Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

baska

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1121 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires

  • Par baska (---.---.---.145) 6 décembre 2012 22:20

    Le petit jonas espère berner les gens avec sa propagande débile à un shekel, pauvre agent hasbarique !

    Il ne sait même pas que sa patrie, l’entité sioniste, a reconnu la responsabilité du criminel sharon dans le massacre de Sabra et Chatila. En effet, il a été mis en cause par la commission kahane qui a été chargée d’enquêter sur les circonstances de cette boucherie sans nom, l’obligeant à démissionner de son poste de ministre de la défense. Cette sanction symbolique ne l’a pourtant pas empêché de revenir au pouvoir. A sion, on aime récompenser les criminels, même les plus crapules : les shamir, begin et autres ben gourion après avoir collaboré avec le 3ème Reich, pactisé avec le diable, sont devenus des dirigeants de premier plan de cet entité.

    Les dernières révélations du New York Times, un journal peu suspect de sympathie envers les palestiniens montrent de façon accablante "qu’Israël était bien à l’origine d’un massacre pour lequel il a bénéficié, une fois encore, de la complicité des États-Unis« . Source, lire ici : http://www.humanite.fr/monde/massac....


  • Par baska (---.---.---.145) 6 décembre 2012 17:24

    Je ne vais pas m’attarder sur l’affaire dite « mérah », une opération barbouzarde ou une false-flag made in sion (" Je considère que le lobby juif, pas seulement en ce qui me concerne, est capable de monter des opérations qui sont indignes, et je tiens à le dire publiquement.« dixit l’ancien premier ministre Barre). 

    Lorsque François Hollande souligne que son parti a toujours été philo-sioniste, il n’a pas tort du tout. La gauche de l’entre-deux guerres pétrie de culture colonialiste avait apporté un soutien sans faille au projet sioniste du »foyer national juif« en Palestine mandataire, et celle de la 4ème république entretenait, quant à elle, une relation fusionnelle avec l’artefact colonial qu’est l’entité sioniste. Guy Mollet incarnait cette politique pro-sioniste. Il suffit de lire la presse socialiste de l’époque pour savoir à quel point ils étaient acquis aux idées sionistes, même les plus immondes. Dans le journal de la SFIO, le populaire, on accréditait par exemple le mythe du »pays désert«  : »Beaucoup de ces colonies ont réussi à transformer profondément les cultures et le sol même, avant stérile ou marécageux« pouvait-t-on lire dans le populaire du 27 juin 1936. Sauf que ces philo-sionistes feignent d’oublier que la Palestine n’a jamais été une »terre sans peuple", encore moins une terre aride comme le montre ce témoignage d’un sioniste de la première heure, un certain Asher Guinsber, qui a visité la Palestine en 1891 : "A l’extérieur, nous sommes habitués à croire que Eretz-Israël est aujourd’hui quasi désertique, un désert sans cultures, et que quiconque désire acquérir des terres peut venir ici s’en procurer autant que son coeur désire. Mais en vérité il n’en est rien. Sur toute l’étendue du pays, il est difficile de trouver des champs non cultivés. Les seuls endroits non cultivés sont des champs de sable et des montagnes de pierres où ne peuvent pousser que des arbres fruitiers, et ce, après un dur labeur et un grand travail de nettoyage et de récupération".
    Ce sont les sionistes qui, pour effacer jusqu’au souvenir de l’existence de la population agricole palestinienne, ont rasé au bulldozer des centaines de villages avec leurs maisons, leurs oliveraies et même leurs cimetières. Et ce dans le but d’accréditer le mythe du « pays désert ».  
  • Par baska (---.---.---.145) 5 décembre 2012 16:55

    Qui est à l’origine de cette gigantesque manipulation ? Comme pour les deux guerres en Irak (souvenez-vous du « pillage des couveuses de la maternité de Koweit » en 1990 et de la terrifiante expression de 2002 « armes de destruction massive »), ce sont toujours les amis de l’apartheid qui relaient ces propagandes. Cette fois-ci, ils nous refont le coup de la menace chimique, en précisant tout de même que « si l’existence d’armes de destruction massives n’était qu’une supposition en Irak, en Syrie, il n’y a pas de doutes sur leur possession ». On ne change pas une méthode qui marche. Trop forts les gars !

