• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Blabla

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Blabla 28 septembre 2007 11:18

    Cet article est un bon dépoussiérage de la situation actuelle en Birmanie. Mais, il y a malheureusement beaucoup d’erreurs et de clichés comme dans tout ce que l’on peut lire sur la Birmanie. Espérons que les événements actuels pousseront les gens à s’intéresser au pays, se renseigner un peu plus et à aller voir sur place, avant de raconter des bêtises.

    Voici quelques petites corrections, en espérant que les personnes qui écrivent des articles essaieront de se renseigner un peu plus à l’avenir avant de faire « sha shi de » (donner des leçons)comme on dit en birman.

    Tout d’abord : tous les moines ne sont pas membres du clergé à vie et ne respectent pas forcément à la lettre le Dhamma (enseignements du Buddha). Ainsi, il est courant que les hommes fassent des retraites de 15 jours dans un monastère, se rasent le crâne et prennent la robe. Il ne sont donc pas moines à vie, mais juste des laïques entrant au monastère pour quelques jours. Ce qui explique le nombre de jeunes moines faisant de la politique, que l’on voit dans les rues. Ce qui n’enlève rien à la justesse de leur combat, mais ce qui n’est pas forcément représentatif de ce qu’est le Bouddhisme.

    De plus, Mandalay n’a jamais été « l’antique ville impériale de la dynastie d’Ava ». La dynastie d’Ava régnait à Ava. C’est le Roi Mindon, de la dynastie Konbaung, qui a fait de Mandalay sa capitale en 1854.

    Les manifestations de 1988 n’ont pas eu lieu « après l’annulation d’élections générales » mais avant, puisque les élections ont eu lieu en 1990.

    Il n’est pas vrai qu’en 1962 les « Birmans étaient passés d’une gouvernance parlementaire momentanément tranquille du président U Nu » à la dictature de Ne Win. Sous U Nu, le pays était démocratique, mais n’avait rien de tranquille. Les minorités faisaient déjà la guerre au pouvoir central (démocratique) pour obtenir leur indépendance. Ne Win a pris le pouvoir officiellement pour rétablir l’ordre. On peu donc dire que les minorités comme les Karens, aujourd’hui victimes de la junte et toujours présentés comme innocentes, sont en fait responsable de la transition du pays vers la dictature.

    Par ailleurs, Le roi Thibaw (la Birmanie n’était plus alors un empire mais un royaume, morcellé même) n’avait rien d’alcoolique ni de fou. Il avait passé son enfance dans les monastères et était très calme. C’est son épouse Supayalat, qui profita de sa faiblesse pour diriger le pays d’une main de fer et pour ordonner le massacre d’une centaine de membres de la famille royale, afin d’asseoir son pouvoir.

    La Sangha n’est pas « l’assemblée des hautes autorités monacales » mais tout simplement le clergé Bouddhiste dans son ensemble.

    Ne Win n’a jamais été « écarté du pouvoir par des généraux plus jeunes que lui » parce qu’il était « usé par l’âge et les excés ». Il a été écarté du pouvoir à cause des manifestations de 1988. Il a ensuite vécu tranquillement dans l’opulence jusqu’à l’âge de 97 ans. Ceux qui ont pris le pouvoir après lui étaient tous ses disciples.

    Les relations de la Birmanie avec les Russes n’ont pas été renforcées par le coup d’état militaire de 1962, au contraire. Ne Win était en effet avec l’Inde l’un des leader du mouvement des non-alignés. Le socialisme mis en place dans le pays sous Ne Win était totalement séparé du communisme soviétique ou chinois. Les relations avec ces deux pays étaient même tendues, à cause des restes du Kuommintang dans le Nord de la Birmanie et des pressions russes pendant la guerre froide sur les non-alignés.

    Le jade ne provient pas des mines de Mogok, mais des mines de Pakan qui se trouvent plus au nord, non loin de Myitkyina.

    La toge des moines birmans n’est pas de couleur safran mais rouge vif. Les toges safran se trouvent plutôt en Thailande.

    Yangon ne s’écrit qu’avec un seul « O » et voici l’orthographe du nom du prix nobel de la paix : Aung San Suu Kyi (et non pas Aung Sand Suu Kyui).

    En conclusion, merci de vous renseigner avant d’écrire un article et de vous poser en expert de la Birmanie.







Palmarès