• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

attis

attis

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/05/2015
  • Modérateur depuis le 29/10/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 16 175 222
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 85 42 43
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • attis attis 13 juin 00:22

    @christophecroshouplon
    Vous lisez vite... 

     
    A AUCUN MOMENT les auteurs cites n’indiquent que la CIA, le Pentagone etc.. n’avalise ou n’intervient dans TOUTES les productions.
     
    C’est effectivement moi qui l’affirme. Ces auteurs sont plus prudents, et s’appuient sur des éléments tangibles (documents déclassifiés, généalogies, etc.). Mais vous admettrez que les productions touchées de façon avérée sont extrêmement nombreuses, et les « artistes » liés de façon certaine au milieu du renseignement sont tout aussi nombreux. Pas besoin de faire un gros effort d’imagination pour comprendre que l’ensemble du milieu du divertissement est touché.
    Il est possible d’identifier une oeuvre comme étant une oeuvre de propagande sans avoir besoin d’éléments tangibles (comme une fiche de paie émise de la CIA au nom d’un scénariste, par exemple). Les thèmes traités et la manière dont ils sont traités sont amplement suffisants, en tout cas pour celui qui a l’habitude d’identifier la propagande pour ce qu’elle est (j’ai la prétention de croire que c’est mon cas, le plus souvent).
     
    Le cas de David Lynch, que vous évoquez, est intéressant, parce que ses thèmes de prédilection sont typiquement ceux sur lesquels insiste la communauté du renseignement. Il n’y a pas, à ma connaissance, de faits connus du grand public le liant à la communauté du renseignement (hormis son financement par mamy et papy Bouygues). Mais quand un réalisateur répète ad nauseam dans ses films que la réalité est constituée de réalités parallèles entremêlées et saupoudrées d’une touche de magie, ou qu’il fait la promotion de la version de MKULTRA servie par la CIA et ses séides (i.e. un programme de fragmentation de la personnalité permettant de créer des super-assassins ou des esclaves sexuels), je n’ai pas besoin de plus pour qualifier cette personne d’agent de propagande, surtout si la personne en question est une célébrité internationale. 
    Je n’ai vu qu’une heure de Inland Empire - je ne supporte plus toutes ces conneries. Mais ça a été suffisant pour me conforter dans mon opinion de Lynch. Déjà, l’actrice principale est Laura Dern, son actrice-fétiche, qui outre le fait d’être moche comme un pou et d’être totalement dénuée de talent, est avant tout la fille de Bruce Dern et est issue de la famille oligarchique du même nom (cf. cet article). Ensuite, ce film est une caricature de ce que j’évoquais plus haut : une pincée de réalités parallèles, un doigt de MKULTRA version propagande de la CIA, et pour augmenter la confusion rajoutez un peu de sexe malsain, de langues étrangères (sous-titrées ou pas) et une réalisation faite les yeux bandés, et vous obtenez le résultat désiré : le public est complètement désorienté, ne sait plus distinguer le vrai du faux, et est donc plus aisément malléable (l’objectif principal de ce type d’oeuvres). Il suffit alors d’une campagne de presse appropriée (menée par d’autres agents, bien entendu), pour faire croire aux gogos et à tous ceux qui veulent paraître hype que l’on a affaire à un sommet du surréalisme, et le tour est joué.


  • attis attis 12 juin 21:17

    @christophecroshouplon
    Allez faire un tour sur mon blog, lisez les articles relatifs à Hollywood et ceux sous la rubrique « contre-culture » (ces derniers plus en lien avec le monde de la musique, mais la logique est la même qu’avec le cinéma). Réfléchissez, laissez infuser, et on discutera sérieusement par la suite.

    Sur David Lynch, il me semble qu’il a longtemps été financé par la famille Bouygues. Indépendant, vraiment ?
    Je connais plutôt bien Kubrick et son oeuvre. Sa fille est (était ?) membre de la scientologie, une branche non-officielle du renseignement américain.


  • attis attis 12 juin 16:47

    Vos prémisses sont erronées.

    Vous pensez que l’objet de ces films est de dénoncer des conspirations, mais vous ne semblez pas avoir compris que Hollywood est l’usine à propagande du gouvernement américain - et par extension de l’oligarchie qui contrôle ce dernier.
    Le but est ici de contrôler la vision qu’a la population de telle ou telle problématique (pratiques oligarchiques,contrôle mental, etc.). Tous ces films que vous citez mentent, et leurs auteurs (Kubrick, Lynch, et tous les autres) sont des agents de désinformation. Le seul intérêt que présentent ces « oeuvres » est de voir quel type de propagande le pouvoir souhaite imposer à la population à un moment donné.


  • attis attis 7 juin 21:15

    @Xenozoid
    J’avais voulu traduire cette conférence il y a quelques temps, mais je me suis rendu compte que le boulot avait déjà été fait. Je n’arrive plus à retrouver où la trad a été postée, mais tu devrais pouvoir la dénicher.



  • attis attis 7 juin 11:41

    @Thierry SALADIN

    Au sommet de Riyad, les chefs de gouvernement ont semblé s’être mis d’accord pour mettre l’Iran en quarantaine - même si l’Iran et le Qatar ont une relation forte. Ils ont aussi semblé s’être mis d’accord pour contrer les Frères Musulmans. Les Frères Musulmans sont placés sur une liste noire en Arabie Saoudite, en Egypte et aux Emirats Arabes Unis, mais bénéficient d’un statut privilégié au Qatar. L’idéologue en chef des Frères Musulmans, Yusuf al-Qaradawi, est une célébrité à Doha. Il dispose d’un accès direct et sans aucune comparaison à l’émir et à son père et prédécesseur, Hamad bin Khalifa al-Thani.
     
    Deux jours après son retour de Riyad, l’émir a prononcé un discours lors d’une cérémonie militaire, qui fut diffusé sur la télévision d’état. Il a évoqué ses excellentes relations avec l’Iran, décrivant les iraniens comme des « stabilisateurs » de la région qui « ne peuvent être ignorés ». L’émir a remis en cause les implications de la position américaine au sommet de Riyad, en déclarant : « Personne n’a le droit de nous accuser de terrorisme, au simple motif qu’ils déclarent que les Frères Musulmans sont un groupe terroriste, ou parce qu’ils ne sont pas prêts à faire face au type de résistance imposée par le Hamas ou le Hezbollah. » Et il a lancé une pique à l’Arabie Saoudite en déclarant : « Le véritable danger se trouve dans le comportement de certains gouvernements qui ont eux-mêmes incubé le terrorisme, en adoptant une version extrême de l’islam ».
Voir tous ses commentaires (20 par page)