• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

blaireau

Natif de la Provence ,economiste de formation .,expert foncier et en matiere d’asssurances.
Installe a Miami createur d’entreprises ,passionne d’immobilier et de finance,
je dresse un etat des differences entre le soi disant modele americain et
le modele Francais.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 28 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • blaireau 15 décembre 2007 20:03

    Bonjour ,enfin ,Bonsoir de Miami

    Je propose un nouveau slogan ’fais ce que voudras ’

    qui est une adaptation a la necessaire flexibilite de tout systeme vivant.

    qu’en pensez vous ?

    www.ezfrench.com



  • blaireau 15 décembre 2007 18:40

    Il ne s’agit pas vraiment d’un phenomene anglais .

    La hausse de l’endettement correspond a une evolution des mentalites . Les usages anciens etaient d’economiser afin de securiser le montant necessaire a l’achat d’un bien . Cela prenait naturellement du temps et l’economie etait thesaurisee sur des comptes a faible rendement du type caisse d’epargne . lorsque vous aviez enfin l’argent necessaire le produit tant convoite avait double de prix ,diparu ou avait ete achete par un autre disposant du cash . Donc la solution pour avoir acces a la consommation immediate est bien sur le credit. le credit a un cout et c’est ce qui se reporte sur les prix et les alourdit ,mais d’un autre cote il est producteur d’activite car il permet la realisation de consommations dont l’idee aurait ete abandonnee par l’intervenant . C’est pourquoi le credit a la consommation longtemps regarde avec defiance par rapport au credit a l’investissement a aussi un pouvoir createur de richesses car il suscitera l’apparition de credits aux investissements necessaires a la production des produits de consommation immediate a faible duree de vie . Donc l’endettement en lui meme n’est pas par nature une mauvaise chose de meme que vouloir profiter de la vie dans le sens commun du terme,n’est pas un peche .

    Il convient ici de rappeler que dans certaines civilisations le plaisir quelqu’il soit avait quelque chose de suspect l’individu semblait etre ne pour souffrir d’un certain nombre de calamites ,procreer et transmettre cet epouvantable fardeau a la generation suivante en tentant de lui fournir toutefois quelques menus moyens pour mieux survivre.

    Reste a determiner la dose de risque ou d’espoir que chacun se fixera selon la facon dont on regarde la chose pour determiner la quantite de credit supportable . tout cela est tres subjectif et depend de l’endroit ,du moment ,du cout et bien sur de la duree de l’endettement.

    L’allongement de la vie humaine a produit naturellement l’allongement de la duree des prets . Cela aussi est un des facteurs de la hausse des prix mais permet un acces a la consommation plus aise .

    Les prix de l’immobilier ne sont limites que par les capacites de remboursement ,la cavalcade recente des dernieres annees a ete facilitee par la creation de produits financiers astucieux qui seront moins vendus leur risque s’etant avere inassurable.

    Le marche du fait de l’effet de cliquet bien connu des economistes va vers un palier .

    la duree du palier va etre influencee ,racourcie ,par les tres importantes hausses de productivite qui se dessinent a mesure que les conditions economiques se deteriorent.

    Cela veut dire que les agents economiques cherchent a produire plus au moindre cout en jouant sur le couple capital travail ,non pas en cherchant systematiquement a reduire les quantites de facteurs de production utlisees comme on pourrait le craindre mais en inventant de nouveaux metiers et de meilleures utilisation du capital a l’aide de technologies nouvelles.

    Pour simplifier il s’agit d’apporter de la fluidite et de l’innovation .

    La combinaison de ces facteurs a pour effet d’augmenter la valeur de la production sans son cout ,il s’agit d’un facteur notoirement deflationniste .

