Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Groupe BLE Lorraine

Groupe BLE Lorraine

Le Groupe BLE Lorraine est le premier média indépendant et think tank de Lorraine. Composé d’un collectif de rédacteurs passionnés et d’un réseau d’informateurs présents partout en Lorraine, le Groupe BLE Lorraine rassemble plusieurs sites et plateformes sur internet. Il publie régulièrement des articles, des études et des idées pour faire avancer la Lorraine.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/12/2008
  • Modérateur depuis le 02/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 157 329 1483
1 mois 1 5 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 15 15 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Groupe BLE Lorraine (---.---.---.192) 17 décembre 2014 20:22
    Groupe BLE Lorraine

    Paris demande à Metz d’entreposer les portiques de l’Ecotaxe !

    L’Etat français fait preuve d’un cynisme et d’un mépris inouïs envers la capitale de la Lorraine. Déjà saigné par les iniques et odieuses restructurations militaires et dédaigné par le scandale d’Ecomouv’, voilà que Metz est maintenant sollicité pour entreposer les portiques de l’Ecotaxe sur l’ancienne Base Aérienne 128, là où avait été justement installée la société pour collecter la taxe servant à financer les infrastructures de transports, avec 157 emplois à la clé. Une implantation qui devait partiellement compenser les milliers de pertes militaires subies.

    Cette sollicitation de Paris est intervenue au lendemain de l’annonce de la procédure de licenciement collectif engagée par la direction d’Ecomouv’ et alors que Ségolène Royal, ministre de l’environnement, n’a pas voulu recevoir les représentants de l’agglomération messine. Pour ces derniers, il est hors de question d’entreposer ce matériel malgré les relances insistantes de Paris. En attendant, les salariés d’Ecomouv’ iront pointer à Pôle Emploi à Noël.

  • Groupe BLE Lorraine (---.---.---.14) 26 novembre 2014 21:53
    Groupe BLE Lorraine

    L’annonce de la résiliation du contrat Ecomouv’ par le gouvernement français est intervenue au moment même où une délégation de syndicats du personnel était reçue au cabinet du secrétaire d’Etat aux transports. Un tel traitement constitue un véritable mépris envers ces hommes et ces femmes, ainsi qu’un immense manque de respect envers l’agglomération messine déjà lourdement impactée par les iniques et odieuses restructurations militaires.

    Cette décision absurde et démagogique tue l’Ecotaxe qui devait financer les transports en commun et diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Elle représente une énième double peine pour la Lorraine qui subit les milliers de poids lourds étrangers qui la traversent chaque jour, afin d’échapper aux éco-redevances des pays voisins, mais aussi un drame humain et social pour les salariés d’Ecomouv’.

  • Groupe BLE Lorraine (---.---.---.185) 1er novembre 2014 18:13
    Groupe BLE Lorraine

    La pantalonnade qui a conduit au torpillage de l’Ecotaxe est un nouvel exemple de l’efficacité de la méthode bretonne en trois actes bien rodés : violences et dégâts rarement sanctionnés pour se faire entendre, poids des élus de la région pour négocier le retour au calme et relais influents jusqu’au sommet de l’Etat français pour obtenir satisfaction. Un mode opératoire plus payant que les chamailleries sur fonds d’ego opposant les décideurs lorrains sur des projets aussi importants que l’A31 ou la gare TGV. Deux dossiers emblématiques parmi bien d’autres sur fond de promesses non tenues pour compenser les iniques et odieuses restructurations en rafale, dont celle de la BA 128, où Ecomouv devait être un des éléments de reconversion, promis au fil des ans.

    Le report sine die de l’Ecotaxe montre une fois de plus que la république jacobine est inadaptée. Qui niera que les hordes de camions étrangers qui traversent et abîment sérieusement nos autoroutes et quatre voies ne dépensent rien en Lorraine. Leur seule dépense est le plein de gas-oil au Luxembourg ! Alors que c’est bien le citoyen lorrain qui paie l’entretien de ces infrastructures.

  • Groupe BLE Lorraine (---.---.---.184) 20 octobre 2014 21:34
    Groupe BLE Lorraine

    Les imprécisions et les commentaires approximatifs de Ségolène Royal, ministre française de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, sur le fonctionnement du système élaboré par Ecomouv’, traduisent selon les 157 salariés messins de cette société, une « inquiétante méconnaissance du dossier ». « Elle en est encore à raconter que les portiques déclenchent un paiement quand les camions les franchissent ». Les employés messins d’Ecomouv’ sont désabusés. Certains ont démissionné de leur ancien travail, d’autres se sont engagés dans un achat immobilier. Aucun ne comprend qu’un ministre puisse se placer ainsi au-dessus des lois. L’Ecotaxe a été adoptée à l’unanimité par l’assemblé nationale. Par ailleurs, en déclarant qu’elle est prête à aller jusqu’au contentieux avec Ecomouv’ pour dénoncer le contrat qui lie l’Etat français à l’entreprise, Ségolène Royal ne mesure pas le signal qui est envoyé aux investisseurs européens, au point de jeter le discrédit sur son propre pays.

  • Groupe BLE Lorraine (---.---.---.54) 15 octobre 2014 21:53
    Groupe BLE Lorraine

    Comme le flux de conteneurs remplis de bois transite essentiellement par le port d’Anvers, les traders sont Belges et leurs mandataires ne lésinent pas sur la surenchère, d’où la spéculation sur cette matière première. Les prix flambent tandis que l’offre s’étiole dans la mesure où le besoin en bois énergie pour alimenter les chaufferies, qui sortent de terre un peu partout en Lorraine, se fait de plus en plus pressant.

    Alors qu’en Russie les exportations de bois sont lourdement taxées et que les Etats-Unis et le Canada ont verrouillé les leurs, la Lorraine constitue un gisement d’accès facile encouragé par la culture dogmatique libre-échangiste de la Commission européenne. La passoire entretenue par Bruxelles gratifie d’ailleurs les scieries lorraines d’une double peine. En plus de leur tarir l’approvisionnement en grumes, la Chine menace directement les débouchés de leur production. En effet, la grume lorraine retourne au point de départ sous la forme de parquets chinois vendus par les grandes enseignes spécialisées. Il faut dire que la latte chinoise revient à 27 euros le mètre carré, tandis que le parquet lorrain coûte en moyenne 45 euros le mètre carré. Pour s’en sortir, les professionnels réclament par conséquent des quotas à l’exportation de bois brut, ainsi que des mesures fiscales et sanitaires renforcées. Cela dit, le plus efficace serait peut-être d’obliger la Chine à acheter les grumes en planches préalablement sciées et séchées chez nous.