• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ben_voyons_ !

ben_voyons_ !

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1049 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 2 0

Derniers commentaires


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 4 janvier 23:06

    Oui, mais Mme Ouimet aurait dû contacter Allah, car c’est lui qui garde la maison en ce moment, pendant que Dieu et ses potes (Bouddha, Odin, Zeus, Osiris, Exemple, ...) sont partis faire un billard dans une autre galaxie.


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 31 décembre 2016 00:13

    Et,
    de plus,
    si dans un certain nombre d’années,
    on apprend que Mme Sauvage était une perverse manipulatrice (avec toutes les dérives imaginables possibles),
    qu’elle a tué son mari parce qu’il venait d’annoncer qu’il la quittait,
    que son fils s’est suicidé car ne supportant plus l’emprise que sa mère avait sur lui, le forçant à rentrer constamment en conflit avec son père,...
    que les viols n’ont été qu’affabulations pour encore plus enfoncer le père (aucune preuve)...

     ???
    Il existe des pervers extrêmement forts, des psychiatres particulièrement nuls.

    Jacqueline Sauvage a quand même, une fois à la retraite, continué à venir travailler dans l’entreprise familiale. Etonnant...

    Une femme considérée comme « de caractère », « autoritaire », « refusant les ordres »... selon l’administration pénitentiaire... (https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Jacqueline_Sauvage#cite_note-LaRep2-4)

    Curieux, n’est-il pas ?

    Avec une opinion publique infantile, une presse minable, un système judiciaire parfois défaillant (errare humanum est), que peut-on espérer ?

    Attendons.



  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 30 décembre 2016 23:59

    @jesuispascontent

    Concernant les accusations d’inceste formulées par ses filles, elle s’étonne que celles-ci aient oublié ces sévices et qu’ils leur seraient revenus à la mémoire trente ans après.

    Il s’agit d’un blocage psychique protecteur, une sorte de disjoncteur, courant en cas de grave traumatisme, comme l’inceste avec enfant ou adolescent ; les souvenirs remontent entre 20 et 30 après, généralement déclenchés par un autre traumatisme.


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 30 décembre 2016 23:15

    Cette histoire de revenu universel est une foutaise complète, une arnaque monumentale.

    Pourquoi et encore plus d’argent ? « A qui profite le crime » ?

    Ce qu’il faudrait, c’est dé-financiariser les besoins de base
    rendre
    - l’énergie gratuite (chauffage, lumière),
    - l’eau potable gratuite,
    - les transports en communs gratuits,
    - les soins gratuits,
    - le logement gratuit,
    etc...

    Mais ça, bien sûr, c’est tabou, car ça n’arrange pas du tout ceux qui en profitent déjà, au détriment des autres, et qui sont plutôt nombreux...


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 30 décembre 2016 23:07

    Encore et toujours la même rengaine infantile des « robots » (sic) qui font disparaitre le « travail » (re-sic).

    « Le poinçonneur des Lilas », il n’a pas été remplacé par un robot : c’est l’usager qui poinçonne lui-même son ticket, qui donc travaille gratuitement, comme un con ; le travail est toujours là mais l’emploi a disparu, faute de réaction de l’usager égoïste.

    Le pompiste, il n’a pas été remplacé par un robot : c’est l’usager qui remplit lui-même le réservoir de sa voiture, qui donc travaille gratuitement, comme un con ; le travail est toujours là mais l’emploi a disparu, faute de réaction du consommateur égoïste. 

    Le guichetier à la Poste, il n’a pas été remplacé par un robot : c’est l’usager qui pèse lui-même ses envoi, qui affranchit, qui donc travaille gratuitement, comme un con ; le travail est toujours là mais l’emploi a disparu, faute de réaction de l’usager égoïste. 

    Le garagiste, il n’a pas été remplacé par un robot : c’est l’usager qui travaille lui-même dans des garages « solidaires » (sic), et qui paie pour travailler, comme un con ; le travail est toujours là mais l’emploi a disparu, merci les associations.

    J’ai la flemme de vous indiquer des centaines, milliers d’autres exemples similaires où le « travail » ne disparaît pas mais c’est l’usager/consommateur qui travaille gratos à la place.







Palmarès