• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

aurelie

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 52 51
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • aurelie 1er octobre 2007 10:53

    NPM, rendez-vous service, et rendez-nous service : taisez-vous.



  • aurelie 1er octobre 2007 10:51

    Je partage votre inquiétude. Comment allons-nous réagir alors même que nous avons privatisé une grande partie de la France et que nous nous éloignons de l’autosuffisance énergétique et alimentaire ? J’ai très peur de l’avenir. La plupart des gens, je l’ai souvent remarqué, face à un événement désagréable mais futur, préfèrent se boucher les oreilles et ne pas voir les différents signaux d’alarme qui se présentent, quitte à réagir quand il est trop tard. Ca ne m’étonnerait pas que des gens qui se sont crus tranquilles pendant des années soient soudainement confrontés à la réalité, et ce sera un choc. Un sondage récemment publié révélait qu’un gros pourcentage des français pensaient qu’être SDF ne leur arriverait jamais. Et si ça leur arrivait ?



  • aurelie 30 septembre 2007 10:12

    Vous n’avez rien compris, tous les deux, à ce que j’ai écrit. Individualisme n’est pas synonyme de liberté, au contraire ; c’est synonyme de solitude, de stress, de pauvreté et de misère. Je n’ai jamais dit ni pensé que les français étaient altruistes, mais il suffit de lire des romans et de regarder des émissions des années cinquante pour s’apercevoir que l’attitude des gens était différente. Toujours égoïstes, les gens mettaient moins de fierté à l’être ; et ils étaient reconnus comme égoïstes avec un certain mépris pour leur attitude, leur incorrection. Aujourd’hui au contraire, l’égoïsme est valorisé, admiré, triomphant même. Les américains au contraire des français sont animés par un profond sentiment de righteousness, c’est-à-dire qu’ils sont profondément persuadés que Dieu récompense sur cette terre les attitudes morales : par conséquent, les pauvres sont pauvres parce qu’ils sont mauvais, et s’ils se corrigeaient, ils seraient riches. La réussite sociale est considérée d’un bon oeil pour eux. Par conséquent, pas besoin d’aide sociale. Au contraire, les Français ont été animés pendant des siècles et jusqu’aux années cinquante par un profond sentiment de culpabilité et la réussite sociale est toujours un peu louche (« les premiers seront les derniers », « il est plus facile à un chameau de passer par le chas d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des cieux », etc). C’est ça qui a changé récemment, sans que la culpabilité disparaisse pour autant.



  • aurelie 29 septembre 2007 16:17

    NPM = Ne Pas Me répondre



  • aurelie 29 septembre 2007 12:58

    Excellent article qui exprime des idées auquelles j’adhère entièrement. L’américanisation de la société française est une réalité. L’individualisme croissant et le triomphe de l’égoïsme sont devenues les nouvelles valeurs de la société française, mais sans que celle-ci se débarrasse de la culpabilité qui l’imprègne depuis des centaines d’années... Curieux mélange, qui donne des perdants, des gens malheureux et qui se sentent coupables d’être malheureux, et des gagnants, qui se sentent exonérés de la culpabilité grâce à leur réussite, alors qu’au contraire ils devraient avoir honte de réussir grâce à leur absence de qualités morales. Les distributeurs qui nous vendent des fruits et légumes mauvais, qui abusent de leur position dominante pour pratiquer des marges abusives, qui s’entendent sur les prix, toutes choses répréhensibles moralement et même parfois illégales, sont encensés et admirés. Le truc, c’est d’être assez égoïste pour faire son bonheur sur le malheur des autres. Immoral et honteux. Un retour en arrière est-il encore possible ? Je le souhaite de toutes mes forces.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès