• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ben_voyons_ !

ben_voyons_ !

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1082 0
1 mois 0 29 0
5 jours 0 1 0

Derniers commentaires


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 28 avril 22:34

    @pallas

    Les chars français n’avaient pas de radio pour communiquer, contrairement aux chars allemands.


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 28 avril 22:32

    @pallas

    Le général Maurice Gamelin ?

    Au rang des nombreuses erreurs de Gamelin, caractérisant son incompétence, on peut citer :

    • Une faible capacité à mener les hommes ainsi qu’à les organiser, et un manque de charisme général.
    • Des conceptions obsolètes de l’emploi de l’aviation, des chars, des éléments motorisés, de l’artillerie, des fortifications. Il ne tint aucun compte des développements modernes et ne tira guère d’enseignement de la rapidité de la campagne de Pologne, restant attaché à l’expérience du conflit de 1914-1918, et arguant que « la Pologne n’est pas la France ». S’il adhérait à cette doctrine conservatrice, force est d’observer que le gouvernement et la plupart des officiers de l’époque y souscrivaient également.
    • La mauvaise organisation du plus haut niveau de l’armée, se caractérisant par une dilution des responsabilités sur un front crucial ; en Belgique, on ne sut trop qui commandait la coalition interalliée : était-ce le général Billotte, chef du 1er groupe d’armées, le général Georges, commandant du front Nord-Est, ou le généralissime lui-même ? L’envoi d’un officier de liaison auprès du roi des Belges Léopold III, le 10 mai, ne pouvait être que trop tardif pour permettre une coordination efficace entre Belges et alliés.
    • Un commandement privilégiant les contacts avec les hommes politiques parisiens — depuis son quartier-général de Vincennes — plutôt que la proximité du front. Ce point était encore exacerbé par la réticence de Gamelin à employer la radio pour transmettre ses directives, préférant le téléphone filaire ou les coursiers. Le processus de décision français était ainsi plus lent que celui des Allemands.
    • Une vision du théâtre d’opérations qui lui fit regarder le secteur des Ardennes comme impénétrable (malgré les avertissements qu’il a reconnu avoir reçus de Belgique), au grand dam du général Corap, commandant la 9e armée française dans ce secteur, qui ne cessa de signaler en vain l’insuffisance en hommes et en matériel sur ce front et sa perméabilité de fait ; de même le maintien de forces importantes derrière la ligne Maginot excessivement gourmande en personnel alors que celle-ci aurait dû permettre une grande économie de troupes.

    Source : Wikipedia.


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 28 avril 22:26

    @pallas

    Le général Charles Huntziger ?

    Le 9 mai 1940 il assiste à Vouziers à une représentation du théâtre aux armées4 alors que les services de renseignement militaire l’ont averti de l’attaque imminente5. Il subit, le 13 mai 1940, la percée de Sedan avec la 2e armée. Ses réactions seront jugées inappropriées — comme l’envoi de blindés légers sans appui d’artillerie — et son absence d’initiative facilitera grandement la réussite de l’offensive allemande. Cependant, il saura se défausser et, par d’habiles manœuvres, faire porter sa responsabilité par le général Corap6.

    Source : Wikipedia.


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 28 avril 22:22

    @pallas

    - aviation française en 1939-1940 : le bordel
    En septembre 1939, l’aviation française n’est pas prête à la guerre. Sur les 7 800 avions environ dont elle dispose, seuls 890 d’entre eux sont en état de combattre.
    Conception stratégique périmée, retards dans le programme de réorganisation..., autant de raisons qui empêchent l’Armée de l’Air de pouvoir rivaliser avec la Luftwaffe.

    De plus, le fonctionnement de l’aviation française est entravé par la dilution des responsabilités entre les forces aériennes de réserve, les forces aériennes de coopération et les groupes de chasse qui dépendent, soit des commandants de groupement de l’aviation de réserve, soit des commandant des forces aériennes de l’Armée de Terre.

    L’aviation allemande ne connaît pas ces problèmes puisqu’elle est une arme homogène avec un commandement unique.

    Source : http://ufacbagnolet.over-blog.com/article-l-aviation-francaise-dans-la-campagne-de-france-en-1940-51219120.html


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 28 avril 21:51

    @Lugsama

    La finance internationale dirige le Monde, contrôle les complexes militaro-industriels.

    Avez-vous vu depuis 20 ans toutes les liquidations des petites banques à travers le Monde, notamment aux Etats-Unis ?
    Avez-vous vu toutes les fermetures d’agence (sans parler des licenciements) ? 
    Avez-vous entendu parler de toutes les PME détruites par les grandes banques ?

    Pourquoi parler de de « camp de concentration » ? Quand les véritables coupables se comptent seulement par dizaines, les autres se bornant d’obéir aux ordres ?







Palmarès



Agoravox.tv