Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Groupe BLE Lorraine

Groupe BLE Lorraine

Le Groupe BLE Lorraine est le premier média indépendant et think tank de Lorraine. Composé d’un collectif de rédacteurs passionnés et d’un réseau d’informateurs présents partout en Lorraine, le Groupe BLE Lorraine rassemble plusieurs sites et plateformes sur internet. Il publie régulièrement des articles, des études et des idées pour faire avancer la Lorraine.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/12/2008
  • Modérateur depuis le 02/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 153 320 1454
1 mois 0 3 0
5 jours 0 2 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 15 15 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Par Groupe BLE Lorraine (---.---.---.193) 18 juin 20:51
    Groupe BLE Lorraine

    Enfouissement des déchets nucléaires en Lorraine : des rapporteurs publics dénoncent le débat bidon de Bure

    Qualifié de bidon par les opposants, le « débat » public sur CIGEO (Centre Industriel de Stockage Géologique) relatif à l’enfouissement des déchets radioactifs français à Bure, en Meuse, est à présent dénoncé par trois des cinq membres de la commission particulière chargée d’organiser l’événement dans un article publié sur Médiapart. 

    Ces derniers estiment ainsi que « la Commission Particulière du Débat Public (CPDP) s’est transformée, malgré elle, en agence de communication au service du projet ». Celle-ci s’était d’ailleurs auto-félicitée il y a quatre mois, lors de la présentation de ses conclusions, d’avoir assuré l’essentiel, malgré le boycott des antinucléaires ayant empêché la tenue des réunions publiques. En poursuivant le débat sur internet ou via la création d’une conférence de citoyens, « la CNDP a réussi à exclure les perturbateurs, mais a aussi finalement privatisé le débat et la démocratie. […] Forcer le débat, quitte à le vider de son public et de son territoire : telle aura été la ligne de la CNDP en partie responsable de sa faillite. » Les trois rapporteurs déplorent par ailleurs que le « débat » n’ai porté que « sur les caractéristiques du projet et non sur l’opportunité de le réaliser ou non. L’accepter comme il a été posé par la CPDP signifiait ainsi implicitement accepter le projet dans son principe. » Et de conclure que « la CPDP s’est privée d’une partie de son public par le choix de refuser d’entendre ceux qui, en remettant en cause les fondements de la politique nucléaire française, rejetaient le projet. »

    (Sources : Médiapart et RL du 18/06/2014)

  • Par Groupe BLE Lorraine (---.---.---.9) 9 juin 14:05
    Groupe BLE Lorraine

    La villa gallo-romaine de Damblain entre au Musée départemental d’Epinal

    Faute de pouvoir valoriser le site sur place, la villa gallo-romaine mise au jour sur l’ancienne base de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) à Damblain, dans les Vosges, fait l’objet d’une présentation dans l’écrin du Musée départemental d’art ancien et contemporain d’Epinal.

    Les vestiges de cette villa dotée d’un ensemble thermal dans la totalité de son emprise sur 5 hectares étaient bien préservés. Une rareté. Des murs hauts d’un mètre, des bains en élévation dans un ensemble de salles, des traces du chauffage par le sol (hypocauste), un pavage de pierres colorées, une mosaïque fragmentaire et des dizaines d’objets métalliques (monnaies, fibules, outillages, etc.) ont en effet été retrouvés par les archéologues. La période d’occupation de la demeure s’étend de la seconde moitié du Ier siècle au IIIème siècle après J-C.

    L’ensemble des découvertes est valorisé au Musée départemental d’Epinal. La salle chaude (caldarium) des thermes de l’édifice est notamment présentée. Une reconstitution du site en 3D réalisée par les étudiants de l’école d’architecture de Nancy complète le parcours de visite antique.

  • Par Groupe BLE Lorraine (---.---.---.211) 16 avril 22:51
    Groupe BLE Lorraine

    Après la validation par le Tribunal de commerce de Vesoul du plan de reprise du groupe Parisot, les juges du Tribunal de commerce d’Epinal ont également dernièrement approuvé la reprise du site vosgien de Mattaincourt par onze cadres de l’entreprise. Leur projet prévoit de conserver les unités de production en assurant le maintien de 2 000 salariés du groupe, leader français de la fabrication de meubles, dont le siège social se situe à Saint-Loup-sur-Semouse, en Haute-Saône. A Mattaincourt, 47 départs, dont 44 licenciements économiques, sont programmés sur 277 emplois. Cinq millions d’euros seront investis sur le site de l’ancienne Manufacture Vosgienne de Meubles. Une relance de la marque Vogica, acquise par le groupe Parisot en 2011, est également programmée.

  • Par Groupe BLE Lorraine (---.---.---.246) 10 avril 19:55
    Groupe BLE Lorraine

    Les 50 ans de la Moselle canalisée

    Depuis un demi-siècle, les péniches voguent sur la Moselle en transportant des chargements pouvant aller jusqu’à 1 500 tonnes, voire 3 500 tonnes pour les bateaux poussés, soit l’équivalent ce que l’on peut mettre sur 200 camions. Le fleuve lorrain fête les 50 ans de sa transformation en voie navigable ouverte aux grands gabarits. La Moselle est en effet une voie navigable de classe Vb, où peuvent naviguer des bateaux mesurant jusqu’à 135 mètres de long.

    La Commission de la Moselle a été créée le 27 octobre 1956 par les ministres des affaires étrangères luxembourgeois, français et allemand dans le but de faire du fleuve une porte ouverte sur une Europe enfin réunie. Certes, pour le moment, le transport par conteneurs est encore assez marginal. Mais il y a des signes positifs qui ne trompent pas. Par exemple, Ikea veut augmenter significativement le transport par conteneurs vers Metz, où le géant suédois dispose d’un grand entrepôt au bord de la Moselle pour approvisionner ses magasins à l’Ouest et au Sud du continent. On observe également de nombreux transports de rotors d’éoliennes, ceux-ci étant trop grands pour passer par la route. Il y a aussi de plus en plus de conteneurs remplis de malt pour la Chine.

    Rappelons que les travaux de canalisation de la Moselle ont débuté en 1958. Ils se sont terminés en 1964. Treize barrages-écluses ont été installés sur les 270 km entre Diddenowen (Thionville) et Coblence. Ces aménagements ont représenté un investissement de 370 millions de Marks. Un vaste programme de modernisation de la Moselle canalisée est à présent envisagé pour en faire une voie d’eau intelligente.

    (Source : RL du 03/04/2014)