    Le progres technique finit toujours par augmenter le pouvoir d’achat et permettra sans nul doute aux acquereurs anglais un peu aventureux de financer leur dette a long terme en la refinancant au gres de l’evolution du cout du credit car croyez moi personne n’a interet a ce que tout s’ecroule . Et si le coeur vous en dit visitez les entreprises francophones au pays du credit

    www.ezfrench.com



  • blaireau 1er novembre 2007 18:00

    Passe moi les jumelles me semble avoir un bon mot simole et concis . J’ajouterai timidement que la mort etant irreversible et que l’erreur etant humaine selon la formule populaire bien connue ,le bon sens est dans l’impasse . D’autres expressions populaires sont aussi a rappeler a cet endroit comme oeil pour oeil dent pour dent . Le respect de la personne Humaine me semble dans l’interet de chacun ,de meme que le droit a la defense. En verite les comportements et les prises de position dans ce domaine s’inspirent la plupart du temps des convictions religieuses et la nous sommes hors de toute logique humaine la foi prime. Nous avons donc la un probleme sans reelle solution .

    Pour ce qui concerne l’amerique les etats qui appilquent encore la peine de mort sont ceux dans lesquels les religions d’origine consideraient la mort comme une sorte de reconciliation du supplicie avec sa victime une maniere de se racheter en le retrouvant dans l’au dela .

    Ce serait donc presque une faveur comparativement a la prison a vie ,a noter que cette conception a un peu evolue.

    On constate toutefois la persistance de la necessite pour le coupable de demander pardon aux victimes ou a leur famille ,de s’excuser de ses actes .

    On ne voit pas cette obsession de manifester un regret en France,elle pourrait meme paraitre choquante ou derisoire.

    Quand au caractere exemplaire de la peine il parait evident

    que ceux qui s’exposent a ce genre de condamnation ne sont pas a ranger dans la categorie des personnes raisonnables leur reponse a la logique est pour le moins aleatoire.

    www.ezfrench.com



  • blaireau 30 octobre 2007 16:52

    Le droit d’etre soigne ,je ne comprends pas . d’ou vient ce droit ? s’il vient du droit acquis a l’occasion du versement d’une cotisation alors je comprends ,il s’agit de l’acquistion d’un service comme un autre. Le probleme de savoir qui paye est tout a fait different ce qui tout d’abord compte c’est d’avoir une gestion de l’entreprise securite sociale . comme il s’agit d’une entreprise d’etat il est aise de comprendre que l’objectif principal est la satisfaction du public non pas l’equilibre des comptes.

    Donc le desequilibre des comptes ne montre rien d’autre que la mauvaise appreciation des besoins et l’incapacite a adapter les ressources aux besoins . Il est clair que si l’on veut comparer cela a une entreprise il s’agit de l’art et la maniere de faire perpetuellement faillite. J’appellerai cela le monopole de la faillite pourtant il y a d’autres monopoles que l’europe a casse et qui ne font pas faillite. C’est juste une idee recue selon laquelle le systeme doit etre d’etat pour etre equitable comme si les etats etaient les garants d’une morale quelconque, pourquoi pas divine comme autrefois. Croyez vous qu’il y a une moralite dans l’etablissement d’une assiette d’impot ou d’une franchise sur le remboursement des medicaments ,pas d’illusion il ne s’agit que du calcul d’un actuaire qui cherche la rentabilite d’une formule ,en fait il sort plusieurs possibilites et les soumet au politique ,celui ci les examine et choisit la suggestion du moindre mal ,une savante combinaison dont l’objectif principal est de rester au pouvoir pour accomplir l’ensemble des taches destinees a la gestion du bien public. Tout cela est bien flou n’est ce pas . Dans la pratique les systemes a deux vitesses existent deja vous avez nombre de specialistes et chirurgiens non conventionnes . Donc le principe d’une privatisation , possible au moins au choix, ne me parait pas un si mauvais calcul et si ca marche pourquoi ne pas aller plus loin. Il n’y a pas si longtemps les catastrphes naturelles etaient indemnisees par l’etat. Celui ci s’en est debarasse en les faisant indemniser par les assureurs qui percoivent une prime specifique sur les contrats dommages aux biens . Avez vous le sentiment d’avoir perdu quelque chose . L’epouvantail a moineaux des adversaires de la privatisation est le systeme americain . Il est vrai que le cout de l’assurance privee y est exhorbitant. Mais uniquement en raison du cout de l’assurance responsabilite professionnelle des praticiens . Savez vous qu’il n’est pas rare de trouver des primes a $250000 . Sur votre visite a $90 l’assureur prend la part du lion c’est que le systeme souffre de proces perpetuels pour un oui pour un non ,une sorte de sport local mal endigue par la legislation. En France nous n’avons pas cette maladie du proces car il y a peu a gagner compte tenu des dipositions legales. Nous pourrions bien avoir a profiter de cette vision en evitant les erreurs eprouvees par les autres et supprimant les propres notres.

