• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Bebr

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 22/05/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 10 55
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Bebr 30 septembre 2013 18:27

    Bonsoir ;


    La philosophie, surtout lorsqu’elle est appliquée à un sujet aussi sensible que la justice, je m’assois dessus. Oui, comme vous le voyez, vos réponses insupportent de plus en plus.
    En effet, j’ai parfois l’impression que sous de belles tournures de phrase vous cherchez à m’enfumer ; vous feintez de ne pas me suivre...

    Je ne faisais pas ; dans mon message précédent ; allusion aux fautes d’orthographe dont était coutumière du fait Mme Marchal dans ses mots fléchés notamment, mais de la faute de frappe de la sténo-dactylo qui a rédigé le rapport d’autopsie... Je croyais pourtant être clair dans ma réponse....
    Je persiste, ce point n’est qu’un détail de plus pour détourner l’attention et Georges s’en est expliqué : « Avec le recul du temps, je confirme qu’il aurait été préférable de maintenir la saisie mais, qui se doutait à ce moment-là de l’ampleur médiatique de ce dossier ? »

    Quand à votre poésie et reprise de dictons de tout acabit ; ils sont loin de m’impressionner et de m’éloigner de la réalité des faits.

    Bonne soirée.



  • Bebr 30 septembre 2013 06:53

    Bonjour Lanamer ;


    Vous me croirez si vous voulez, mais je découvre ce matin vos différents commentaires du mois d’Août !
    Comme vous je pense ; je reçois une alerte lorsqu’un commentaire est posté ici et cela doit également être le cas pour plusieurs commentaires de la même personne : 1 seule alerte ! Du coup, rentrant de vacances, j’ai lu votre DERNIER commentaire (le troisième d’affilé puisque vous « monologuiez ») ; celui qui commence par : « Je souhaitais également préciser deux ou trois petits points élémentaires : Georges Cenci est, si je ne m’abuse, Délégué du Procureur de la République. » Le premier que vous évoquez est passé à la trappe ! (Je gère plusieurs sites web et les retours de vacances sont parfois difficiles...)
    Donc loin de moi l’idée de « refuser » de vous répondre. Je vais m’y atteler ce matin.

    Analyser la phrase de Georges : « Dis-moi qui te défends je te dirai qui tu es ! », c’est me demander de faire sa psychanalyse. J’ai bien peur, non seulement de ne pas en avoir les compétences, mais également d’avoir trop de sentiments pour le personnage. Pour reprendre votre petite pique (et c’est de bonne guerre) du 28 septembre sur la relation métaphorique « père-fils » de notre relation ; sachez que j’ai la chance d’avoir encore mon propre Papa dont je suis très fier ; mais l’idée d’en avoir un second de la trempe de Georges ne m’aurait pas déplu.
    Un homme honnête, rigoureux, bien élevé, avec un sens certain du devoir et bien droit dans ses bottes... ...Ce que d’autres appellent « entêté ». Je l’ai toujours connu ainsi et ce bien avant le mois de juin 1991, comme je l’ai souvent répété.
    Un homme qui ; je pense ; a toujours en travers de la gorge d’avoir été contraint par son devoir de réserve, de garder le silence sur le dossier en cours d’instruction, alors que d’autres ne se privaient pas de médiatiser à outrance ce même dossier dont ils ignoraient encore tout en ce trop calme été 1991.

    De vous à moi, des fautes de frappe de sténo-dactylo dans les dossiers d’instruction, est-ce si rare ? Celle-ci portait sur un chiffre, une date. Elle aurait pu s’opérer sur un accord de participe-passé....
    Des destructions de photos sur décision du juge d’instruction en lieu et place d’une remise à la famille est-ce une maladresse ? (votre interrogation : « pourquoi dans ce cas ne pas l’avoir remis à la famille ou ne pas l’avoir montrée aux deux parties ce qui aurait définitivement levé le doute ») Comme vous, j’ignore tout de ces photos, si ce n’est qu’elles ne contenaient rien qui ait un rapport avec le meurtre de sa propriétaire. Motif de leur élimination. Nous n’en saurons pas plus, ni vous, ni moi. Maintenant, j’ai l’imagination fertile ; beaucoup pensent « trop » fertile, ce qui ne va pas sans m’apporter quelque quolibet dans des disciplines autres que la justice. Loin de moi surtout l’idée de salir la défunte Madame Marchal et son fils, d’autres s’en sont très bien chargés, mais extrapolons : et si sur ces photos Madame Marchal n’était pas à son avantage ? (dénudée au bord de sa piscine par exemple, et je reste gracieux) Pensez-vous encore qu’il aurait fallu les remettre à sa famille ou les montrer à la défense ?

