Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Groupe BLE Lorraine

Groupe BLE Lorraine

Le Groupe BLE Lorraine est le premier média indépendant et think tank de Lorraine. Composé d’un collectif de rédacteurs passionnés et d’un réseau d’informateurs présents partout en Lorraine, le Groupe BLE Lorraine rassemble plusieurs sites et plateformes sur internet. Il publie régulièrement des articles, des études et des idées pour faire avancer la Lorraine.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/12/2008
  • Modérateur depuis le 02/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 153 317 1451
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 15 15 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Par Groupe BLE Lorraine (---.---.---.246) 10 avril 19:55
    Groupe BLE Lorraine

    Les 50 ans de la Moselle canalisée

    Depuis un demi-siècle, les péniches voguent sur la Moselle en transportant des chargements pouvant aller jusqu’à 1 500 tonnes, voire 3 500 tonnes pour les bateaux poussés, soit l’équivalent ce que l’on peut mettre sur 200 camions. Le fleuve lorrain fête les 50 ans de sa transformation en voie navigable ouverte aux grands gabarits. La Moselle est en effet une voie navigable de classe Vb, où peuvent naviguer des bateaux mesurant jusqu’à 135 mètres de long.

    La Commission de la Moselle a été créée le 27 octobre 1956 par les ministres des affaires étrangères luxembourgeois, français et allemand dans le but de faire du fleuve une porte ouverte sur une Europe enfin réunie. Certes, pour le moment, le transport par conteneurs est encore assez marginal. Mais il y a des signes positifs qui ne trompent pas. Par exemple, Ikea veut augmenter significativement le transport par conteneurs vers Metz, où le géant suédois dispose d’un grand entrepôt au bord de la Moselle pour approvisionner ses magasins à l’Ouest et au Sud du continent. On observe également de nombreux transports de rotors d’éoliennes, ceux-ci étant trop grands pour passer par la route. Il y a aussi de plus en plus de conteneurs remplis de malt pour la Chine.

    Rappelons que les travaux de canalisation de la Moselle ont débuté en 1958. Ils se sont terminés en 1964. Treize barrages-écluses ont été installés sur les 270 km entre Diddenowen (Thionville) et Coblence. Ces aménagements ont représenté un investissement de 370 millions de Marks. Un vaste programme de modernisation de la Moselle canalisée est à présent envisagé pour en faire une voie d’eau intelligente.

    (Source : RL du 03/04/2014)

  • Par Groupe BLE Lorraine (---.---.---.40) 16 mars 20:23
    Groupe BLE Lorraine

    Le projet de reprise via une SCOP (Société Coopérative et Participative) par les anciens salariés de la papeterie UPM de Docelles, dans les Vosges, présentée comme la plus vieille usine de France, a été refusé en bloc par la direction du groupe finlandais. Le projet, soutenu par les collectivités locales et les banques, était pourtant bien ficelé. Les 85 employés partants avaient accepté de baisser de 15 % leur salaire, de verser au moins 2 800 euros de leur poche dans le capital et de réinvestir leurs indemnités de licenciement (plan social, prime à la création d’entreprises, budget formation et résiduel du congé de reclassement) dans leur outil de travail. Ils étaient disposés à racheter plus de trois millions d’euros les actifs à UPM, soit largement plus que leur valeur. Mais les Finlandais ont fait monter les enchères dans les dernières négociations, allant même jusqu’à réclamer 12 millions d’euros !

    Le plan industriel était également bien arrêté. Il visait à relancer la société sur le marché de niche des papiers spéciaux. Au lieu de cela, UPM laisse derrière lui une nouvelle friche industrielle en Lorraine. Le groupe finlandais a en effet aussi refusé les projets de deux repreneurs privés. Inadmissible !

  • Par Groupe BLE Lorraine (---.---.---.111) 12 mars 20:31
    Groupe BLE Lorraine

    La direction du groupe finlandais UPM a dernièrement refusé la proposition de 85 ex-salariés de la papeterie vosgienne de Docelles, fermée en janvier, de reprendre l’usine en Société Coopérative et Participative (SCOP) pour 3 millions d’euros. Le projet industriel prévoyait la reprise de 116 emplois la première année, 130 la seconde puis 160 la troisième, avec une trésorerie initiale de 15 millions d’euros.

    Le projet de reprise avait été largement soutenu par les collectivités locales, l’Etat français et même les banques, qui l’estimaient tous « viable ». Au départ, les salariés voulaient racheter l’usine pour l’euro symbolique, ce qu’UPM a refusé. Ils ont alors proposé 3 millions d’euros, ce qui est énorme. Mais UPM n’a pas tenu ses promesses de vendre ses actifs, sans doute pour ne pas voir émerger un nouveau concurrent.

  • Par Groupe BLE Lorraine (---.---.---.204) 26 février 22:18
    Groupe BLE Lorraine

    Le groupe de 17 citoyens de la conférence citoyenne organisée après le fiasco du débat public ne se dit « a priori pas hostile » à Cigéo, mais estime « qu’il n’y a pas d’urgence à décider ». Et de justifier : « Les déchets actuels vont devoir refroidir au moins 60 ans avant toute possibilité de stockage en profondeur. Durant cette période, nous estimons qu’il y a le temps, d’une part de se donner les moyens de trouver des solutions alternatives ou complémentaires, et d’autre part de réaliser une expérimentation en grandeur réelle ».


Agoravox.tv