• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Bernard Lallement

Bernard Lallement

Proche de Jean-Paul Sartre, avec lequel il a fondé le quotidien Libération, Bernard Lallement est essayiste, éditeur et critique littéraire à Paris. Spécialiste de l’oeuvre de Sartre, il lui a consacré deux biographies : * Libé, l’oeuvre impossible de Sartre - Albin Michel * Sartre, l’improbable salaud - Le cherche midi
[décédé le 13 mars 2007

Tableau de bord

  • Premier article le 24/08/2005
  • Modérateur depuis le 05/09/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 68 3 1801
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Bernard Lallement Bernard Lallement 3 octobre 2006 19:10

    Il n’y a pas à ergoter. On ne peut admettre que soit porté atteinte à la vie d’un homme en raison des idées qu’il défend, même si celles-ci sont outrancières, haineuses, provocatrices ou frappées du sceau de la bêtise.

    A ce titre, les menaces proférées contre Redeker doivent être condamnées sans quelque réserve que ce soit.

    Il s’agit là d’un principe incommensurable.

    Par ailleurs, cela n’interdit pas de discuter et combattre, le cas échéant, les propos tenus par lui et qui ne sont pas nouveaux d’ailleurs.

    Dans une tribune parue le 22 novembre 2001, dans le Monde, où déjà l’Islam était présentée comme « religion rebarbarissante », Robert Redeker en appelait à la théorie des « préférables » héritée des stoïciens.

    il est dommage qu’il n’en est pas fait usage, cette fois-ci. Elle l’aurait conduit à préférer la modération et l’analyse, invitant au dialogue, à la provocation qui le scelle.

    De même, dans un de ses commentaires de lecture, il célèbre le judaïsme comme « religion de la raison », religion d’adultes pour reprendre une terminologie de Lévinas, il est encore dommage que notre ami toulousain ne s’en soit pas inspiré pour éviter de sombrer dans une attitude peu philosophique : confondre le monde de la raison et celui des passions.

    Mais il reste qu’il doit être soutenu dans son droit à la liberté d’expression.



  • Bernard Lallement Bernard Lallement 30 juin 2006 09:49

    Bel hommage à Libé



  • Bernard Lallement B.L. 30 janvier 2006 16:22

    Voici un article très choquant de vcir passer ici. Il aurait pu s’appeler « j’ai un ami qui... »

    Il existe, dans chaque département, un service du contrôle de l’emploi (SCRE) qui a pour mission d’assurer le contrôle, notamment, de tous les chômeurs, à partir des listings provenant des Assedic.

    Non seulement, il est habilité à faire des enquêtes mais, surtout, il convoque, effectivement, les demandeurs d’emplois indemnisés. Pour ce faire, les agents sillonnent leurs départements et tiennent des permanences dans les Mairies. Les allocations sont suspendues, voire supprimés en cas de non comparution.

    A la suite des dernières directives ces contrôles, qui ont toujours eu lieu, ont été intensifiés.

    Quant aux contrôles des CAF pour le RMI, ils sont encore plus dractiques puisque ses agents n’hésitent pas à se rendre aux domiciles des bénéficiaires pour vérifier, par exemple, s’ils ne cohabitent pas avec une autre personne bénéficiant de revenus (il y a eu nombre de radiations pour ce motif).

    Il suffit de faire comme moi et de se renseigner auprès du SCRE pour être convaincu que parler de fraude massive participe de la parfaite manipulation.

    En outre, je me suis pas sur que le numéro vert des Assedic puisse être interrogé depuis la Thailande...

    Enfin, laisser écrire :

    « A une personne profitant du système, qui est un ami, j’ai demandé ce qu’il ferait s’il y avait des contrôles. Il m’a répondu qu’il avait une carte de la CGT, et que ce syndicat ne laisserait jamais faire de tels contrôles. »

    relève de la totale désinformation. Il suffit de constater le nombre de radiations de chômeurs effectuées, y compris par des agents syndiqués.

    1000 chômeurs-RMistes en Taïlande ? Vite des noms des noms...

    Henry James se méfiait des gens qui veulent le bien d’autrui par d’anonymes missives.

    lorsqu’on se permet ce genre de témoignage, à la limite de la délation, on a le courage, et l’honnêteté intellectuelle, de ne pas se réfugier derrière l’anonymat.

    En tout cas, devant de tels propos, un minimum de prudence et de vérifications s’imposaient.







Palmarès