• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

astus

astus

Mes études m'ont sensibilisé à l'humain ce qui m'aide à résister à certaines aliénations contemporaines pour tenter de garder l'essentiel : la capacité à penser pour rester libre tant les croyances de notre époque restent pour moi un sujet d'étonnement. Je soutiens une éthique laïque et citoyenne qui privilégie les liens sur les biens. Plutôt agnostique mais intéressé par la spiritualité, la lecture, l'histoire, et les débats philosophiques, j'aime aussi la nature et les arts, notamment la musique et je me dis parfois que les orchestres sont de bons modèles d’organisation sociale. Intéressé par la modernité je ne partage pas l'enthousiasme de certains pour le matérialisme actuel dont la panoplie technocratique me semble être plus un problème qu'une solution tant pour l'avenir de nos sociétés que pour celui de notre planète.

Tableau de bord

  • Premier article le 07/02/2008
  • Modérateur depuis le 21/03/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 64 1199 2300
1 mois 0 7 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 646 344 302
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • astus astus 15 juin 10:34

    @astus


    Erratum : à la place de « Ceux qui critiquent l’utilisation de ce mot... » il faut bien sûr lire « Ceux qui organisent l’utilisation de ce mot (à des fins polémiques de victimisation) cherchent évidemment à restreindre la liberté d’expression ... »

    PS : je constate que les trolls moinsseurs patentés, avec toujours aussi peu d’arguments, et toujours aussi peu de lumière à tous les étages (la lumière divine s’entend !) se sont réveillés avec la gueule de bois. C’est bien le signe que l’article vise juste. Tous ensemble écrasons l’infâme.


  • astus astus 14 juin 14:42

    @guylain chevrier



    Merci pour cet excellent article clair, précis et documenté, qui montre bien comment le mot islamophobie vise à faire taire ceux qui critiquent les excès d’une religion quand elle cherche à faire admettre un délit de blasphème comme avec cette résolution du Pakistan que vous évoquez, adoptée par 23 voix contre 11 et 13 abstentions par l’Organisation de la conférence islamique (OCI) le 26 mars 2009. Récemment un blasphémateur a d’ailleurs été condamné à mort au Pakistan, un pays islamisé de force sous l’égide féroce de Tamerlan à la fin du 14ème siècle. 

    Ceux qui critiquent l’utilisation de ce mot cherchent évidemment à restreindre la liberté d’expression et réalisent un amalgame, un mot d’origine arabe signifiant une relation sexuelle, entre la critique d’une religion et celle de ses fidèles, pour placer les lois religieuses au dessus des lois de la République, qui contrairement aux précédentes sont votées par les citoyens, ce qui fait une énorme différence. 

    La loi de 1905 est le fruit d’une longue histoire qui permet heureusement de croire ou de ne pas croire en séparant le domaine civil (politique) du religieux. D’où la phrase : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » (MatthieuXXII,21) qui rend possible le fait que « La religion est pour Dieu, la nation est pour tous » selon Naguib Mahfouz ou « L’Etat chez lui, les religions chez elles » de Victor Hugo. 

    La critique des religions qui attentent à la liberté est une œuvre de salubrité publique comme l’avait compris Voltaire qui signait ses lettres EI, une abréviation aux lettres prémonitoires, ou « Ecr.l’inf » (écrasons l’infâme), pour inviter son lecteur à la lutte contre tout obscurantisme, notamment religieux. Les quelques 80 tribunaux islamiques présents en Angleterre qui font appliquer la charia pour le droit matrimonial et l’héritage montrent bien les dérives d’un système auquel nous avons heureusement réchappé en France grâce à cette loi sur la laïcité que beaucoup nous envient.

     


  • astus astus 8 juin 18:31

    @OMAR


    Je vous cite : « ...(les) anciens colonisés qui veulent rejoindre l’ex-pays colonisateur n’est pas spécifique à l’Angleterre, mais est général. »
    Vous dites donc exactement la même chose que moi puisque je fais aussi ce constat, sauf que je pose en plus la question, apparemment gênante, de savoir pourquoi ces gens veulent vivre avec leurs anciens « bourreaux colonisateurs »  ? pour laquelle vous ne donnez aucune explication. 
    Je pense aussi qu’il serait plus utile pour ceux qui font le procès des colonisations (que je ne soutiens en aucune manière) au lieu d’avoir un jugement moral polémique (de polemos : guerre), de replacer celles-ci dans des temps et des lieux précis pour essayer de comprendre comment elles ont été possibles, et de réfléchir pour savoir s’il y a eu dans toute l’histoire humaine une seule période ou des empires n’ont pas cherché à étendre leur influence, tout en se demandant pourquoi les hommes procèdent ainsi. Mais évidemment on sort alors des idées toutes faites et c’est fatiguant de penser.

  • astus astus 8 juin 15:33

    A l’auteur,

    Vous écrivez : « Le djihadisme mondial est le fruit des politiques de colonisation Occidentales... »
    Pouvez-vous alors expliquer clairement pourquoi de très nombreux anciens colonisés par les anglais veulent justement vivre et habiter en Angleterre, c’est à dire, si je vous comprends bien, justement avec leurs anciens bourreaux ?
    J’ai déjà posé plusieurs fois cette question sur Agoravox, mais assez curieusement je n’ai jamais reçu de réponse. 

  • astus astus 7 juin 11:13

    @astus

    Un individu complètement marteau à Paris et deux attentats à Téhéran ... c’est le Brexit je vous dis !






Palmarès