    Voyez-vous, afin de vous répondre, j’en arrive à imiter les fervents défenseurs d’Omar Raddad. Quitter le cœur du dossier pour aller au superflu. Souvent le détail fait la différence. Parfois il innocente.
    Croyez-vous que pendant toute l’instruction du dossier, face à une cohorte de magistrats et autant de juridictions ; s’il y avait eu le moindre doute sur l’impartialité de l’enquête, il aurait été passé sous silence ?

    Cordialement.


  • Bebr 28 septembre 2013 17:53

    Bonsoir ;


    Bien que ma journée fusse chargée aujourd’hui, je vais vous répondre. Je ne voudrais pas que vous pensiez que je sois dans l’attente des directives de Georges pour cela.

    Vrai ; tout comme la défense du condamné utilisait jadis le mensonge et comme les vautours d’aujourd’hui usent encore de la ruse ; j’ai utilisé le subterfuge du second pseudonyme pour qu’une réponse aux interrogations de Agent Orange puisse être apportée. C’est de bonne guerre, non ? Enfin ça a au moins le mérite de vous faire rire (jaune ?).

    Georges et vous refusez désormais de débattre sur le même support ; chacun campant sur ses positions ; c’est toujours le cas sur le sujet du témoignage de M. Vellard...

    J’en suis personnellement attristé. Je suis partisan des débats d’opposition mais pertinents ; force est de constater que celui-ci s’enlise. La lassitude sans doute...

    Cordialement.




  • Bebr 25 septembre 2013 07:25

    Bonjour Lanamer ;


    Je viens vous titiller un peu sur la personnalité du beau-père de « Agent Orange »  : M. Christian VELARD.
    Vos débats ici ont été rapporté et, depuis, je vous trouve bien silencieuse à la lecture (que vous n’avez pas manquée je suis sûr) des éclaircissements apportés sur ce point, par mon directeur d’enquête préféré sur son site web...

    Cordialement.


  • Bebr 23 janvier 2013 06:24

    Bonjour ;


    Je savais que vous alliez me reprocher l’utilisation du terme « résumé ». Raison pour laquelle j’avais terminé mon commentaire précédent par « si tant est que l’on puisse résumer cette histoire en une seule phrase »...
    Pourtant lorsque l’on s’attache à ces simples faits résumés, tout le reste n’existe que pour vérification (côté enquête de gendarmerie) ou pour désinformation (côté défense).

    La suite de votre commentaire n’est que votre tableau acerbe d’une personne que vous n’avez sans doute jamais rencontré ; avec ses défauts, mais surtout ses qualités.
    Vous vous doutez bien que lui et moi avons eu le loisir de nous entretenir sur vos messages sur son site web. Si je suis partisan de la libre expression la plus complète à partir du moment où les échanges sont des plus cordiaux ; Georges Cenci, lui, préfère jouer aujourd’hui l’indifférence face à des opinions tranchées qu’il devine indéboulonnables.
    Pendant plus de 10 ans, Georges Cenci n’a pas pu s’exprimer alors que la défense d’Omar Raddad lui crachait dessus. Il n’est plus à quelques silences prêts...
    Vous n’aurez dons pas de réponse à votre dernier commentaire (désormais publié et vous pouvez m’en remercier) sur son site.

    Je tiens à préciser que mes propos ici-même n’engage que moi et que Georges Cenci (qui doit vraisemblablement lire nos échanges sans pour autant les commenter ; même en privé) n’est pas forcément en accord avec ce que j’écris.

    Cordialement.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre






Palmarès