• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

benhenda

benhenda

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • benhenda benhenda 9 novembre 2007 12:52

    Je crois que pour estimer à sa juste valeur la nature des relations arabo-américaines, cet article a su bien retracer les nuances autour d’une vérité absolue que beaucoup ignorent : relativiser les jugements et les prises de position et pouvoir faire dans ce cas particulier, la part des choses entre le social et le politique. Il suffit de voir les tendances anti-guerre au sein de la société américiane et les courants de pensées des mouvements sociaux qui interpèllent l’intelligentsia américaine malgré la puissance de la machine médiatique, pour comprendre que le réflexe de la généralisation sanctionne fortement les forces positives de part et d’autre. J’ai eu l’occasion de vivre aux USA et je peux témoigner que j’ai fréquenté en tant que sécreraire général d’une association estudiantine arabe aux USA des forces américaines partisanes non négligeables envers les arabes. J’en garde encore des traces dans des écrits de presse que j’ai co-rédigé avec des américains pour soutenir la première intifadha. Bref, je préfère de loin ce langage conciliateur que celui de la « Sheitanisation » ou diabolisation systématique de l’Autre. Ce serait dommage pour des grandes figures américianes de la paix dans le monde comme Noam Chomsky et autres.



  • benhenda benenda 10 mai 2007 21:20

    Je crois qu’il y a là un regard exterieur assez neutre à ce qui vient de se passer en France, de la part de quelqu’on qu’on a eu l’occasion de lire sur Agoravox à travers des analyses très objectives. On peut ne pas être d’accord sur plein de choses, comme par exemple sur cette question de la vision fragmentaire ou globale du nouveau président. Je confirme bien que le global n’a pas du tout occupé une grande place dans les surenchères du candidat Sarko, ni d’ailleurs dans celui de Ségo, mais je doute fort qu’il reviendrait rapidement à la hauteur des équilibres inhérents au poids historique de la France dans le contexte géopolitique mondial. Les USA n’ont pas laissé de grandes marges de maneouvre à qui que ce soit, et pour avoir son mot à dire sur cet échiquier, il faudrait bien avant tout faire l’épreuve de survie dans le bureau oval ... ou prendre la relève d’un premier ministre britannique partant (juin 2007 probablement) !



  • benhenda benenda 16 novembre 2006 13:41

    J’adhère aux commentaires de tous ceux qui trouvent dans cet article une voix alarmiste d’une dégradation de certaines valeurs qui ont toujours su créer un équilibre dans le fonctionnement de la société humaine : l’intellecte qui depuis les premières civilisations a su mettre le vent en poupe aux valeurs constructives de l’humanisme face aux dérives conscientes et inconscientes de toutes les formes de pouvoir et d’autorité, toutes échelles confondues. Je trouve le troisième point de la conclusion très révélateur du maillon perdu de la chaine qui gouverne le monde : le rôle de l’intellectuel dans le maintien des valeurs humaines absolues. Quand on voit des prix Nobel et autres decernés sur des critères non déclarés à connotations politiques, économiques ou culturelles, on comprend bien la gravité de la dérive intellectuelle au détriment d’un humanisme en perte d’altitude. Des Jean-Paul Sartre, Boris Pasternak ou Lê Duc Tho, on n’en voit pas si souvent. Ce texte touche une question vitale si l’on parvient à s’extérioriser momentanément de son propore référencel sociétal ou culturel et rester dans l’essence pure de l’humanisme.







Palmarès