• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

banzai

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 13 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • banzai 26 novembre 2014 15:08
    j’aime bien onfray, je l’apprécie et il n’ose pas transgresser les dogmes sionistes ; c’est le grand écart.
     va-t-il se casser la gueule ?
    dieu ou l’avenir nous le dira !


  • banzai 6 juillet 2014 09:33

    la « pétifion ananassurance » déjà presque 20000 signatures.profitez-en, signez, c’est un vent de liberté qui passe.



  • banzai 25 janvier 2014 11:42

    « C’est parce que la vitesse de la lumière est plus rapide que celle du son que tant de gens paressent brillants avant d’avoir l’air -on. »

    Thomas Boishardy ou/et Hugues Aufray



  • banzai 17 avril 2012 15:40

    - qu’est-ce qui différencie l’homme de l’animal ?

    -  ??????

    - bin, c’est la parole !

    - ah bon ! alors, plus tu racontes des conneries, moins tu ressembles à un bigorneau !

    in les brèves de comptoirs.

     j-m gourio



  • banzai 17 avril 2012 14:11

    Une sombre inquiétude semble gagner les rangs des adorateurs du bulletin de vote à l’approche du premier tour de l’élection présidentielle : l’abstention menace !
    Alors que durant des mois les instituts de sondage ont « oublié » de nous faire part du taux d’abstention estimé, voilà que soudain les politiques, aidés en cela par les commentateurs autorisés du Médiatisme, mettent l’accent sur ce phénomène, qu’on peut raisonnablement supposer important pour qu’ils s’en émeuvent à ce point.
    Il est amusant de constater que, dans leur appel éploré lancé aux éventuels abstentionnistes, chaque candidat s’imagine que si ces derniers, dans un sursaut citoyen de dernière minute, se rendaient finalement aux urnes, ils voteraient forcément pour lui. Car dans leur argumentation d’une logique implacable il est bien entendu que, pour la gauche, l’abstention fait le jeu de la droite, et que pour la droite celle-ci favorise la gauche. C’est quasiment scientifique !
    Plutôt que de se demander si l’éternel choix entre peste et choléra, si la désespérante situation économique et sociale comme la perspective, quel que soit l’élu, de continuer à vivre des lendemains désolants y seraient un peu pour quelque chose ; plutôt que d’envisager le rôle joué dans cette désaffection par le fossé grandissant entre une immense partie de la population et une classe politique élue que les années de crise ont épargnée, voire enrichie, la recette demeure éternellement et stupidement la même : faire culpabiliser le mauvais citoyen renonçant à son droit et surtout à son « devoir ».
    A la traditionnelle accusation de faire le jeu de l’adversaire portée contre le déserteur des bureaux de vote – reproche d’une rare stupidité puisque l’adversaire est changeant suivant le camp où l’on se situe – est venue s’ajouter de plus en plus fréquemment, depuis qu’un parti nauséabond joue les trouble-fête dans cette comédie, l’accusation de faire rien moins que le lit du fascisme en refusant simplement de jouer démocratiquement avec les tricheurs. Le sens de la nuance n’est pas vraiment la principale qualité de l’électeur militant…
    L’actualité, surtout lorsqu’elle est bien dramatique, bien sordide, peut aussi venir en aide à ceux qui ont entrepris de désigner le coupable, l’abstentionniste, celui qui portera demain la lourde et honteuse responsabilité de la défaite – car là où il y a des vainqueurs, dans une élection, il y a aussi des vaincus, c’est quasiment scientifique.

    in:le blog de floréal
    paquerettes et caniveau







Palmarès