• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

BGJF

Liberté - Égalité - Fraternité

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • BGJF 12 août 2007 19:26

    Lorsque j’ai entendu l’info sur la plainte contre « Tintin au Congo » à la radio, j’ai cru à un canular. smiley . D’ailleurs, mes copains africains doivent être pliés de rire, eux-aussi.

    Allez, Monsieur Mondondo, étudiant ou pas, faut pas lâcher le morceau smiley smiley. Ensuite (après l’euro symbolique que vous mendiez smiley ), attaquez-vous à la Comtesse de Ségur : dans « Les petites filles modèles », elle ose évoquer les « Nègres » ; alors qu’elle voulait problablement s’exprimer à propos de personnes de couleur noire smiley ??

    Combien, parmi les commentateurs, ont-ils suffisamment vécu en brousse, loin de tout, face à des situations comparables ou pire que celles qu’Hergé avait décrites dans « Tintin au Congo » ? C’est faux, l’instit’ qui vend 3 de ses élèves pour un sacrifice humain smiley ? C’est faux, les chêvres condamnées à mort pour sorcellerie smiley ? Ce qui était plaisant, c’était l’humour indigène qui, lui, savait prendre de telles bandes dessinées au second degré smiley .

    Dégustons les colères (noires, forcément !) des fâcheux « politiquement corrects » ... tant qu’ils n’ont pas le pouvoir de nuire aux autres, comme le Cocollabo Georges Boudarel smiley .

    Les délires au pays du « politiquement correct » à déguster sans modération : un plaisir de fin gourmet !

    Allons, Monsieur Mondondo, ne pensez-vous pas qu’il y a mieux à faire au propos de l’Afrique dite noire ? Allez-y : c’est un monde passionnant.

    Signé : le p’tit blanc smiley

    P.S. : J’ai récemment lu « Tintin au Congo » à ma fille âgée de 5 ans ; elle a beaucoup aimé smiley ; un détail : c’était pénible de lire selon la phonétique des années ’30 smiley ; surtout quand on constate que bien des noirs (ou des nègres) dans la brousse s’expriment bien mieux (voire de façon châtiée) que la plupart des autochtones (blancs, je précise) de nos métropoles francophones.



  • BGJF 19 juillet 2007 14:40

    L’article me paraît intéressant mais incomplet.

    Il agite au moins 2 épouvantails :

    - le risque radioactif,
    - les risques entraînés par la privatisation d’EDF-GDF,

    et les réactions à l’article montrent les résultats de cet effet de chiffon rouge smiley.

    Concernant le risque radioactif, il aurait fallu compléter en donnant des indications ou des liens vers les sources d’infos adéquates ; quels résultats de mesures effectives sur le site (en becquerels, plutôt qu’en données relatives mais non référencées) ? quelles comparaisons (par exemple, par rapport à une sympathique rando de 15 jours sur les volcans d’Auvergne, sur les monts d’Arrée en Bretagne, ou par rapport à une demi journée de bricolage dans ma cave vosgienne dans laquelle surgit du Radon 100% naturel, ou lors d’une journée d’avion sur vol transcontinental) ? Rappelons-nous que ce flou était précisément ce qui était reproché aux Professeurs Pellerin et Chanteur, de l’ex-SCPRI, smiley (http://w1.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&mc=Chanteur,%20Jean&num_notice=1&total)

    J’aurais également été intéressé par la réaction d’EDF : leurs experts et leurs appareils ont-ils été envoyés sur-le-champ sur le site TEPCO smiley ?

    Concernant les risques entraînés par la privatisation d’EDF-GDF, dommage de ne pas rappeler que du temps des monopoles, ces organismes avaient obligation de distribuer leurs énergies respectives aux meilleures conditions et au moindre coût, c’est à dire dans le respect du meilleur rapport qualité/prix. C’est à dire, d’une autre façon, des conditions impossibles à tenir pour n’importe quelle société privée, aussi puissante soit-elle. Curieux, d’ailleurs, cet acharnement à vouloir privatiser ces organismes autrefois parapublics : on entendait auparavant que les fonctionnaires et assimilés n’étaient « pas rentables », thèses également reprises, mais pour des raisons opposées, par certains « camarades syndiqués » martelant qu’un organisme public « n’a pas à être rentable ». Le résultat est là : un vrai service public désormais cassé smiley.

    Par ailleurs, il aurait été intéressant de resituer cette information « nucléaire/séisme » dans le contexte de la lutte sourde mais brutale pour la quête et l’exploitation des gisements de matériaux radioactifs pour les 100 prochaines années. Il me paraît clair qu’en minimisant les problèmes liés au séisme, TEPCO cherche à afficher une sérénité de façade pour ses délicates relations sur ses sites d’extraction.

    Enfin, je trouve irritantes les généralisations abusives du commentaire mentionnant la « politique habituelle » des japonais qui serait de « nier l’évidence » : smiley en effet, même si on peut garder en tête le récent négationnisme d’un certain ministre, cette partie de commentaire est inutilement vexante en l’état.







Palmarès