• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Auffret

Auffret

Chroniques société, politique, pensées poétiques.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 18 49
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Auffret Auffret 14 mai 2009 22:59

    Rachida Dati n’a jamais réussi à trouver les bureaux du Ministère de la Justice !
    Sarkozy lui a juste dit : « Tu vas place Vendôme, et c’est là. »
    Evidemment, elle a trouvé les vitrines des joailliers et cela lui a plu.
    Tout le reste n’est que littérature.



  • Auffret Auffret 25 mars 2009 17:55

    Merci pour votre compréhension.
    Le combat des hommes peut commencer car, si la route est longue, la pente change de sens.



  • Auffret Auffret 13 août 2008 16:25

    Le radeau de la méduse, mais oui, mais oui !
    Voilà une bonne idée. Faut-il le faire sortir de la rade de Brest, c’est à dire de notre matrice à tous, ou faut-il le faire rentrer dans ce havre de paix, tel l’infantement à reculons ?
    Gamin, j’ai toujours pensé que l’apothéose de la vie était à 5O ans et que, à reculons, nous aurions tout loisir de savourer nos vertes années pour enfin revenir dans le cocon qui nous a vu naître.
    Deux fois plus de bêtises de gamins qui sont tout de même bien préférables aux bêtises des grandes personnes. Je plaide pour l’enfance, endroit merveilleux de franchise, de justice et d’imagination,
    Sur mon radeau de la méduse, il n’y aura plus que des enfants qui construiront un monde meilleur.
    (Pour les grandes personnes, c’est un peu trop tard !)
    Le radeau est en construction, rendez-vous bientôt pour nos prochaines aventures !
    A suivre...

    (Merci pour vos commentaires, cher Penpat, qui m’ont permis de vérifier que l’imagination vogue toujours dans nos coeurs.)



  • Auffret Auffret 11 août 2008 16:06

    Quand la nostalgie nous tient !

    Les plaques d’immatriculation des voitures vont changer et abandonner
    le numéro des départements au premier janvier 2009.

    Ce changement semble faire plus d’émoi que la mondialisation, les délocalisations
    et le sort de la planète.
    Ciel ! personne ne saura d’où je viens et moi, je ne saurai pas où je suis.
    Ce changement semble une atteinte à l’identité personnelle.


    Il est curieux de constater que cette nostalgie subite s’appuie sur le mot "département"
    qui est le symbole même du pouvoir central, bien centralisateur.
    Les girondins seraient-ils devenus jacobins ?
    "Diviser pour régner" reste toujours la devise à la mode afin d’éviter toute région trop forte.
    En fait, ce ne sont pas les plaques d’immatriculation des voitures qu’il faut changer
    mais bien abolir les départements et réunir les budgets départementaux et régionaux.
    Au lieu de crier contre les gouvernements qui n’en peuvent plus, unissons nos efforts
    pour une meilleure visibilité et une grande économie d’échelle.
    L’Europe est "régionale", encore faut-il qu’il y ait des régions de taille européenne.
    Voyager avec son "numéro" à l’arrière de sa voiture ne fait que dire :
    "tiens, celui-ci n’est pas d’ici", c’est donc un étranger.
    France Télécom nous a habitués à d’autres numéros que ceux du département
    et nous n’avons rien dit. Les opérateurs du téléphone portable ont su, avec sagesse,
    se débarrasser de cet encombrant "territoire".
    A l’heure de l’Europe, nous avons bien besoin de nous appeler "Français",
    alors que le département fleure bon le sous-préfet aux champs.
    "Big brother" nous traque allègrement chaque jour, essayons cette liberté d’être
    nous-mêmes, sans le regard oblique et soupçonneux.

     



  • Auffret Auffret 10 août 2008 23:29

    Quand la nostalgie nous tient !

    Les plaques d’immatriculation des voitures vont changer et abandonner
    le numéro des départements au premier janvier 2009.

    Ce changement semble faire plus d’émoi que la mondialisation, les délocalisations
    et le sort de la planète.
    Ciel ! personne ne saura d’où je viens et moi, je ne saurai pas où je suis.
    Ce changement semble une atteinte à l’identité personnelle.


    Il est curieux de constater que cette nostalgie subite s’appuie sur le mot "département"
    qui est le symbole même du pouvoir central, bien centralisateur.
    Les girondins seraient-ils devenus jacobins ?
    "Diviser pour régner" reste toujours la devise à la mode afin d’éviter toute région trop forte.
    En fait, ce ne sont pas les plaques d’immatriculation des voitures qu’il faut changer
    mais bien abolir les départements et réunir les budgets départementaux et régionaux.
    Au lieu de crier contre les gouvernements qui n’en peuvent plus, unissons nos efforts
    pour une meilleure visibilité et une grande économie d’échelle.
    L’Europe est "régionale", encore faut-il qu’il y ait des régions de taille européenne.
    Voyager avec son "numéro" à l’arrière de sa voiture ne fait que dire :
    "tiens, celui-ci n’est pas d’ici", c’est donc un étranger.
    France Télécom nous a habitués à d’autres numéros que ceux du département
    et nous n’avons rien dit. Les opérateurs du téléphone portable ont su, avec sagesse,
    se débarrasser de cet encombrant "territoire".
    A l’heure de l’Europe, nous avons bien besoin de nous appeler "Français",
    alors que le département fleure bon le sous-préfet aux champs.
    "Big brother" nous traque allègrement chaque jour, essayons cette liberté d’être
    nous-mêmes, sans le regard oblique et soupçonneux.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société Société Tribune Libre Art






Palmarès