudiées. De grâce, pensez aux victimes et cessez d’occulter : il est temps que ça sorte !



  • Antisthene 18 avril 2009 21:13

    Il n’y a ni « renversement » ni « transposition », il y a depuis des décennies occultation des violences contre les hommes. Certains types de violence sont traités à fond par les politiques et les médias et sanctionnées par la « Justice » lorsque les victimes sont féminines, elles sont ignorées et occultées lorsque les victimes sont masculines. Exemples : violence conjugale, inceste maternel, pédophilie féminine, mariage forcés, harcèlements, aliénation parentale, etc.

    Après cela, effectivement, si on n’a pas étudié ces questions, on a l’impression d’avoir affaire à un « renversement » : il ne s’agit que d’un dévoilement de ce qui était caché. Il est temps !







Palmarès