• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Benefactor

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Benefactor 26 juin 2006 11:11

    Réducteur ou naïf, Deditex ?

    Les responsables et coupables de cette affaire ENFIN résumée (j’allais poster un article quand je suis « tombé » sur cette quasi-unique (! !!) réaction sur internet évoquant la vraie nature du scandale Clearstream) sont :

    - Clearstream : pour avoir organisé de manière SYSTEMIQUE des mécanismes et procédures informatico-comptables permettant quotidiennement l’anonymisation totale, puis la destruction de transactions financières.

    - Les CLIENTS de Clearstream : pas les banques véreuses non (on les connaît, elles sont sous surveillance étroite et font l’objet d’enquêtes du monde entier), MAIS LES BANQUES DE 1er PLAN, celles qui ont pignon sur rue, le Gotha de la finance internationale.

    Le problème ? Elles utilisent les MEMES dispositifs que les « mauvaises » banques pour dissimuler leurs opérations illégales tout en donnant des leçons de banking éthique au reste du monde... C’est illégal, illégitime et scandaleusement obscène, car c’est fait sous nos yeux depuis l’immense travail courageux de Robert et associés ; les réactions des medias ? Microscopiques : Villepin et sa clique, Sarkozy et consorts, Gergorin, Rondot, Lahoud... Scandaleux également, mais tellement infime comparativement au fond de l’affaire. On pourrait également évoquer l’inaction, voire la désinformation des medias sur cette affaire, mais c’est déjà un autre scandale et ce n’est pas le sujet.

    C’est vrai, les listing déjà publiés et même pas contestés par les impétrants font état, dans les livres de Cleartsream, de :

    - La présence de Banques Centrales (non statutaire et illégal)
    - La présence de multinationales (idem)
    - La présence de banques de 1er plan (Merryl Lynch, Citigroup, BNP Paribas, Société Générale, Deutsche Bank...) dans la liste de comptes non publiés ET non référencés ! Pourquoi ? Pour quoi faire ? Sur quel fondement légitime ? Sur quelle base légale ? Réponses ? Pas de réponses, car c’est tout simplement injustifiable. Les arguments de Deditex (ouf, j’y viens !) ne tiennent pas :
    - Le parallèle avec l’automobile est grossièrement biaisé : Pour prendre le contrepied de l’image employée par Deditex, Clearstream n’est pas le gentil fabricant d’auto non responsable des accidents des automobilistes, c’est un fabricant qui connaît les vices de fabrication de ses propres voitures pour les avoir élaborés et qui les met à la disposition de clients qui achètent ses produits pour cette raison (je devrais dire « pour cette raison aussi », car le clearing est indispensable pour la finance internationale ; ce n’est donc pas le clearing qui est en jeu, mais le détournement d’un outil de clearing à des fins illégales). Les « accidents » en questions ne lèsent pas les automobilistes, mais le code de la route, les piétons, les passagers...
    - Le prétendu besoin de confidentialité dans le cadre d’OPA dont excipe Deditex pour justifier les comptes non publiés de Clearstream est fantaisiste : d’une part, parce que le clearing est la traduction d’une opération financière déjà réalisée et « débouclée » (le principe de confidentialité s’il était opérant interviendrait donc « trop tard ») et d’autre part, parce que la concentration de fonds dans le cdare d’OPA s’opère déjà confidentiellement à l’intérieur des banques et des établissements financiers dont les multinationales sont clientes.

    Benefactor.







Palmarès