    L’affaire de l’arsenal chimique syrien qui serait utilisé contre la population civile est révélée par un officiel américain anonyme travaillant pour la CIA, ce mystérieux agent a réservé l’exclusivité de l’info à Wired’s Danger Room, une officine dirigée par Noah Shachtman et Spencer Ackerman qui comme par hasard sont de fervents partisans d’Israël
    En 2002, c’était une autre officine qui avait joué le rôle venimeux, elle était plus prestigieuse car elle officiait secrètement au sein du Pentagone : le Bureau des plans spéciaux (Office of Special Plans, OSP). L’OSP a été créé après le 11 septembre 2001 par M. Paul Wolfowitz, un néocon ultra-sioniste qu’on ne présente plus.
  • Par baska (---.---.---.145) 3 décembre 2012 23:58

    Joel Peters a expliqué, dans son livre « israêl and africa », la raison de la sympathie de certains potentats africains envers l’entité sioniste : ils croient dur comme fer que « les juifs contrôlent les institutions financières et qu’il est important d’obtenir leur soutien ». Soit, ces potentats africains ont lu « les protocoles des sages de sion », auquel cas ils devraient être considérés comme des « antisémites », soit cette assertion découle de l’observation de la triste réalité (la mainmise de la finance par qui l’on sait), leur soumission est alors dictée à la fois par l’appât du gain facile et la recherche d’un protecteur puissant. Pas vraiment cons, ces autocrates !

    Ce parrainage a tout de même un prix : la soumission totale. Interdiction de faire la moindre contestation, encore moins de dénoncer la politique criminelle de l’entité !
    Après l’annexion totale de la Cisjordanie, en 1967, les états africains ont cessé de s’identifier à Israël et lui ont tourné le dos, lui préférant la cause palestinienne. Ils ont par la suite voté massivement, en 1975, la résolution onusienne assimilant le sionisme à « une forme de racisme et de discrimination raciale », ce qui a provoqué le courroux de la « terre promise ». Les dirigeants sionistes les ont tout de suite qualifiés de « primitifs qui descendent des arbres », s’interrogeant même comment « des primitifs pourraient-ils avoir une opinion qui leur est propre ». Dur racisme à l’état pur !
    On peut comprendre leur réaction, ils ont sûrement été influencé par le guide de Maïmonide : « Les noirs et ceux qui leur ressemblent sous nos climats, leur nature est semblable à celle des animaux muets. Ils n’atteignent pas au rang d’êtres humains ; parmi les choses existantes, ils sont inférieurs à l’homme mais supérieurs au singe car ils possèdent dans une plus grande mesure que le singe l’image et la ressemblance de l’homme ».
    Ou par la presse juive du 19e siècle, notamment le jewish record où on pouvait lire ceci : « Il est inconcevable de comparer l’israélite et le nègre. Les mots mêmes ont des sons radicalement opposés, l’un désignant tout ce qu’il y a d’inférieur et de dégradé dans une barbarie irrémédiable et six mile ans de paganisme ; l’autre l’époque où Jéhovah a conféré à nos pères la glorieuse égalité qui a permis à l’éternel de parler avec eux et de les laisser jouir de la communion des anges. Ainsi, en voulant abolir l’infériorité qui est imprimée sur l’africain, pour en faire le pair du peuple élu de Dieu, y compris dans sa servitude, les fanatiques dévoyés insultent au choix de Dieu lui-même. Il n’est pas de comparaison possible entre de telles races. D’un pôle à l’autre, l’humanité tout entière en frémirait. L’hébreu était libre dès l’origine et c’est le créateur lui-même qui a inspiré la charte de sa liberté. Le nègre n’a jamais été libre et on s’est contenté de reproduire cette servitude en l’atténuant lorsqu’on a importé ici. Tous les hommes de bon sens sur la terre admettent que reconnaître l’égalité de l’africain avec les autres races serait une farce qui obligerait les conservateurs civilisés du monde à protester contre l’outrage ». 
    Qui a parlé de « communauté de souffrance entre Juifs et Noirs » ?


  • Par baska (---.---.---.145) 3 décembre 2012 20:17

    Il est utile de rappeler que l’entité sioniste mettait en avant, dans les années 50/60, une soi-disant « communauté de souffrance entre Juifs et Noirs ». C’était juste une énorme escroquerie pour s’implanter en Afrique, j’en veux pour preuve la déclaration de Golda Meir, la dame qui nia l’existence du peuple palestinien, expliquant tranquillement que l’intérêt de son pays pour les nouveaux états africains est purement stratégique et n’a rien à voir avec une quelconque « communauté de souffrance ». Elle a déclaré ceci : « Si nous sommes allés en Afrique, n’était-ce pas parce que nous voulions nous assurer des voix aux nations-unies ? Naturellement oui, c’était l’un de nos mobiles, et parfaitement honorable. »

    Si cette idée de « communauté de souffrance » était réellement sincère, comment expliquer que cette entité n’aie pas soutenu les mouvements africains qui lutaient pour l’indépendance. Au lieu de soutenir le peuple africain qui voulait se libérer du joug colonial, elle s’est rangée du côté des puissances impérialistes en formant avec elles une « alliance tacite ». Elle s’est transformée en « fer de lance de l’occident », contribuant à atténuer les effets des indépendances et voire même à les empêcher. Pierre Péan explique tout cela dans son livre, plus précisément dans le chapitre « Israël devient un important acteur néo-colonial sur la scène africain ». 






Palmarès



Agoravox.tv