    www.ezfrench.com



  • blaireau 30 octobre 2007 15:17

    Il n’y a pas vraiment d’origine precise de la crise financiere que l’on attribue au subprime . Les economies developpees etaient dans une impasse il y a a peu pres 5 ans . IL fallait donner un coup de fouet . La solution a ete de creer de la monnaie sans creer de l’infation, tout au moins en reaction directe a cette creation monetaire . Ce que le monde developpe avait en partage etait la terre donc une solution simple etait de faire en sorte de laisser grimper le prix de la terre ,en fait des terrains constructibles ou pouvant le devenir ,et d’utiliser le differenciel pour investir dans des activites diverses et variees. Ce qui etait normalement du ressort des banques est en fait revenu entre les mains des particuliers . Il est evident que ce phenomene nouveau etait difficile a maitriser . Il semble bien que la hausse des prix a peu de choses pres se soit declaree en meme temps partout . Il s’agit partiellement d’une reponse psychologique a la peur des pertes realisees sur le nasdaq et celles engendrees par la bulle dite de l’internet. Contrairement a ce que l’on croit habituellement en europe Les banquiers americains prennent des riques calcules mais cette fois ci ils ont ete partiellement dupes par le developpement de ce phenomene nouveau et l’aprete au gain a frappe lourdement les plus hardis. Il faut savoir qu’avant d’accorder un pret ,aux usa on fait faire par un specialiste une evaluation du bien que vous achetez . le prix qu’on vous demande est toujours sujet a caution meme s’il s’agit d’un bien neuf vendu par un promoteur . Ce n’etait certainement pas le cas en France vers les annees 2002 au debut de la hausse. La seule preoccupation du banquier francais etant de savoir si vous allez pouvoir rembourser. La banque americaine bien sur s’en preoccupe aussi mais en fait elle place surtout sa mise sur la valeur du bien lui meme, ce qu’elle pourra en obtenir apres que vous ayez fait defaut. Ce qu’il faut savoir aussi c’est que les prix de ventes des biens sont publics et que des banques de donnees existent egalement qui donnent des valeurs servant de base a la taxation des biens fonciers. Donc la banque et ses experts evaluateurs independants n’ont qu’a puiser dans ces banques de donnees pour etablir la valeur probable de leur garantie :le bien que vous allez acheter . Le probleme vient du fait que dans une veritable economie de marche basee sur le principe de l’autoregulation les choses ne sont pas amorties. Donc la hausse des valeurs retrouvees dans les banques de donnees a provoque la hausse des estimations que les experts fournissaient aux banques et donc facilite l’obtention des prets. La tendance haussiere se confirmant les moins prudents ont relache les criteres lies aux emprunteurs eux memes . A noter que toute le monde s’est mis a nager dans l’aisance en particulier les administrations diveres levant des taxes assises sur la valeur des biens. Il est evident que l’emprunteur lui meme se riquait de plus en plus ,pensant qu’en cas de difficultes il revendrait toujours avec un benefice. La limite des capacites de remboursement a ete atteinte pour beaucoup et depassee pour certains quoi de plus mathematique. Maintenant que la raison est revenue est le moment d’investir dans l’immobilier americain en dollars Par contre il est inquietant de voir l’envollee des prix Anglais et Francais dans des monnaies fortes ,quand ca va baisser ,les monnaies vont s’affaiblir en meme temps et les deux effets negatifs vont s’additionner. Les effets sociaux de la crise seront en fait plus grands en europe .ils le sont deja vu la difficulte des jeunes menages a acceder a la propriete . Les investisseurs beneficieront du celebre effet de cliquet qui bloquera partiellement la tendance baissiere mais beaucoup regretteront d’etre venus .

    blaireau

    www.ezfrench.com

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès