• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

aude.guignard

doctorat de IIIè Cycle Université René Descartes, Paris V, Psychologie sociale, en 1971

Tableau de bord

  • Premier article le 29/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 5 38
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • aude.guignard 30 janvier 2009 09:20

    Vous avez tout à fait raison ! commis en secret derrière la porte close du foyer, il est beaucoup plus difficile à repérer et à prouver que les actes commis en réseau (preuves informatiques, par exemple).



  • aude.guignard 29 janvier 2009 19:30

    Bonjour Fergus, vous avez tout à fait raison, je n’ai pas cité de chiffres ni d’études sur la question. Cependant toutes les études et enquêtes aboutissent au résultat suivant : l’inceste est commis dans tous les milieux (voir mon commentaire à appoline) . Les personnalités des pervers-ses pédophiles (qu’ils-elles soient intra ou extrafamiliaux) sont souvent proches de celles des gens qui aiment le pouvoir, car l’inceste est d’abord et avant tout un abus de pouvoir sur un être faible l’enfant. 

    je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait qu’un-e pédophile s’est construit sa personnalité psycho affective de manière viciée, il faut généralement trois générations pour qu’un inceste soit commis : l’enfant incesté, l’incestueur-e adulte, et les parents qui ont élevé de manière dysfonctionnelle l’incestueur-e, et l’ont modelé -e en pervers. Si l’incestueur est un-e cousin-e ou un -e membre de la fratrie de la victime, deux générations suffisent , bien entendu. Mais même dans ces cas là, si on cherche, on va trouver bien souvent que les parents eux même sont très probablement victimes de la génération d’au dessus. L’inceste existe car les familles sont dysfonctionnelles de manière transgénérationnelle. (je ne parle PAS d’hérédité, mais de transmission d’une génération à l’autre des troubles de la personnalité).



  • aude.guignard 29 janvier 2009 19:19

    bonjour appolline, vous posez un réel problème. Cependant les très nombreux scientifiques qui se sont penchés sur la question ont su poser des jalons, tourner longuement autour de cette question, et la résoudre en grande partie, par divers moyens scientifiques : comparaison des chiffres des tribunaux, des chiffres de la police, des chiffres des services sociaux de protection de l’enfance, des chiffres médicaux, comparaison avec les résultats des enquêtes de victimation, recoupement entre diverses sources.
    Il est tout à fait vrai que l’inceste est commis dans tous les milieux sociaux, les pervers des milieux aisés sachant mieux se protéger peut-être en face de la machine judiciaire, grâce à leur éducation juridique et à leurs capacités financières à payer de bons avocats pénalistes, face à une victime traumatisée, habituée depuis l’enfance à l’impuissance face à l’adulte incestueur, et ne sachant où s’adresser pour se faire entendre.
    Pour le silence familial autour des cas d’inceste, il est connu que dans 90% des cas, la famille fait taire la victime, et/ou l’expulse , la laissant complètement isolée et démolie.



  • aude.guignard 29 janvier 2009 19:10

    Bonjour aquad69

    1/ n’ayant pas vécu sous Louis XIV ni Vercingétorix, je ne peux vous répondre sur le problème de savoir s’il en a toujours été ainsi.Ce qui est tout à fait vrai, c’est que le périmètre de l’inceste (qui commet un inceste, soit une agression sexuelle intrafamiliale sur mineur/qui commet une agression sexuelle extrafamiliale) varie d’une culture à l’autre selon les règles de parenté, et de majorité sexuelle.
    2/ Le Figaro a sorti son article ce jour là pour être synchrone avec la remise du rapport de la Mission parlementaire sur l’inceste, et coller à l’actualité.
    Je peux vous assurer que cela n’a rien avoir à ma connaissance avec les risques d’explosion sociale, pour ce coup là. 
    Il ne s’agit pas de détourner l’attention de la part du gouvernement, il s’agit du résultat d’une lutte de longue haleine des associations spécialisées, commencée il y a déjà des années, et ponctuées par les promesses de deux gardes des Sceaux, et une mission Raffarin sur l’introduction de l’inceste dans le Code Pénal. Mais vous n’étiez en aucune manière tenu d’être au courant de cela, la lutte contre l’inceste étant un travail de l’ombre, en raison du tabou : donc vous cherchez une raison plausible en fonction de vos connaissances, ce qui est tout à fait légitime.
    De toute manière l’attention envers les victimes d’inceste ne durera pas assez longtemps pour être un moyen significatif de lutte contre la crise ! (hélas !)



  • aude.guignard 28 juin 2007 22:38

    Bonjour, je tiens à rappeler que 12 (douze) enfants ont été reconnus victimes d’abus sexuels incestueux ou non pendant le procès d’outreau, sans qu’aucun procès ultérieur ne vienne corriger ce chiffre. D’autres enfants en plus de ces douze sont toujours considérés comme susceptibles d’avoir été victimes d’abus sexuels incestueux ou non. et 4 (quatre) adultes ont été reconnus coupables d’INCESTES, nommés selon les termes juridiques viols ou agressions sexuelles aggravées par ascendants, et par personnes ayant autorité.Ils n’ont pas fait appel et n’ont pas été acquittés ultérieurement. Ils sont coupables, indéniablement.Donc la parole des enfants n’est pas QUE des inventions, et les adultes ne sont pas QUE des innocents maltraités par la justice. Outreau c’est le procès de l’inceste. Qui y pense encore ?? non, les gens n’y voient QUE des erreurs judiciaires.

    Il est vrai que des experts ont fait de graves erreurs et qu’un juge d’instruction a fait des ommissions graves en ne faisant aucune confrontation. Ce n’est pas une raison pour jeter le bébé avec l’eau du bains, et considérer qu’Outreau n’est qu’une erreur judiciaire.

    Qui y pense encore, à ces enfants victimes ??? Qui a un regard courroucé contre ces 4 adultes inces-tueurs d’enfants ?







Palmarès